Partagez | 
 

 I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Lun 3 Déc - 16:02



I need the truth... Liar!
ft. Irwin N. Spicerhook

J’avais l’impression que ma vie se disloquait… Il y a toujours pire, j’en suis conscient mais j’avais vraiment cette impression. D’abord le bal où j’avais été incapable d’aider Dae, de la rassurer, de la protéger. Et puis mon attitude au bar avec Chase. Je m’en voulais d’avoir agi bêtement, je ne faisais d’avance qu’aux mecs que je savais intéressés. Hors, pour Chase, je n’en avais pas la moindre idée et sa réaction renforçait ma conviction d’avoir fait une énorme boulette. Alors oui, ces derniers temps… je n’étais pas en grande forme, je faisais juste illusion pour n’inquiéter personne. J’étais presque sûr à cent pour cent que ça marchait en fait.

Bien décidé à ne pas rester enfermé chez moi, seul, à déprimer comme avant, je me décidais à sortir. J’enfilais mes gants, mon écharpe et mon manteau puis m’allumais mon biddies de la journée. Sortir, c’était bien beau mais pour faire quoi ? Manger. Oui, j’avais faim alors je pris la direction du Hungry diner. On pouvait y boire et y manger un petit quelque chose, c’était tout ce qu’il me fallait. Le soir, j’irais au ciné ou je me mettrais un film. C’était un bon programme.
Une fois devant le café-resto, j’écrasais mon biddies et puis j’allais m’asseoir, commandant rapidement ce que je voulais. Un chocolat chaud, un soda, des tapas, un croque monsieur maison et une mousse au chocolat. Chocolat et tapas, de quoi me remonter le moral à bloc jusqu’à la fin de la journée. Heureusement que personne ne me connaissait assez pour savoir que quand j’en arrivais là, c’était quand même grave. Je ne mangeais jamais seul à l’extérieur, je n’allais jamais seul au cinéma, je ne faisais même pas mon footing seul.

Mes mains sur le mug où reposait mon chocolat chaud, brûlant, je regardais la surface onduler et humait l’odeur délicieuse. J’étais fou de chocolat, ça n’était pas un secret mais là, je savourais tout particulièrement mon chocolat, j’en avais besoin. Je soupirais et fermais les yeux, souriant par habitude.
J’allais mal, je devais bien me rendre à l’évidence. Je n’avais jamais été aussi éloigné de Dae. Je n’avais jamais laissé Ayden sans critique à ses regards jaloux. Je n’avais jamais délaissé Jorden. Je n’avais jamais refusé une invitation chez Absolem. Je n’avais jamais décliné une petite séance de course à pied avec Casel. Ça n’était pas si discret que ça au final quand j‘y réfléchissais bien mais s’ils n’en parlaient pas, ils ne pourraient pas savoir, ce qui m’arrangeait. Je ne voulais pas voir Dae débarquer et me demander ce qui se passait parce qu’en fait… j’étais bien incapable de m’expliquer, de me justifier. J’étais à court de mots moi qui ne l’étais jamais depuis quatre ans.
Oh non. Je n’étais pas dans le même état que je l’avais été quand Irwin et moi nous étions séparés. Je ne risquais plus de sombrer aussi bas ou alors, il faudrait que j’aime à nouveau. Et ça… ça n’était pas pour demain. Si ça n’arrivait pas, je m’en satisferais très bien. Non, j’étais juste… déprimé.

J’avalais une gorgée de chocolat quand une silhouette pris place face à moi. Je levais les yeux. À peine en étais-je arrivé à la bouche que je sus… C’était lui… Irwin, je relevais la tête plus vite pour le plonger mon regard dans le sien. Il choisissait bien son jour lui… Comme les requins, il devait sentir quand sa proie était blessée. Je doutais de toute façon qu’il veuille discuter de notre vie de couple passée. Que faisait-il là ?

« Bonjour Irwin… »

Je supportais ça moins bien que je ne l’aurais cru. J’avais le cœur en miettes, il était toujours aussi douloureux mais plus par amour. Je le savais, je l’avais oublié, j’étais passé à autre chose…
© Padmo(hora)

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Jeu 6 Déc - 20:05

I need the truth.


« Il y a des jours où je te laisserai bien à la SPA. T'es chiant. Tu le sais, hein ?» D'une main, je repoussai le chat qui revint immédiatement à la charge, se couchant sur l'ordinateur en ronronnant. Je soufflai, blasé par son cirque. Il était aussi chiant que son homonyme. « Non sérieusement. Je vais t'abandonner au bord d'une route si tu ne lèves pas ton postérieur de mon boulot. Allez bouge, Mas'.» Je le poussai pour la seconde fois jusqu'au bord du canapé. Il miaula de mécontentement et revint à la charge. Encore. Et pour la troisième fois, je le repoussai en l'insultant. Vaincu, je me levai suivi du monstre sur pattes miaulant vers la cuisine. Ses miaulants furent de plus en plus pressés. Mais le placard où je rangeais habituellement les boites de nourriture était aussi vide que la place de Wyatt sur le canapé. Mas' se glissa entre mes jambes, quémandant de quoi manger. « T'es vraiment chiant...» Toujours pestant - pourquoi changer les bonnes habitudes ?- j'attrapai un blouson et un peu d'argent. Tout ça pour un chat.

Il ne faisait pas spécialement beau. Un peu froid peut-être. Sortant du supermarché, une poche remplie de boites pour chat, j'allumai une cigarette, remontant le col de mon blouson. Je soufflai la fumée, marchant sans réellement regarder les passants. De toute façon, au fil du temps, j'avais chacun de leur visage gravé dans ma mémoire. Les étrangers se faisaient rares à Taleville. Comme si la ville était maudite... Croiser quelqu'un d'inconnu relevait de l'impossible, voir de l'inimaginable. Même si je ne connaissais pas leur prénom ou leur nom, je les avais déjà vu au moins une fois. Le plus étrange était que parfois, je ressentais une nette aversion sans jamais leur avoir parlé. Et parfois l'inverse. Comme si, finalement, je savais qui ils étaient sans le savoir. Tirant une autre bouffée de nicotine, je saluai vaguement une vieille femme toujours agréable. Diantre. Je me figeai quelques secondes, la main en suspend. Ma vie était...pourrie. Je sortais acheter de la pâté pour mon chat égoïste afin d'avoir la paix et de pouvoir terminer mon boulot pour toucher une paye nécessaire à ma survie. Je saluais les vieilles femmes tout en imaginant que la ville était touchée par un sort inexplicable. J'allais rentré, donner la pâté, m'installer devant l'ordi, une tasse de café pas loin. Était-ce ça vieillir ? À cette allure, dans deux ans, je ne baisais plus et ne sortais plus. Comme ses vieilles pies qui s'amusaient à pourrir la vie des autres en balançant des immondices...quoique, cette dernière option avait quelque chose d'agréable. Pourrir la vie des gens...J'en venais souvent à regretter ma petite romance aux côtés de Wyatt. Je m'ennuyais moins. Il y avait toujours quelque chose à faire. Même le tromper était distrayant ! À quoi bon aller batifoler avec des inconnus s'il n'y avait plus personne pour me faire la gueule ? Assouvir un besoin bestiale de copuler gaiement ? Me prouver que j'étais toujours le sale gosse de vingt ans ? « Il me faut du rhum...»

