Partagez | 
 

 ☞ Le bal masqué | Topo commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
PNJ | I'M THE QUEEN


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 566
→ LOGEMENT : PARTOUT ET NULLE PART ;
→ JOB(S) : MAIRE DE TALEVILLE
→ HUMEUR : EVILIQUEMENT VOTRE



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Ven 14 Sep - 16:27


“ – Vous êtes convié au bal
du 377ème anniversaire de la ville.
tous les habitants de la ville

Comme elle détestait ce genre d’évènement. Heureusement qu’elle mentait d’une manière si sincère qu’on le confondait avec plaisir à la vérité. Ce soir, c’était le grand bal. Celui dont on parle chaque année. Celui qui fait rougir les habitantes de la ville. Tous étaient conviés à la cérémonie, comme s’ils étaient tous aussi importants que le maire et les membres du conseil. Comme l’oblige les traditions, le maire doit ouvrir le bal, suivi des membres du conseil et/ou des membres fondateurs de la ville. Et puis la soirée allait pouvoir commencer pleinement. Boissons – non alcoolisées – buffet à volonté, tables vers le fond pour s’asseoir et manger et grand espace pour la danse, le maire avait tout prévu. Tout pour que les habitants oublient avec finesse les derniers évènements. Ils ne se rendaient pas compte de tout ce qu’elle devait faire pour préserver la vie qu’ils avaient aujourd’hui.

« - Et là aussi. » dit-elle indiquant qu’elle voulait une plume noir par là. Le dernier élément de sa tenue c’était bien un masque. Le thème cette année était le masque. Comme dans ces bals à Venise. L’idée lui était apparue comme évidente il y avait quelques mois. Ainsi la décoration de la place centrale de la ville était somptueuse. Presque magique. Par chance à quelques jours de la date finale, la météo annonçait une nuit claire et un temps parfait pour une soirée en pleine air. Bien que cela soit en plein mois de septembre, avec le monde la fraicheur ne se ferait même pas sentir. Attrapant le masque entre ses doigts, le maire regarda l’objet avec attention. C’était parfait avec sa longue robe rouge en soie. Parfait.

Quelques heures plus tard.

Dans sa longue robe, verre de cocktail à la main, le maire monta sur la petite scène installée dans un coin de la place. Là derrière elle, des musiciens s’étaient arrêtés pour lui laisser le temps de prendre la parole. La plupart des habitants étaient déjà là, certains leur masque en place, d’autres tenant l’objet dans la main, comme le maire. Elle s’approcha du micro, sourire aux lèvres. Il était temps de lancer la soirée. Elle prit une légère inspiration avant de dire :

« - Mesdames et Messieurs, je déclare le bal masqué ouvert. » » Tout en faisant signe à son partenaire, un membre du conseil bien entendu, de le rejoindre, le duo descendit les marches alors que les musiciens commençaient à jouer une mélodie. S’appuyant contre lui, la tête haute, le maire commença à danser pour ouvrir le bal comme il se doit. Les habitants s’étaient écartés, d’autres commençaient à rejoindre le maire…

Et personne ne savait ce qui allait les attendre réellement .

hors-jeu : Pour éviter de s'embrouiller voici quelques petites consignes. Vous êtes libres de poster autant que vous le souhaitez, nous vous conseillons des posts cours pour accélérer l'avancée du topic et vous faciliter les choses. Vous pouvez poster dès maintenant. Vous pouvez aussi créer des sujets privés relatifs à l’évènement.

_______________________________


Let's be cruel to those who ask for it.
let's be cruel to those who deserve it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Ven 14 Sep - 21:07


L’invitation, je l’avais reçue, comme tout le monde. Le thème, je le connaissais aussi, mieux que bien mais je n’étais pas bien certain que madame le Maire avait prévu que je prendrais le style Venise au pied de la lettre. Les fringues, les costumes, les thèmes, ça me connaissait, grand fêtard, j’avais accumulé de quoi ouvrir mon propre magasin de location de costumes. Dégotté ce dont j’avais besoin fut malgré tout assez complexe. Le problème quand on a un monceau de fringues, c’est de retrouver ce qu’il faut.
Après une fouille en règle, je passais par la salle de bain pour une bonne douche et un rasage de près. Mieux valait être présentable aussi sans masque. Je m’étais donc costumé une fois tout cela fait et j’étais parti en direction de la place, à pied. Les chaussures à talonnettes n’étaient pas franchement pratique mais bon… Être habillé à la mode du carnaval de Venise et porter des chaussures de ville, ça aurait fait tarte. Au moins, je ne risquais pas d’avoir froid harnaché comme je l’étais, bon point et au pire… Je rentrerais avec mes chaussures à la main.

Une fois sur place, je constatais qu’une bonne partie des personnes présentes ne portaient pas leur masque. Je n’étais pas le seul à avoir pris le thème au pied de la lettre, ce qui me rassurait. Quoi qu’il en soit, moi, mon masque, je le gardais. Les masques avaient été conçus pour une chose, caché son identité, la mienne, je la planquerais encore un peu.
Je jetais un œil aux boissons, sans alcool… Sous mon masque, je fis la moue. Choix logique, c’est vrai mais quand même. J’en fis mon deuil et reportais mon attention sur cette chère Regina… Je ne l’avais vraiment jamais aimé. Ce n’était pas faute d’avoir essayé de lui trouver des qualités.

« - Mesdames et Messieurs, je déclare le bal masqué ouvert. »

Ah… Oui ben le bal peut bien s’ouvrir, pas de cavalier. C’était pas pratique. On pouvait dire ce qu’on voulait mais danser tout seul n’était pas le top. Ça laissait à désirer. Solution de repli… Le buffet, oui, oui, c’était facile, je sais. L’ennui, c’est que pour manger, je devais tomber le masque sinon je risquais du mettre du pâté sur mes plumes. C’était moyen à nettoyer et puis c’était moyennement classe le pâté sur le duvet. C’était un peu comme ces mecs barbus et moustachus qui oubliaient de s’essuyer les poils… Yeurk ! Dans le genre tue l’amour, ça rejoignait de loin le port des chaussettes à poil et le slip blanc à élastique… Mais passons, je n’étais pas là pour penser à mon top ten des tue l’amour, j’étais là pour m’amuser. Au pire, je piquerais Dae à Ayden, il ne m’en voudrait de lui piquer sa cavalière quelques minutes. D’ailleurs, où était-elle ? Pas dans mon champ de vision en tout cas.

Méthodiquement, je me décalais donc vers les petits fours, j’évitais ceux aux pâtés, et soulevant le masque d’un chouïa, j’avalais un mini roulé au fromage… Délicieux. Le contraire m’aurait étonné, après tout… il valait mieux que la nourriture soit à la hauteur…

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
MARCH HARE si ton cerveau déraille, c'est fini.


→ INSCRIT DEPUIS : 12/06/2012
→ MESSAGES : 323
→ LOGEMENT : dans un appartement qui sent la peinture à plein nez.
→ JOB(S) : artiste.
→ HUMEUR : c'est une très bonne question.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Ven 14 Sep - 22:10

