Partagez | 
 

 “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


→ INSCRIT DEPUIS : 18/08/2012
→ MESSAGES : 160
→ LOGEMENT : Un petit appart' moderne, au dernier étage, à proximité de celui de Spencer Weber.
→ JOB(S) : Infirmière dans la psychiatrie
→ HUMEUR : Diabolique



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Dim 30 Déc - 17:01


“ – I am afraid of you, but you don't know it.
Spencer Weber & Noelie Woodward

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Un loup. Une forêt. Un loup qui se baladait dans une étrange forêt sombre par l’énormité des arbres formant cette dernière. Un regard ténébreux. Ce loup avait un regard ténébreux, qui pouvait vous horrifier et pire, vous glaçait le sang. Ce regard intense et puissant. Puis, une voix… Une voix féline, rauque, mielleuse et sombre. Une voix qui répétait toujours le même mot. : « Mina ». Finalement, le loup se mit à sauter tout en ouvrant sa gueule. Et un sursaut, et je retombai enfin dans la réalité. Encore un rêve, du moins un cauchemar. Ma respiration était haletante, saccadée. Mon front était perlé de sueur. Je me mis à fermer pendant le temps d’une seconde mes yeux, afin de me rassurer que je n’étais pas cette forêt en compagnie de ce loup et de cette voix rauque. Retrouvant le même décor, c’était certain que ce n’était qu’un cauchemar… Un énième cauchemar finalement. Je le faisais toujours, à chaque fois que je fermai les yeux pour m’assoupir ou m’endormir. Respiration redevenue normale, je me redressai m’asseyant dans le canapé.

Il était cinq heures de l’après midi. J’avais travaillé pendant toute la nuit, et rentrée à 6heures du matin, je n’avais pas eu la force d’aller jusqu’à mon lit. Une simple couverture et mon bon vieux canapé avait fait l’affaire… Redevenue normale, et cauchemar complètement dissipé (quoique), je me dirigeai vers ma salle de bain pour prendre une bonne douche. Seul moyen d’oublier cette affreuse image de ce loup qui me poursuivait partout. Une fois sortie de la douche, ce fut à ce moment là qu’il réapparut une nouvelle fois. Derrière moi. Je le vis à travers mon miroir. Cependant, quand je me retournai, il avait disparu. Ce regard… Cette image… Mais tout semblait encore flou. Mon cœur eut alors un raté. Je ne comprenais rien. Pourquoi ? Pourquoi autant de « flash », autant de « cauchemars » ? Ma seule réponse : Spencer Weber. Il était la source de mes problèmes. Décidée, je devais le revoir. Lui jeter mon venin pour le torturer… Et j’avais déjà ma petite idée.

Vêtue d’une robe moulante et noire, modestement maquillée, je claquai la porte de mon petit appart. Je pris ensuite l’ascenseur afin de me diriger là bas. La mairie. Un des endroits dans lequel j’allais pouvoir le trouver. Spencer… Je le traquais tellement celui là qu’il n’avait plus tellement de secrets pour moi. D’ailleurs, je savais tout de lui… Et lui, que savait-il de moi ? Presque rien. Quoique… Il était la source de tous mes problèmes. J’arrivai à la mairie après une vingtaine de minutes. Spencer devait être en réunion… Avec la maire certainement. Cette fameuse Regina, tellement mystérieuse. Mes talons claquaient sur le marbre de la mairie, et je fusillais du regard tous les coins de murs ainsi que les employés qui flânaient dans les mêmes couloirs que j’empruntais. J’entendis à travers une conversation d’employée débiles, que la réunion se passait au deuxième étage. Je décidai alors de monter, sans faire attention aux paroles qu’on pouvait m’adresser. Rien à foutre.

La réunion n’était pas finie – la porte était encore fermée. Alors je m’adossais au mur, dans une posture envoutante (sachant très bien qu’il succombera) dans un coin, pas trop loin de la porte. J’attendais. Je l’attendais… Avec impatience. Le regard planté sur la porte, il ne restait plus que quelques secondes avant que mon regard rencontre le sien. Sombre et intense comme celui de ce fameux loup…

_______________________________


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    VICTOR HUGO A DIT : « LA HAINE, C'EST L'HIVER DU COEUR. ». On peut aimer l'amour sans aimer personne; on peut aimer un être sans aimer l'amour. L'amour, parfois, est exigeant et tyrannique, conseiller de vengeance, d'injustice et de colère; d'autres savent aimer sans jalousie et sans haine. (c) sunday.


Dernière édition par Noelie J. Woodward le Lun 28 Jan - 21:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Mar 1 Jan - 12:42


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'éttoufant son de ton regard posait sur le mien, brulant avec ardeur mon être dans son intégralité comme cherchant à éteindre un feu par un autre. Tournons ensemble, perdons-nous ensemble, jusqu'à ce que l'un de nous dépose un dernier souffle sur la chaleur de ces deux feux enlacés.
- NOELIE & SPENCER.


Il avait l'impression que sa tête allait tomber, lentement. Comme si le plafond de son appartement tourné autour de lui de manière à ce que très vite dans sa tête les choses ne soient plus en place. Il venait de se réveillait, le corps en sueur, uniquement vêtu d'un débardeur et d'un caleçon, les cheveux plat et gras. Ses yeux étaient explosés et il avait du mal à les garder ouvert très longtemps. Il tenta de véritablement se lever, mais sentie son corps tombé en arrière comme tirait par un fil invisible. Il senti alors le fond de son matelas épouser la forme de son corps. Il tenta plusieurs fois de rouvrir les yeux, mais en vain. Finalement, il n'y pouvait rien et la fatigue l'emporta. Spencer se rendormi l'air de rien sans réellement se souvenir de ce moment à son réveil. En dehors d'un mal de crâne épouvantable, il ne se rappela pas de grand-chose entre le moment où il était allé se coucher et celui où il s'était réveillé. Il était juste tombé complétement ivre et défoncé dans son lit. Depuis qu'il avait appris pour Jude et le bébé, il ne s'était pas passé une nuit sans qu'il ne boive un verre ou ne fume un joint. N'importe quoi était bon pour ne pas y penser. N'importe quoi. Il s'était senti si impuissant face à ce qui était arrivé qu'aujourd'hui encore il ait du mal à comprendre comment il devait réagir. Il ne savait pas comment les choses allaient changer, comment elle allait évoluer. Il n'avait juste pas envie d'affronter ça maintenant, là tout de suite.

Il aurait pourtant aimé en parler, discuter avec quelqu’un, mais discuter signifie envisager une solution, une réaction et il en était incapable. Il se disait qu’avec un peu de temps, les choses allaient s’arrangeait d’elle-même. Il espérait qu’ils allaient trouver une solution avec le temps. Il avait beau en vouloir, une partie de Spencer lui avait déjà pardonné. Comme si Spencer arrivait à comprendre ce par quoi elle était passée. Mais le plus dur, c’était de comprendre que ce qu’il ressentait pour elle était une faiblesse. Une horrible faiblesse qui l’effrayait encore plus que le bébé.

