Partagez | 
 

  “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Dim 18 Nov - 13:15


“ – please, please talk to me,
I'll loose myself for you if you don't look at me.
Jude-mei Roseberry & Spencer L. Weber

Il détestait l'hôpital et il avait l'impression qu'il devait y retourner constamment, encore et encore. Comme obligatoirement lié à cet endroit froid, blanc et silencieux. Les pas de Spencer s'entendaient dans le couloir de l'hôpital. Une infirmière passa à ses côtés le saluant légèrement. Il venait de sortir, parce qu'il ne pouvait pas fumer dans l'établissement et dieu sait qu'il avait besoin de sortir. Une cigarette, c'était ce dont il avait eu besoin. Une bonne et longue cigarette. Il s'était assis devant l'hôpital, sur l'un des bancs devant et avait fumé. Il avait regardé le temps passait, il avait fixé l'horizon devant lui sans jamais s'arrêter jusqu'à ce que quelque chose lui brule les doigts et qu'il se rende compte que sa cigarette était finie. Il avait beaucoup de mal dernièrement. Quelque chose d'horrible au fond de la gorge lui donnait presque envie de pleurer constamment. Il y a l'accident de Katherine d'abord, cette image horrible de la berline noire l'écrasant, le son des pneus, son regard. Spencer avait beaucoup de mal à ne pas être indifférent à ce qu'il lui été arrivé, parce qu'il s'était sentie coupable de son état. Comme responsable, parce qu'il aurait dû arrêter la jeune femme et foncer à sa place.

Et puis il y avait eu le bal. Il y avait eu Chandler et ses coups de feu, Il y avait eu la peur et l'inquiétude. Et le sang de Jude sur ses mains tremblantes. Il avait encore l'impression d'être dehors, la belle dans ses bras presque inconsciente. Le coeur accélérant trop rapidement et le besoin de la mettre en sécurité. Depuis la mort de son père, Spencer avait fait tout son possible pour redevenir ce quelqu'un de bien, cette personne qui avait vu le jour, ce grand-frère aimant, cet ainé de la famille modèle. On peut dire que dans un certain sens il avait réussi puisque dans la ville il été très respecté et il ne manquait jamais d'aller vers les gens pour prouver qu'il était vraiment ce qu'on disait de lui. Mais dernièrement il commençait à douter. A perdre le contrôle parfois, parce que Chandler l'avait trahi, parce que Scott était encore là. Parce que la vie se foutait royalement de sa gueule et parce qu'il aimait Jude. Il l'aimait, c'était un étrange et puissant sentiment. Et parce qu'il l'aimait il était incapable de laisser sa haine dans un coin. Il était incapable de ne pas agir contre Chandler et contre ce qu'il avait fait.

Les pas du rédacteur en chef s'arrêtèrent devant la porte de la chambre ou Jude-mei se trouvait. Elle était allongée là, elle venait de passer la nuit dans la salle des urgences, sous les bistouris des médecins qui tentait d'arranger les choses. Et lui, il devait attendre. Il devait patienter que le docteur revienne, qu'on lui dise qu'elle va bien, que les choses vont s'arrangeait. Spencer n'avait pas pris la peine de rentrer chez lui. Il était toujours vêtu de son costume, dont la veste ouverte montré la chemise blanche taché. Les manches étaient remontés, ses cheveux en bataille et son regard étaait fatigué. Il ouvrit la porte doucement, pour ne pas réveiller Jude dont les constantes étaient bonnes. Il s'installa sur une chaise, près du lit de la Jeune femme et s'étira un instant avant de fixer Jude. Elle avait l'air si paisible, si tranquille. Il se demandait comment elle allait réagir, comment elle se sentait vis-à-vis de la soirée du bal et de ce qu'il s'était passé. Il attrapa sa main, posant ses coudes sur le lit et déposa un baiser sur la main de la jeune femme.