Un masque, vite, de la couleur, quelque chose qui déglingue un peu le côté trop sobre d'un bal. Le thème ? Venise. Alors, manque de chance, je ne connais strictement rien de cette ville, à mon plus grand malheur. Yaël en plus grand connaisseur que moi, m'avait expliqué quelques jours auparavant les coutumes là-bas, le carnaval et bon dieu, les masques. Cracher sur ce bal ? Moi ? Vous voulez rire. Je me dois d'y participer, c'est logique, de plus, tant de souvenirs me reviennent en tête. Quand avant, des bals étaient organisés régulièrement dans un village non loin de la grande table à thé. Il n'y avait pas de thème en particulier à chaque fois, mais je me souviens juste des chapeaux. Ils étaient magnifiques, splendides, et à la fin, évidement, celui qui avait le plus beau chapeau recevait un titre. Pour rire ou non, c'était toujours agréable d'être félicité et adoré pour un couvre-chef. Ici, je n'en sais trop rien, comme tout peut se passer, comment tout se déroule. Je m'en doute, l'ambiance ne sera jamais la même que là-bas. Enfin quoi que, allez savoir ? L'être humain est assez étonnant quand il le veut. Je tire une grimace, je ne le trouve plus. Fichu masque. En même temps, ça m'apprendra à laisser un champs de bataille derrière moi quand je passe. Parfois, j'ai l'impression d'être un ouragan. Quand March passe, le bordel se ramasse. Super slogan. Je roule des yeux, je suis prêt, j'ai le costume - simple costard, enfin quoi que, pas trop, contrairement au noir standard lui est ... Bien plus coloré. Accordé à ce masque que je n'arrive pas à trouver. Parait qu'il a un nom en plus. Arlequin. Oui, il y a toute une histoire derrière, mais je n'ai jamais porté plus attention à ça. Il m'a tapé dans l'oeil, c'est le principal. Je désespère, c'est tout juste si je ne hurle pas le prénom de mon colocataire pour qu'il vienne m'aider dans mes fouilles archéologiques. Mais, évidemment, il ne viendra pas. Yaël prend du temps, prend pratiquement toujours plus de temps. Et comme d'habitude, je vais être le premier de nous deux à arriver sur la place. Je me met à soupirer, et, tout à coup, mes doigts se posent sur ... OH OUI. C'est bien lui. Mon coeur rate un petit bond contre mon torse, et c'est avec le sourire que je zieute l'appartement. Le bouclé toujours pas à l'entrée, je sais qu'il va m'en vouloir, mais l'excitation m'emporte.
J'ai hâte de voir comment tout ça va se dérouler, après tout, un bal reste un bal. Ce qui veut dire, rigolade party, ou pas tellement en fait. Je ne pourrais pas réellement le dire. Je pince ma lèvre inférieure, ferme la porte derrière moi. Masque enfilé, je me faufile dans la rue, avance à pas rapides tout en vérifiant les rues. Manquerait plus que je me perde, ce serait bien triste. Enfin quoi que, faudrait être fort pour louper une place centrale, vraiment très fort. Mais impossible n'est pas Richter, après tout, le sens de l'orientation, soit on l'a, soit pas du tout. Ma pensée me laisse perplexe. Malgré quelques erreurs de parcours, je finis tout de même par tomber sur la place, et effectivement : il y a du monde. Des costumes colorés, comme sobres, des costumes dingues comme basiques. Un sourire se colle à mon visage, je pose mes yeux à gauche, à droite puis inversement. Trop de choses à voir, à découvrir. Et cette femme, sur cette petite scène, un micro en main. « - Mesdames et Messieurs, je déclare le bal masqué ouvert. » Pas le temps de dire ouf, heureusement, les choses s'enchainent vite, et c'est plutôt plaisant. La musique est lancée, plutôt originale. Sauf que quelque chose, ou plutôt quelqu'un attire mon attention. Un costume tout simplement, bluffant, et complètement ... complet, oui, c'est le mot. Je papillonne des yeux, me met à rire. Je commence à me poser la fameuse question : vrai ou faux ? Sauf que, visiblement, sans avoir posé ma question, le type me donne la réponse. Un être humain se cache sous ce déguisement très tape à l'oeil - pourtant, il doit mourir de chaud là-dedans. Je m'approche silencieux, le regarde de haut en bas, de bas en haut - niveau discrétion, zéro. Je me sens un peu comme un gosse qui découvre son idole de dessin animé. Bon, d'accord, peut-être pas aussi extrême, mais. « C'est, énorme. » Oh, bravo mon vieux, tu dépotes dans le genre : phrase inutile à larguer, comme ça, juste par envie. Je pince ma lèvre inférieure, lance un regard perplexe au masque qui cache un visage. Une question me turlupine, alors non ce n'est pas : pourquoi tant de noir mon ami ? Ni, quelque chose de ce type, non. « Tu crèves pas de chaud là-dedans ? » Très subtile, très fin et surtout : très vouvoyé, ah oui, carrément. Non, c'est vrai, je n'aime pas vouvoyer, sauf exception, je préfère largement tutoyer directement. Au pire, si ça ne lui plait pas, il viendra me le dire directement. Machinalement, mes yeux se tournent un peu partout, regardant avec attention les personnes qui passent avec leurs masques colorés, brillants et mirobolants.

_______________________________


i'm not alone, i have my imaginary friend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Ven 14 Sep - 22:58

Je regarde ma robe. Non, mais c'était sérieux ou ? Ouais, je portais une robe. Une robe à dentelle, longue, avec de hauts talons et j'avais un masque très bien accordé avec le tout. Je vais éviter les détails parce que c'est très barbant.

Non, le plus important la dedans, c'était ni ma robe, ni mon make-up. C'était le fait que j'allais au bal au bras d'Elliot Richter. Je ne sais pas comment on a fini ainsi, mais je crois qu'au fond lui et moi on s'aime bien. Oui, enfin moi je l'aime bien et je crois que je lui ai dit, le soir même de notre rencontre. Non, vous ne rêvez pas je parle bien comme une gamine de 16 ans qui parle de son amoureux. Je ne suis pas amoureuse de ce type, j'y suis juste un peu attaché. D'une certaine manière je crois que sa contradiction maladive me fascine. Il est paradoxale dans le genre, insaisissable aussi, mais qui ne l'ai pas ? Cela faisait des semaines que les filles du lycée parler du bal. C'était l'évènement à en pas rater, le lieu où il fallait être. Elles avaient tous un cavalier, moi je les refusais comme si c'était la chose la plus facile au monde...

Rectification, c'est la chose la plus facile au monde.

Je crois que j'aurais aimé ne pas y aller du tout, voir y aller avec Marley. Lui au moins, il était sincère, amusant et c'était un ami. Je savais que je passerais un bon moment à ses côtés. Je lui aurais surement demandé d'y aller si Elliot n'avait pas débarquer avec sa phrase presque toute faite. Visiblement, c'était inutile de me demander d'y aller, puisque c'était évident que j'irais avec lui. Je m'attendais à tout de lui, sauf à ça. Je le voyais déjà saboter la soirée en versant son rhum dans les cocktails du bal ou quelques choses dans le genre. Je le voyais bien se bagarrer aussi, il fallait bien distraire les habitants de la ville, non ? Je reprends une grande respiration. J'allais devoir me montrer publiquement devant des habitants qui devaient ignorait mon existence. C'était très frustrant comme situation, Elliot le savait. Il savait que j'aimais me cacher derrière les murs du cimetière, ça ne l'a pourtant pas empêché d'envoyer une jolie robe. Ouais, il avait bon gout. Je fais voler le bas de la robe, tournant sur moi-même. Je n'étais pas allé chez les coiffeurs, non, je ne sortais pas. J'avais pris ma tignasse, j'avais essayé d'en faire un chignon potable et le résultat c'était que j'avais la tête d'une femme qui venait de se prendre le bitume d'un trottoir parce qu'elle ne sait pas marcher sur ses talons.

Du coup, j'ai lâché le tout, laissé mes boucles naturelles et tout foutu sur un côté. Le système D, comme on dit. Je regarde le masque posait sur mon lit, je sens mon coeur s'arrêtait de battre. Est-ce que cela veut dire, quelque part, que tous les deux, on sort ensemble ?

Je prends le masque et l'attache. Je me regarde dans le miroir et je sors de ma cabane. Plus tard, je me fonds dans les rues avec d'autres habitants qui se dirigent au centre de la ville pour le bal. Je regrette déjà les talons hauts. J'ai presque envie de les enlever pour sentir mes orteils. De courir chez moi et d'y passer la nuit. Quand j'arrive sur les lieux, le bal n'a pas encore vraiment commencé. Je sais que les familles fondatrices doivent ouvrir le bal, avec le maire. Je cherche Elliot parmi la foule alors que j'entends madame le maire dire que le bal peut officiellement commencer. Je suis la foule qui recule pour laisser la grande dame ouvrir le bal avec une danse. Je sais que de toute façon, Elliot me reconnaitrait, alors à quoi bon le chercher.

Et je l'avoue, il me plaisait.

Et j'aimais l'ambiance.