J'écrasai mon mégot sur le sol et poussai la porte du petit café-restaurant avec flegme. L'odeur du café m'assaillit les narines, m'arrachant inconsciemment une grimace de dégout. Du rhum. Il n'y avait que ça de vrai. Je commandai rapidement mon verre, peu enclin à discuter. Je le bus d'un coup sec. Revigoré, réchauffé, je me dirigeai à nouveau vers la porte dans l'optique de rejoindre Mas', sûrement en train de miauler à s'en décrocher les canines. Je lançai un regard vers le fond de la pièce par pur réflex. Là-bas, assis, Wyatt. Mon coeur a raté un battement. Étrange. Je suis revenu sur mes pas, arborant un sourire en coin. Il était là. Tout seul. Devant un chocolat et des tapas. Il n'était pas au meilleur de sa forme. « Bonjour Irwin...» fit-il. Sans demander de permission, le fixant dans le blanc des yeux, je m'installai en face de lui. C'était définitivement une sale journée. Enfin, j'étais heureux de le revoir après tout ce temps à essayer de le croiser, de le voir rien qu'une fois, histoire de savoir s'il allait bien - et de le récupérer. Avec cette satané pimbêche de Daé, ça relevait du défi. Où l'avait-il trouvé, sérieusement ? « Wyatt...» Je lui souris tendrement comme s'il ne s'était rien passé durant ces quatre années. Je devais le récupérer. Il était à moi. Je l'aimais. Je baissai les yeux sur son assiette et tirai la mousse au chocolat vers moi. « Des tapas, une mousse au chocolat ?» Je connaissais ses petites manies par coeur. Plusieurs années de vie commue ne s'oubliait pas comme ça. Loin de là. Lui aussi devait se souvenir de certains trucs. J'espérais que notre relation le hantait....un peu comme elle me hantait moi. « Tu es dans un mauvais jour ?» fis-je innocemment en trempant un doigt dans la mousse. Sa mousse.

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Jeu 6 Déc - 23:52



I need the truth... Liar!
ft. Irwin N. Spicerhook

Mauvais journée, très mauvaise. Irwin n’aurait-il pas pu choisir un autre jour pour venir taper la conversation avec moi ? Je pensais avoir été clair dans ma chambre en psychiatrie ce jour-là. Peut-être devrais-je le remercier pour ça ? Et pour tout le reste ? L’après épouvantable, les soirées seuls… Dans l’immédiat, je n’étais que rancune à son égard et même si le voit était douloureux, ça me restait. « Wyatt...» Heureux de voir qu’il se souvenait encore de moi… Si heureux était le terme qui convenait. « Des tapas, une mousse au chocolat ?» Oui et alors ? Ça fait un bail que mes cures anti-déprime n’était plus son problème que je sache. Quatre ans ou presque maintenant… « Tu es dans un mauvais jour ?» Comme s’il ne le savait pas… comme s’il ne connaissait pas chacune de mes petites manies… comme si c’était utile de me rappeler qu’il me connaissait par cœur.

Quand il trempa ses doigts dans ma mousse au chocolat, je lui frappais la main. Déjà à l’époque, je ne supportais pas ça, alors maintenant… « Arrête ça. » Je le regardais droit dans les yeux, très sérieusement. « Tu as perdu ce droit depuis longtemps. Tu te souviens ? Tu es venu me voir en psychiatrie… presque en prétendant que tout allait s’arranger. On n’a plus rien à se dire depuis ce jour-là. » Je pensais avoir oublié la trahison, ses trahisons. La vérité ? Je n’avais jamais eu à l’affronter en face. Les vérités… parce que l’autre vérité, c’est que même si je ne l’aimais plus, être face à lui me mettait dans tous mes états. Ce qui s’appelait nous avant planait toujours au dessus de ma tête. Comme une ombre, un vieux fantôme, le souvenir de notre couple heureux me torturait les entrailles et l’esprit. Je ramenais mon dessert jusqu’à moi et entamais mes tapas avec rage. Je tremblais presque tant je n’étais pas prêt à discuter de tout ça avec lui. Je ne le serais sans doute jamais. J’avais cru qu’il était l’homme de ma vie. Je l’avais aimé, je lui avais fait confiance, je m’étais ouvert à lui et il savait tout… Tout ça pour quoi ? Je ne faisais plus confiance à part à Dae, je ne m’engageais plus, je vivais au jour le jour, je fuyais toute relation qui partait vers quelque chose de sérieux pour ne pas souffrir, je passais d’homme en homme. Et je le faisais parce que ça ne faisait pas mal, parce que je n’avais pas à m’impliquer, à m’accrocher et à souffrir. Parce qu’on souffrait forcément.
Je mâchais mon tapas pour finalement fermer les yeux et soupirer. C’était le pire des prédateurs… J’étais déjà à terre, avait-il besoin d’en rajouter ? De venir troubler ma tentative de remise sur les rails, mes rails ? Je soupirais encore, reposant mon tapas. « Qu’est-ce que tu me veux ? » Heureusement, ma voix n’avait pas déraillé.

