Partagez | 
 

 Une petite visite (Moïra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
amarok ♡ look through my eyes


→ INSCRIT DEPUIS : 11/01/2013
→ MESSAGES : 220
→ LOGEMENT : Une maison au centre ville
→ JOB(S) : Patron d'un magasin de randonnée
→ HUMEUR : Bonne



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Une petite visite (Moïra)   Mer 13 Fév - 20:21

Il était 18 heures 20 et Amarok était confortablement installé sur le canapé du salon a regardé la neige tomber dehors, un livre dans les mains. L'Amérindien adorait l'hiver et l'automne, deux saisons qui étaient ses préférées, elles avaient leur petit charme selon lui. L'automne et l'hiver, la nature se mettait a tourné au ralenti en offrant une beauté certes froide, mais néanmoins poétique et mélancolique.

Et puis au moins l'hiver, les ours hibernaient et c'était une excellente chose.

Le jeune homme était allé chez le médecin hier soir après avoir fermé sa boutique et prenait des médicaments pour ses blessures de bagarre avec ce gros débile d'Ashton, des antis inflammatoires et une pommade à mettre sur le coquard à l'oeil droit, les plaies, les bleus sur le ventre et le torse ainsi que la lèvre éclatée, heureusement que les docteurs fermaient tard.

Au magasin Rando, que ça soit les clients, les employés ou Chayton le conseiller qui aidait, conseillé et guidait Amarok dans son rôle de patron, personnes n'avait fait de commentaires sur les plaies de l'Amérindien.

Son horaire de travail était simple, sa boutique ouvrait à dix heures et fermait à midi, elle rouvrait à deux heures et fermait a dix-huit heures, quand au week end, elle était fermée pour la journée.

Sa lèvre éclatée commençaient à le gratté un peu, signe de cicatrisation et le coquard commençait à lentement devenir jaune et les nombreux bleus qui couvraient son ventre et son torse étaient devenus également légèrement jaunes. Quand aux petites plaies, des croutes s'était formée et le démangeait aussi un peu.

Alors qu'il entamait un chapitre des plus intéressants, Amarok leva la tête quand il entendit sonné à la porte d'entrée. Il mit un marque-page à son bouquin et c'est en chaussettes (car il avait la flemme de mettre ses chaussons) qu'il alla ouvrir. l'Amérindien eue la surprise de voir Moïra sur le pallier. Moïra c'était une amie rencontrée dans un bar, très intrigué par sa couleur de peau, Amarok avait fait le premier pas en lui adressant la parole et ils avaient sympathisé, par la suite ils s'étaient revus et avait fini par devenir bons amis.

-Oh salut Moïra, si je m'attendais a ça ! Ben va-y rentre, tu veux que je te sert quoi ?

Il la laissa donc entré dans la maison et il attendit sa réponse.

_______________________________


Amarok Kenaï Delaka
«y'a tant à voir, tant à savoir, le temps d'une vie. Là-bas quelque part, t'attend l'espoir, si tu veux bien y croire. Ne te cache, ne pars pas, ça ira pour toi, toujours, crois-moi, je serai là, pour guider tes pas. Il y aura dans ton voyage des jours pleins de nuages, mais quelque part brille l'espoir si tu veux bien y croire.- RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 04/01/2013
→ MESSAGES : 263
→ LOGEMENT : Dans une maison avec ses parents et son petit frère
→ JOB(S) : Mannequin / Apprentie dresseuse de lions à la réserve du parc de Taleville
→ HUMEUR : Féline



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Une petite visite (Moïra)   Sam 16 Fév - 18:25

Je sais pas quoi faire aujourd’hui, ça m’énerve. Un rien m’énerve, je sais, mais là j’ai l’impression de n’avoir servie à rien et d’avoir juste été bonne à traîner dans les pattes de mes parents, et mon petit frère dans les miennes par la même occasion. Je crois que j’en peux vraiment plus d’habiter avec eux. C’est vrai quoi, j’ai vingt ans, je devrais savoir me débrouiller toute seule. Oh, je sais bien que je suis maladroite mais il ne faut pas exagérer non plus, je sais cuire un plat de pâtes et passer l’aspirateur sans tout casser. D’accord, je dois quand même faire un minimum attention si je ne veux pas faire de grosses conneries mais mes parents m’étouffent, c’est un fait, et j’ai juste besoin de partir de ma maison. Le principal problème c’est que mes parents veulent pas me laisser partir, je les comprend en un sens, je suis leur fille aînée, ils me surprotègent c’est normal, mais il va bien falloir que je m’en aille et qu’ils daignent me laisser faire ma vie. Mais bon de toute façon, à chaque fois que j’aborde le sujet on s’embrouille alors pour l’instant, je vais prendre sur moi. Surtout que dans le fond, je ne sais même pas où aller… Colocation, centre-ville, campagne, seule… ?