Et j'espérais secrètement, comme une gamine qui oubliait qui elle était, que la soirée serait magique.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Ven 14 Sep - 23:24

Le bal… le bal annuel… Ce foutu de nom de dieu de bal annuel ! Je m’en serais arraché les cheveux. J’avais horreur de ça. Fringué comme un pingouin, obligé d’y aller avec les vieux et de voir madame le Maire. Cette année, c’était pire que tout… Plein de mauvaise volonté, j’avais refusé les tenues classieuses de l’occasion jusqu’à ce que ma mère me foute un costard blanc immaculé brodé de fil d’or et d’argent. J’avais envie de me pendre.
Heureusement, j’avais Aimée. Je l’avais un peu obligé à m’accompagner. Ça m’éviterait au moins d’y aller direct avec mes vieux. Je lui avais acheté une robe superbe et le masque qui allait avec. Oui, vu comme ça, on pouvait facilement croire qu’elle et moi… on était ensemble. Rectification… On était ensemble. Merde. Vraiment ? Vraiment… J’avais la tête à l’envers… Mais à ma situation, j’y penserais plus tard, bien plus tard. Déjà qu’il n’y avait pas d’alcool… Je grognais en regardant mon reflet dans le miroir. Rageusement, je défis mes cheveux avec méthode et j’avais décidé de ne pas me raser totalement, je me laissais un peu de poil au menton, juste pour faire chier. Non, en fait, c’était mon petit côté narcissique, je trouvais que ça m’allait bien et puis peut-être qu’Aimée aimerait. Mais merde ! Je débloquais total ! Respirant de l’air frais à grand coup de nicotine dans mon costard blanc pétant et avec mon masque sur le nez, je me tirais avant mes vieux.

Quand j’arrivais à la place, il y avait déjà du monde. J’aurais presque trouvé ça risible si je n’étais pas réellement obligé de me plier à cette mascarade annuelle à thème. Oui… le jour de l’anniversaire de la ville, les écarts n’étaient pas tolérés même les écarts du fils à papa, c'est-à-dire moi. Je m’allumais une cigarette juste quand madame le Maire, s’étais mise à descendre de l’estrade pour ouvrir le bal. Je ferais l’impasse sur l’ouverture, je ne savais pas danser. Vraiment pas.
Je me mis à chercher Aimée du regard alors que les conversations reprenaient bon train et que les danseurs commençaient à se joindre au maire. Je finis par trouver ma cavalière. Je la rejoins. Mon cerveau eut quelques ratés ainsi que mon cœur. Pas normal ça… Aimée était stupéfiante.

« Très joli. »

Brillant… Très brillant. Pourquoi n’arrivais-je donc pas à me comporter comme je le faisais avec les autres ? On ne pouvait pas dire qu’elle était spéciale si ? Merde et re, re merde ! Des baffes, un bottin, quelque chose… Histoire que je puisse me taper dessus méthodiquement quoi.
Je faillis l’embrasser, non mais à quoi je pensais ? Je déraillais vraiment complètement. Comme si personne ne pouvait venir à ma rescousse. Genre March ! Il était où celui-là d’ailleurs ? Pour me bousiller les tympans il était fort mais pour me sauver la mise… On repassera.

C’est là que les choses se compliquèrent considérablement pour moi. Allez hop Richter, sur la piste, c’était clair, très clair… Je n’y couperais pas une année de plus d’autant que j’avais une cavalière. Le regard de mon père qui venait d’arriver et dont la main venait de se poser sur mon épaule était on ne peut plus limpide. Je soupirais en silence et je tendis ma main à Aimée. Je lui murmurais…

« J’espère que tu sais danser… parce que moi non… »

Au pire, on se la jouerait pas de deux… et j’éviterais de lui écraser un pied. Oui… Aimée venait d’assister à une scène rarissime… Elliot Richter ne protestant pas, Elliot Richter fermant sa grande gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Dim 16 Sep - 12:11

La main posée sur la taille de la jeune femme, Spencer dévoilait un sourire des plus charmeurs. Il fit tourner Jude dans sa belle robe, non loin d'autres habitants de la ville qui dansaient suivant le maire qui venait tout juste de déclarer le bal ouvert. La soirée promettait quelque chose de doux et de chaleureux. Enfin une nuit calme, joyeux et sans problème. Le bal, il était là chaque année et Spencer en avait l'habitude. Il adorait voir ses corps fins faire voler de longues robes drapés aux rythmes d'une douce musique. Il aimait ça, c'était idiot. Il était pourtant loin d'être du genre à aimer ce genre de soirée, pourtant il avait participé à la création de la décoration et avait offert le masque que Jude portait actuellement. Il s'amusa alors à la faire tourner pour ensuite la ramener de nouveau contre lui, sans jamais lâcher son sourire. Le bal, c'était un bon moyen de laisser le reste derrière lui. De laisser ses craintes et ses doutes, de permettre aussi à Jude de vivre un bon moment, parce qu'elle le méritait. Elle méritait d'avoir à ces côtés Spencer Weber, l'homme au grand coeur qui n'oubliait jamais de sourire.

Plus tôt ça avait été la pression. Pour une fois, dans un simple tee-shirt et jean, Spencer préparait le dernier arrangement dans la place centrale de la ville. Certains accrochaient des guirlandes, d'autres préparer le faux gazons et plus loin ont mettait en place les tables et le buffet. Le maire l'avait laissé superviser le tout, ayant autre chose à faire. Regardant dans son bloc note la liste qu'on venait de lui donner, Spencer alla près du buffet vérifier que tout était en ordres. Quand on vit dans une petite ville, on sait parfois les gouts de la plupart des habitants, les allergies aussi. En gros, il fallait que ça soit parfait et rien ne devait gâcher la soirée. Remarquant qu'il était l'heure pour lui d'aller se changer, il filât le tout à un ami avant de filer dans son bâtiment. Tout était presque terminé, il ne manquait plus que l'arrivée des musiciens qui n'avaient pas encore fait signe.

Après avoir pris l'ascenseur qui ouvrait directement chez lui, aux derniers étages, Spencer fonça dans sa chambre où le costume que Jude avait choisi - pour être accordé à sa robe, bien entendu - était posé là, bien confortablement dans une housse. Petite douche, on se recoiffe et on enfile un costume noir très classique, avec un noeud papillon qui lui donna des envies de suicides. C'était loin d'être la chose qu'il savait le mieux faire. Il attrapa son masque, décorer et de la même couleur que celui de Jude, et après avoir attaché ses chaussures, il alla cherchait la demoiselle qui avait emménagé avec son frère pas loin. Il était inutile de dire que la jeune femme était sublime. Une vision magnifique quand il l'aperçu. Ils allèrent ensuite, marchant côte à côte, jusqu'à la grande place centrale où se déroulait le bal et la soirée commença.

Tout en gardant sa main autour de Jude, le couple venait de s'arrêter, puisque la musique venait de s'arrêtait. Ils applaudirent les musiciens qui allaient reprendre avec un nouveau morceau. Alors qu'ils s'éloignèrent de la piste de danse, Spencer s'approcha de Jude pour lui dire, aux creux de l'oreille.

« - Est-ce que je t'ai dit à quel point je te trouve magnifique ce soir ? » Il afficha son plus beaux sourire, il pouvait se vanter d'être avec elle, après tout elle était magnifique et parfois il sentait vachement stupide à ses côtés. « - Tu veux boire quelques choses ? » lui dit-il alors, tout en s'avançant vers le grand buffet qui longeait la salle. Il y avait là un barman qui préparait des cocktails, sans alcool. Cette année, il y avait des nouveautés. Il y avait du vin aussi, mais il fallait demander et il fallait être majeur et le barman était responsable si jamais il donnait trop à boire à la même personne.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ | DEAD
like a ghost behinh you


→ INSCRIT DEPUIS : 19/07/2012
→ MESSAGES : 597
→ LOGEMENT : MORTE


MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Dim 16 Sep - 13:29

La journée n’avait pas été ni pénible, ni transcendante. Le travail commençait à me lasser en revanche. J’en avais marre de supporter cette bande d’emmerdeurs insatisfaits de tout et de rien. Ces temps-ci, je me sentais… bien mais un rien m’agaçait. Je ne m’étais jamais sentie aussi bien en réalité et pourtant, j’avais l’impression que quelque chose clochait, qu’il me manquait quelque chose, que je n’étais pas moi-même. C’était extrêmement énervant et ça se ressentait fatalement sur mon humeur. Mais ce qui me travaillait le plus, c’était la façon dont un de mes collègues m’avait regardé. Comme s’il avait eu peur que je lui saute à la gorge. Si ça n’avait été qu’isolé, je m’en serais fichue mais c’était arrivé plus d’une fois et je ne savais pas pourquoi.
Toujours est-il qu’il fallait que je sois au bal annuel. C’était un devoir que je me faisais depuis que Regina m’avait trouvée. J’avais choisi la tenue qui m’irait le mieux, je m’étais occupée longuement de mes cheveux et je n’avais pas tardé, si bien que j’étais arrivée suffisamment en avance pour ne pas me retrouvée perdue au milieu des autres habitants.