Comment oublier ? J’avais eu de bons moments avec lui, de si bons moments. J’avais été heureux, je l’avais aimé au point de vouloir mettre fin à mes jours parce qu’il n’était plus là, parce que je n’avais pas suffit, parce que j’étais seul. Je ne l’étais plus, seul… Dae, Jorden, même ce jaloux pathologique d’Ayden… mais sentimentalement, j’étais proche de la traversée du désert. Il n’y avait qu’à voir la façon dont je m’étais comporté avec Chase. Qu’est-ce que je devenais au fond ? Un mec qui se sert et s’en va ? Un mec incapable de protéger quelqu’un à qui il tient ? J’avais du plomb liquéfié dans l’estomac et un maelström de souvenirs et de déception dans le crâne. Je crois que le monde aurait pu s’écrouler que je n’aurais même pas réagi. C’est dire l’apathie dans laquelle j’étais. Moi, si vivant, si jovial, le type qui passait son temps à déconner, j’étais le clown triste du coin, quel beau résultat.
Mais vas-y Irwin, achève-moi, je t’en prie, je n’ai besoin que de ça pour rester à terre. Force un peu plus et tu pourras m’enterrer. Je suis sûr que tu n’attends que ça… me voir tomber, sombre, crouler. J’apprenais au moins ça sur moi… Je n’étais pas fort, je n’étais pas résistant. J’avais besoin des autres pour exister, pour avancer. Moi seul, j’étais faible et je ne valais pas grand-chose. J’aurais peut-être dû la suivre cette thérapie finalement… Mieux, peut-être Dae aurait-elle mieux fait de ne pas m’aider. Génial… Voilà que j’avais des idées morbides.

J’étais abattu. Je passais une main sur mon visage. J’étais las. Je regardais encore une fois Irwin. « Pour une fois… dis la vérité… rien qu’une fois dans ta vie, dis la vérité. Je pourrais encaisser. Je suis un grand garçon maintenant. » Tout était relatif mais être blessé par la vérité était plus supportable qu’apprendre seul la vérité derrière le mensonge parce que tout… tout vaut mieux que les histoires que l’on échafaude. C’était tout ce que je voulais, la vérité. S’il en était capable mais heureusement… je savais au moins reconnaître quand il me mentait à force.
© Padmo(hora)

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Ven 7 Déc - 22:25

I need the truth.


Je grimaçai sous la petite tape, lui envoyant un regard meurtrier par réflex. Le même regard que je lui lançai lorsqu'il me refusait quelque chose, avant. J'aurai dû me douter qu'en quatre ans, il considèrerait toujours le chocolat comme un trésor. Même moi, je passais après cet amas de glucides et gras. J'en aurais presque était jaloux. « Arrête ça. » Il dirigea un regard rempli de sérieux sur moi. Diantre. Où était le regard amoureux ? Enchanté ? Magique ? La petite lueur que j'aimais voir. Celle qui me disait "je suis à toi", "je t'aime". « Tu as perdu ce droit depuis longtemps. Tu te souviens ? Tu es venu me voir en psychiatrie… presque en prétendant que tout allait s’arranger. On n’a plus rien à se dire depuis ce jour-là. » Je fronçais les sourcils, gardant le silence dans l'attente qu'il vide son sac. Qu'il crache sur notre relation. Ça semblait bien parti. Mais que pouvais-je répondre à tout ça ? Que j'avais vraiment voulu arranger un peu les choses ? Parce que je m'étais rendu soudainement compte que je l'aimais ? Que personne ne m'avait tenu au courant de son état ? Comme si, j'étais devenu un espèce de pestiféré dans son entourage... Si j'avais su plus tôt qu'il était si mal, je crois que j'aurais fait un geste. Je l'aurais au moins un peu aidé. Je le regardais malmener furieusement ses tapas. Il avait changé. Il n'était pas le Wyatt d'il y a quatre ans. C'était déstabilisant. On aurait dit...qu'il ne m'aimait plus. J'ai eu peur. Peur qu'il me jette sans une once de pitié. Mais un Spicerhook ne se laisse jamais abattre. C'était bien l'une des seules choses que j'avais retenu de l'éducation de mon père. On tombait pour mieux se relever. Je l'avais perdu une fois, je le récupèrerai et cette fois, ce serait parfait. Qu'importe cette satanée Daé et cet incconu avec qui Mouche l'avait aperçu. On n'oubliait jamais son premier amour, c'était ainsi. Et j'avais la prétention de croire que c'était ce que j'étais à ses yeux. Le premier homme qu'il a aimé. Je l'ai hébergé lorsqu'il en a eu besoin. Je lui ai donné énormément de ma personne. Peut-être même plus qu'à n'importe qui ? « Qu’est-ce que tu me veux ? » Toi ? Que tu reviennes à la maison ? Qu'on se rue dans un lit pour faire des galipettes comme avant ? Que tu me dises que tu m'aimes comme un désespéré ? Que ma présence te manque ? « Pourquoi voudrais-je quelque chose de spécial ? Te voir est agréable...c'est tout.» Depuis quand ne l'avais-je pas croisé dans la rue ? À croire qu'il m'évitait comme la peste. J'apercevais plusieurs fois par jour les mêmes personnes et pourtant...lui.... Depuis l'hôpital, je crois ne pas l'avoir revu. « Et je sais pertinemment que tu n'aimes pas être seul. Je sacrifie le bonheur de mon pauvre chat pour toi... Sois reconnaissant, Wyatt.» Mas' devait être en train de mourir de faim sur le carrelage de la cuisine....

« Pour une fois… dis la vérité… rien qu’une fois dans ta vie, dis la vérité. Je pourrais encaisser. Je suis un grand garçon maintenant. » Je détournai les yeux, les posant sur un petit couple de vieux plus loin. La vérité, quel grand mot ! Comment pouvait-il encore me demander ça ? J'ai le souvenir que la dernière fois que je lui ai plus ou moins dit la vérité, ça a fini en catastrophe. Je n'étais pas un homme fait pour dire ce genre de chose. « Quel intérêt à dire la vérité ? Elle ne te réussit pas vraiment...» J'haussai les épaules et reportai mon regard sur lui. « Je t'ai rarement menti lorsque nous étions ensemble... Sauf à la fin. Mais tu le savais sans que je n'ai eu à te le dire.» Il savait toujours. Lorsque je mentais, lorsque je disais la vérité, lorsque je l'arrangeais un peu. Il me connaissait trop bien pour ma propre sécurité. Je suppose que je n'avais plus aucun secret à ses yeux. « Que veux-tu entendre Wyatt ? Quelle vérité ? Il y a tellement de choses à dire... Le fait que je regrette amèrement ce que je t'ai fait ? Que je n'aurais jamais du te tromper ? Que depuis quatre ans, ton visage me hante ? Que tu étais le centre de ma vie ? Que finalement, je me suis rendu compte trop tard que je t'aimais ? » Et que je t'aime encore après tout ça ? Que je veux te récupérer, qu'on recommence comme avant. Je voulais à nouveau m'assoir à tes côtés sur ce vieux canapé pourri devant un film à deux sous. Je voulais me moquer de toi et de tes petites manies et t'embrasser pour m'excuser. Je voulais qu'on se glisse ensemble sous les draps et ne plus penser à rien d'autre qu'à nous. Je voulais que tu me dises "je t'aime" avec des yeux brillants et amoureux. Je voulais que tu sois à moi et à personne d'autre. « Et toi, regrettes-tu ? Ou suis-je le salaud qui a failli te tuer comme tes amis aiment si bien le souligner ?»