Il pritune douche sans perdre de temps, avant de se préparer et de partir en direction de la mairie, juste après avoir fait un tour dans les bureaux du journal pour voir si tout se passait bien. Depuis ce qui était arrivé à Jude, Spencer était encore plus à fond dans son travail, comme si c'était nécessaire. Alors qu'il enfilait son long manteau et qu'il sortit une cigarette, il se rendit compte qu'il n'en pourrait pas fuir longtemps Jude et les problèmes qui étaient survenus. Il ne pouvait pas éviter ce genre de choses éternellement au risque de perdre ce qu'il avait créé avec Jude. Il tira sur sa cigarette, fermant les yeux un moment, avant de commencer sa marche en direction de la mairie. Une réunion était prévue, une réunion importante. Depuis le scandale au bal, le maire mettait les bouchers doubles pour la sécurité de la ville et les fondations de celle-ci. Spencer ne pouvait que la soutenir sachant déjà tout ce que Regina avait fait pour Taleville. Il fallut un moment avant que la réunion se termine, mais une fois que ce fut le cas, Spencer allait touchait deux-trois mots au maire avant de sortir parmi les derniers. Une fois dehors son regard se posa sur des jambes. Une femme était posée contre le mur, dans une petite robe noire, de hauts talons... Spencer posa alors ses yeux dans ceux de Noelie. Il avait le choix entre l'ignorait, ou allait à sa rencontre. La deuxième option était la plus approprié vu ce qui se passait entre eux.

Il n'y avait pas vraiment de mot pour comprendre ce qui liait Spencer et Noelie, mais celui-ci attrapa la jeune femme pour le bras qu'il sera sans doute un peu trop fort, pour la poussait dans la première salle venue. Vue l'heure, tout le monde allait manger, après tout la réunion avait duré longtemps. Par conséquent, ils ne seraient pas dérangés. C'était un cercle vicieux. Un gros cercle vicieux. Si au début, Spencer surveillait Noelie de loin afin qu'elle ne dise rien de son secret, petit à petit il tentait de lui rendre la vie impossible. Surtout après la mort de son père. Mais Noelie n'était pas toujours du genre à se laisser faire et parfois, elle arrivait à faire ce que personne d'autre ne pouvait faire à Spencer. Elle lui faisait peur. Elle avait entre les mains une vérité qui pouvait ruiner sa vie. Pire encore, détruire sa vie. Noelie était un danger, un danger à la beauté tentatrice auquelle Spencer avait mainte fois succombé. C'était spécial. Comme si Spencer avait toujours connu Noelie et la preuve, la première fois qu'il l'avait vu à l'hôpital, il avait agit comme si Noelie était loin d'être une étrangère à ses yeux.

Elle n'en était plus une depuis le temps. Depuis presque 4 ans, il y a entre eux quelques choses. Elle faisait ressortir ce qu'il y avait de plus mauvais en lui et Spencer adorait ça.

« - Qu'est-ce que tu fous là. » Il l'avait plaqué contre le mur, cassant par la même occasion une portrait qui était posé là et qui était tombé au sol. Il n'avait aucune idée de l'endroit où il était vraiment, mais voir Noelie, là tout de suite, c'était bien la dernière chose qu'il désirait.

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 18/08/2012
→ MESSAGES : 160
→ LOGEMENT : Un petit appart' moderne, au dernier étage, à proximité de celui de Spencer Weber.
→ JOB(S) : Infirmière dans la psychiatrie
→ HUMEUR : Diabolique



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Mer 2 Jan - 16:06


“ – I am afraid of you, but you don't know it.
Spencer Weber & Noelie Woodward

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Je fixais encore la porte, celle-ci toujours immobile. La réunion semblait plus longue que prévu… Tanpis, je n’allais pas faire marche arrière. Mon geste serait comme un cadeau que je donnerais à Spencer. Il ne le méritait pas. Alors, je continuais à fixer le bois luisant de la porte, qui renfermait cet être abominablement séduisant et ténébreux. Jude, sa petite copine ? J’en avais rien à foutre. Cette pauvre idiote n’y voyait que du feu. Elle était bien trop naive pour s’apercevoir qu’une autre femme tournait autour de son cher et tendre petit ami. A cette pensée, je me mis à rire silencieusement. Un rire diabolique et glacial. Ceci me plaisait beaucoup. C’était même jouissif ! Rendre cocue une si jolie et naïve blondinette… Mon instant d’hilarité antérieur se termina lorsque j’entendis les frottements des pieds des chaises contre le marbre. Il allait bientôt sortir. Ainsi, spontanément, je me redressai sans pour autant quitter ma posture de charmeuse. Puis, les gens commencèrent à sortir, faisant leur apparition dans le couloir. Certains me remarquèrent : hochement de tête, sourires charmeurs… Et d’autres, plutôt les femmes, me regardèrent de la tête aux pieds, se demandant probablement qui j’attendais. Je secouai la tête, à la vue de ce genre de personnes… Ces femmes étaient pathétiques.

Mon regard perçant croisa enfin le sien. Un regard envoutant, ténébreux et destructeur. Oui, il me détruisait, mais je refusais de le laisser faire, et même de le montrer. Je le détestais, et c’était tout. Lui seul était la source de mes problèmes, et il devait me le payer tout simplement. Cependant, au fond de moi, je fus bouleversée. Ce regard était le même que celui de mes cauchemars récurrents. C’était celui de ce loup que je voyais partout : rêves, cauchemars, illusions en plein jour… Quelque chose m’échappait. Tout me semblait flou. Et je savais que seul Spencer pouvait m’aider. Il sortit le dernier de la pièce dans laquelle s’était déroulée la réunion. Ca ne m’étonnait pas. Il entretenait des liens spéciaux avec le Maire en personne. A cette pensée, je me mis à sourire à moi-même, en coin. Décidément, pauvre Jude… Cependant, je me mis à l’observer de là où j’étais. Je savais qu’il hésitait à aller à ma rencontre, mais je savais aussi qu’il allait le faire. On ne pouvait pas me résister… D’ailleurs, ce fut ce qu’il fit. Il prit ma direction, en me fixant également. J’adorais ça ! Alors, je lui adressais un sourire en coin, diabolique. Mais, il me prit le bras, en le serrant assez fort. Je me mis à grimacer de douleur. Il n’aurait pas dû… Mon bras emprisonné, il me fit entrer dans une pièce adjacente à celle qu’il avait quitté quelques minutes avant. Il me plaqua ensuite contre le mur, fortement, faisant ainsi tomber un cadre sur le sol. Je me mis à rire aux éclats… N’importe quoi ! Il ne m'impressionnait pas.

« Qu’est ce que tu fous là. » me demanda-t-il, plantant son regard dans le mien. Je ne cillais pas, soutenant ainsi son regard. « Bah j’ai décidé de te rendre une petite visite, mon cher ami… » répondis-je, avec un sourire en coin, tout en haussant les épaules. « Enfin je dirais plutôt… mon cher… collègue » rajoutai-je, en bien accentuant sur mon dernier mot afin qu’il comprenne bien. Il fut dérouté... Je pus donc m’échapper du mur. Et, je fis ensuite quelques pas dans la pièce. Tournant le dos à Spencer, je continuai mon petit monologue. « Et oui Spencer, nous sommes devenus collègues… En si peu de temps. » dis-je, tout en tournant cette fois-ci sur mes talons pour le fixer à nouveau. « Mais j’aurais préféré autre chose. Quelque chose d’un peu plus proche à vrai dire… Ca te tente hein ? Ne le nie pas. » rajoutai-je, d’un ton mielleux et envoûtant. Finalement, je me mis à rire aux éclats… Un rire glacial et rempli de sarcasmes.