« - Jude ? » il avait l'impression qu'elle ouvrait peu à peu les yeux. Qu'elle se réveillait de son sommeil. « - Est... Est-ce que ça va ? »



_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Sam 24 Nov - 18:21


“ – sorry, sorry my love.
please, forgive me. i don't want to lie you.
Jude-mei Roseberry & Spencer L. Weber

J’étais en train de rêver. Pire, j’étais en train de faire un cauchemar. Oui, il n’y avait que ça comme solution. Ce n’était pas la réalité. C’était impossible. Ce bal, ces masques, ces robes, ces rires… Puis, ce masque différent, ce coup sonore, perçant et brutal et cette douleur dans tout mon corps. Tout ceci relevait de mon imagination. J’étais juste en train de dormir. Tranquillement. Avec Spencer. C’était juste un cauchemar… Rien qu’un cauchemar. Cependant, la douleur me reprit à vif. Je me mis à crier, à hurler tellement fort que j’allais certainement perdre ma voix. Les larmes montèrent, puis roulèrent sur mes joues. Alors, je compris que rien ne venait de mon imagination mais plutôt que c’était la réalité, la triste réalité. Les souvenirs me revinrent brusquement : ce bal qui avait été organisé par le maire, comme chaque année, puis cet homme qui m’avait tiré dessus avec un sourire narquois et hautain, à la limite du sadisme, cette balle dans mon omoplate et mes cris remplis de douleurs. Je me souviens aussi que Spencer avait réapparu et on s’était faufilé parmi les autres invités de la soirée, la peur au ventre, main dans la main. Puis, j’avais vu le regard de Spencer changé à la vue du sang sur ma robe : l’angoisse l’avait envahi. Je m’étais alors retrouvée dans ses bras, tout contre lui, mais trop affaiblie, j’avais plongé dans un sommeil profond, rempli de noirceur. La douleur avait disparu.

[…]

J’ouvris finalement les yeux. Le réveil fut brutal. Trop brutal d’ailleurs. La lumière me piqua. Je décidai de refermer les yeux. Ca allait mieux. En plus, j’avais mal au crâne. Terrible. Atroce. Je posai ma main sur mon front, suppliant Dieu – dans l’hypothèse qu’il existait bien – de faire cesser ce cauchemar, même s’il provenait de la réalité. Ma vie. Je revis alors les images. Un défilement d’images qui ne dura que quelques secondes. Le bal, Spencer, les masques, une détonation puis des cris stridents remplis de douleur. Je m’étais faite tirée dessus. Par qui ? Certainement Chandler. Pourquoi ? Aucune idée. Mais il m’avait raté. Heureusement. Finalement, les images s’arrêtèrent de défiler après quelques secondes et j’entendis une voix. « Jude ? ». Spencer, mon petit ami. Je devais ouvrir à nouveau les yeux. Mais c’était trop violent. « Est… Est-ce que ça va ? » fit-il à nouveau. Je sentis alors qu’il était encore inquiet. Il avait dû avoir très peur en voyant la balle fourrée dans ma peau. Finalement, j’ouvris les yeux posant ces derniers sur le visage de Spencer. Ravagé. Son visage était ravagé par l’angoisse, l’inquiétude, la fatigue et j’en passe ! J’essayai alors de lui sourire, serrant doucement sa main afin de le réconforter. Afin qu’il ne s’inquiète plus puisque l’histoire était finie. « Ca va. » murmurai-je, tout en clignant plusieurs fois les yeux. La lumière me faisait trop mal aux yeux. « Enfin, mon omoplate me fait mal. » admis-je, en soupirant.

Au moment où j'allais rajouter encore quelques mots sur mon état de santé, la porte s’ouvrit afin de faire rentrer un docteur. Il me sourit, et commença à me parler tout en écrivant quelque chose sur une feuille. « Mademoiselle Roseberry ! Vous êtes enfin réveillée ! ». Je lui adressai un faible sourire. Pour l’humour, ce n’était pas vraiment le bon jour. Je n’avais pas envie aujourd’hui. Surtout pas après ce qu’il venait de m’arriver. « Mais bon… Le principal c’est que le bébé soit en bonne santé ! ». ET MERDE ! Vous connaissez le docteur qui a mis les deux pieds dans le plat, en faisant la gaffe la plus monumentale de toute sa carrière (oui, oui!) ? Et vous connaissez en prime, à ce moment précis, celle qui était à présent dans la merde ? Bah, c’est moi. Et j’étais royalement fichue… J’en fus bouchée bée, à la limite de perdre la mâchoire du bas. J'en oubliais même ma douleur.

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.