« Bon aller Moïra, faudrait que tu te bouges un peu, c’est presque la fin de la journée et tu n’as encore rien fait. » A cette réflexion faîte au plafond de ma chambre, je me lève en sautant et vais taper à la porte de mon frère, bien décidé à l’emmener quelque part pour que ça me donne une excuse pour sortir de cette maison, même si je l’adore bien entendu. « Moïïïïïïïïïïïïïïïïïïshe ! » Bon d’accord, je suis à sa porte et je hurle, c’est carrément exagéré, et je mérite amplement l’ouverture de porte en pleine face. « Quoi ? Ca va pas de crier comme ça Moïra!! » dit mon petit frère, bien content de sa farce. « Eh mais fait gaffe quand même, je viens te proposer de t’amener voir des potes pour que je sorte aussi… Mais comme tu m’as fait mal… » Un sourire malin se dessine sur mon visage quand mon petit frère me coupe la parole. « Mais si mais… Roh, je suis Dé-so-lé ça te va ? Bon… Tu me dépose devant chez James s’il te plait ? » Ha, décidément, Moïshe, mon frère, se fera toujours avoir. Enfin bon, c’est mon frère et je l’aime, ce que je fais n’est juste que pour le taquiner bien sûr. Je l’attrape par les épaules, descends avec lui les escaliers et ouvre la porte d’entrée avant de crier que je reviens très vite et de refermer la porte. Nous grimpons ensuite dans la voiture et après dix minutes de trajet, je dépose mon petit-frère à la porte de son meilleur ami. Il me remercie mais je lui demande quand même de faire attention et que je serais de retour dans deux heures et demi grand maximum. Quant à moi, je sais qu’Amarok habite à deux rues d’ici, autant allé lui rendre une petite visite, on s’aime bien tout les deux, je ne pense pas qu’il me fermera sa porte au nez.

Amarok c’est un garçon gentil, de mon âge que j’ai rencontré dans un bar un soir, il y a de cela quelques semaines. Si je me souviens bien, il a été intrigué par ma couleur de peau et n’a pas pu s’empêcher de me demander si j’avais des origines amérindiennes, comme lui. Bon, je lui ai tout de suite dit que non, que moi, c’était africaines, mais on a continué de parler et comme il est sympathique, il n’y avait aucune raison que je ne le revois pas par la suite. Enfin, bref, je me retrouve à sonner à sa porte quand une ou deux minutes plus tard, il vient m’ouvrir avec un grand sourire. « Oh salut Moïra, si je m'attendais a ça ! Ben va-y rentre, tu veux que je te serve quoi ? » Je ne me fais pas prier pour rentrer chez lui et lui fais la bise juste après cela. « Je sais excuse-moi, c’est totalement imprévu mais je passais par là et je me suis dit que je viendrais bien te voir. » S’excuser est la moindre des choses, si ça se trouve il avait déjà du monde, ne voulait pas me voir ou était simplement en train de faire quelque chose. Enfin, Je lui souris et déposa mon manteau sur une chaise dans son entrée avant de me retourner et de répondre à sa requête. « Ecoute, je veux bien juste une grenadine. Je reprends la route après tu sais. » Je le gratifie d’un clin d’œil et après qu’il m’ai invité à m’asseoir, attend sagement ma grenadine. Une fois arrivé, il s’assit en face de moi et je le regarde attentivement. Personne n’aurait pas remarquer les nombreuses contusions qui peuplaient son visage et comme je suis curieuse, je ne peux pas m’empêcher de lui demander, quelque peu taquine. « Alors… On s’est battu avec des chaussures de randonnées récemment ? » Je ris, j’espère seulement qu’il ne m’en voudra pas et que ce n’est pas si grave que cela.

_______________________________

Moïra K. Dallen ❤ Kiara
« She's not afraid of all the attention, she's not afraid of running wild. How comes she's so afraid of falling in love? She's not afraid of scary movies, she likes the way we kiss in the dark but she's so afraid of falling in love. » © sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amarok ♡ look through my eyes


→ INSCRIT DEPUIS : 11/01/2013
→ MESSAGES : 220
→ LOGEMENT : Une maison au centre ville
→ JOB(S) : Patron d'un magasin de randonnée
→ HUMEUR : Bonne



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Une petite visite (Moïra)   Sam 16 Fév - 22:21

« Ecoute, je veux bien juste une grenadine. Je reprends la route après tu sais.