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Sam 8 Déc - 1:14



I need the truth... Liar!
ft. Irwin N. Spicerhook

Je l'écoutais palabrer, raconter des histoires sur son chat. Minute... Son chat ? Depuis quand Irwin était-il capable de s'occuper de quelqu'un d'autre que lui. La question faillit m'échapper mais je me retins de justesse.
Il était gonflé de me dire que j'avais su et que donc il n'avait pas besoin de la dire la vérité. Je voulais l'entendre, j'avais besoin de l'entendre. « Que veux-tu entendre Wyatt ? Quelle vérité ? Il y a tellement de choses à dire... Le fait que je regrette amèrement ce que je t'ai fait ? Que je n'aurais jamais du te tromper ? Que depuis quatre ans, ton visage me hante ? Que tu étais le centre de ma vie ? Que finalement, je me suis rendu compte trop tard que je t'aimais ? » Je voulais la vérité et là, je l'avais. J'en savais même trop, bien trop. J'étais perdu, désespérément perdu. « Et toi, regrettes-tu ? Ou suis-je le salaud qui a failli te tuer comme tes amis aiment si bien le souligner ?» Regretter... Bien sûr que je le regrettais. Et s'il était un salaud ? Oui, ça aussi c'était vrai.

Je soupirais encore. « Écoute... Je peux pas nier qu'on a eu de bons moments, qu'on a été heureux toi et moi, au début. Alors oui, j'ai eu des regrets, j'en ai encore parfois mais tu es aussi ce salaud là. Tu ne peux pas le nier. » J'avais vraiment peur de lui parler, de m'ouvrir à lui. Avec tout ce qu'il avait déjà fait... ce qu'il m'avait déjà fait... J'avais du mal à lui parler, trop de mal. « Je ne peux pas... faire comme si rien n'était arrivé. Comme si j'avais bien vécu ce qui s'était passé entre nous. Je ne te blâme pas pour ma faiblesse, ni pour ma tentative de suicide. Alors ne t'en fais pas, je vais bien. » Ce qui était totalement faux bien entendu. Je n'allais pas bien et cette fois ça n'était pas par sa faute mais bien par la mienne.
Heureusement pour moi, Irwin ne semblait pas au courant pour ce qui était arrivé au bal sinon il l'aurait déjà balancer sur le tapis. S'il le savait, il semblait avoir plus de tact qu'avant. Je finis pourtant mes tapas avec la même hargne que je les avais commencé. Je n'allais pas mieux, mon moment de répit, mon envie de vouloir passer un bon moment était parti en fumée. Merci Irwin. Je repoussais la mousse au chocolat, l'assiette et même ma tasse. Je n'arrivais pas à me sentir mieux malgré mon petit rituel. Je passais donc une main dans mes cheveux. Si j'avais pu, je me serais écroulé sur la table et j'aurais pleuré. Je n'avais jamais eu peur de pleurer, même en face de lui mais ça... je n'étais pas à la maison. Non, je n'étais pas chez moi..., il n'y avait que mon appartement et moi. Pas de lui et moi, jamais ! Plus de nous, juste moi.

Je fermais les yeux pour prendre mon courage à deux mains. « Si tu veux parler, on parlera. Je te le promets. Je suppose que je te dois bien ça après t'avoir éviter mais pas maintenant, pas aujourd'hui. C'est vraiment pas le moment. Fini la mousse au chocolat si tu veux. » Je ne savais vraiment pas quoi faire. Je n'étais même pas sûr de réussir à sortir d'ici sans qu'il me suive. D'ailleurs, je ne me faisais pas d'illusion. Il y avait peu de chance que je me débarrasse de lui. Irwin n'était pas du genre à lâcher le morceau, il n'avait jamais laissé tomber. C'est entre autre pour ça que j'avais craqué pour lui. Il avait toujours ce qu'il voulait, ce dont il avait envie.

« Je... je dois vraiment y aller. » Je me levais pour aller payer l'addition pour un repas dont je n'avais rien savourer du tout. Tout ce que je voulais c'est retrouver un moment de répit, du calme, de la tranquillité, que je retrouve tout ce qui avait fait de moi le mec amusant. Celui qui avait proposé à Jude de danser en pleine rue alors qu'il était totalement bourré. J'avais un besoin désespéré d'être ce mec-là surtout en ce moment. Je voulais lui prouver qu'il n'était plus rien pour moi, qu'il faisait partie du passé. Mais pour le moment, je n'étais pas moi-même, je n'étais absolument pas l'homme que j'étais d'habitude. L'avait-il seulement remarqué ? D'ailleurs, aurait-il le culot d'en profiter ? Serais-je assez clairvoyant pour le comprendre si ça arrivait ?
Et voilà que je me mettais à avoir des questions existentielles sur tout et n'importe quoi, c'était le bouquet. J'allais rentrer, me descendre une bouteille de tequila en fumant comme un trou devant un film idiot, le tout avec des cookies. Au moins, je serais tellement loin que je ne me soucierais de rien du tout. « Je dois rentrer. À plus tard Irwin. » Ou, je fuyais lâchement, je n'assumais absolument pas. Là, j'étais bien moi, lâche, fuyard et ça m'allait parfaitement, je me démarquais dans ce domaine. Ça, Irwin n'en savait rien, heureusement. Il ne connaissait pas cet aspect-là de ma personnalité puisqu'il avait déclencher cet aspect de ma personnalité.
© Padmo(hora)


Spoiler:
 

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Sam 8 Déc - 10:36

I need the truth.