Dernière édition par L. Jude-Mei Roseberry le Lun 8 Avr - 13:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Dim 25 Nov - 12:56


“ – please, please talk to me,
I'll loose myself for you if you don't look at me.
Jude-mei Roseberry & Spencer L. Weber

La mort pouvait changer les choses. Spencer avait toujours ignoré l'importance qu'une personne pouvait prendre dans sa vie. L'importance de la savoir en vie, présente. De savoir qu'elle serait encore là, qu'on pourrait encore la croiser dans la rue ou entendre le son de sa voix dans les prochaines heures. La mort était une horreur. Un rire du destin qui résonnait à des kilomètres et Spencer ne supportait pas ça. Il ne supportait pas l'idée qu'on lui retire quelque chose, qu'on lui enlève une personne qui malgré tout pour lui était plus que très cher à son coeur. Il ne faut pas croire que Spencer n'avait jamais aimé son père par exemple. Malgré les coups, la haine, la colère et le regard de déception, Spencer avait aimé son père plus que n'importe qui.

Quant à Jude. Jude il l'aimait. Jude était un souffle d'air frais dans un désert chaud et sec. Jude était un parfum doux et apaisant, une mélodie salvatrice et réconfortante. Elle faisait ressortir de lui ce qu'il y avait de meilleure, de plus vrai. Parce qu'elle ne pouvait mériter autre chose qu'un être parfait, compréhensif et aimant. Jude méritait la perfection. Elle méritait un homme qui serait prêt à tout pour elle. Et Spencer voulait être cet homme-là. Il voulait être cette personne qui ferait tout et n'importe quoi et cette nuit-là. Cette peur qui l'avait alors envahit. Il n'avait pas ressentie ça depuis des années et maintenant il avait l'impression qu'il allait regrettait. Qu'il allait regrettait de s'être tant attaché à quelqu'un comme Jude et d'être désormais si désarmé et faible. Pourtant il ne pouvait pas la laisser, il ne pouvait pas partir sans savoir comment elle allait. Ce qu'elle ressentait, si les choses allaient s'arrangeait. L'inquiétude était le sentiment le plus révélateur et il en prenait conscience.

Bon sang ce qu'il l'aimait, c'était horrible. Lorsqu'elle ouvrit enfin les yeux une partie de Spencer se senti rassuré. Presque comme si une montagne de pression venait en partie de disparaitre. Il sentie la main de Jude qui tenta de se resserrait contre la sienne et on aurait dit qu'elle tentait de lui sourire. Puis sa voix, enfin. Un simple « Ca va. » était largement suffisant pour calmer les plus grandes craintes de Spencer. Alors que Spencer allait rajouter quelques choses il remarqua que Jude voulait parler, mais la porte s'ouvrit. Automatiquement Spencer se tourna vers le docteur qui venait d'entrer. Celui-ci avait l'air bien content de l'état de la petite-amie de Spencer. D'ailleurs, le rédacteur en chef se leva, par respect et parce qu'il voulait tout savoir. Et puis soudain, alors qu'il se leva, Spencer s'arrêta net.

« - Le bébé ? » Spencer posa une fraction de secondes sur Jude avant de retomber sur le docteur. « - Et oui Monsieur Weber, le bébé va bien ne vous inquiétait pas, les constantes sont bonnes. Cependant on va laisser Mademoiselle Roseberry se reposer encore un peu, une infirmière passera plus tard pour vous apporter ce dont vous aurez besoin. »

« - Merci, hum... Est-ce que vous pouvez nous laisser seul un moment ? » Le docteur offrit un sourire à Spencer avant de faire signe que oui de la tête. Il serra la main de Spencer limite pour le féliciter et pour le rassurer avant d'offrir un énième sourire à Jude et de sortir de la chambre de celle-ci. Spencer regarda un moment la porte fermée avant de comprendre ce qui se passait réellement. Il passa sa main devant la bouche, avant de reculer légèrement et de faire quelques pas vers la fenêtre pour fixer l'extérieur.