Amarok lui fit la bise et la laissa s'installer au salon et alla dans la cuisine, là il ouvrit le frigo et trouva le sirop de grenadine ainsi qu'une bouteille d'eau à côté d'autres bouteilles d'eau et de coca-cola, il y avait aussi du jus d'orange et du sirop de menthe puis il ouvrit le buffet et s'empara d'un verre, le jeune Amérindien prépara l'eau à la grenadine puis apporta le tout à son amie et s'assit à côté d'elle.

« Alors… On s’est battu avec des chaussures de randonnées récemment ? »

C'était bien la première fois aujourd'hui qu'une personne lui faisait la remarque pour ses blessures de bagarre qui cicatrisaient tout doucement, en plus en le taquinant. Au magasin que cela soit clients ou employés ils n'avaient pas abordé le sujet et puis de toute manière, cela ne les regardait pas ! Le jeune homme répondit en ronchonnant pendant qu'elle buvait sa boisson :

-Pas exactement, je me suis battu oui mais avec un débile ! Nous sommes ennemis et je ne sais pas si cela s'arrangera un jour, car j'ai comme adage : oeil pour oeil et dent pour dent.

Amarok avait ce qu'on pouvait appeler un fort caractère, pour certains c'était un idiot arrogant, fier, colérique, aventureux, rancunier et impétueux, une tête a claque, mais pour d'autres un bon ami, cela dépendait des gens en faites et puis des goûts aussi.

Dans la mythologie Inuit, Amarok était un loup géant qui dévorait les chasseurs imprudents qui sortaient pendant la nuit, mais il aidait aussi les humains en veillant à ce que ces frères loups maintiennent les troupeaux de caribou en bonne santé en éliminant les malades et les faibles. Et en langue inuit, Amarok voulait aussi dire "loup". Le jeune homme, qui éprouvait une véritable fascination pour le peuple Inuit été très fier de porter ce prénom empli de force: celle du loup.

Amarok lui sourit :

-Et toi alors cava ? Cela se passe bien avec les fauves ? Tu ne fais pas trop de pugilats avec eux ?

Il lui fit un petit clin d'oeil en coin tout en attendant sa réponse tandis que dehors les flocons de neige continuaient toujours de tombé doucement.



_______________________________


Amarok Kenaï Delaka
«y'a tant à voir, tant à savoir, le temps d'une vie. Là-bas quelque part, t'attend l'espoir, si tu veux bien y croire. Ne te cache, ne pars pas, ça ira pour toi, toujours, crois-moi, je serai là, pour guider tes pas. Il y aura dans ton voyage des jours pleins de nuages, mais quelque part brille l'espoir si tu veux bien y croire.- RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 04/01/2013
→ MESSAGES : 263
→ LOGEMENT : Dans une maison avec ses parents et son petit frère
→ JOB(S) : Mannequin / Apprentie dresseuse de lions à la réserve du parc de Taleville
→ HUMEUR : Féline



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Une petite visite (Moïra)   Mer 20 Fév - 19:56

Je me me à rire en voyant les coquards et les écorchures qu'il a un peu partout sur le visage. Oui, je ne sais pas s'il en a autre part, il est habillé à l'instant.Enfin, je fit une petite remarque moqueuse en prenant pour prétexte son magasin de chaussures et écoute sa réponse. « Pas exactement, je me suis battu oui mais avec un débile ! Nous sommes ennemis et je ne sais pas si cela s'arrangera un jour, car j'ai comme adage : oeil pour oeil et dent pour dent. » Je n'aime pas ça, je déteste la violence. Enfin, je ne l'accepte que de la part d'un seul, c'est Kendall, l'amour de ma vie. Mais dire que je l'accepte est aussi un grand mot, parce qu'on peut plutôt dire que c'est son petit côté Kaïd qui ma de suite séduit chez lui. Mais bien sûr, quand il se bat avec des gens pour des raisons plus que débiles et qui pourrait être réglé tellement plus simplement, ça m'énerve. Bon, la question ne se pose plus maintenant qu'il m'a quittée sans rien dire... Je ne veux plus voir, même si j'essaie de faire des efforts et que je ne peux vivre sans lui. Enfin, revenons à Amarok... « Tu ne devrais pas te battre comme ça. Même si ce mec est vraiment imbuvable, se battre n'apporte pas que du bien tu sais. Ca soulage drôlement je te l'accorde, mais tu es sûr qu'il n'y a aucun moyen de le régler? » Bon, d'accord je lui fais un peu la morale, mais c'est simplement mon côté mère poule qui ressort et je ne peux pas m'empêcher de ne pas supporter quand un ami souffre ou a souffert. C'est pourquoi je lui propose naturellement mon aide. « Je peux faire quelque chose pour toi Am'? N'importe quoi? » J'étais plutôt inquiète en fait. Inquiète pour lui parce que l'autre, que je ne connais pas, pourrais sérieusement le blesser la prochaine fois.