_______________________________


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    VICTOR HUGO A DIT : « LA HAINE, C'EST L'HIVER DU COEUR. ». On peut aimer l'amour sans aimer personne; on peut aimer un être sans aimer l'amour. L'amour, parfois, est exigeant et tyrannique, conseiller de vengeance, d'injustice et de colère; d'autres savent aimer sans jalousie et sans haine. (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Mar 8 Jan - 13:29


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'éttoufant son de ton regard posait sur le mien, brulant avec ardeur mon être dans son intégralité comme cherchant à éteindre un feu par un autre. Tournons ensemble, perdons-nous ensemble, jusqu'à ce que l'un de nous dépose un dernier souffle sur la chaleur de ces deux feux enlacés.
- NOELIE & SPENCER.


Il n'avait pas envie de jouer. Ce n'était pas le moment et il avait d'autres choses en tête. Cette excitation qui le prenait quand il voyait Noelie était incompréhensible et pourtant, il sentait tout son être se chambouler par sa présence. C'était aussi insupportable qu'exquis. Noelie était spécial et Noelie était un danger. Mais qui n'aime pas, de temps en temps, franchir la limite et affronter le danger avec un sourire aux lèvres ? Noelie riait. Elle riait comme si elle savait quelque chose que lui ignorait. C'était presque un supplice si cela n'avait pas été Noelie. Elle riait à l'éclat comme si tout ceci était voulu, calculer et qu'elle adorait ce qui était en train de se passer. C'était diabolique, mais Spencer resta froid ne bougeant pas et demandant à celle-ci ce qu'elle pouvait bien faire ici. Il était déjà arrivé plusieurs fois qu'ils se croisent, qu'il se passe des choses dans des lieux les plus improbables les uns des autres, mais là. A la mairie, à ce moment de sa vie, c'était comme si le destin voulait lui dire quelque chose. Un message qu'il ne pouvait pas comprendre encore. Il ne comprenait pas pourquoi elle était là, mais quand elle laissa échapper le mot collègue, un frisson le parcourut.

Il lui arrivait d'avoir peur d'elle et d'elle de lui. Ce cercle vicieux était arrivé à un point où ils étaient tous les deux coincés à leurs propres jeux. Noelie, au tout début, était l'équivalent d'un défouloir. Si Spencer n'avait pu tuer son petit frère, il n'avait pas hésité à torturer Noelie dès qu'il le pouvait pour qu'elle ne dise jamais rien. Mais avec le temps, elle avait pris en assurance, elle avait compris que c'était elle qui détenait le pouvoir. C'était elle qui pouvait prendre le contrôle de la situation et les choses avaient souvent tourné à son avantage. Si Jude savait, elle ne l'aurait jamais approché. Mais en ce moment il ne s'inquiétait pas de ce que celle-ci pouvait penser, c'était elle après tout qui lui avait caché la plus grande chose du monde. C'était elle qui avait osé lui mentir, lui qui faisait tout pour être l'homme dont elle rêvait... il s'était senti tellement trahi et triste. Confus, il s'éloigna légèrement de Noelie, demandant :

« - Pardon ? » Ce moment d'écart permis à la jeune femme de s'échapper de sa prise et de tourner le dos à Spencer, tout en marchant sensuellement sur le haut de ses talons et poursuivant. Elle n'allait pas le laisser dans l'ignorance bien longtemps, trop fière de sa petite victoire. Elle avait l'air tellement surement d'elle, tellement heureuse de son coup que cela hérita Spencer un peu plus. Il passa une main nerveuse devant la bouche, cherchant à réagir face à la voix si tendre et mielleuse de Noelie avant de se mettre soudain à applaudir. Bravo Noelie, c'était tout ce qu'il pouvait penser. Mais il ne devait pas montrer qu'il n'aimait pas ça du tout, au contraire. Il fallait que ça combine paraissent soudain presque inutile. Mais Spencer se sentait légèrement mal. L'idée de croiser la jeune femme ici c'était presque comme retourner à l'hôpital et attendre qu'elle vienne lui faire ça piqure débordant de tranquillisant. Il s'arrêta alors, le silence venait de tomber dans la pièce. Spencer se mit alors à prendre un air très sérieux, tout en avançant d'un pas assuré pour faire de nouveau face à Noelie. Durant sa marche jusqu'à elle, il lança : « - Va te faire foutre. Ta vie est donc devenue si inutile que ça pour que tu viennes me casser les burnes ici ? Bah voyons, j'vais te montrer que c'était pas du tout une bonne idée ma belle. »

Il lui arrivait de ne pas comprendre d'où il pouvait sortir de telles façons de parler. D'où il pouvait avoir l'assurance de parler comme ça. Comme si il y avait une rage en lui, quelque part et que Noelie était la seule à pouvoir faire sortir la bête qui était en lui. Dans ses moments il ne se contrôlait pas du tout, dans ses moments-là il était à des milliers de kilomètres du Spencer Weber que la ville connaissait si bien. Il attrapa les cheveux derrières la tête de Noelie pour rapprocher son visage plus près du sien. Avec ses talons la jeune femme faisait presque la taille du jeune homme. Les yeux dans les yeux, la main de Spencer serrer fermement les cheveux de Noelie avant de soudain loucher sur son cou. Il avait, aussi étrange que cela puisse paraitre, une irrésistible envie de la mordre. Mais c'était stupide et malgré la forte sensation qui le tentait, il reposa ses yeux dans ceux de Noelie avouant, sans lâcher sa chevelure.

« - Quand est-ce que tu vas arrêter de me hanter comme un fantôme ? Tu sais que je t'ai déjà fait du mal...» Il attrapa la taille de son autre main et colla la jeune femme à lui et murmura : « - Quand est-ce que tu vas arrêter de faire cet effet-là sur moi ? » Sa voix était soudainement plus faible.