« - Tu... Tu es enceinte ? » Il se retourna vers Jude pour la regarder droit dans les yeux. Il était complètement paumé et il ne se rendait pas compte encore de ce que cela voulait vraiment dire. Est-ce que Jude le savait ? Est-ce qu'elle lui aurait caché ? Pourquoi ? « - Tu le savais ? Non Attend on en parlera quand tu te sentiras mieux... Enfin qu'est-ce que je raconte, Jude... Est-ce... un bébé ? »


_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Mer 5 Déc - 12:43


“ – sorry, sorry my love.
please, forgive me. i don't want to lie you.
Jude-mei Roseberry & Spencer L. Weber

« Le bébé ? » fit Spencer, étonné. Je me mordis la lèvre, baissant rapidement les yeux. J’avais honte. Et je m’attendais au pire. Spencer ne semblait pas apprécier, ce qui était totalement normal. Soucieuse, et me sentant très honteuse, j’étais donc embarrassée ne sachant plus où me mettre, ni quoi penser. J’étais dans la merde. Mais je n’avais pas eu la force de le lui annoncer avant. De toute façon, je n’allais pas le garder. Ce bébé avait été une erreur… « Et oui Monsieur Weber, le bébé va bien ne vous inquiétait pas, les constantes sont bonnes. Cependant on va laisser Mademoiselle Roseberry se reposer encore un peu, une infirmière passera plus tard pour vous apporter ce dont vous aurez besoin. » répondit le médecin, avec un sourire en coin. J’aurais préféré le contraire ; que cette balle tue le bébé. Non… Quand même pas. Mais j’aurais voulu de ne pas avoir à vivre ce genre de situations. Voir Spencer ainsi. Il allait me détester… « Merci, hum... Est-ce que vous pouvez nous laisser seul un moment ? » dit Spencer à l’attention du docteur. J’allais passer un sale quart d’heure. J’étais vraiment dans la merde. Comment j’allais devoir réagir ? Et s’il me demandait de garder le bébé ? Et s’il me quittait à cause de cet accident ? Trop de questions. Je commençai à avoir mal à la tête.

Une fois la porte fermée, un silence s’installa dans la chambre. Un silence lourd et stressant. Je ne voulais pas perdre Spencer. Pas à cause de cet embryon. Et pourquoi ce maudit médecin venait de mettre les pieds dans le plat ? Ca n’arrangeait pas la situation. Spencer resta silencieux. J’entendis ses pas ; il devait se déplacer. Peut être vers la fenêtre. Quant à moi, j’avais toujours les yeux rivés sur mes mains entremêlées. J’étais stressée, angoissée… Terrifiée. Terrifiée par Spencer. Je l’aimais tellement… « Tu... Tu es enceinte ? » me dit-il en se retournant vers moi, brisant ainsi le silence. Sa voix trahissait son comportement. Il devait furieux. Il devait m'en vouloir. Je restai pendant quelques minutes muette et immobile. Quoi dire ? Quoi penser ? Quoi faire. Pourtant c’était clair. Le médecin l’avait déjà dit. On ne pouvait plus le nier. J’étais enceinte, et Spencer allait être… père. Je soupirai doucement. Je hochai la tête, ne trouvant aucun mot à cet instant précis. Puis, il reprit la parole ne prenant peut être pas en compte ma réponse silencieuse. « Tu le savais ? Non Attend on en parlera quand tu te sentiras mieux... Enfin qu'est-ce que je raconte, Jude... Est-ce... un bébé ? ». Je me mis à trembler deux fois. J’avais peur. Finalement, inconsciemment, je me mis à caresser mon ventre – encore bien plat – et je marmonnai, faiblement. « Oui, un bébé. C’est un bébé… ». Cependant, je ne le lui avais rien caché. Mais je n’avais trouvé pas la force pour le lui annoncer. C’était tellement… inattendu. Surtout que je n’en voulais pas. Allait-il comprendre cette volonté ? « Je ne t’ai rien caché car… Je n’en veux pas. » murmurai-je, encore plus faiblement. A présent, c'était dit.

Je n’avais pas encore relevé les yeux de peur de voir la réaction de Spencer. Car j’étais paumée. Terriblement paumée. Je ne savais pas du tout comment allait réagir mon petit ami… Et c’était ça le plus terrifiant !