« Et toi alors ça va ? Cela se passe bien avec les fauves ? Tu ne fais pas trop de pugilats avec eux ? » Un sourire se dessina sur mes lèvres. Je ne savais pas s'il savait vraiment que me lancer sur le sujet des lions et lionnes dont je m'occupe me passionne tellement que je peux en parler pendant des heures et des heures, et je n’exagère à peine, pour sûr! « Oui, je vais super bien! Ecoute avec les fauves ça se passe bien, super bien même! Ce sont des lions et des lionnes tu sais, en plus je suis super contente, une des lionnes du parc est en gestation et donc nous allons bientôt avoir trois lionceaux de plus à notre charge, mais tu ne peux pas savoir à quel point j'ai hâte Amarok! Bon bien sûr, je ne connais encore pas grand chose, je ne suis qu'une apprentie, mais heureusement que Dae' est là, pour m'aider. Dae' c'est comme mon mentor! C'est une fille adorable qu'i elle, s'occupe des tigres juste à côté de là ou j'apprend le métier dont je rêve depuis toute petite! Non vraiment, je ne pourrais être plus heureuse. » Après ce monologue et ces idées balancées dans tous les sens, je prends le temps de respirer, bois une gorgée de grenadine pour me désaltérer et observe mon ami avec plus d'attention. C'est vrai qu'ils n'ont pas du se rater eux deux! Il a quand même du être sacrément amoché même si maintenant, ce ne sont plus que des écorchures.

_______________________________

Moïra K. Dallen ❤ Kiara
« She's not afraid of all the attention, she's not afraid of running wild. How comes she's so afraid of falling in love? She's not afraid of scary movies, she likes the way we kiss in the dark but she's so afraid of falling in love. » © sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amarok ♡ look through my eyes


→ INSCRIT DEPUIS : 11/01/2013
→ MESSAGES : 220
→ LOGEMENT : Une maison au centre ville
→ JOB(S) : Patron d'un magasin de randonnée
→ HUMEUR : Bonne



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Une petite visite (Moïra)   Jeu 21 Fév - 19:19

« Tu ne devrais pas te battre comme ça. Même si ce mec est vraiment imbuvable, se battre n'apporte pas que du bien tu sais. Ca soulage drôlement je te l'accorde, mais tu es sûr qu'il n'y a aucun moyen de le régler? »

Elle lui révélait un petit côté mère poule ! Le jeune Amérindien garda le silence en entendant les paroles prononcées.

« Je peux faire quelque chose pour toi Am'? N'importe quoi? »

Amarok comprenait son inquiétude, c'était normal de se faire du souci pour les gens que l'on apprécie après tout, cela montre que l'on tient à eux, mais Amarok tenta donc de rassurer son amie de son mieux.

-Ne t'inquiète donc pas ! Lui aussi a eue sa rouste et n'est pas dans un état meilleur, nous étions de forces égales. Et puis ce mec m'a fait une crasse et je ne l'aie pas oublié, je suis rancunier et j'ai la dent rancunière mais ça je l'ai déjà dit. Te fait pas de souci va et bois tranquillement ta grenadine.

La conversation changea de trajectoire après qu'il lui eut demandé au sujet d'elle et des lions, à son discours on voyait vraiment une passionnée de fauves.

Oui, je vais super bien! Ecoute avec les fauves ça se passe bien, super bien même! Ce sont des lions et des lionnes tu sais, en plus je suis super contente, une des lionnes du parc est en gestation et donc nous allons bientôt avoir trois lionceaux de plus à notre charge, mais tu ne peux pas savoir à quel point j'ai hâte Amarok! Bon bien sûr, je ne connais encore pas grand chose, je ne suis qu'une apprentie, mais heureusement que Dae' est là, pour m'aider. Dae' c'est comme mon mentor! C'est une fille adorable qu'i elle, s'occupe des tigres juste à côté de là ou j'apprend le métier dont je rêve depuis toute petite! Non vraiment, je ne pourrais être plus heureuse. »

Il comprenait ce que c'était quand on était passionné, son père avait eu la passion pour la randonnée et à sa mort c'était Amarok qui avait dû reprendre le métier de patron, devant interrompre ses études, certes non sans aide, car à cause de sa jeunesse, son inexpérience et de son immaturité sa mère lui avait trouvé un conseiller pour le guider, car il était un jeune patron. Et puis lui-même éprouvait un vrai engouement pour les Inuits.