Avait ensuite eu lieu l’ouverture du bal par la Maire et les fondateurs. Je ne dansais pas. Non seulement je n’avais pas de cavaliers mais je n’aimais pas ça. Je faisais danser les gens, je les faisais bouger, pas l’inverse. Non pas que je ne savais pas danser mais c’était ainsi.

Debout quelque part entre la scène et le buffet, mélangé aux gens, on aurait presque pu avoir l’impression que je m’ennuyais. Je n’avais pas conscience de ma posture, je n’avais pas conscience de mon regard mais j’étais bien droite, le regard froid et un peu fou, les bras tendus croisés derrière moi. Il était clair que je ne devais pas être très engageante mais je ne me rendais pas compte. Dans ma tête, j’avais l’impression d’avoir oublié quelque chose d’important, d’une importance vitale et j’étais incapable de m’en souvenir. C’était comme s’être rappelé de ce qu’on allait dire, l’avoir perdu et être persuadé qu’on l’avait sur le bout de la langue.
Mon regard se posa sur un des Richter avec un costume haut en couleur et aussi sur Spencer. J’eus un léger sourire en coin avant de reporter mon attention sur la foule. Je n’avais même pas eu conscience d’avoir souri. Ces temps-ci, j’avais un réel problème de mémoire et je me posais beaucoup trop de questions.

Je décidais d’aller m’asseoir sur une chaise, fredonnant un air qui m’était venu comme ça, de nulle part. Je le trouvais agréable mais quelque chose dans cet air me donnait froid dans le dos. D’où m’était-il dont venu ? J’étais persuadée de ne jamais rien avoir entendu de tel nulle part.
Pour la première fois, je ruminais intérieurement. Un cavalier n’aurait peut-être pas été si mal finalement. C’était bien la première fois que le problème se posait mais j’avais l’intime conviction que je me devais de jouer la comédie. J’ignorais bien pourquoi. Mais j’avais l’impression que je devais être tout, sauf moi-même… Je me levais pour aller réclamer un verre de pisang orange. Sans alcool, certes, mais c’était tout de même mieux que rien.

_______________________________

It's just another way to... DIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Lun 17 Sep - 9:10

❝ Si Cendrillon avait eu une horloge dans le coeur, elle aurait bloqué les aiguilles à minuit moins une et se serait éclaté au bal toute sa vie. ❞

Venise. Evidemment, le thème est annoncé, et mille idées fusent dans ma tête, j'aurais limite besoin de ma petite dessinatrice pour pouvoir mettre au clair mes idées. Mais sans son aide, j'ai du me débrouiller seul et tirer quelques croquis au pif. C'était pas du grand art -genre on peut dire que De Vinci a fait mieux, tavu- mais c'est déjà pas mal, je sais au moins quoi acheter, quoi faire sur mon costume pour qu'il soit parfait. J'ai décidé de pas faire dans la dentelle, parce que ce thème m'attire beaucoup, il faut dire que Venise est une ville remarquable, j'aimerais tellement pouvoir la visiter, monter sur une gondole et... et éviter de me retrouver à l'eau. Oui mais le carnaval de Venise, c'est... magnifique. Malheureusement, je peux que m'inspirer des images que j'ai trouvé sur internet. Peut-être qu'un jour je pourrais y aller ? Avoir assez d'argent et partir ? Mais pour ça il faut encore qu'on arrive à s'en sortir avec l'appartement avec March, des fois on est comme des clochards quoi. Bref. Pour mon déguisement, j'ai décidé de m'inspirer de la Bauta du carnaval de Venise. C'est trop cool, j'ai même un chapeau qui ressemble à celui du Capitaine Crochet, tu peux pas test. Mais sinon je dois me concentrer un peu, parce que j'ai l'impression que toute mes bouclettes ne rentrent pas sous le chapeau, ça serait fâcheux qu'il y en ai qui sortent, ça ruinerait l'effet anonyme du bal. Au bout de trois quart d'heures, je suis prêt, j'ai réussis à ressembler à ce que je voulais, et on peut dire que ça fait son petit effet ! Je sors de la salle de bain et... rencontre l'ouragan March. « Bordel, March, mon dieu, j'ai faillis mourir. » Mes pieds se sont pris dans une chaise qui n'était pas censée être là, et je me rattrape tout juste au mur. Surtout qu'avec ce costume, on peut pas dire que ce soit l'ideal, à croire que mon colocataire adoré à fait en sorte que je ne mette jamais les pieds en dehors de cet appartement, en plus il ne m'a même pas attendu. OH LA LA. Ca va barder. Alors je me décide : je me met à courir. Tant pis si on me prend pour un fou furieux, tant pis si on me voit me ramasser en beauté au milieu de la rue, mais je vais lui faire payer.
Peut-être qu'il voulait pas me voir, parce que c'est bizarre, lui, moi et la foule de sentiments qui retournent mon cœur encore pire que l'ouragan March. Enfin, c'est quand même à cause de lui que je suis dans cet état. Des fois je le déteste tellement que je pourrais le frapper, et la seconde d'après mon cœur loupe un battement parce que c'est la folie quand il sourit. C'est n'importe quoi, okay je me reprends, maintenant c'est mission impossible jusqu'au bal. Parce que oui, j'y serais avant lui, je le connais il va encore s'arrêter en chemin pour voir un papillon passer. Bref. J'arrive, finalement, je fais peur à tout le monde, j'arrive comme un grand corbeau noir et je me prends limite les pieds dans ma cape. Aujourd'hui je suis le roi du silence, j'essaye de coller au personnage, alors je m'en fou, je parlerais à personne. C'est super essoufflé que j'arrive à côté des boissons, j'arrive même pas à reprendre mon souffle, on dirait un bœuf qui vient de courir le 100m en 50 secondes. Je pense que mon cœur va s'arrêter dans deux secondes. « Mesdames et Messieurs, je déclare le bal masqué ouvert. » Okay, ouais, cool, j'ai réussis, je suis là. LALALALALA. J'ai envie de sauter partout en criant, mais heureusement que je n'ai plus de force et que je me tiens limite au mur. J'ai chaud, je transpire et je respire comme un asthmatique. Tout va bien. De toute manière si je reste là un petit moment, on va croire que je fais partit du décor. « C'est, énorme. » Evidemment, j'avais oublié que ce crétin était là et que je devais l'étrangler, ou que je devais faire quelque chose. J'essaye de répondre mais je provoque justement un sifflement assourdissant, mes poumons n'ont pas encore repris leurs forces on dirait bien. Ah mais je veux pas parler, je peux pas, je suis un personnage là, je suis pas Yaël. Alors je tourne ma tête vers lui, inspire lentement. March, tu vas me tuer. « Tu crèves pas de chaud là-dedans ? » Mais... quel idiot. « Si bien sûr, tu veux pas me déshabiller ?! » Je siffle un peu et lève les yeux au ciel. Voilà, je suis tombé au fond du gouffre, je fais même des propositions indécentes à March, l'air de rien, mais bon dieu, que quelqu'un m'arrache les yeux parce que sinon je vais mourir. Mon cœur s'accélère un peu et je vois juste le masque, et derrière le masque, ses yeux si sombres et j'me sens défaillir. Mais ça, c'est sans doute parce que j'ai couru comme un taré dans toute la ville. « C'est moi, crétin. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Lun 17 Sep - 14:28



Ca y est. Le voilà enfin arrivé au bal. Il n'avait pas vraiment envie d'être là, mais Amy devait sûrement l'attendre. Ray avait finit plus tard que d'habitude...ou alors était-ce lui qui avait repoussé jusqu'au maximum cette fameuse soirée. Cela faisait quatre ans qu'il était avec elle, et cela faisait quatre années qu'il n'avait pas manqué le bal de Taleville.
N'allez pas croire qu'il n'apprécie pas les fêtes. Mais il préfère une bonne ambiance autour d'un feu de camp, quelques musiciens, de l'alcool et des chansons. Tout ce qui était strasses et paillettes...il avait du mal. Et il était servi cette année avec le thème de Venise.