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Ven 7 Déc - 10:38


“ – please, please talk to me,
I'll loose myself for you if you don't look at me.
Jude-mei Roseberry & Spencer L. Weber

Des réponses, c'était ce qu'il voulait. Une montagne de grosses réponses toutes bien formulés les unes aux autres. Sérieusement, c'était quoi tout ça ? Une blague ? La réalité ? Un rêve ? Un mensonge ? Non, c'était la réalité, la pure et merveilleuse réalitée qui était en train de le couper en petit morceau. Oui, Spencer sentait son corps se décomposer devant le docteur qui quittait la salle et devant Jude assise sur son lit d'hôpital. Il s'était tellement inquiété de sa santé, de sa vie et maintenant il apprenait que depuis un moment elle lui cachait quelque chose. Sa perfection venait d'en prendre un coup face à l'immensité du mensonge qu'elle avait caché tout ce temps. Depuis combien de temps d'ailleurs savait-elle ? Depuis combien de temps savait-elle qu'elle portait son enfant ? Bon sang, il tremblait presque face à la colère qu'il ressentait. Pire encore, il avait l'impression d'être trahit, complètement. Il sentait montait en lui le sang qui ne cessait de bouillir. Mais comment devait-il réagir face à ça ? Que devait-il faire pour garder le contrôle ? La rage était trop forte. Pourquoi lui avait-elle caché ça ?

Les yeux de Spencer furent surpris quand Jude caressa son ventre encore plat. Putain, il allait être papa. Putain il allait avoir un bébé. Mon dieu, qu'est-ce que c'était que tout ça. Comment avait-il pu en arriver là ? Jude avoua, un bébé. C'était un bébé qu'elle portait et qui était en parfaite santé. Là sous ses yeux. Elle avoua qu'elle n'avait rien caché, parce qu'elle n'en voulait pas. Spencer la fixait depuis qu'elle avait repris la parole sans jamais rompre ce contact visuel. Et il s'énerva.

« - Tu n'as pas le droit de choisir ! » Il avait hurlé Hurlait parce que même comprenant qu'elle ne voulait pas du bébé et que, sans doute, lui non plus, il ne supportait pas l'idée qu'elle choisisse pour lui. Qu'elle prenne cette décision sans lui en parler, sans le consulter. « - C'est aussi mon enfant, Jude ! » Spencer se retourna alors, les mains sur les visages, bon sang que les battements de son coeur augmentaient furieusement et qu'il avait envie d'hurler encore plus. Jude, celle qui l'aimait tant, l'ignorait. Elle ignorait la responsabilité qu'avait Spencer dans cette histoire. Comment pouvait-elle agir ainsi ? Sans réfléchir un peu ? Sans prendre en compte le facteur Spencer qui s'était incruster dans sa vie avait joie ? Spencer retourna s'asseoir sur la chaise près du lit, évitant cette fois de regarder Jude.

« - Pourquoi ? » il se tourna vers elle, la déception dans le regard. « - Pourquoi me le cacher et pourquoi ne pas en vouloir ? Est-ce que c'est à cause de... moi ? » sa voix était presque brisée, tant il avait du mal à comprendre. Pour Spencer s’était trop tôt d’avoir un bébé, surtout dans leurs relations. Ils pensaient leurs couples solides, mais là. Il avait l’impression que si Jude n’en voulait pas, c’était parce qu’elle ne voulait pas d’enfant avec Spencer. Qu’elle ne voulait pas d’enfant avec lui.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Lun 17 Déc - 17:19


“ – sorry, sorry my love.
please, forgive me. i don't want to lie you.
Jude-mei Roseberry & Spencer L. Weber

« Tu n'as pas le droit de choisir ! » hurla-t-il. Je me mis à sursauter, sentant les larmes monter. J’étais carrément paumée. Perdue. Je ne savais plus quoi faire, ni quoi penser. Pourquoi avais-je rien dit à Spencer ? Pourquoi j'avais choisi à sa place ? J’avais caché à Spencer la potentielle existence de son enfant… C’était vraiment égoïste de ma part car c’était son enfant. J’avais fait une erreur. Mais pourquoi ? Pourquoi avais-je commis cette erreur ? Pourquoi pendant tout ce temps j’avais été égoïste ? La seule réponse ne pouvait qu’être la suivante : la peur et l’angoisse de se confronter à la réalité. En agissant ainsi – en cachant la vérité à Spencer – ça m’avait soulagé et ça m’avait surtout permis de me cacher de la réalité. De nier cet enfant. De refuser la réalité, cette grossesse. « C'est aussi mon enfant, Jude ! » rajouta-t-il. Il n’avait pas tord et j’avais agi comme une débile, une fille purement égoïste. J’avais fait une terrible erreur certainement irréparable. Mais, pouvait-il au moins me comprendre pendant trois minutes ? « Je… Je… Spencer… » marmonnai-je, en jouant avec mes mains, stressée. Les larmes commençaient à couler sur mes joues, tellement je me sentais mal. Je culpabilisais terriblement. « Spencer, je suis désolée. » avouai-je, tristement. Mais je savais que ceci n’allait pas être suffisant.