« Écoute... Je peux pas nier qu'on a eu de bons moments, qu'on a été heureux toi et moi, au début. Alors oui, j'ai eu des regrets, j'en ai encore parfois mais tu es aussi ce salaud là. Tu ne peux pas le nier. » J'aurais grincé des dents si je n'avais pas un minimum de contrôle. Comment pouvait-il affirmer ce genre de chose ? Comme si j'avais souhaité tout ce qu'il lui était arrivé. N'avais-je pas essayer de sauver notre relation à l'époque. J'étais resté malgré les disputes incessantes. J'avais tenté de faire abstraction des autres types. Certes, j'avais lamentablement échoué mais c'était l'intention qui comptait, n'est-ce pas ? « Je ne peux pas... faire comme si rien n'était arrivé. Comme si j'avais bien vécu ce qui s'était passé entre nous. Je ne te blâme pas pour ma faiblesse, ni pour ma tentative de suicide. Alors ne t'en fais pas, je vais bien. » Je plissai les yeux peu dupe face à la supercherie. Il allait bien ? Mensonge. S'il allait bien, il serait en ce moment même avec ses amis de dégénérés à manger autre chose que son repas "tapas-chocolat-croque-monsieur". Je l'avais assez côtoyer moi aussi pour savoir lorsqu'il mentait. Et il ne me blâmait pas ? Second mensonge à mes yeux. S'il ne m'en voulait pas, il ne réagirait pas comme il le fait à ma présence. On serait bons amis. Et non chat et souris. « Laisse-moi douter de la sincérité de tes paroles. Tu me fuis comme la peste. Tu n'as jamais répondu à mes appels. Tu m'as effacé de ta vie. Et tu prétends que finalement, tu ne m'en veux pas tellement ?» fis-je avec un léger ton de reproche. « Je t'ai blessé, j'en suis désolé. Si je pouvais revenir en arrière, je te jure Wyatt, que je ne referais pas tout ça...»

« Si tu veux parler, on parlera. Je te le promets. Je suppose que je te dois bien ça après t'avoir éviter mais pas maintenant, pas aujourd'hui. C'est vraiment pas le moment. Fini la mousse au chocolat si tu veux. » Je lui attrapai l'avant bras par pur réflex. Il n'allait pas s'échapper. Pas maintenant que je l'avais retrouvé. Il ne pouvait pas me faire ça. Me demander la vérité et se tirer comme un voleur. Je serrai ma poigne sur sa peau, ricanant méchamment. « Pas maintenant ? Et quand Wyatt ? Dans quatre ans ? Je te retrouverai ici entrain de te morfondre comme tu as l'air d'aimer si bien le faire ? Où est passé le type qui riait sans arrêt et me chambrer sur mes histoires de pirate ? Je ne vois qu'une pâle copie de lui. Qu' est-ce que tu as ?» La dernière question était plus douce, plus inquiète. Je l'aimais et le voir ainsi avait quelque chose de douloureux. « Et puis il n'y a rien à dire. Je t'aime et je crois que je t'aimerai jusqu'à la fin.» D'aussi loin que mes souvenirs remontent, je ne lui avais jamais dit explicitement. À l'époque, je n'étais même pas conscient que je l'aimais. Pourtant, je lui montrais qu'il comptait énormément sans jamais réellement lui dire ces pseudo mots magiques. Mais j'espérais, qu'en les entendant, ça créerait un petit miracle comme dans les contes stupides où l'amour est la plus grande magie.

« Je... je dois vraiment y aller. » Il se leva, échappant à ma poigne. Il...fuyait ? « Je dois rentrer. À plus tard Irwin. » Je le regardai quelques instants, abasourdi. Puis je saisissais finalement mes boites de chat et m'élançai à sa suite. S'il croyait se débarrasser de moi ainsi, il se fourvoyait complètement. J'étais du genre à m'accrocher. À avoir ce que je voulais. Et présentement, je le voulais le lui. Dehors, je le rattrapai vivement, le tirant par le bras. Franchement, il aurait dû se douter que j'allais le suivre. « Tu ne peux pas me laisser ! » Non, il ne pouvait pas. Je lui offrais la vérité et il s'échappait. Je le tirai un peu plus vers moi, nos visages se retrouvant à quelques centimètres. Je dardai mes prunelles bleus dans les siennes avec colère. « Laisse moi te raccompagner. On peut parler sur le chemin...ou juste passer un peu de temsp ensemble...S'il te plait.» S'il te plait...rares étaient les fois où je prononçais ses mots. J'avais toujours considéré que tout m'était dû. La politesse ne faisait pas réellement parti de mes points forts. Je ne demandais pas la permission, je ne remerciais pas, je ne faisais aucunement preuve de civilité en général. « Tu m'as manqué...tu ne peux pas partir comme un voleur...» Et, poussé par un je ne sais quoi, je déposai un léger baiser sur ses lèvres. Lèvres encore teintées d'un léger gout sucré. Comme avant.


CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Sam 8 Déc - 12:36



I need the truth... Liar!
ft. Irwin N. Spicerhook

Bien sûr que je fuyais... Je fuyais toujours tout maintenant. Les discussions sérieuses, les soucis. Je charriais beaucoup là-dessus mais en dehors de mes propres responsabilités, je fuyais. Quand Dae m'engueulait pour mes coups d'un soir, je plaisantais mais je ne relevais pas plus pour m'expliquer. Je ne voulais pas envisager l'avenir, je ne voulais pas souffrir et curieusement, éviter tout ce que j'évitais ne m'aider pas cette fois. J'étais mis en face de mon plus grand problème, Irwin. L'homme qui avait hanté ma vie, était là, devant moi à s'étendre sur nous.

« Laisse-moi douter de la sincérité de tes paroles. Tu me fuis comme la peste. Tu n'as jamais répondu à mes appels. Tu m'as effacé de ta vie. Et tu prétends que finalement, tu ne m'en veux pas tellement ? Je t'ai blessé, j'en suis désolé. Si je pouvais revenir en arrière, je te jure Wyatt, que je ne referais pas tout ça...» C'était dur, dur d'entendre tout ça parce que ça me touchait, ça me touchait vraiment et il n'avait pas tout à fait tort, je lui en voulais sans doute encore un peu puisque c'était si douloureux de le voir en face de moi. « Non, je ne t'en veux plus autant qu'avant. Et c'est vrai. Mais je ne suis plus le même suite à tout ça, tu dois le comprendre quand même... ça n'a pas été facile à vivre. » Il n'avait cependant pas fini, pour mon plus grand malheur. « Pas maintenant ? Et quand Wyatt ? Dans quatre ans ? Je te retrouverai ici entrain de te morfondre comme tu as l'air d'aimer si bien le faire ? Où est passé le type qui riait sans arrêt et me chambrer sur mes histoires de pirate ? Je ne vois qu'une pâle copie de lui. Qu' est-ce que tu as ? Et puis il n'y a rien à dire. Je t'aime et je crois que je t'aimerai jusqu'à la fin. » Il m'aimait... j'aurais voulu pouvoir en dire autant, j'aurais voulu lui dire qu'on pouvait reprendre là où on en était, sans les autres hommes dans sa vie mais... Je ne pouvais pas. Ça me touchait. Ça me touchait bien plus que ça ne le devrait. Le fait de l'entendre le dire... Les mots faisaient mal, terriblement mal. Il fallait que je parte, il le fallait. Je ne pouvais pas affronter ça, je ne pouvais pas l'affronter lui. Je l'aurais voulu, vraiment. De tout mon cœur, j'aurais aimé pouvoir tout lui expliquer clairement, sans rancune, sans peur, sans peine.
Je m'esquivais, je faisais ça tellement bien, m'esquiver. Il fallait que je m'éloigne de lui, de ce spectre qui avait été nous... Mais c'était sans compter sur lui et sa détermination, cette détermination qui me faisait défaut à moi.