Il avançait parmi des êtres sans visage, aux habits dorés, colorés et étincelants. Certains dansaient au rythme de la musique classique, d'autres se désaltéraient tout en observant les danseurs, d'autres encore échangeaient quelques mots près du buffet. Les critiques allaient aller de bon train. C'était à celui ou celle qui aurait le plus beau costume !
Bon, il devait avouer que les costumes et la décoration de la place étaient magnifiques. Lui même avait fait un effort sur sa tenue. Cela faisait des mois qu' Amy attendait avec impatience cet événement. Elle avait évidemment choisi sa propre tenue, mais aussi celle de Ray. Et au début, autant dire qu'il n'était pas du tout coopérant ! Il était hors de question pour lui qu'il se retrouve avec des pantalons hyper-serrés ou avec un chapeau invraisemblable etc...Finalement, ils finirent par se mettre d'accord. Ray portait donc un costume noir aux broderies fines et dorées, d'une cape de la même couleur qui le protégeait du froid et d'un masque « gens qui rient » doré. Inutile de préciser qu'il ne portait pas de chapeau. La capuche de sa cape lui suffisait amplement.

Ray était donc plutôt élégant accoutré ainsi. Cela changeait de sa tenue de garde chasse ! Il cherchait du regard sa compagne mais ne la voyait point. Il se rapprocha alors des boissons...sans alcool. Il comprenait parfaitement ce choix : cela permettait de cadrer un minimum la soirée. N'empêche, il aurait bien apprécié un petit verre de rhum ou de whisky !
Il observait les habitants et tentait de les reconnaître. Pas évident avec tous ces masques. Ceci dit, il reconnu tout de même Mme le maire évidemment, et Spencer Weber accompagné d'une charmante jeune femme. Pourquoi reconnaissait-il ceux qu'il appréciait le moins ?
Ah et il y avait aussi le cousin de Katherine. On ne pouvait pas le louper avec son costume blanc !

Son regard se posa alors sur une jeune femme assise, seule, et qui semblait blasée par ce qui se passait autour d'elle. Elle se leva ensuite et s'approcha non loin de Ray afin de commander elle aussi une boisson.
Il ne la reconnaissait pas. Peut-être même ne l'avait-il jamais vu. Il jeta un coup d'oeil vers les danseurs. Qui sait, peut-être qu'Amy avait trouvé un cavalier pour danser ? Non pas qu'il n'aimait pas ça, mais il avait du mal avec les danses protocolaires. Tout le monde allait jouer sur la retenue, la bienséance etc...Lui, il préférait le lâcher prise !

Et toutes ces richesses exhibées le mettait mal à l'aise. Il eu envie de leur fouiller les poches et de leur ôter de leur argent. Etrange pensée ! Que lui prenait-il ? Il n'allait tout de même devenir cleptomane !
Son regard se posa de nouveau sur sa voisine, qui poussa un soupir d'ennui. Peut-être attendait-elle quelqu'un.
En attendant, il prit un plateau de petits fours et le tendit vers elle.

-Un petit creux peut-être ?

Lui aussi s'ennuyait pour l'instant, alors autant engager la conversation d'une façon ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Lun 17 Sep - 15:01




Merde, merde et encore merde. OH OH OH ! J’étais dans la merde. Grave dans la merde. Tout avait si vite basculé. Le temps d’un week end. Deux jours en amoureux, pourtant tellement beaux. Mais tout avait changé à présent à ma plus grande peur et angoisse. Non, j’étais loin d’être heureuse bien que ce genre de choses pouvaient en rendre heureuse plus d’une ! Mais pas moi. Pas maintenant et surtout pas, aussi brutalement. Pourtant j’étais prête à parier que… Finalement non. J’avais merdé. Il fallait voir la réalité en face. A présent, j’essayais de fuir par tous les moyens possibles Spencer, mon petit ami. Cela faisait à peu près cinq mois qu’on était ensembles… Trop tôt. Malheureusement, je ne pouvais rien lui refuser donc, je n’arrivais jamais à lui dire non ou à lui mentir pour éviter de le voir. Pourquoi ? Car j’étais en train de lui mentir depuis notre retour de notre petit week end en amoureux. Si on m’avait prévenu, j’aurais refusé ce séjour près du lac… Mais là n’était plus le problème. Dorénavant, j’en avais un plus gros et surtout un, qui était dix fois plus réel. Mais hors de question de le dire… A quiconque.

Et pour m’enfoncer plus dans mon trou, je reçus une carte d’invitation, celle-ci me conviant au bal annuel de la ville. Bien entendu, Spencer me supplia de l’accompagner, bien qu’à l’origine j’étais loin d’être d’accord… Surtout après ce petit week end en amoureux. Alcool, danses, masques, bruit… Tout ceci me donnait la nausée… Cependant, il y tenait beaucoup. Je l’avais ressenti quand il avait été devant moi pour me demander de l’accompagner. Je savais comme il était fier de s’afficher avec moi à ses bras. Spencer Weber et Jude-Mei Roseberry. Le couple idéal. Le couple le plus célèbre de Taleville étant donné qu’il était le rédacteur en chef du journal et moi, la photographe de ce dernier – finalement j’avais pris un poste en temps complet au Daily Tale. Les ragots faisaient rage à propos de Spencer et moi… J’aurais tout donné pour me retrouver à nouveau dans une bulle avec lui, car il fallait bien l’avouer, ce week end coupé des autres avait été merveilleux - malgré les incidents. En fin de compte, voyant les étoiles dans les prunelles de mon petit ami le jour où il m’avait invité au bal, je n’avais pas pu refuser au risque de ne plus voir ces petites étoiles très étincelantes. Ainsi, en acceptant j’allais devoir mettre de côté mes soucis et de faire comme si tout allait bien…

On pénétra dans la pièce, la main de Spencer posée sur ma hanche. Comme un vrai couple. Les regards se posèrent sur nous, à chacun de nos pas nous dirigeant vers la piste de danse. Certaines gloussaient, d’autres critiquaient et quelques unes étaient même jalouses de voir un si beau couple dans cette pièce. Je me sentis mal mais je ne fis rien paraitre. Je me contentais alors de sourire à Spencer, et bien entendu, aux autres invités conviés eux aussi à ces festivités annuelles. Une fois arrivés parmi la foule, je sentis l’autre main de Spencer me prendre une des miennes, entrelaçant par la suite ses doigts avec ses confrères. Sans broncher, je me fis mener par mon cavalier qui me fit virevolter comme une feuille emportée par une brise. On dansait notre première valse. Et mon dieu, comme il était un excellent danseur ! J’avais honte mais je ne le montrais pas. Certains nous regardaient, donc il fallait mieux faire bonne impression. Alors, je fis un sourire doux à Spencer alors qu’il me faisait encore et encore tourner.

La musique s’estompa mais les murs continuaient encore à tourner… J’étais au bord de l’évanouissement, lorsque j’entendis un murmure au creux de mon oreille. Spencer me parlait. « Est-ce que je t'ai dit à quel point je te trouve magnifique ce soir ?» . Je rougis doucement, essoufflée par la valse qu’on venait de partager en tête à tête. Pour cette occasion, j’avais opté pour une robe longue de couleur vert émeraude. Elle est en forme de bustier en haut, dévoilant ma gorge et ma poitrine. Selon mon frère, elle me rendait sexy - peut être un peu trop. Il n’était pas le seul à le penser... Je me mis à sourire doucement en coin, lui répondant quelques mots. « Non, mais à présent, je le sais. Et profites-en hein ! Car ça ne sera pas tous les jours…» dis-je en plaisantant bien que ce genre de tenues n’allait être plus possible pour les quelques mois à suivre. Bien évidemment, je ne pouvais pas me retenir… Ne rien lui dire me faisait du mal, mais le lui dire m’angoissait terriblement. La seule solution était que je devais agir toute seule. « Tu veux boire quelques choses ? » me demanda-t-il, quelques minutes après prêt à partir en direction du bar. Je hochai la tête. Oh oui de l’eau ! « Oh oui de l’eau ! » m’écriai-je, sous l’impulsion. Cependant, je me mordis la lèvre. Je venais de faire une bêtise. De l’eau a une soirée… C’était complètement inhabituel pour moi ! « Je veux dire euh… Ramène-moi ce que tu veux mon amour, je vais m’asseoir. » rajoutai-je, précipitamment. Sans attendre une réponse de sa part, je partis dans la foule à la recherche d’un siège ! J’étais crevée … Et j’avais fait qu’une seule valse… Le pire était à venir. M’asseyant, je balayai la salle du regard. Pour la suite de la soirée, je devais être à la fois prudente et normale. Un véritable challenge tout simplement…