« Pourquoi ? » me dit-il, en se tournant vers moi afin de me regarder. Je lisais la déception dans son regard, ce qui brisa mon cœur et intensifia mes larmes. Je ne voyais plus rien. Ma vue était comme brouillée à cause des larmes. « Pourquoi me le cacher et pourquoi ne pas en vouloir ? Est-ce que c'est à cause de... moi ? » rajouta-t-il, avec une voix brisée. En entendant sa voix, je me mis cette fois ci à avoir d’énormes sanglots. Comme je m’en voulais, et comme je sentais coupable. « Pardonnes moi Spencer mais j’avais peur… Terriblement peur. J’étais totalement angoissée quand j’ai appris que j’attendais cet enfant. Car je ne me sens pas prête pour être mère. Pas du tout… Alors, pardonnes moi d’avoir eu peur, de ne t’avoir rien dit… Je ne voulais pas me confronter à la réalité en faite. C’est pour ça si je ne t’ai rien dit. » expliquai-je, avec une voix tremblante, faible et brisée (moi aussi). Je devais m'expliquer. Je lui devais bien ça après tout, non ? « C’est pas à cause de toi. C’est justement à cause de moi si j’ai préféré garder le silence. C’était trop difficile pour moi. Ne penses pas que si je ne t’ai rien dit, c’est parce que je ne veux pas d’enfants avec toi. J’en veux, c’est vrai mais… là, je ne me sens pas prête c’est tout. » dis-je, essayant de me calmer tout en essuyant mes larmes. Je m’étais peut être répétée, mais je voulais qu’il comprenne. Qu’il me comprenne pendant trois minutes pour me pardonner.

Finalement, quand mes sanglots cessèrent, la question tomba sur le carrelage de la chambre. Lourdement. « Spencer, veux-tu de cet enfant ? » demandai-je, appréhendant sa réponse. Et s’il disait oui ?

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Ven 21 Déc - 13:18


“ – please, please talk to me,
I'll loose myself for you if you don't look at me.
Jude-mei Roseberry & Spencer L. Weber

Elle n'avait pas le droit de prendre un telle décisions sans lui en parler. Sans le prévenir. Et puis là tout de suite Spencer était perdu. Entre sa rage, sa colère, sa déception, il y avait eu toute cette inquiétude. Cette peur, ce tremblement. L'idée de perdre Jude, de ne plus l'avoir à ses côtés. De ne plus la sentir contre lui, d'avoir l'impression que les choses allaient tout bonnement mal tourner. Dans un certain sens c'était le cas là tout de suite. Parce que Jude, là maintenant, elle avait l'air d'une étrangère à ses yeux. En une fraction de seconde le monde venait de tourner du mauvais côté emportant avec elle tout ce qu'il y avait de bien pour Spencer lui-même. Jude réalisait-elle ce qui était en train de se passer et la douleur qu'elle venait de causer à Spencer ? Bon sang, là dans le ventre de son aimé se trouvait un bébé. La chaire de sa chaire, son enfant. C'était incroyable et tellement effrayant. Le pire, ce n'était même pas le bébé. Ce n'était même pas de savoir qu'il y avait un être de son sang à lui là-dedans. C'était la peine qu'il ressentait. La peine d'avoir été mis à l'écart, d'avoir été ignorait. Ça lui rappelait tellement de choses et elles étaient loin d'être des meilleures. Constamment ignorait, laissée de côté. Abandonner presque à son propre sort.