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 18/08/2012
→ MESSAGES : 160
→ LOGEMENT : Un petit appart' moderne, au dernier étage, à proximité de celui de Spencer Weber.
→ JOB(S) : Infirmière dans la psychiatrie
→ HUMEUR : Diabolique



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Dim 13 Jan - 16:45


“ – I am afraid of you, but you don't know it.
Spencer Weber & Noelie Woodward

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je m’en foutais de Spencer, mais surtout de ce qu’il pouvait bien me dire. Sinon, Spencer pouvait aussi bien me terrifier que de produire en moi un bonheur jouissif. C’était devenu au final tellement ambigu entre nous, que je ne cherchais même plus à comprendre comment était notre relation. Je ne l’aimais pas mais je ne pouvais pas dire non plus que je le haïssais. Ce caractère ambigu pouvait s’expliquer par le fait que je connaissais son secret et qu’il fut un temps, Spencer en profitait. Mais je compris assez vite et seule, que c’était moi qui devais être à la place de Spencer : le terroriser car j’étais la seule à connaitre son lourd secret. Alors, les places s’étaient inversées, et j’avais à mes pieds Spencer. C’en était affreusement jouissif ! Ainsi, j’étais à l’aise face à lui. Cependant, je cachais toujours en moi cette terrible peur

« Pardon ? » me dit-il, ne comprenant pas où je voulais en venir. Je m’échappai alors de son étreinte et du mur, dans ce moment d’égarement de la part de Spencer, et je lui tournai le dos afin de m’éloigner de lui. Puis, il comprit rapidement ce que je voulais dire. J’en étais folle ! Folle de sa réaction : nerveuse, surprise, étonnement, peur… Surtout qu’il voulait tout cacher, mais malheureusement, je le connaissais que trop bien maintenant. Puis, il se mit à m’applaudir. Comme il pouvait être débile… Je levai les yeux vers le ciel, désespérée par lui, soupirant également. Et soudainement, les applaudissements cessèrent et il prit un air sérieux. J’eus presque peur… Surtout si je venais de le rencontrer pour la première fois – ce qui n’était pas le cas bien sûr. Il se dirigea même vers moi, d’un pas assuré tout en lançant quelques paroles. « Va te faire foutre. Ta vie est donc devenue si inutile que ça pour que tu viennes me casser les burnes ici ? Bah voyons, j'vais te montrer que c'était pas du tout une bonne idée ma belle. ». Je me mis à rire doucement. Ma vie était ruinée à cause de lui, donc il devait en subir les conséquences. Il devait payer pour ce qu’il m’avait fait. Cependant, je n’eus pas le temps de répondre, que je sentis sa main prendre mes cheveux, et son corps collé au mien. Que faisait-il ? Ma peur se mit alors à grandir, mais rien ne pouvait me trahir. Le fixant sans ciller, je me mis à sourire. « Spencer, ce n’est pas bien de parler aussi grotesquement à des femmes. On te l’a jamais appris ? Bon, maintenant tu le sais. Et sinon, peux-tu arrêter de me tirer les cheveux, car si tu continues, tu devras me payer une séance chez le coiffeur. » dis-je, calmement sans quitter ma voix mielleuse. Mais il ne s’arrêta pas. Et le voir ainsi, en mode bestiole, m’excitais beaucoup (il fallait bien le reconnaitre). Puis, son visage fut encore plus près du sien, et ses lèvres de mon cou. « Et est ce qu’on t’a dit que tu étais excitant comme mec quand tu es dans cet état ? » rajoutai-je, avec douceur. Spencer en couple ? Rien à foutre. Jude pouvait devenir none si elle souhaitait : elle n’était pas le genre de fille pour Spencer.

« Quand est-ce que tu vas arrêter de me hanter comme un fantôme ? Tu sais que je t'ai déjà fait du mal...» me demanda-t-il en se serrant encore plus contre moi. Je ne quittais pas mon sourire, ni son regard. « Car j’aime ça, tout simplement. » lui répondis-je, en faisant bien attention à ce que mon souffle caresse sa peau. « Quand est-ce que tu vas arrêter de faire cet effet-là sur moi ? » continua-t-il à me dire, avec une de ses mains sur mes hanches. « Jamais » dis-je, à travers un murmure. « Car tu aimes ça avoues le… » concluai-je, en éclatant de rire. Je le regardais encore, droitement, me perdant pendant un instant dans ce noir obscur et ténébreux. Je ressentis un frisson. Ce regard, je le connaissais mieux que personne. Je le voyais dans chacun de mes cauchemars. Mais pourquoi je rêvais de Spencer chaque nuit ? Pourquoi je voyais Spencer et un loup ensembles ? Je ne comprenais rien, mais j’étais certaine que Spencer était la source de mes cauchemars récurrents. Je voulais des explications, mais même lui ne pouvait me les donner.

Finalement, je sombrai dans un mutisme glacial, fixant le regard de Spencer, collant presque mes lèvres contre les siennes. Oserait-il ?

_______________________________


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    VICTOR HUGO A DIT : « LA HAINE, C'EST L'HIVER DU COEUR. ». On peut aimer l'amour sans aimer personne; on peut aimer un être sans aimer l'amour. L'amour, parfois, est exigeant et tyrannique, conseiller de vengeance, d'injustice et de colère; d'autres savent aimer sans jalousie et sans haine. (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Mer 16 Jan - 22:53


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'éttoufant son de ton regard posait sur le mien, brulant avec ardeur mon être dans son intégralité comme cherchant à éteindre un feu par un autre. Tournons ensemble, perdons-nous ensemble, jusqu'à ce que l'un de nous dépose un dernier souffle sur la chaleur de ces deux feux enlacés.
- NOELIE & SPENCER.


Le son ardent des battements de son coeur résonnait dans sa tête comme si un tambour était à ses côtés. C'était fort, puissant et révoltant. Au fond, c'était ce dont Noélie était capable. Faire ressortir le plus mauvais de Spencer, comme si elle avait trouvé le bouton « on/off » en un regard. Elle était effrayante, attirante, frustrante et ce mélange subtile de sentiment le torturé et l'existé. Il la tenait, du moins il tenait sa chevelure en main cherchant à dépasser cette peur qui parfois pouvait le paralysé. Il avait confiance en lui, en ce qu'il pouvait faire, car il savait qu'avec Noélie, les limites qu'il s'imposait disparaissaient très vite. Il s'était collé à elle, comme pour lui faire comprendre qu'il la tenait, qu'il l'avait en main et qu'il n'allait pas la laisser partir de sitôt. Il aurait aimé savourer la peur dans le regard de Noélie, la crainte, sentir un frisson lui parcourir le corps, mais il savait qu'elle était trop bonne actrice pour ne laissait paraitre quoi que ce soit. Au fond, elle était aussi monstrueuse que lui. Ce sourire qui apparut sur son visage était encore plus énervant que son regard. Elle le provoquait, elle n'avait pas l'intention de lui apprendre les bonnes manières, mais elle n'avait pas peur de trouver ce qu'il fallait pour que Spencer sert davantage sa crinière dans sa main. On aurait juré qu'il voulait la voir crier, qu'il voulait voir de la douleur dans ses yeux. Il lui aurait arraché les cheveux un à un, si cela aurait pu la tuer au final. Rien que cette idée lui prouva à quel point Noélie avait un mauvais effet sur lui. Il avait vraiment du mal à se comprendre et à comprendre pourquoi de tel penser lui traverser l'esprit.

Excitant, lui, dans cet état ? Il trouvait ça logique vu l'effet que Noélie lui faisait en ce moment même. Le danger l'avait toujours fasciné et aujourd'hui plus que jamais. Mais il n'avait pas assez l'esprit léger pour jouer la dessus. Il voulait la blesser et en même temps autre chose en lui le poussait à faire autre chose. La preuve, il se retrouva d'un seul coup plus faible, comme envahi par une sensation qu'il ne pouvait pas négliger. Il avait ainsi collé le corps de Noélie au sien. La réponse de celle-ci ne le surpris pas du tout. Sa voix, plus douce ne faisait qu'augmenter les pulsions qui envahissaient Spencer. Un rire retenti alors que Spencer ne bougeait pas. Il continuait de fixer Noélie comme si elle n'était rien de plus qu'une... qu'une proie.