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Jeu 20 Sep - 14:41

Il m'avait retrouvé, oui je l'ai repéré quand il avançait vers moi, dans son costume blanc aux fils dorés. Qui n'aurait pas reconnu là la prestance du fils Richter ? Je ne sais pas pourquoi, mais plus il avançait vers moi, plus mon coeur se mettait à ralentir. Comme si c'était automatique et que mon souffle finirait par s'évaporer quand il serait en face de moi. Je ne saurais définir ce qui se passa vraiment à ce moment-là, mais j'avais le sourire aux lèvres quand il laissa échapper que j'étais très joli. Je me rends compte que c'est impossible de faire marche arrière maintenant. Que la seule chose que je pouvais faire c'était de faire face à ce monde, dans ma belle robe ne dentelle, la main dans celle d'Eliot Richter. Je voyais déjà le regard de mes « amis » de lycée regardant que j'étais avec le mec qu'elle se plaisait parfois à admirer. Sur le coup je le vois s'approcher, j'ai presque crus qu'il allait m'embrasser. Je le regarde droit dans les yeux, légèrement surprise jusqu'à ce que je me rend compte que... j'aurais aimé qu'il le fasse vraiment.

Putain, qu'est-ce qui m'arrive ?

Un homme se pose alors à côté de nous, la main sur l'épaule d'Elliot. Je ne sais absolument pas qui c'est, mais ça doit être son père, surement. Elliot tend alors sa main vers moi et il me lance alors, qu'il espérait que je savais danser. Oh putain, danser. Il allait me faire danser, c'était quoi le piège là-dedans ? Etrangement je n'hésite pas et je pose ma main dans la sienne, prête à danser. Elliot allait danser, participer au bal d'une manière normale, c'était presque étrange de le savoir si posé. Sans doute le fait que ses vieux soient dans les parages, non ?

« - Je ne suis pas non plus très bonne danseuse, tu sais. »

Je crois même qu'à ce moment la musique vire au Jazz où quelque chose dans le genre. Moins festive, plus dansant, romantique, fluide. J'étais clairement perturbé par Elliot, par le fait qu'il m'invite à danser. J'aperçois une de mes collègues des pompoms qui pousse son copain pour me regarder. Personne ne me connait, on doit moin me reconnaitre sous le masque que j'ai posé sur le visage. J'aurais presque eu la pression si j'avais été susceptible aux regards des autres. Je sens la main d'Elliot posé en bas de ma taille, je me colle alors à lui, me mettant en place comme pour valsé. On n'allait pas valsé, c'était pas du tout la bonne musique pour, mais au fond, on s'en fichait non ? On avait qu'à tourner collé l'un à l'autre.

« - C'était ton père ? »

Oh putain, faut que j'arrête de penser comme une lycéenne amoureuse pour la première fois.

Ah merde, mais c'est mon cas, je suis une lycéenne complètement attiré par un vrai connard sentimental à ses heures perdues. !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Jeu 20 Sep - 18:41



Ploucs. Tous des ploucs. Une ville de peuplée de ploucs. Des beaufs, des rustres... des ploucs ! maugréait Charlotte tandis qu’elle montait les marches de l’hôtel de ville les plis de sa robe verte émeraude dans les mains pour éviter de se prendre les pieds dedans. Elle était outrée, il n’y avait pas d’autres mots. Comment était-ce possible ? Comment personne n’avait eu assez de cran pour oser l’inviter à ce stupide bal masqué ? Bande d’eunuques. Et puis, à quoi ça servait les bals masqués ? A pouvoir faire croire au plus moche des thons que le temps d’une soirée elle pouvait être une princesse ? Ri-di-cule ! Quand la nature ne nous gâtait pas, il fallait l’assumer. T’entends Nina Montgomery ? A-ssu-mer ! Par contre, elle, Charlotte, elle était belle. Splendide même. Ses longs cheveux bruns cascadaient en de jolies boucles sur son épaule droite, sa longue robe bustier de sa couleur favorite mettait en valeur son teint. Sa beauté était rehaussée par une magnifique parure constituée d’un collier scintillant, de boucles d’oreilles assorties, et même d’une tiare. Vêtue de la sorte, la jeune femme était certaine que ceux qui étaient venus accompagnés de vieilles filles quadragénaires aux nichons refaits (comme c’était le cas chez la moitié des quadragénaires de Taleville, Charlotte avait un don pour repérer ce genre de truc) seraient dégoutés : elle ne leur accorderait même pas un regard.
Elle avait bien vu le petit effet qu’elle avait fait en quelques mètres. A peine elle était sortie de la voiture que toute la gente masculine s’était retournée avec attention. Elle s’était contentée de lever le menton, de regarder droit devant elle : la snob par excellence. Mais pour qui connaissait Charlotte, ou les garces en général, le petit sourire en coin qu’elle affichait n’était pas innocent : elle savait l’effet qu’elle faisait et elle s’en délectait. Alors pourquoi je suis censée porter un masque ? Camoufler ma splendeur serait un crime plus qu’autre chose ! soupira-t-elle intérieurement. Puis, elle se ravisa en songeant que les hommes de Taleville étaient des trouillards et qu’ils n’osaient pas l’aborder pour une chose : elle était en quelques sortes une célébrité. Eh oui ! Après tout… elle était l’animatrice de l’émission de radio la plus écoutée de la région ! Ça en jetait ! Et puis, lorsqu’elle serait reconnue à l’échelle mondiale, elle devrait commencer à se cacher. Autant apprendre le métier maintenant, tant qu’il en était encore temps !

Son ascension achevée, elle sortit de sa petite pochette Prada le masque qu’elle avait emporté ‘au cas où’. C’était une pièce de collection, fait à Venise-même ! Il s’agissait d’un loup aux fines armatures argentées, les côtés formaient de somptueuses arabesques et en son centre il y avait une véritable pierre d’émeraude. Ce n’était qu’un emprunt, Charlotte, malgré sa gracieuse paye, n’avait pas les moyens de se payer un tel accessoire, mais elle s’en fichait. Pour cette soirée, c’était le sien !
La jeune femme poussa la porte et fut, dès son entrée, assaillit par le bruit de la musique, les discussions joyeuses et les lèvres, seule partie du visage visible, souriantes de la pluparts des invités. Des couples dansaient sur la piste, des célibataires dansaient sur la piste… seuls… beaufs ! Charlotte leva les yeux au ciel. C’était ça aussi le problème aux bals masqués : pas moyen de savoir si le mec qui vous draguait était potable physiquement. Un beau corps, ça ne faisait pas tout ! Il fallait le visage d’Apollon qui allait avec ! Tsssk …

« A boire ! Il me faut à boire ! » hurla Charlotte, comme pour partager son état d’esprit avec la terre entière. Elle se dirigea vers le buffet où plusieurs verres en plastiques étaient pré-remplis d’un liquide rose. Elle en bût une gorgée… et recracha tout sur la nappe, dégoutée.
« De la grenadine ? Sérieusement ? Oh mon dieu. Pourquoi je suis venue m’enterrer dans ce bled pourri ? » La réponse, elle l’avait mais ce soir, elle était trop excédée pour faire preuve de bonne foi.
Revenir en haut Aller en bas
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Dim 23 Sep - 14:28


Alors que je mâchais consciencieusement mon petit four, un type avec un costume relativement coloré m’interpella.

« Tu crèves pas de chaud là-dedans ? »

Oh si ! Nom de Dieu, je crevais vraiment de chaud quoi que, pas tant que ça vu que je ne me remuais pas. Ce soir, je crois que je serais bien heureux de ne pas me les geler remarquablement grâce à ce costume. J’étais même sûr qu’on m’envierait mes plumes et les multiples couches de fringues que j’avais dû associer pour arriver à ce résultat.
Juste au moment où j’allais répondre, un autre mec en costume répondit à ma place. Ah…

« Si bien sûr, tu veux pas me déshabiller ?! » Pause… J’étais à peu près sûr que ça ne m’était pas destiné mais faut pas balancer ce genre de choses devant moi, j’me fais tout un tas d’idées après… « C'est moi, crétin. »

La question maintenant, c’était de savoir qui se cachait dans le costume coloré et qui se cachait sous le masque bec d’oiseau. En fait, il y avait deux questions. La seconde était… Qu’est-ce que j’allais répondre. Je finis par me dire qu’en fait, j’avais pas à me casser la tête.