C'était un sentiment qu'il connaissait à la perfection et qu'il avait eu le temps d'étudier durant ses huit années à l'hôpital. Il croyait que Jude serait la dernière personne au monde à le mettre seul face au monde et à la réalité. Il pensait que Jude serait la derrière personne à le laisser de côté. Elle avait de quoi être désolée, mais là tout de suite Spencer était loin de vouloir mettre en avant son côté compréhensif. Il demanda alors, retournant s'asseoir une simple question. Pourquoi ? Pourquoi elle ne lui avait rien dit, pourquoi elle lui avait caché une information si importante. Pourquoi lui faire ça a lui et il était évident que Spencer se mettait en question. Il remettait tout son être en question comme si le fond du problème c'était. Jude pleurait, elle pleurait lâchant de gros sanglot et Spencer ne réagissait pas face à la peine qu'elle avait elle-même. Il fallait être réaliste, Jude avait des raisons que Spencer ne voulait peut-être pas entendre.

Elle avait eu peur. Peur de cet enfant, de la vie elle-même et elle ne voulait pas affronter la réalité qu'elle risquait de devenir maman. Elle avait eu si peur qu'elle n'avait rien dit, qu'elle avait tout gardé pour elle comme cherchant un répit. Un délai. Elle n'avait pas fini, puisqu'elle avoua que ce n'était pas à cause de lui, mais bien à cause d'elle tout simplement. Elle n'est pas prête. Et en avouant qu'elle voulait d'enfants avec Spencer, celui-ci réalisé à quel point leurs relations étaient allés loin. Il fallait voir les choses en face, ils étaient arrivés au point où de nouvelles questions allaient intervenir. SI Jude disait qu'elle voudrait des enfants avec lui, sans doute avait-elle déjà pensé au mariage et avec ces rumeurs idiotes qui disaient qu'elle était la fiancée de Spencer ça ne l'aidait pas. Il pouvait comprendre sa situation, le fait de ne pas savoir quoi faire et de tout garder pour soi, mais Spencer n'était pas près lui à pardonner un tel secret. Il se releva, faisant les 100 pas dans la salle.

Il était piégé. Piégé et perdu entre son amour pour Jude et la réalité de l'avenir. Un enfant, un mariage, une vie de couple, puis des enfants... Spencer ne voulait rien de tout cela et sa conception de la famille l'empêcher de demander la jeune fille en mariage ou encore de lui proposer de venir vivre chez lui. En gros, sa relation avec Jude lui convenait tel quel. Sans prise de tête. Et puis soudain, il entendit la voix de Jude.

Il s'arrêta soudain, posant ses yeux fatigué sur la demoiselle. Elle était sérieuse ? Posait la question maintenant comme si cela allait vraiment changer quelque chose. Comme si la réponse de Spencer allait tout arranger. Il s'étonna lui-même de la froideur de sa réponse, mais vu la situation il était impossible pour lui de se concentrer et de jouer le jeu de Spencer Weber, le bon et gentil rédacteur en chef.

« - Non. » Il s'approcha légèrement du lit sans pour autant être très proche de Jude. « - Je ne veux pas de cette enfant, je n'aime pas les enfants et je pense que je n'en voudrais jamais. » Il sera le poing avant de reprendre la parole, regardant ailleurs : « - J'aurais par contre aimer qu'on en discute d'une autre manière. Mais là... Là je crois que j'ai besoin d'aller prendre l'air. » Il attrapa sa veste qu'il enfila vite, avant d'ouvrir la porte de l'hôpital. Il savait que ce geste, le simple fait de partir allait en dire beaucoup. Il savait aussi que cette relation avec Jude allait se compliquer si il ne rajoutait rien. D'une vois plus calme, plus douce, il avoua : « - Repose toi, l'importance c'est que tu ailles bien. » et il ferma la porte de la chambre se ruant dans les couloirs...


_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Dim 30 Déc - 17:57


“ – sorry, sorry my love.
please, forgive me. i don't want to lie you.
Jude-mei Roseberry & Spencer L. Weber