« Tu ne peux pas me laisser ! » Je devais le laisser et bien sûr que je pouvais le laisser. Je détournais mon regard du sien tout en sentant son souffle sur ma joue. J'avais si mal... « Laisse moi te raccompagner. On peut parler sur le chemin...ou juste passer un peu de temps ensemble...S'il te plaît.» S'il te plaît... il ne disait jamais s'il te plaît. « Tu m'as manqué...tu ne peux pas partir comme un voleur...» Jusqu'à maintenant, j'avais été muet et juste au moment où j'allais répondre, je ne le pus pas. J'aurais voulu lui dire tellement de chose, que j'en regrettais encore plus, que j'en aurais souhaité bien plus encore. Mais ce baiser... Ses lèvres sur les miennes, aussi léger soit-il raviva aussi bien la douleur qu'un sentiment de perte immense. Bien malgré moi, ce baiser léger devint autre chose. Mes lèvres reconnaissaient les siennes, son étreinte me réchauffait. Je nous revoyais lui et moi, amoureux, heureux. Et puis je me suis souvenu des attentes interminables, des mensonges, des amants, des disputes, de la douleur. Il était le premier homme que j'avais aimé et le seul mais toute la souffrance que notre relation avait engendré avait occulté les bons moments. Ça ne voulait dire qu'une chose... Je ne pourrais jamais oublier, lui refaire confiance, l'aimer à nouveau. Alors je me séparais de lui, je reculais pour mettre de la distance entre nous. Je déglutis et respirais ensuite à fond. Je tremblais et je ne cherchais pas à m'en cacher. « Je ne peux pas Irwin... Je suis incapable d'oublier la douleur et la peine que j'ai ressenti. Il n'y a plus que ces souvenirs-là, ceux qui sont douloureux. Je ne veux plus de ça, je ne veux plus de ce nous. Je suis désolé. Je suis incapable d'aimer à nouveau, c'est comme ça. » Et c'était sa faute en grande partie...

Je me retournais pour me figer. Mon cerveau avait commandé à mon corps de s'arrêter net mais pourquoi ? L'information arriva bien vite. Dae. Dae était là, devant moi. Elle semblait furieuse, réellement furieuse. Je ne savais pas trop comment réagir. Avait-elle vu ? Entendu ? Ou bien c'était parce que je l'avais éviter ces derniers temps ? Elle avait toutes les raisons de m'en vouloir mais si elle avait vu que je venais d'embrasser Irwin comme je l'avait fait, j'étais un homme mort.

« Dae... » Vachement profond comme parole mais je n'osais pas bouger, son regard me figeait sur place.
© Padmo(hora)


Spoiler:
 

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Lun 10 Déc - 20:57

I need the truth.


Comme s'il pouvait m'échapper. J'avais toujours eu ce que je voulais et ça n'allait pas changer. On ne disait pas non à Irwin. C'était ainsi. Tout le monde le savait et on ne me contestait pas. Il avait expérimenté ma détermination à mainte reprise lorsque nous étions ensemble. Lorsqu'il disait non, je m'arrangeais pour le faire changer d'avis. Implicitement ou explicitement. J'avais parfois conscience que ça pouvait être chiant pour les autres...mais qu'importe ! J'étais égoïste et je ne m'en cachais pas.

Se fut une surprise certaine lorsqu'il répondit à mon simple baiser. Simple réflexe ? Ou était-ce son subconscient qui s'exprimait ? Quoiqu'il en soit, je m'en foutais royalement sur le moment. C'était si bon de retrouver ses lèvres, qu'un ouragan aurait pu soudainement éclater que je ne me serai rendu compte de rien. C'était comme replonger quatre ans en arrière. Comme effacer les années qui venaient de s'écouler. Je crois que j'en aurai hurlé de joie. C'était délicieux, magique...C'était Wyatt. Mon Wyatt. Lorsque ses lèvres quittèrent les miennes, je grognai légèrement de mécontentement. Qu' est ce qu'il foutait bordel ? Il tremblait loin de moi comme si, ce qu'il venait de faire était la pire chose du monde. Non, non, non et non ! « Je ne peux pas Irwin... Je suis incapable d'oublier la douleur et la peine que j'ai ressenti. Il n'y a plus que ces souvenirs-là, ceux qui sont douloureux. Je ne veux plus de ça, je ne veux plus de ce nous. Je suis désolé. Je suis incapable d'aimer à nouveau, c'est comme ça. » Je m'avançai vers lui, le saisissant doucement par les épaules. Le passé c'était le passé ! Vivre avec ce genre de souvenirs n'avait rien de bon. Je le voulais, c'était viscérale. Avant il m'obsédait mais ne pas le voir freinait légèrement ma détermination. J'avais abandonné l'idée d'un nous mais maintenant...c'était tout autre chose. Il avait répondu à mon baiser ! « Mais le passé est révolu ! Je ne suis plus comme ça, je te le promets...on se fera de nouveaux souvenirs, je t'apprendrai à m'aimer...» Diantre ! J'avais l'air d'un désespéré... c'était parfaitement parfait ! Qui ne craquerait pas ? Surtout lui. « J'ai changé...regarde, je sors acheter de la nourriture pour mon chat...» fis-je à moitié sérieux en agitant ma poche. Les animaux n'avaient jamais été mon truc. J'avais même tendance à les exécrer, tout comme les enfants et les femmes. Alors savoir que j'avais un chat ne pouvait qu'approuver mes dires. Même si finalement, j'étais entré en possession de Mas' par force...et non par envie.