« - Non, je déteste ça. » Sa voix, légère laissa un silence tombait un moment dans la salle obscure. Les lèvres de Spencer et de Noélie était bien trop proche pour qu'au bout d'un moment, celui-ci de l'embrasse pas. En une fraction de seconde, il embrassa Noélie avec une passion et une force qu'il redoutait lui-même. Une pulsion qui n'était pas là quand il était près de Jude. Avec Noélie, c'était presque bestial, pire encore. La main cessa de tenir les cheveux de Noélie pour glisser légèrement vers le coup de celle-ci afin qu'elle garde ses lèvres contre celle de Spencer. Il aimait ça, cette tension, cette passion. Cette alchimie, celle de leurs deux corps. Noélie ne pouvait pas l'ignorer non plus, car elle aussi devait ressentir tout ce flot de sentiments qui l'envahissaient. Il poussa Noélie jusqu'à ce qu'un bureau la bloque et qu'il la soulève pour la poser sur la table. C'était si facile, presque naturel. Il aurait pu lui arracher les vêtements, là maintenant, mais d'un seul coup il aperçut une forêt, l'odeur des bois humides effleura sa narine et il aperçut une cape noire courir le long des arbres. Elle courait, trop vite pour que cela soit un jeu.

Spencer ouvrit alors les yeux, s'éloignant rapidement de Noélie, reculant, manquant presque de tomber au sol. Il avait mordu la lèvre de Noélie, sans doute un peu trop fort. C'était sans doute très sensuel, mais c'était avant tout très surprenant. D'un geste de la main, il remarqua qu'il sentait le gout du sang de la jeune femme sur ses lèvres. Il voulait fuir, disparaitre, mais quelque chose d'autre arrivait alors. Un sourire sur son visage, un sourire qu'il ne comprenait pas, mais un sourire ravi d'avoir blessé légèrement Noélie.

« - Tu as mal ? » Il parlait comme si ce n'était rien et au fond, il ne l'avait pas mordu si fort que ça. Il retira sa veste qu'il jeta au sol, sans lâcher Noélie du regard. Il n'avait pas le contrôle sur ce qu'il faisait, il n'avait pas l'impression d'être lui, là tout de suite, mais étrangement il aimait ce qui se passait là. « - Je vais arranger ça. » Il déboutonna sa chemise reprenant en main le visage de Noélie qu'il embrassa, avec plus de passion encore. Il poussa Noélie à se laisser tomber le long du bureau, ayant balancé avant ce qui se trouvait d'un geste rapide de la main. Il sentait l'excitation lui montait, la chaleur augmentait. Il posa un instant son regard sur Noélie et avoua, d'une voix grave :

« - Tu es à moi. »

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 18/08/2012
→ MESSAGES : 160
→ LOGEMENT : Un petit appart' moderne, au dernier étage, à proximité de celui de Spencer Weber.
→ JOB(S) : Infirmière dans la psychiatrie
→ HUMEUR : Diabolique



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Mer 23 Jan - 19:18


“ – I am afraid of you, but you don't know it.
Spencer Weber & Noelie Woodward

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]« Non, je déteste ça. » me dit-il, avec une voix légère. Je me mis à rire, trouvant assez stupide que Spencer me mente. Je le connaissais, et il ne cessait de sous-estimer cette connaissance profonde que j’avais le concernant. Je secouai la tête, trahissant ainsi mon désaccord. Restant immobile, je me mis ensuite à lui sourire en coin. Un sourire assez diabolique d’ailleurs. « C’est faux Spencer. Je te connais tu sais ? Et je sais ce que tu veux… » répondis-je, d’un ton mielleux. Mon regard restait planté dans le sien ténébreux. J’adorais ça : le défier, le provoquer.

J’adorais voir Spencer dans un tel état. En plus, j’étais la seule à y arriver. Son état était tellement violent, sauvage, bestial… Comme un animal ; un loup. La situation devenait amusante et intéressante. J’avais hâte de voir la suite des évènements car après tout, je connaissais Spencer mieux que quiconque et je savais parfaitement ce qu’il désirait maintenant. Il me voulait, se fichant de sa petite copine. C’était ainsi entre nous. Une passion dévorante et une violence démesurée.

Nos corps presque enlacées, mes lèvres près des siennes, il allait bientôt céder à la tentation. Je le savais. C’était l’affaire que de quelques secondes. Mon souffle chaud, caressant sa joue, le faisait frisonner. C’en était assez jouissif. Mes yeux le fixaient, lisant ses pensées. Il me voulait tout de suite, mais il refusait encore de s’écouter. Il voulait aussi que je parte… Tout était un paradoxe en réalité. On se détestait mais, on ne pouvait nier cette étrange attirance. Finalement, ses lèvres se collèrent aux miennes pour entamer une danse fusionnelle et violente. Il venait de céder à la tentation… Je me mis à prolonger ce baiser, me laissant complètement emportée par l’ivresse et la passion. Puis, sans réellement broncher, Spencer me colla contre lui, me faisant en même temps reculer jusqu’à un bureau se trouvant dans la pièce. Nos lèvres dansaient encore.

Mes jambes rencontrèrent enfin un coté du bureau. Spencer me souleva un peu, afin que je puisse poser mes fesses dessus pour être la hauteur de son visage. A ce moment là, je revis une image : deux gros yeux jaunes avec deux énormes pupilles noirs. Néanmoins, cette image me semblait étrangement réelle et familière… Alors, j’ouvris brutalement les yeux tout en me relevant : je vis alors Spencer, à quelques pas de moi. Une goutte de sang perlait sur sa lèvre. Inconsciemment, je me mis à toucher ma lèvre. Je compris que la mienne aussi était en sang. Il m’avait mordu. Comme si j’avais été une proie… Comme s’il avait voulu me manger.

« Tu as mal ? » me demanda-t-il, soudainement, après quelques minutes de silence pendant lesquelles je le fixais, sans ciller. Je secouai la tête. « Non » murmurai-je, faiblement. « Je vais arranger ça. » rajouta-t-il à peine ma réponse prononcée. Il revint alors vers moi à grandes enjambées, déboutenant sa chemise, me fixant par la même occasion. Je n’avais pas peur. J’étais juste excitée. Alors je me mis à sourire malicieusement, en coin. Arrivé près de moi, il prit mon visage entre ses mains et m’embrassa avec plus de passion, me faisant allongée sur le bureau. J’allais avoir ce que je désirais depuis toujours. « Tu es à moi » me dit-il, en détachant ses lèvres des miennes et en me regardant.

J’étais satisfaite.

« Parfait alors ! » murmurai-je, malicieusement, tout en poussant Spencer contre moi laissant errer mes ongles sur son dos. Nos lèvres se rencontrèrent à nouveau, et cette fois-ci, la passion fut immense.