« Non. » me dit-il, sèchement. Ce mot était tombé lourdement sur le carrelage de la chambre d’hôpital. Lourdement, mais aussi avec fracas. C’en était bouleversant. Mon cœur eut même un raté tellement, sa réponse m’avait fait du mal. Il venait de me blesser sans ressortir un seul et unique regret. Il venait de briser mon cœur. Alors je me remis à pleurer à nouveau, serrant mon ventre comme si inconsciemment, je voulais garder ce bébé… Alors que ce n’était pas possible. Le « non » de Spencer se mit à raisonner dans ma tête pendant de longues et nombreuses secondes. Un moment qui parut une éternité… C’était horrible, terrifiant. J’avais mal de partout. Je tremblais, mais Spencer n’en avait rien à faire. Il continuait à me parler. « Je ne veux pas de cette enfant, je n'aime pas les enfants et je pense que je n'en voudrais jamais. » rajouta-t-il en serrant le poing avec rage. Je fus à nouveau blessée, et mon cœur brisé en mille morceaux, devant le regard neutre de Spencer à l’égard d’une si terrible et immense souffrance. Je pleurais, me maudissant… Aucun mot ne sortait de mes lèvres. Ils brûlaient la gorge. « J'aurais par contre aimé qu'on en discute d'une autre manière. Mais là... Là je crois que j'ai besoin d'aller prendre l'air. » me dit-il, cette fois en regardant ailleurs. Puis, il attrapa sa veste, enfila cette dernière rapidement et enfin, il ouvrit la porte. Je l’avais regardé faire, sans broncher, pleurant à chaudes larmes, avec un cœur en mille morceaux. Si on n’en était arrivé là, c’était juste à cause de moi. Tout simplement. Je me sentis honteuse, et affreusement coupable. « Repose toi, l'importance c'est que tu ailles bien. » rajouta-t-il en disparaissant dans le couloir. J’entendis juste le claquement de la porte, qui me fit sursauter. Alors, les cris furent remplacés par ce silence. Un silence lourd, pesant et glacial. Les larmes continuaient encore à couler. Je ne pouvais les stopper. « Spencer… » murmurai-je, en fixant la porte fermée. J’espérais qu’il allait revenir. J’espérais revoir la porte s’ouvrir en le faisant apparaitre. Je voulais qu’il revienne… Malheureusement, la porte resta fermée. Spencer était bel et bien parti, me laissant seule face à mon désespoir.

J’avais merdé. J’avais tout fait de travers. Et, à cause de ma stupidité, j’étais à deux doigts de perdre l’amour de ma vie. Sans lui, je ne pouvais pas vivre. Il était le soleil de ma vie. Il donnait un sens à ma vie. J’étais heureuse avec lui, et je refusais de perdre ce bonheur. Mais pourquoi ? Pourquoi je ne lui avais rien dit ? Pourquoi j’avais préféré cacher cet « heureux » évènement ? A cause de ça, je m’étais engueulée avec Spencer… Je m’en voulais. Je me maudissais de tous les mots possibles et imaginables. J’étais folle de rage contre moi. Alors, entre deux larmes, je me mis à crier. Je m’en foutais si les infirmières rappliquer dans les secondes à suivre… Mais ça devait sortir. Puis, je pris le vase de ma table de chevet pour le balancer contre le mur. Il se brisa en mille morceaux, comme mon cœur à l’entente des dernières paroles de Spencer. Puis, je pris ma tête dans mes mains, rapprochant mes genoux contre ma poitrine, pour pleurer encore et encore… Jusqu’au moment où je n’aurais plus d’eau pour créer ces perles salées.

Finalement, après un bon quart d’heure, Spencer n’étant pas revenu, et puisque je ne cessais de broyer que du noir, je décidai de quitter mon lit pour me diriger dans ma salle de bain. Il devait bien y avoir quelques médicaments rangés dans cette pièce… J’avais tout perdu. J’avais tout perdu. A cause de moi. Il n’y avait que ça comme solution. Perdre l’enfant. Perdre la vie. Perdre tout. Partir. Toujours en pleurs, en titubant légèrement, tremblante et pâle, je trouvais enfin les médicaments dans la salle de bain. Je versais tout le contenu dans ma main, que j’avalai ensuite d’une traite, sans broncher aux conséquences. Très rapidement, la douleur disparut, celle-ci s'estompant à l'intérieur de mon corps. Adieu. C'était mieux comme ça...

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.


Dernière édition par L. Jude-Mei Roseberry le Dim 30 Déc - 23:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Dim 30 Déc - 18:00

Sujet terminé

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: “ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”    Aujourd'hui à 6:45

Revenir en haut Aller en bas
 

“ – please talk to me, I'll loose myself for you if you don't look at me. ”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "Nabaztag vous propose l'alerte Google Talk" - Mai
» Crazy Talk
» Y do you talk dirty to me?
» Serveur Ventrilo
» BGG et Consimworld

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-