Puis mon regard fut attiré par une silhouette un peu plus loin. Une grimace de dégout - ou de répugnance au choix- étira mes lèvres. Le Ragnarök n'était rien à côté de ce qui allait arrivé. Ça sentait le massacre à plein nez. Toujours là quand il ne fallait pas. Ne pouvait-elle pas aller vaquer à ses occupations ? Aller faire mumuse avec ses sales bestioles en espérant que l'un d'eux est la charmante idée de la croquer pour son gouter ? Était-ce trop demandé ? Sérieusement ? « Dae... » Très développé. Je roulai des yeux, peu impressionné par cette sale peste. Combien de fois m'étais-je retrouvé en face d'elle ? Un sourire factice sur le visage, je m'avançai aux côtés de Wyatt l'air de rien. « Dae. Ça fait longtemps. Toujours aussi jolie et rayonnante ! » Enfin, aussi femme, chiante, au regard meurtrier. Elle allait bousiller tous mes efforts. «Qu'est-ce que tu fais dans le coin ?»

CODE TOXIC GLAM

Revenir en haut Aller en bas
Admin | I'M THE BOSS
« I wanna see what life is, with you »


→ INSCRIT DEPUIS : 01/06/2012
→ MESSAGES : 753
→ LOGEMENT : En colocation dans une maison du centre-ville avec Ayden (Aladdin) et Jorden (Abu)
→ JOB(S) : Dresseuse de tigres de la réserve du parc municipal
→ HUMEUR : CEY PO UN TEMPS A METTRE UN TIGRE DEHORS ! /BOUM



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Mer 26 Déc - 22:19



I need the truth... Liar! feat Wyatt & Irwin

N’arrivant pas à dormir, je m’étais levée tôt pour aller passer la matinée à la réserve. C’était une habitude, que j’eusse des heures de travail ou non, lorsque je n’étais pas bien ou que je m’ennuyais, j’allais retrouver les tigres pour m’occuper d’eux. Le patron ne m’avait jamais rien dit et je n’avais jamais demandé de me faire payer en supplément. D’ailleurs, j’aurais été bien prétentieuse de le réclamer, avec l’argent de la famille. J’étais donc restée auprès des bêtes, à les dresser, les câliner, profiter de leur compagnie tout simplement. Je les apprécie particulièrement ; je ne serais pas devenue ce que je suis si ça n’était pas le cas de toute façon… Mais ils sont intelligents et pas désagréables pour un sous. Il suffit de ne pas les chercher, voilà tout. Je quittai donc le grand enclos en fin de matinée, alors que mon estomac commençait à sérieusement protester. Je fis un saut à la maison, histoire de reprendre une douche et de me changer, avant de décider de prendre la direction du Hungry Diner. Je n’avais franchement pas la foi de me faire à manger.

C’était un bar restaurant très agréable où j’avais l’habitude de me rendre depuis quelques années déjà. Avec les garçons ou seule, d’ailleurs. J’y aimais beaucoup l’ambiance et surtout la carte – moi, gourmande ? Que nenni. Enfin, je ne trompais personne. J’arrivai donc devant la porte et ne compris pas immédiatement ce que j’avais devant les yeux. A une table, il y avait Wyatt. Wyatt que je n’avais quasiment pas vu depuis le fameux bal qui avait retourné tous les esprits, fait des blessés, et même une morte. Je frissonnai en y repensant. Il était mal en point, je le savais bien. Simplement en face de lui se trouvait Irwin. Je grinçai des dents sans m’en rendre compte. Je mis un temps sans me décider à franchir la porte, observant la scène. Je ruminai dans mon coin et je savais très bien que j’allais finir par exploser. Déjà que Wyatt était totalement à l’ouest, il fallait que cette ordure vienne le perturber encore plus.

Jusqu’à ce que finalement, Wyatt ne se lève. Je le regardai échapper à la poigne d’Irwin, alors qu’il n’avait même pas encore remarqué ma présence derrière la grande vitre de la porte. Ils étaient proches ; trop proches. Je fronçai les sourcils en prenant une respiration saccadée par l’énervement. Les mains sur les hanches, je le vis embrasser mon brun en émettant une protestation que je fus seule à entendre évidemment. Mais qu’est-ce qu’il avait dans la tête ! Lorsqu’ils se séparèrent, je ne compris pas de suite si Wyatt avait réellement cédé où s’il lui faisait une tirade lui expliquant l’inverse. J’avais à présent la main crispée sur la poignée et fus étonnée de ne pas avoir été dérangée par des arrivants ou des clients qui sortaient. J’étais vraiment en plein milieu. Mais pour le coup, ça m’était vraiment égal. C’est au moment où je sentis mes joues bouillonnantes que je me décidai à entrer. Si ça devait exploser, que ça se fasse à l’intérieur m’importait peu. J’aurais tout le temps de les sortir par la peau du cul pour exposer leur vie une fois dehors.

Je tirai donc la porte avec rage et me plantai en face d’eux, proche mais pas trop, histoire de ne pas céder à l’envie de me ruer sur l’ordure qu’était Irwin. C’est alors que Wyatt se détourna de lui et m’assimila enfin dans son champ de vision. « Dae… » Non, le Père Noël pardi ! Je plissai les yeux, ne sachant pas quoi lui répondre tellement ça se mélangeait dans mon cerveau. Une leçon de morale pour lui, des insultes pour Irwin, il y avait un peu de tout et ça n’était pas encore assez clair pour que je puisse déballer le tout convenablement. Je vis la grognasse lever les yeux au ciel mais n’y réagis pas. Il n’attendait que ça. « Dae. Ça fait longtemps. Toujours aussi jolie et rayonnante ! » C’est qu’il me cherchait, en plus… « Qu'est-ce que tu fais dans le coin ? » Je pris une inspiration pour tenter de me calmer. Non, je ne devais pas exploser maintenant, pas dans le restaurant. Si j'avais terriblement envie de lui répondre « De la poterie, on m'a dit que c'était l'endroit idéal. » je me contentais d'autre chose, tout aussi radicale. « Qu’est-ce que ça peut te foutre ? » Je gardai un certain contrôle mais je savais bien qu’il ne resterait pas là bien longtemps. Alors je tendis une bras et indiquai la porte derrière moi. « Dehors. Tous les deux. » Qu’Irwin essaie un peu de me dire qu’il n’avait pas de compte à me rendre, pour voir…