-Eh bien je suis content que tu ailles bien ça se passe bien pour toi, j'espère que l'accouchement de la lionne se passera bien.

Dans les parcs animaliers il y avait des ours, Amarok n'aimait pas ces créatures qu'il trouvait dangereuse, en plus le pire dans tout ça c'est qu'il ne savait pas d'où cette inimitié pour les plantigrades venait et en plus ils ne sont pas capable de le lâcher, car si lui ne les aime pas, eux l'adore jusqu'à le poursuivre dans ses rêves, car parfois il fait des songes vraiment louches et à des flash bizarre qui mettent en scène ces animaux, bien qu'Amarok n'y prend pas garde, car il met ça sur le compte de la fatigue du travail, car oui être patron d'un magasin c'est comme tous les autres boulot, cela amène son lot de fatigue.

En faites les ours sont les seuls animaux qu'il n'aime pas.

-Comment se porte ton petit frère et tes parents ?


_______________________________


Amarok Kenaï Delaka
«y'a tant à voir, tant à savoir, le temps d'une vie. Là-bas quelque part, t'attend l'espoir, si tu veux bien y croire. Ne te cache, ne pars pas, ça ira pour toi, toujours, crois-moi, je serai là, pour guider tes pas. Il y aura dans ton voyage des jours pleins de nuages, mais quelque part brille l'espoir si tu veux bien y croire.- RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 04/01/2013
→ MESSAGES : 263
→ LOGEMENT : Dans une maison avec ses parents et son petit frère
→ JOB(S) : Mannequin / Apprentie dresseuse de lions à la réserve du parc de Taleville
→ HUMEUR : Féline



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Une petite visite (Moïra)   Sam 9 Mar - 12:54

Il m'inquiète quand même. Amarok est mon ami et je n'aime pas le voir amoché comme ça. C'est quand même dur de se battre avec quelqu'un, surtout que je ne supporte pas ça. D'accord je ne suis pas non plus une bisounours, mais pour moi, la violence ne résout, au contraire, elle ne fait qu’aggraver la hargne et la haine que l'on porte à quelqu'un. « Ne t'inquiète donc pas ! Lui aussi a eue sa rouste et n'est pas dans un état meilleur, nous étions de forces égales. Et puis ce mec m'a fait une crasse et je ne l'aie pas oublié, je suis rancunier et j'ai la dent rancunière mais ça je l'ai déjà dit. Te fait pas de souci va et bois tranquillement ta grenadine. » Bon d'accord, je ne réussirait pas à le convaincre cette fois-ci, mais je n'ai pas non plus dit mon dernier mot. Têtue comme je suis, je ne lâcherais pas cette affaire. Pensive, je sirote ma grenadine et regarde les derniers flocons de la saison tomber. C'est beau la neige. C'est froid, je n'aime pas le froid, mais je suis bien obligé d'admettre que c'est jolie et assez... apaisant à regarder. Enfin, bref, étant une grande curieuse, je ne peut m'empêcher de demander à mon ami: « D'accord, mais dis moi si tu as besoin de quoi que ce soit... Et... Qu'est-ce que ce mec à bien pu te faire pour pouvoir engendrer une telle colère? » Je lui sourit faiblement, lui montrant qu'il n'est aucunement obligé de répondre, je suis juste une grande bavarde et comme il m'a tendu une perche, je l'ai saisi pour savoir voila tout. Qu'il me réponde ou pas, ce n'est pas grave, je ne me vexerai pas pour si peu.