_______________________________


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    VICTOR HUGO A DIT : « LA HAINE, C'EST L'HIVER DU COEUR. ». On peut aimer l'amour sans aimer personne; on peut aimer un être sans aimer l'amour. L'amour, parfois, est exigeant et tyrannique, conseiller de vengeance, d'injustice et de colère; d'autres savent aimer sans jalousie et sans haine. (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Dim 24 Fév - 19:22


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'éttoufant son de ton regard posait sur le mien, brulant avec ardeur mon être dans son intégralité comme cherchant à éteindre un feu par un autre. Tournons ensemble, perdons-nous ensemble, jusqu'à ce que l'un de nous dépose un dernier souffle sur la chaleur de ces deux feux enlacés.
- NOELIE & SPENCER.


Elle le connaissait, c'était vrai. Tellement vrai. Peut-être même qu'elle le connaissait mieux que Jude. Du moins, elle connaissait ce qu'il cachait au plus profond de lui et c'était troublant. Il connaissait lui aussi Noelie, d'une certaine manière. Il savait qu'elle avait pris en assurance, en confiance, à cause de lui et de ce qu'il lui avait fait subir. Ce qu'elle était devenue, ce côté si diabolique, c'était un peu sa création, sa faute. Tout ceci parce qu'il ne supportait pas l'idée que quelqu'un connaissait la vérité, c'était tout. Qu'il pouvait être stupide parfois, mais il n'y pouvait rien aujourd'hui. C'était comme ça et Noelie avait se pouvoir sur lui. La situation était hors de contrôle, mais là tout de suite il se laissait porter par autre chose que la raison. Il y avait entre eux quelque chose de tellement puissant, c'était absurde. Sans doute, si cette rencontre n'avait jamais eu lieu dans cette chambre d'hôpital, Noelie et lui aurait fini ensemble. Ensemble dans une manière peu commune. Parce que Spencer était continuellement attiré par Noelie. La passion, l'envie qui le prenait était irréaliste. Il n'avait pas ça avec Jude. C'était pas du tout la même chose avec elle. C'était comme si, d'un côté il avait Jude. La bonté et la gentillesse à l'état pur avec cette petite dose d'humour et de folie qu'il aimait tant. A ces côtés il se sentait humain, tout simplement. Il avait l'impression qu'il était ce que tout le monde attendait de lui avec une telle facilitée qu'il l'avait aimé très vite. Trop vite peut-être.

Et d'un autre, il y a Noelie. Un bouc émissaire transformé en monstre sur talon aiguille qui ne cessait de le tourmenter. Elle révélait en lui ce qu'il avait de plus mauvais et c'était jouissif. C'était bon de pouvoir être soi-même parce qu'au fond, c'était ça. Il était lui, tout simplement. Il ne cherchait pas à se cacher derrière un masque. Non, il agissait celons ces pensées et ses envies sans réfléchir avant. Sans prendre la peine de se dire : Qu'est-ce qui se passerait si je faisais ça ?

Il ne se contrôlait plus, c'était tout.

Il était sur Noelie, l'embrassant avec une telle passion qu'il ne mesurait pas la force avec laquelle il la plaquait contre ce bureau. La salle était obscure, il n'avait pas la moindre idée d'où il se tenait et surtout à qui était ce bureau et en réalité, il s'en fichait. Là tout de suite, il avait envie de Noelie, il avait envie de sentir son corps chaud contre le sien, de savourer chaque souffle et chaque geste. Il n'en avait pas fini avec elle. Il n'en finirait pas tant qu'il ne serait pas satisfait. Il était sans doute tombé dans le piège idiot de Noelie, mais quelle importance ? Il voulait d'elle autant qu'elle de lui, il pouvait le sentir. Il pouvait sentir les ongles de la jeune femme dans son dos nu. Bon sang, Spencer ne se rendait pas compte qu'il agissait vraiment comme si ce n'était plus du tout la même personne. Noelie allongé, il laissa descendre ses lèvres le long de son long cou alors qu'une de ses mains il fit descendre la fermeture éclaire sur le côté de la robe noire que porter Noelie. Il releva légèrement la jeune femme en la tenant fermement contre lui pour qu'ensuite de ses mains descendre les manches courtes de la robe aidant Noelie à libérer ses bras. A chaques secondes, chaque minute, l'excitation montait de plus en plus et Spencer était incapable de quitter les lèvres ou la peau Noelie. Il fit glisser la robe le long de son corps pour ensuite laisser la jeune femme se laisser tomber de nouveau, Spencer posant ses lèvres sur son ventre plat désormais à sa vue.

Tout n'étais qu'une question de temps, de minutes avant que Spencer ne prenne entièrement possession de son corps. La température montait, sa respiration aussi. Ils étaient là, l'un en face de l'autre, deux êtres dont l'alchimie était évidente. Noelie était un danger. Parce qu'elle pouvait tout détruire dans sa vie. Rendre à néant tout ce qu'il avait construit, ce qu'il avait créé. Et à côté, elle était l'une des seules à le rendre ainsi. A lui permettre d'aimer ce qu'il est, de profiter de ce qu'il était vraiment sans avoir besoin de paraitre pour ce qu'il n'était pas. Il ne savait pas s'il devait avoir peu d'elle, s'il devait en finir réellement avec elle ou si, il devait évoluer avec elle. Quitter Jude, quitte ce masque, cette mascarade et être ce qu'il avait toujours été sans avoir peur de quoi que ce soit. Il ne savait pas.

Son visage n'était plus collé à celui de Noelie, il la fixait. Il la fixait alors que son corps faisait des va et viens, c'était comme si son plaisir était encore plus intense parce qu'il avait ses yeux plonger dans ceux de Noelie. Comme si, la regardait, lui offrait des réponses qu'il attendait. Les soupirs s'enchaînèrent jusqu'à ce que Spencer s'arrête. En douceur, reprenant peu à peu une respiration correcte. Son corps couvrait complètement celui de Noelie sur ce bureau. Le silence avait réellement pris place cette fois, mais Spencer ne bougea pas. Il a fini, certes, mais il fixait toujours Noelie. Il la fixait intensément. Jusqu'à ce qu'il se dégage d'elle, se remettant sur ses pieds. Il se mordit la lèvre attrapant sa veste cherchant son paquet de cigarette qu'il alluma.

« - Mais qu'est-ce que je vais faire de toi... » Il tira de nouveau sur sa cigarette. Il ressentait encore cette excitation, cette passion, ce flot de sentiments qui l'avaient possédé si fort. Sa respiration était encore trop rapide et son corps nu, frissonné légèrement. Spencer était debout, dos à Noelie. Il se sentait à la fois piégé et à la fois, insatisfait. Il tira de nouveau sur sa cigarette, avant de se retourner.