« Je ne sais pas qui est le moi mais quand la chaleur retombera, je ne serais pas mécontent d’avoir trois tonnes de fringues par-dessus mes collants. » Oui, glamour, je sais, je faisais toujours dans la dentelle. « Le principe du masque et tout le tralala, je suis au courant que c’est pour le côté masqué et tout ça mais qui se cache sous le masque d’arlequin et sous le masque bec d’oiseau… Je m’interroge… Jolis costumes au fait. Très réussis tous les deux. »

Je penchais un peu la tête sur le côté et une de mes plumes vint se placer devant mon nez ou du moins, l’endroit qui me servait à respirer, j’éternuais de façon assez ridicule voir même comique. Oui, j’avais un éternuement reconnaissable entre mille. ‘voyez, le genre « Atchiii ! » parfaitement ridicule, surtout pour un mec, même gay.
Quiconque avait mis les pieds au vidéoclub et m’avait entendu éternuer saurait qui j’étais. Incognito mon œil. Dae sauve moi de ma bêtise un jour, je t’en supplie. Ou pas… en fait, je m’aimais bien comme j’étais. J’étais totalement absurde et profondément ridicule sous bien des angles mais je le vivais plutôt bien.

Je décidais qu’il était plus poli malgré tout de montrer son visage quand on demandait celles des gens en face de nous. Je tombais donc le masque ou plutôt, je le relevais. Si on ne me connaissait pas et bien ça ne changerait pas grand-chose dans le fond. Je remis le masque quand même correctement juste après. Curieusement, dans ce costume, je me sentais tout nu sans mon masque. Non pas que j’étais pudique mais… Bref, ça n’a aucun rapport.
J’y pensais… J’espère qu’ils n’allaient pas me jouer un remake de l’exclusion de conversation. Pas que je le prendrais mal mais je me sentirais un peu tarte.

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Dim 23 Sep - 14:47

Mon père me prenait franchement au dépourvu et je n’aimais pas ça. Que ce soit le fait qu’il surgisse comme ça derrière moi mais aussi qu’il me coince comme ça pour me coller sur la piste de danse. Bordel de merde… Je n’avais jamais su danser. Mon seul talent artistique, c’était le chant et personne n’en savait rien. Je ne faisais que chanter sous la douche. Au diable ses pas de danse ridicules. J’me sentais comme une souris de labo à qui on avait coupé la queue. C’était désagréable au possible. Je haïssais mon père au plus haut point. J’avais envie de l’étriper pour faire bonne mesure.

« - Je ne suis pas non plus très bonne danseuse, tu sais. »

Ah… Bon, et bien on se démerderait comme on pouvait en tentant de ne pas avoir l’air totalement con. Ceci dit, je n’avais pas envie qu’on passe pour deux gros nazes… Aimée était avec moi, hors de question qu’on air l’air débile à gesticuler sur la piste. Je suppose que mon orgueil perso m’interdisait d’avoir l’air idiot ou alors… je voulais tout simplement qu’on nous regarde… qu’on voit que j’étais avec elle… que… Putain. Tabassez-moi, au secours ! Là encore, où était March quand on avait besoin de lui ?!
La valse… ça c’était une danse basique, j’risquais pas trop de me planter tant que je lui écrasais pas les pieds. Tant pis si la musique avait changé, je n’en avais rien à secouer. Au pire, on me prendrait pour un profiteur, c’était pas la pire des insultes qu’on avait pu faire. Je positionnais mes mains, j’avais bêtement envie de sourire, j’devenais vraiment débile. Et puis j’étais tiraillé. J’me sentais coupable. Ouais… Moi, j’me sentais coupable parce que j’appréciais un peu trop cette fille que j’avais dans les bras et dans le même temps, j’étais mordu de ma cousine. J’faisais vachement fort.

« - C'était ton père ? »

« Hum… Ouais. »

J’avais pas grand-chose à rajouter sur le sujet. Je haïssais me vieux, ça datait pas vraiment d’hier. C’était même encore plus flagrant à chaque anniversaire de Taleville. Plus on avançait et moins je prenais la peine de jouer à la mascarade du brave gamin à son papa. Tant que je foutais pas le souk d’ailleurs, personne n’en avait rien à cirer.

Allez mon vieux, un peu de conversation. Essaie, t’y es bien arrivé au bar la dernière fois… J’inspirais alors qu’on dansait totalement hors de la musique mais c’était franchement le cadet de mes soucis, fallait que je trouve un truc à dire. Sauf que j’avais rien à dire ou plutôt, que quoi que je dise, j’aurais eu l’air neuneu avec mes hésitations à la cons. C’est alors que mon corps réagit avant que l’information n’atteigne mon cerveau, je l’embrassais.
Totalement horrifié, je n’osais pas me détacher d’elle. Comment mon corps avait pu réagir avant mon cerveau ! Ok, j’étais pas une flèche, j’me fichais de tout ce qui pourrait me mettre du plomb dans la tête si ça ne m’intéressait pas et je ne faisais aucun effort. Mais quand même ! J’pouvais pas avoir envie de l’embrasser à ce point pour ne pas me rendre compte que je le faisais ! Résultat, le baiser dura même un rien plus longtemps. Pourquoi se faire chier… C’était agréable de toute façon…
Revenir en haut Aller en bas
PNJ | DEAD
like a ghost behinh you


→ INSCRIT DEPUIS : 19/07/2012
→ MESSAGES : 597
→ LOGEMENT : MORTE


MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Dim 23 Sep - 15:12

Mon pisang orange sans alcool en main, je poussais un soupire. L’absence de cavalier me gonflait prodigieusement. Seulement, je devais voir le bon côté des choses… Ici, je n’avais pas à supporter qui que ce soit si je n’en avais pas envie. Au moins, si j’en avais assez, je pouvais m’éclipser et revenir un peu plus tard. Rien ne m’obligeait à rester écouter un amas monstrueux de bêtises.

-Un petit creux peut-être ?

Je regardais le plateau de petits fours avec étonnement. Ce type devait s’emmerder remarquablement pour faire le service alors qu’il n’était manifestement pas du personnel.
J’en saisis un qui semblait être recouvert d’une préparation à base de viande. Ne pas oublier de remercier cet homme. J’étais obligée de m’y obliger à chaque fis ces derniers temps. Comme si les remerciements n’étaient pas une chose naturelle mais une grâce accordée.

« Merci oui, avec plaisir. »

J’avalais mon petit four après avoir sourit poliment et gentiment à mon interlocuteur aussi ennuyé que moi jusqu’à maintenant quand il y eu soudain un peu plus d’ambiance près de l’endroit où justement le garde chasse et moi nous trouvions. Aux éclats de voix, j’aurais pu reconnaître Charlotte Bennet entre toutes. Cette pimbèche hautaine et agaçante… Je fus soudain prise de l’envie furieuse de lui tordre le cou de mes propres mains et d’aller abandonné sa carcasse toute fraîche mais mutilée dans les bois pour attirer les prédateurs.

« De la grenadine ? Sérieusement ? Oh mon dieu. Pourquoi je suis venue m’enterrer dans ce bled pourri ? »

Je ricanais en sourdine en savourant mon petit four et mon verre sans alcool. Au moins cette emmerdeuse notoire ne serait pas plus désagréable qu’à l’habitude. Je lui tournais le dos pour être certaine de ne rien avoir à faire avec elle ce soir. Je serais bien capable de lui refaire son maquillage avec ma manucure et je n’avais pas de faux ongles moi… C’était bas, idiot, stupide mais Charlotte éveillait en moi les sentiments les moins louables du genre humain.