Puis vint mon énorme monologue sur les lions du parc municipal de notre charmante ville. Ha, il m'a posé la question, il n'a pas du être déçu de la réponse! Il ne faut jamais le lancé sur le sujet de ma passion si l'on attend qu'une simple petite réponse, ça non! « Eh bien je suis content que tu ailles bien et que ça se passe bien pour toi, j'espère que l'accouchement de la lionne se passera bien. » Je lui sourit grandement, contente qu'il s'intéresse vraiment à ce que je lui dise. Beaucoup de personne me trouve trop pipelette et décroche au bout d'un moment, mais si lui à réussi à tenir bon et en plus, s'il m'écoute vraiment, il ne peut que me ravir d'avantage. « Merci beaucoup Amarok. J'espère aussi que tout se passera bien! » Je lui sourit de plus belle et embraye de suite sur son job à lui, patron d'un magasin de randonnée. « Et toi? Le magasin tourne bien? Mis à part les batailles de chaussures bien sûr. » Je ris aux éclats une nouvelle fois et le laisse me répondre en finissant ma grenadine que je pose sur la table.

« Comment se porte ton petit frère et tes parents ? » Je soupire légèrement avant de bien me caler dans le canapé. C'est gentil de posé cette question de la part de mon ami Amérindien, mais avec les tensions que j'ai avec mes parents en ce moment, c'est difficile de tout raconter. Je commence donc par mon petit frère. « Mon petit-frère, Moïshe va très bien. C'est d'ailleurs parce que je l'ai emmené chez son meilleur ami que je suis chez toi, il habite à deux rues d'ici. » Un petit sourire avant de soupirer une dernière fois et de me gratter. « Mes parents vont bien aussi. Mais c'est compliqué en ce moment. On se dispute souvent. » J'adresse une légère moue à mon ami. D'accord je suis une vraie pipelette, mais quand quelque chose me touche, je n'ai pas tendance à le déballer devant tout le monde. S'il veut savoir, genre vraiment savoir, je lui dirait sans doute, mais pour l'instant, je garde le silence, et contemple encore les flocons, si gracieux quand il tombent près du rebord de la fenêtre. Oui, je suis quelque peu mélancolique.


[Désolé pour le retard. <3]

_______________________________

Moïra K. Dallen ❤ Kiara
« She's not afraid of all the attention, she's not afraid of running wild. How comes she's so afraid of falling in love? She's not afraid of scary movies, she likes the way we kiss in the dark but she's so afraid of falling in love. » © sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amarok ♡ look through my eyes


→ INSCRIT DEPUIS : 11/01/2013
→ MESSAGES : 220
→ LOGEMENT : Une maison au centre ville
→ JOB(S) : Patron d'un magasin de randonnée
→ HUMEUR : Bonne



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Une petite visite (Moïra)   Dim 10 Mar - 14:12

« D'accord, mais dis moi si tu as besoin de quoi que ce soit... Et... Qu'est-ce que ce mec à bien pu te faire pour pouvoir engendrer une telle colère? »

Pour Amarok c'était vraiment un mauvais souvenir qu'il n'aimait pas se ressasser, rien qu'à y penser il serra les dents et ses poings craquèrent. Ce type, le jeune homme ne pouvait plus se le voir depuis cette fameuse mauvaise blague, et Amarok n'était pas du genre a oublié, c'était un rancunier.

-Notre animosité a commencé par cette mauvaise blague, j'appelle ça plus une crasse qu'une blague mais bon...

Elle lui demanda alors si son magasin tournait bien, étant le seul magasin de randonnée de la ville, Rando tournait extrêmement bien, conseillé et guidé par Chayton, le jeune homme essayait de se débrouiller pour faire marché le magasin de son père. Quant aux employés, ils avaient un bon salaire et ne s'étaient jamais plaints de quoi que ce soit, ben oui Amarok avait beau être sévère avec eux, ce n'était pas pour autant qu'il était un patron cruel et qu'il été adepte du licenciement abusif.

-Eh bien écoute, étant donné que Rando est le seul magasin de randonnée de la ville, il marche plutôt bien, même quand mon père était en vie je t'avoue que j'avais peur qu'avec les loups ce commerce ne marche pas, mais je suis content de voir ce résultat !

Surpris il l'était, mais il y avais des gens dans la ville qui ne craignaient pas les loups et qui aimait bien faire de la randonnée, lui aussi en faisait pas mal durant son temps libre.

- Tu sais, je fais aussi pas mal de randonnée durant mon temps de libre.

Mais il avait aussi très envie de quitté pendant une journée Taleville pour pouvoir faire de la randonnée dans d'autres endroits se situant dans les USA. Puis elle lui parla ensuite de son petit frère et de ses parents, elle lui confia se disputer souvent avec ces derniers...

-Content d'entendre que ton petit frère et tes parents vont bien, mais pourquoi tu te disputes avec eux ?

Il n'avais pas pu se retenir de demandé, ce fut plus fort que lui !