« - Je ne veux pas de toi ici. Je ne veux pas de toi comme collègue, tu m'entends ? »

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 18/08/2012
→ MESSAGES : 160
→ LOGEMENT : Un petit appart' moderne, au dernier étage, à proximité de celui de Spencer Weber.
→ JOB(S) : Infirmière dans la psychiatrie
→ HUMEUR : Diabolique



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Sam 16 Mar - 16:53


“ – I am afraid of you, but you don't know it.
Spencer Weber & Noelie Woodward

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je venais d’avoir ce que je voulais. Je l'avais su dès l'instant où ses dents avaient – accidentellement – mordu ma lèvre, la faisant saigner. Cette petite blessure trahissait l’état sauvage et caché de Spencer… Et j’étais la seule à le faire réagir ainsi. J’en étais heureuse, satisfaite, et c’en était terriblement jouissif. J’obtenais de toute manière tout ce que je réclamais. J’étais venue dans le but de réveiller la bête qui dormait en Spencer, et j’avais gagné. A présent, il m’avait mis sur le bureau, embrassant avec passion ma peau et mes lèvres. Ce fut à ce moment là que je réalisais à quel point je connaissais Spencer, et inversement. Comme s’il y avait un lien fort entre nous. Un lien passionnel, fusionnel… puissant. Un lien très puissant, dont je ne savais pas tellement l’origine puisqu’en réalité, je le haïssais autant que je pouvais l’aimer. Etait-ce véritablement de l’amour ? Je n’y croyais pas. Mais après tout, j’étais venue pour avoir Spencer… Me foutant royalement de Jude, et du fait que Spencer était en couple avec cette petite blonde naïve. Et n’étais-je pas en train de le désirer ? C’était vrai, je ne pouvais le nier. Mais ce n’était pas de l’amour. Mon cœur ne pouvait pas (plus) ressentir ce genre de sentiments…

Spencer ne se contrôlait plus, et j’aimais ça. Pour une fois, je me laissais dominer par lui, préférant goûter au fruit défendu. Car, Spencer était presque comme un fruit défendu… Et je n’étais pas en danger. Mes ongles s’enfonçaient de plus en plus dans la peau de Spencer, trahissant mon désir et l’état dans lequel j’étais à ce moment précis. Puis, il se mit à enlever ma robe noire, ne lâchant pas mes lèvres. Une fois libérée de ma robe, il me recoucha sur le bureau. Je me mis à frissonner sentant la différence de température entre le bureau et mon corps chaud. Spencer se mit alors à baiser ma peau, allant jusqu’à mon ventre désormais nu. Second frisson trahissant une fois plus le désir, et surtout, cette fois-ci, l’envie que je ressentais. J’avais envie de lui. Envie de le sentir en moi …

Tout fut une question de minutes, un court instant. Très rapidement, nos corps s’emboitèrent ensembles, et ils ne furent plus qu’un. Mes soupirs devinrent nombreux, rapides et saccadés de temps en temps. Mes lèvres rencontrèrent assez souvent celles de Spencer, afin de partager une valse fusionnelle, pendant un long instant. On s’échangeait des baisers remplis de passion, pendant que lui, mettait de la force dans ses mouvements. Mes yeux fixaient ceux de Spencer, et je crus m’envoler… Partir ailleurs, tellement je n’avais jamais connu ce genre d’instants. Je ne pensais à plus rien. Seul Spencer et moi existions. Je me fichais bien des conséquences, car je ne réfléchissais pas. Je fixais Spencer, dans cet état que j’adorais voir. J’avais gagné. Spencer me possédait, et j’étais venue pour ça.

« Mais qu'est-ce que je vais faire de toi... » me dit-il, une fois que nos corps furent séparés. Il alluma en même temps une cigarette. Je ne bougeais pas, aimant l’observer et tentant de me calmer. J’étais encore toute excitée… Et je ressentais presque une certaine insatisfaction et une frustration. J’étais possessive, après tout… « Je ne sais pas. » répondis-je, lourdement, en fixant cette fois-ci le plafond. « Je ne veux pas de toi ici. Je ne veux pas de toi comme collègue, tu m'entends ? » rajouta-t-il, laissant paraitre une émotion étrange. Je tournai alors la tête vers lui, m’asseyant sur le bureau, cherchant des yeux ma robe noire… « Tu sais, je ne serais jamais ta collègue. » répondis-je, avec un sourire malicieux au coin de mes lèvres. Une fois retrouvée, je pris ma robe par terre, l’affilant rapidement. Je m’approchais alors de Spencer, une fois vêtue. « Car on ne pourra jamais devenir collègues nous deux puisqu’il y a ce lien… Ce lien très puissant entre nous et qui est inqualifiable n’est ce pas ? » poursuivis-je, toujours en me dirigeant vers lui. « On est fait pour être ensemble Spencer. Lâche ta copine, et viens avec moi. Je pourrais t’apporter beaucoup plus de choses que cette petite blonde naïve… On se ressemble Spencer. T’es pas toi avec Jude. Ne te voiles pas la face... » renchéris-je, en collant mon front contre le sien, plongeant mes yeux dans son regard. Mon sourire devint plus froid. J’étais devenue une vraie diablesse, à cause de Spencer. Mais j’adorais ça…

Et je voulais Spencer.
Une seconde fois, mais surtout pour toujours….




_______________________________


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    VICTOR HUGO A DIT : « LA HAINE, C'EST L'HIVER DU COEUR. ». On peut aimer l'amour sans aimer personne; on peut aimer un être sans aimer l'amour. L'amour, parfois, est exigeant et tyrannique, conseiller de vengeance, d'injustice et de colère; d'autres savent aimer sans jalousie et sans haine. (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Lun 18 Mar - 15:47


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
L'éttoufant son de ton regard posait sur le mien, brulant avec ardeur mon être dans son intégralité comme cherchant à éteindre un feu par un autre. Tournons ensemble, perdons-nous ensemble, jusqu'à ce que l'un de nous dépose un dernier souffle sur la chaleur de ces deux feux enlacés.
- NOELIE & SPENCER.


Personne, oh non , personne n'avait un tel effet sur lui. Noelie était l'exception qui l'effrayait et l'excité en même temps. C'était un parfum aguicheur et terriblement cruel. Elle le séduisait, le tourmentait et en faisait ce dont elle voulait. Son pouvoir sur lui était tel qu'elle pouvait faire n'importe quoi. Jude n'avait pas se pouvoir-là. Cette façon de le mettre dans un tel état, c'était sans doute parce qu'elle était loin d'être capable de ce dont Noelie était capable. Elles étaient opposées l'une et l'autre. Différente, envoutante. Chacune avait ses qualités, ses défauts. Il n'y pas beaucoup d'écart entre l'amour et la haine, mais ce dont Spencer était sur c'était que Noelie n'était rien de plus qu'un jeu. Un jeu auquel il adorait jouer. C'était fusionnelle, chimique. Oui, entre eux l'alchimie était évidente. Ils avaient beaux usés des mots pour se frapper l'un l'autre, un regard, un toucher, un baiser pouvait tout basculer. Ils pouvaient s'enfuir ensemble juste en étant sur un bureau de bois travailler et glaçé. N'importe où, peu importe le moment, l'heure où la température, quand ils étaient quelque part, ils étaient ailleurs et surtout seuls.

Et puis soudain, les choses s'arrêtent, le corps dit stop et Spencer réalise à quel point il peut parfois pousser les choses assez loin. Il s'était levé chercher une cigarette parce qu'il fumait, il fumait comme un pompier quand les choses ne devraient pas être ainsi. Pourtant il l'avait fait. Il avait craqué et ils avaient couché ensemble dans un bureau plongé dans le noir aux beaux milieux de la mairie. Ils avaient ou plutôt il n'avait pas pris en compte les conséquences de tout ça et il s'en fichait. Il s'en fichait royalement. Il y avait encore en lui tout ce flot de sentiments alors qu'il fumait. Il avait envie d'y retourner, de recommencer, d'y passer la journée. Une chose était sûr, il ne voulait pas d'elle ici. Dieu seul savait ce qui risquait d'arriver si il croisait Noelie à la mairie.

