Partagez | 
 

 I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !

avatar

→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Lun 3 Déc - 16:02



I need the truth... Liar!
ft. Irwin N. Spicerhook

J’avais l’impression que ma vie se disloquait… Il y a toujours pire, j’en suis conscient mais j’avais vraiment cette impression. D’abord le bal où j’avais été incapable d’aider Dae, de la rassurer, de la protéger. Et puis mon attitude au bar avec Chase. Je m’en voulais d’avoir agi bêtement, je ne faisais d’avance qu’aux mecs que je savais intéressés. Hors, pour Chase, je n’en avais pas la moindre idée et sa réaction renforçait ma conviction d’avoir fait une énorme boulette. Alors oui, ces derniers temps… je n’étais pas en grande forme, je faisais juste illusion pour n’inquiéter personne. J’étais presque sûr à cent pour cent que ça marchait en fait.

Bien décidé à ne pas rester enfermé chez moi, seul, à déprimer comme avant, je me décidais à sortir. J’enfilais mes gants, mon écharpe et mon manteau puis m’allumais mon biddies de la journée. Sortir, c’était bien beau mais pour faire quoi ? Manger. Oui, j’avais faim alors je pris la direction du Hungry diner. On pouvait y boire et y manger un petit quelque chose, c’était tout ce qu’il me fallait. Le soir, j’irais au ciné ou je me mettrais un film. C’était un bon programme.
Une fois devant le café-resto, j’écrasais mon biddies et puis j’allais m’asseoir, commandant rapidement ce que je voulais. Un chocolat chaud, un soda, des tapas, un croque monsieur maison et une mousse au chocolat. Chocolat et tapas, de quoi me remonter le moral à bloc jusqu’à la fin de la journée. Heureusement que personne ne me connaissait assez pour savoir que quand j’en arrivais là, c’était quand même grave. Je ne mangeais jamais seul à l’extérieur, je n’allais jamais seul au cinéma, je ne faisais même pas mon footing seul.

Mes mains sur le mug où reposait mon chocolat chaud, brûlant, je regardais la surface onduler et humait l’odeur délicieuse. J’étais fou de chocolat, ça n’était pas un secret mais là, je savourais tout particulièrement mon chocolat, j’en avais besoin. Je soupirais et fermais les yeux, souriant par habitude.
J’allais mal, je devais bien me rendre à l’évidence. Je n’avais jamais été aussi éloigné de Dae. Je n’avais jamais laissé Ayden sans critique à ses regards jaloux. Je n’avais jamais délaissé Jorden. Je n’avais jamais refusé une invitation chez Absolem. Je n’avais jamais décliné une petite séance de course à pied avec Casel. Ça n’était pas si discret que ça au final quand j‘y réfléchissais bien mais s’ils n’en parlaient pas, ils ne pourraient pas savoir, ce qui m’arrangeait. Je ne voulais pas voir Dae débarquer et me demander ce qui se passait parce qu’en fait… j’étais bien incapable de m’expliquer, de me justifier. J’étais à court de mots moi qui ne l’étais jamais depuis quatre ans.
Oh non. Je n’étais pas dans le même état que je l’avais été quand Irwin et moi nous étions séparés. Je ne risquais plus de sombrer aussi bas ou alors, il faudrait que j’aime à nouveau. Et ça… ça n’était pas pour demain. Si ça n’arrivait pas, je m’en satisferais très bien. Non, j’étais juste… déprimé.

J’avalais une gorgée de chocolat quand une silhouette pris place face à moi. Je levais les yeux. À peine en étais-je arrivé à la bouche que je sus… C’était lui… Irwin, je relevais la tête plus vite pour le plonger mon regard dans le sien. Il choisissait bien son jour lui… Comme les requins, il devait sentir quand sa proie était blessée. Je doutais de toute façon qu’il veuille discuter de notre vie de couple passée. Que faisait-il là ?

« Bonjour Irwin… »

Je supportais ça moins bien que je ne l’aurais cru. J’avais le cœur en miettes, il était toujours aussi douloureux mais plus par amour. Je le savais, je l’avais oublié, j’étais passé à autre chose…
© Padmo(hora)

_______________________________

I don't really need
what happened...