_______________________________


Amarok Kenaï Delaka
«y'a tant à voir, tant à savoir, le temps d'une vie. Là-bas quelque part, t'attend l'espoir, si tu veux bien y croire. Ne te cache, ne pars pas, ça ira pour toi, toujours, crois-moi, je serai là, pour guider tes pas. Il y aura dans ton voyage des jours pleins de nuages, mais quelque part brille l'espoir si tu veux bien y croire.- RAIN BIRD »



Dernière édition par Amarok K. Delaka le Mar 30 Avr - 9:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 04/01/2013
→ MESSAGES : 263
→ LOGEMENT : Dans une maison avec ses parents et son petit frère
→ JOB(S) : Mannequin / Apprentie dresseuse de lions à la réserve du parc de Taleville
→ HUMEUR : Féline



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Une petite visite (Moïra)   Lun 29 Avr - 19:44

Je ne suis pas une fervente admiratrice de la violence, je ne l'ai jamais été de toute manière. Je dois admettre que mon ex était un bagarreur, même plus que ça parfois, quand c'était possible, et je dois bien admettre que le petit côté Caïd m'a toujours attiré chez lui, mais je ne sais pas, la violence ne peut que faire du mal en soit, et je ne supporte pas cette idée. Alors, évidemment, il fallait que je demande pourquoi Amarok éprouvait une telle colère envers ce personnage. « Notre animosité a commencé par cette mauvaise blague, j'appelle ça plus une crasse qu'une blague mais bon... » J'adore Amarok, il sait très bien comment attirée mon attention. Je ne peux donc pas m'empêcher de lui demander en retour, comme une enfant. « Mais raconte moi! Je me languis là. » D'accord, la curiosité est un vilain défaut, mais là, je suis juste obligée, je ne peux guère résister à la tentation, espérons juste que l'amérindien ne va pas mal prendre le fait que je lui demande c'est tout.

Puis je lui demanda si le magasin tournait bien. Dans le fond, si c'est une passion et que mon ami gère bien sa petite boutique, je ne voyais pas pourquoi ça tournerait mal quoi. Mais bon, encore une fois, curiosité oblige... « Eh bien écoute, étant donné que Rando est le seul magasin de randonnée de la ville, il marche plutôt bien, même quand mon père était en vie je t'avoue que j'avais peur qu'avec les loups ce commerce ne marche pas, mais je suis content de voir ce résultat ! » Je n'avais jamais abordée le sujet de la mort de son père avec lui. Ca me mit plutôt mal à l'aise d'ailleurs, mais bon, je vais pas rester là-dessus hein. Je lui adressait donc un sourire bienveillant. « Tant mieux si ça marche! C'est souvent le principal, le boulot aide au moral! » Un petit clin d’œil et hop, limonade engloutit! « Tu sais, je fais aussi pas mal de randonnée durant mon temps de libre. » Ca dans le fond, je m'en doutait certainement. Il devait être passionné de randonnée mon ami. C'est tellement peu commun comme activité que quand on en faisait, on devait pas le faire à moitié! « Ha oui? Et tu va souvent très loin ou pas? Tu fais de nouveaux sentiers? »

« Content d'entendre que ton petit frère et tes parents vont bien, mais pourquoi tu te disputes tu avec eux ? » Ha ça, c'était plutôt délicat à aborder, mais bon, je venais d'être curieuse deux minutes plus tôt en ce qui concernait sa dispute avec un autre mec alors je lui devait bien ça. Et de toute manière, je suis en grande bavarde, et raconter ma vie ne me pose absolument aucun soucis, je suis même parfois une boulette sur patte, je m'en doute bien. « Ho tu sais, c'est assez compliqué. Mais pour faire simple, mes parents m'en veulent parce que je veux prendre mon indépendance et partir de la maison. Je les comprends d'un côté, ils sont très protecteur comme je suis la première, mais à vingt ans, j'ai envie de bouger moi. » Je soupirait mais envoya tout de suite un sourire à mon ami. Après tout, à part ça, je m'entend à merveille avec mes parents et je les adore. Se fritter est parfois la meilleure manière de prouver aux gens qu'on les aime.