Spencer se retourna, elle venait de dire qu'elle ne serait jamais sa collègue. Il regarda la jeune femme prendre sa robe tout en se plaisant à laisser ses yeux défiler le long de ses courbes. Elle l'enfila rapidement avant de se poser devant lui. Il souffla de côté tout en écoutant ce qu'elle avait à dire. Où voulait-elle en venir ? Elle s'avançait toujours vers lui rajoutant alors qu'ils étaient faits pour être ensemble. Elle n'avait pas tort. Il n'était pas lui avec Jude, il était un autre. Elle disait ça tout en ayant collé son front contre le siens, un nouveau silence tomba dans la salle obscure. Spencer ferma les yeux de temps à autres, collant de plus en plus ses lèvres à celle de Noelie avant de laisser tomber sa cigarette à terre et de l'attraper par la taille pour la coller à lui. Il l'embrassa avec passion avant de s'arrêter brusquement et de dire :

« - On se ressemble peut-être, mais moi j'aspire à être meilleur. Alors va-t'en. » Il s'éloigna alors d'elle cherchant ses affaires pour s'habiller de nouveau. Un pantalon par çi, une chemise par-là, une chaussure dans le coin... On n'y voyait pas grand-chose, alors Spencer alluma la lumière et c'est à ce moment-là qu'il remarqua quelque chose de fort intéressant. Le bureau du maire. Ils étaient dans le bureau du maire. Et merde ! Tout en boutonnant sa chemise, Spencer laissa échappait un sec : « - Casse-toi, tu m'entends ? » Il se tourna vers Noelie lui offrant un regard froid.

« - Enfile tes chaussures et barres toi. Si je te revois ici, Je... » Il serait le poing. Maintenant qu'il pensait à Jude il se rendait compte de ce que cela risquait de détruire si elle l'apprenait. Mais avant de partir, il devait tout ranger...

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 18/08/2012
→ MESSAGES : 160
→ LOGEMENT : Un petit appart' moderne, au dernier étage, à proximité de celui de Spencer Weber.
→ JOB(S) : Infirmière dans la psychiatrie
→ HUMEUR : Diabolique



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Dim 24 Mar - 9:46


“ – I am afraid of you, but you don't know it.
Spencer Weber & Noelie Woodward

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Je m’étais rhabillée, et je m’étais avancée vers Spencer. Ce dernier fumait, trahissant ainsi son état d’esprit. Il était déstabilisé, complètement bouleversé. Il savait que je n’avais pas tord. Je n’avais jamais tord après tout. J’aimais beaucoup le voir ainsi. Fumer pour essayer de faire le ménage dans sa tête. Hélas, c’était ainsi. Il y avait ce lien entre nous, et on ne pouvait pas faire autrement. Ensembles, on ne pouvait pas résister. Un baiser, un regard, un toucher… C’était irrésistible. On ne pouvait faire autrement. C’était fusionnel, passionnel, puissant entre nous. Qu’importe le moment et l’heure, ce lien existerait toujours. On était fait pour ça : pour s’enfuir ailleurs le temps d’un instant. Il n’y avait pas d’amour, juste ce lien étrange. Cette attirance inexplicable.

Mais Spencer fumait, et moi je souriais, sereine. Il n’était pas calme Spencer. Venait-il de prendre conscience de toutes les conséquences que cet acte allait engendrer si tout le monde le savait, du moins, la plus concernée ? Il n’avait pas réfléchi avant. Tout ceci s’était passé d’une manière très impulsive. Surtout de son côté. La bête qui s’était endormie en lui, s’était réveillée grâce à moi. C’était ça que j’étais venue chercher. Et je l’avais trouvé. Ce visage, cet état d’esprit… Sa nature. Et ce coté de Spencer m’appartenait. A présent, je devais faire en sorte que la totalité de Spencer m’appartienne. Jude devait moisir sans lui. Elle ne pouvait le mériter. Le mensonge était tellement cruel et douloureux…

Mon front collé sur le sien, mes lèvres proches des siennes, Spencer m’embrassa. Passionnément. Il ne pouvait y résister. Comme si les êtres à l’intérieur de Spencer se battaient afin de savoir qui était le puissant, le plus imposant. Cependant, Spencer arrêta le baiser brutalement. Ça ne me gênait. Je lui adressai, presque satisfaite, un sourire. « On se ressemble peut être, mais moi j’aspire à être meilleur. Alors va-t-en. » me dit-il, froidement avant de s’éloigner de moi pour s’habiller à son tour. Ce fut à ce moment là qu’il alluma la lumière, ce qui révéla la pièce : le bureau du Maire. J’éclatai de rire, amusée. Puis, j’entendis à nouveau Spencer. « Casse-toi, tu m’entends ? » me dit-il sèchement cette fois-ci. Mon regard le fixa pendant quelques secondes. Il ne semblait pas content. « Enfile tes chaussures et barres toi. Si je te revois ici, je… » rajouta-t-il en serrant le poing. Qu’allait-il me faire ? Me prendre pour me faire asseoir sur un bureau la prochaine fois afin de dégrafer ma robe pour me l’enlever et baiser ma peau ? C’était surement ça la fin de sa phrase…Il ne pouvait aller contre sa vraie nature. Et j’étais là pour ça. Et découvrant ce petit détail – mon grand pouvoir sur lui - Spencer était furieux. Je pouvais le comprendre après tout. Ca devait être très difficile de lutter contre sa propre nature. Mais il préférait la nier. Du moins essayer de la nier…

Je lui adressai un sourire en coin, mi-diabolique, mi-charmeur. Puis je pris mes chaussures. Je regardai pour la dernière Spencer, dans ses yeux. Mon regard en disait long. Je ne perdais pas une bataille, et je venais d’en gagner une. Celle que j’espérais depuis très longtemps. Tout ce que je désirais, je réussissais à l’avoir. J’avais voulu Spencer dans son état « normal », je venais de l’avoir. Rien que pour moi. Avant de partir, je pris quand même la parole, doucement. « On s’reverra Spencer. ». Enfin, je disparais dans le couloir, mes chaussures à la main. J’étais presque satisfaisante. Et pour une fois, j’avais le cœur… léger.

_______________________________


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
    VICTOR HUGO A DIT : « LA HAINE, C'EST L'HIVER DU COEUR. ». On peut aimer l'amour sans aimer personne; on peut aimer un être sans aimer l'amour. L'amour, parfois, est exigeant et tyrannique, conseiller de vengeance, d'injustice et de colère; d'autres savent aimer sans jalousie et sans haine. (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: “ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]   Aujourd'hui à 6:48

Revenir en haut Aller en bas
 

“ – I KNOW YOUR SECRET AND I LIKE IT ” - [Spencer & Noelie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kingdom Hearts : The secret key
» [Vente] Secret Wars en blister.
» Oyez oyez, venez montrer comment votre père noël secret vous a gaté!
» [Xbox] Doom 3 + Roe : Stage secret exclusif de Doom 1 et 2
» Le Secret des Cendres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: C'est elle qui gère-