Je les suivis du regard pendant qu’ils sortaient puis pris leur suite en refermant la porte avec soin. Je n’avais pas l’intention d’aller bien loin pour me libérer et je ne souhaitais pas vraiment faire partager les clients de nos problèmes personnels. Une fois en face d’eux, je savais pertinemment que Wyatt avait évité mon regard depuis mon arrivée. Je me tapotais frénétiquement les lèvres du bout des doigts. Et puis je pris une inspiration. « Oui, je sais que le bal, ça a été dur. Et je sais que tu me fuis comme la peste depuis, qu’est-ce que tu croyais ? Que je ne le remarquerais pas ? Ça t’avances à quoi d’agir comme ça, hein ? Un moment ça va, mais aller te pourrir ainsi à cause ça, et finir contre lui, mais ça va pas bien la tête ?! A quoi tu penses bon sang ? Tu crois que tu vas gentiment aller faire des galipettes, et finir à nouveau sur ton banc ?! » J’agitai les bras et je me déplaçai pour trouver son regard qui ne voulait définitivement pas affronter ma colère. Je savais bien qu’en parlant du banc et de ce que ça impliquait, je faisais mal. Mais le but, là, c’était lui remettre les idées en place. Qu’il se rende compte des conneries qu’il faisait et qu’il se reprenne en main. Et alors que j’allais continuer, je soupçonnai Irwin de trouver ça amusant. « Ça te fait rire ? Qu’est-ce que TOI tu fous là, d’abord ? Tu pourrais pas pour une fois dans la vie lui foutre la paix ? Le laisser et SURTOUT ne pas aller l’emmerder quand il est vulnérable ? T’as vraiment aucun amour propre ?! » Pour le coup, je n’en avais sacrément rien à faire de l’énerver ou non. Merde, Wyatt était dans un sale état, je n’allais certainement pas laisser passer ça. Manquerait plus que je parle de Chase, ça serait le pompon.
code par (c) eylika. gif de tumblr


_______________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://search-games.forums-actifs.com/
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Jeu 27 Déc - 20:33

[quote="Wyatt M. Hawkins"]


I need the truth... Liar!
ft. Irwin N. Spicerhook

Je voulais m’enfuir à toutes jambes. Affronter Irwin était au dessus de mes forces. La preuve puisque je lui avais cédé. Je n’aurais jamais dû craquer et l’embrasser ou du moins, partager son baiser. J’étais un sombre idiot dépressif et sur le point de craquer bien comme il faut. « Mais le passé est révolu ! Je ne suis plus comme ça, je te le promets...on se fera de nouveaux souvenirs, je t'apprendrai à m'aimer... J'ai changé...regarde, je sors acheter de la nourriture pour mon chat... » J’avais envie de rire jaune. Il ne changerait pas… je ne tomberais pas dans le panneau une fois de plus, j’avais déjà donné. « Hors de question Irwin. Je ne retomberais pas dans tes filets, ni dans tes bras. Je suis ravi de savoir que tu as un chat que tu aimes mais je ne peux pas. »

Et puis elle arriva… Dae, pour nous sortir de là. J’allais m’en prendre plein la gueule pour pas un rond. Je l’avais laissé tomber, j’avais joué les fantômes et j’avais merdé remarquablement. En plus, cet idiot s’amusait à la provoquer, brillante idée. Je n’avais aucune envie d’être confronté à la colère de Dae, je la connaissais trop bien. La preuve avec la réponse qu’elle lui balança au visage. Je n’avais vraiment aucune envie de discuter de ça à l’intérieur, pas plus dehors d’ailleurs mais je n’avais pas le choix, c’était évident, il n’y avait qu’à voir son regard.
Première salve de reproches, pour moi, logique, je suis le meilleur ami qui avait disparu pendant un petit moment. « Oui, je sais que le bal, ça a été dur. Et je sais que tu me fuis comme la peste depuis, qu’est-ce que tu croyais ? Que je ne le remarquerais pas ? Ça t’avances à quoi d’agir comme ça, hein ? Un moment ça va, mais aller te pourrir ainsi à cause ça, et finir contre lui, mais ça va pas bien la tête ?! A quoi tu penses bon sang ? Tu crois que tu vas gentiment aller faire des galipettes, et finir à nouveau sur ton banc ?! » Je n’osais évidement pas la regarder, comme si j’étais capable de lui faire face. Elle avait raison, elle avait plus que raison. Mais j’avais merdé au bal, j’avais vraiment merdé, j’avais été incapable de la protéger. Quant à mon banc… Je ne referais pas une chose pareille et quand je me décidais enfin à ouvrir la bouche pour protester, elle se retourna vers Irwin. Trop tard pour me justifier. « Ça te fait rire ? Qu’est-ce que TOI tu fous là, d’abord ? Tu pourrais pas pour une fois dans la vie lui foutre la paix ? Le laisser et SURTOUT ne pas aller l’emmerder quand il est vulnérable ? T’as vraiment aucun amour propre ?! » Quand elle se mettait en colère, elle ne le faisait pas à moitié, je la soupçonnais même d’avoir attendu ça avec impatience. Elle avait toujours voulu descendre Irwin en flèche.

Il me fallut quelque seconde avant de réagir vraiment pour de bon. « Je… Tu me crois assez con pour vouloir retenter de mettre fin à mes jours ? Je suis peut-être… à l’ouest mais je ne suis pas enterré si profondément que ça. » Bon, si, je l’étais au moins autant que quand Irwin m’avait quitté mais les dégâts étaient de nature totalement différentes. « Écoute Dae… je suis désolé mais crois-moi, je ne compte pas retourner avec lui. » Je me retournais donc vers Irwin. « Et toi… ne va pas croire que ce baiser était un début de quelque chose. Je suis incapable d’oublier, vraiment incapable. Je t’ai aimé, vraiment mais… » Je n’étais plus capable de vivre quelque chose de ce genre avec quelqu’un par sa faute. Je n’arrivais plus à aimer sincèrement et juste au cas où j’en étais quand même capable, je fuyais.
Quoi que si j’étais franc avec moi-même… Si Dae n’était pas arrivée à temps, j’aurais quand même peut-être bien replongé et j’aurais rouvert les vieilles blessures. Ça m’aurait fait beaucoup de mal mais ça aurait quand même suffit à m’éloigner pour de bon je crois. Je me serais rendu compte que tout ça était fini, que ça me faisait trop mal alors je serais parti sans m’expliqué, j’aurais fui une fois de plus sans m’expliquer et rien n’aurait été résolu. « Je t’ai aimé, il y a longtemps… » Pourquoi avait-il fallu que je sois aussi lâche ? Que je n’assume rien, jamais ?
© Padmo(hora)

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]   Aujourd'hui à 10:13

Revenir en haut Aller en bas
 

I need the truth... Liar! [Irwin & Wyatt]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Wyatt Legrand
» « Truth or Dare ? » feat. Hareton Blitswick
» Le règlement du Liar Game !
» South Park: The stick of Truth
» [Cimetière] Le Bureau du Liar Game Tournament viendra chercher son argent... par tous les moyens.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-