Spoiler:
 

_______________________________

Moïra K. Dallen ❤ Kiara
« She's not afraid of all the attention, she's not afraid of running wild. How comes she's so afraid of falling in love? She's not afraid of scary movies, she likes the way we kiss in the dark but she's so afraid of falling in love. » © sleeping ∆ monday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amarok ♡ look through my eyes


→ INSCRIT DEPUIS : 11/01/2013
→ MESSAGES : 220
→ LOGEMENT : Une maison au centre ville
→ JOB(S) : Patron d'un magasin de randonnée
→ HUMEUR : Bonne



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Une petite visite (Moïra)   Mer 22 Mai - 10:17

« Mais raconte moi! Je me languis là. »

Amarok soupira en marmonnant un peu, il finit cependant par lui raconté la totalité de la crasse, comment un jour lui et ses potes lui ont baissé le pantalon devant quelques habitants de Taleville ainsi que des étrangers, leur montrant le boxer bleu qu'il portait. Pour un jeune homme aussi fier, il s'agissait d'une insulte impardonnable et inoubliable qu'il avait en travers de la gorge. Les ricanements des plaisantins lui revenaient encore à l'esprit, et Amarok ne supportait pas qu'on se foute de sa gueule.

-Il m'a baissé le pantalon devant des habitants de Taleville. Tu te vois en petite culotte ou en string devant des habitants et des étrangers de la ville toi ?

En tout cas, ceux qui avait observé ça ne s'étaient pas permis de se moquer, ils n'avaient pas eu trop envie d'encourir la colère de l'insulté.

« Tant mieux si ça marche! C'est souvent le principal, le boulot aide au moral! »

Amarok lui sourit, soulagé qu'elle change de sujet, c'est vrai que son commerce fonctionnait bien en plus Taleville accueillait aussi des étrangers (ndlr: liés aux contes ou non) qui trouvaient la ville et qui s'y refaisaient une nouvelle vie, et donc ça lui faisait de nouveaux clients en plus des anciens et puis il n'était pas désagréable de voir de nouvelles têtes, cette petite bourgade en a bien besoin ! En bref, l'amérindien trouvait ça super !

-En plus on a des étrangers qui s'installe en ville, je trouve que c'est génial, ça ne peux que faire du bien aux Talevilliens que nous sommes de voir de nouvelles têtes et ça prouve que cette ville est accessible aux gens qui en ont besoin ! Qu'est ce que tu en pense toi ?

Elle lui parla ensuite de la randonnée, en faites il restait dans les environs de Taleville, mais Amarok mourrait d'envie d'aller faire de la randonnée dans d'autres endroits de l'Amérique, oh oui voir d'autres paysages pour une journée, sentir d'autres parfums, goûter à d'autres sensations et ce n'étais pas ces bêtises concernant la disparition d'habitants de la ville qui allait l'empêcher de sortir de la ville pour obéir à sa soif d'aventure, il fallait juste qu'il trouve l'occasion avec un grand O.

-Je n'ai pas encore découvert de nouveaux chemins, mais je souhaite pouvoir partir de la ville une journée pour faire de la randonnée dans les montagnes d'Amérique. Et franchement, c'est pas les sornettes de disparition qui vont me retenir.

Et puis merde c'étais pas la mort de partir pour une journée et de rentrée en fin de journée ensuite . Si ?

« Ho tu sais, c'est assez compliqué. Mais pour faire simple, mes parents m'en veulent parce que je veux prendre mon indépendance et partir de la maison. Je les comprends d'un côté, ils sont très protecteur comme je suis la première, mais à vingt ans, j'ai envie de bouger moi. »

Amarok posa une main sur l'épaule de son amie :

-Il faut qu'ils te laissent partir sans crainte, tu es grande et je suis certain que tu saura te débrouiller seule. Ils doivent te faire confiance, même si c'est vrai que c'est souvent dur de voir son enfant quitté le nid, ça laisse un vide, une chambre inhabitée mais faut qu'ils se disent que tu ne sera jamais loin d'eux et que tu les aimeras toujours.

_______________________________


Amarok Kenaï Delaka
«y'a tant à voir, tant à savoir, le temps d'une vie. Là-bas quelque part, t'attend l'espoir, si tu veux bien y croire. Ne te cache, ne pars pas, ça ira pour toi, toujours, crois-moi, je serai là, pour guider tes pas. Il y aura dans ton voyage des jours pleins de nuages, mais quelque part brille l'espoir si tu veux bien y croire.- RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une petite visite (Moïra)   Aujourd'hui à 19:47

Revenir en haut Aller en bas
 

Une petite visite (Moïra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Petite visite au casino
» Petite visite virtuelle
» Petite Visite de courtoisie qui pourrait se prolonger ...
» Petite visite à tonton Otomaï
» _Une visite inattendue... #Julian&Cudy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: Blueberry street :: AMAROK K. DELAKA's house-