« Vous êtes le garde chasse c’est bien ça ? »

Autant initier la conversation. Tout plutôt que de croiser le fer verbalement avec cette espèce d’hystérique hautaine. La dernière fois, nous avions empêché tout le monde de travailler pendant dix minutes le temps que le chef descende voir ce qu’était tout ce raffut. C’était simple, Charlotte m’avait encore prise pour son assistante personnelle et demander de lui apporter son courrier et un café. Ce à quoi je répondis que comme tout le monde, elle n’avait qu’à se bouger, que ça ne pourrait être que bénéfique pour ses somptueuses fesses de fainéante. Remarque qu’elle avait relativement mal prise.
Bref, tout valait mieux qu’une rencontre avec elle. D’ailleurs… N’avais-je pas déjà croisé le garde chasse à l’hôpital ? Je n’arrivais juste pas à me souvenir si c’était en entrant ou en sortant…

_______________________________

It's just another way to... DIE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Sam 29 Sep - 13:49

Derrière vérification devant le miroir. Elle avait enfilé une robe longue noire avec un grand décolleté, mais qui n'était pas du tout vulgaire, la robe était ensuite légèrement cintrée avant de descendre souplement jusqu'au sol le long de ses jambes. Avec cette tenue, elle avait l'impression d'être une Princesse, ce qu'elle aimait particulièrement. Elle avait choisi une robe souple qui laissait deviner ses formes sans la mouler. La jeune fille fit alors une vérification maquillage. Simple, discret qui camouflait les imperfections. Elle termina par sa coiffure, laissant ses cheveux tomber sur ses épaules, légèrement ondulés. Enfin, Joy enfila le masque blanc décoré de motif noir qui dissimulait la zone autour de ses yeux. La tenue était assez sombre alors elle voulait quelque chose de plus clair et ça l'amusait d'avoir un détails qui se détachait de tout le reste. L'ensemble lui plaisait bien, elle prit sa sacoche où elle mit son portable et son porte-monnaie puis elle jeta un oeil à l'horloge.

Oh non ! Elle était en retard ! Ni une, ni deux, elle se précipita dehors pour se rendre au bal qu'organisait la ville. Il y avait un bal chaque année et tous les habitants y étaient conviés. Habituellement, elle allait y faire un tour, mais ne restait pas jusqu'au bout, cette année ne ferait surement pas exception. Lorsqu'elle arriva sur le lieu de la fête, Joy découvrit un grand nombre de personnes. Ce qu'elle aima fut que personne ne se ressemblait, elle trouvait toutes les couleurs de l'arc-en-ciel dans cette foule. Bien sûr, avec ce monde, elle ne reconnut personne, pas même le maire de la ville.

Joy commença alors à se promener entre les tables et les invités pour rejoindre la zone où se trouvaient le plus de tables et de chaises. Elle s'assit à une table et observa le monde. Sans cavalier ni accompagnement, ce genre de soirée n'était pas des plus amusant. De plus, elle avait l'impression que tout le monde se sentait comme un poisson dans l'eau ce qui lui donna l'impression d'être de trop. Pourtant, c'est en observant son entourage qu'elle trouve l'inspiration pour ses textes alors elle devait bien rester au moins une heure ou deux pour ça ... au moins pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Admin | I'M THE BOSS
« I wanna see what life is, with you »


→ INSCRIT DEPUIS : 01/06/2012
→ MESSAGES : 753
→ LOGEMENT : En colocation dans une maison du centre-ville avec Ayden (Aladdin) et Jorden (Abu)
→ JOB(S) : Dresseuse de tigres de la réserve du parc municipal
→ HUMEUR : CEY PO UN TEMPS A METTRE UN TIGRE DEHORS ! /BOUM



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Sam 29 Sep - 15:14

Le bal. Cette chose mondaine à laquelle toute la ville était invitée chaque année. J’avais beau avoir vécu toute ma vie à Taleville, j’étais loin de connaître beaucoup de monde. Des jeunes, des commerçants, des visages qui étaient tout le temps dehors. Mais personnellement, c’était une autre affaire. D’ordinaire, j’y allais avec Ayden et Jorden. Simplement ce soir-là, ils étaient tous deux malades. Au fond du lit, je m’étais bien gardée d’aller bouder à leur chevet que j’allais devoir y aller seule. Puisque de toute façon, je savais que j'allais y retrouver Wyatt. Je m’étais donc assurée qu’ils allaient passer la soirée correctement et leur fis promettre de m’appeler s’ils avaient un souci. Après quoi, j’allai me préparer. Je revêtis une robe turquoise à motifs noirs plutôt ample surmontée d’une tresse à couleurs entourant ma tête. Je laissai mes cheveux pendre en-dessous. Je finis par enfiler des chaussures blanches ouvertes à talons. « J’y vais les garçons ! » Je repassai par les chambres pour approcher des boîtes de médicaments et des bassines, au cas où. Ils me souhaitèrent une bonne soirée, et j’étais partie, pochette blanche sous le bras.

L’endroit était exquisément décoré. Il y avait déjà beaucoup de monde, et à m’occuper d’Ayden et Jorden, j’étais certaine d’avoir loupé le discours du Maire. J’arrivai donc comme une fleur au milieu de l’agitation et des tenues toutes plus magnifiques les unes que les autres. Mais tant pis, j’étais comme ça. Si mon père était dans les parages et m’avait vue arriver ainsi, il ne se serait très certainement pas retenu de venir me dire ce qu’il en pensait. Mais comme je ne le vis pas se pointer, j’hésitais entre le fait qu’il ne m’ait pas vue, ou qu’il ne soit tout simplement pas venu. Bougon comme il était, il était rare qu’il assiste au bal, même si ça lui arrivait. Je pouvais donc me détendre. Bon, quoi faire maintenant ? Je ne connaissais quasiment personne ou n’avais pas forcément envie de parler aux gens. D’ordinaire accompagnée des garçons, je n’avais pas à réfléchir à ça. Du coup, je me mis à faire ce que j’avais prévu ; chercher Wyatt. S’il n’était pas en train de danser ou d’accoster un homme, il était forcément du côté du buffet. Et il n’y manqua pas.

Je l’aperçu de loin discuter avec deux autres jeunes hommes. A la vue de son agitation, j’étais sûre qu’il avait chaud. Ne pouvait-il pas tout simplement penser en prévention et enfiler quelque chose de plus léger ? Pas possible. Je secouai la tête en souriant face à sa bêtise. Il ne changera pas. Décidée à l’arracher à sa conversation, je fis quelques pas et pris au passage un verre à une autre tablée pour le remplir de Monaco. En une gorgée, je me sentis déjà mieux. Non pas que j’étais déjà pompette bien évidemment, mais ça me changeait de l’ambiance maussade de la maison. Je repris donc ma route en direction de Wyatt et passai devant des têtes plus ou moins connues que je saluai. Lorsque je fus à une dizaine de mètres de mon ami, je le vis tourner la tête vers moi. J’avançai tout en buvant, et j’étais déjà certaine qu’il allait se moquer à ce sujet. Bah, au moins, j’étais sûre de ne pas passer la soirée seule.

_______________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://search-games.forums-actifs.com/
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Sam 29 Sep - 18:27


J’avais posé les questions qui tuaient et éternué comme un idiot quand soudain, alors que je regardais autour de moi, j’aperçu Dae, en train de marcher avec un verre à la main. J’avais déjà envie de lui dire de faire attention à sa coordination mais je m’abstins. Quant à la tenue, magnifique, j’en conviens mais… j’aurais dû l’habiller pour le bal. C’est là que je tiltais. Où étaient les deux acolytes ? Pas là visiblement ou alors ils auraient été présent avec elle.
Je souris sous mon masque. Je n’allais pas la laisser seul, ça n’aurait pas été très bien de ma part. Elle passait avant tout le reste.

« Vos identités m’échapperont encore un moment. Navré messieurs ! »

J’embarquais un verre. L’absence d’alcool était navrante… Surtout pour moi et pour quelqu’un d’autre apparemment. Il me semblait avoir entendu hurler sur un serveur. Je me dirigeais vers Dae en souriant sous mon masque. J’attrapais son verre que je posais sur une table. Où diable avait-elle donc réussi à se dégotter un verre avec de l’alcool ? Je la soulevais sans ménagement en la prenant dans mes bras.

« Ainsi donc, tu es venue. » Je la reposais au sol. « Où sont donc tes deux acolytes ? Ayden et Jorden ? Ils ont décidés de squatter la console de jeu et de bouder la super fête de madame notre maire où il n’y a même pas d’alcool ? D’ailleurs, où t’as déniché ce verre que j’en gratte un moi aussi ? »

Que de questions ! D’ailleurs, je lui rendais son verre, manquerait plus qu’on ne le lui pique. Cependant, je levais un sourcil.

« Dis donc toi… Depuis quand t’as besoin de courage pour te pointer à une soirée ? Ça te dérange pas d’habitude de sortir avec moi pour tenter de me caser… Hum ? »

C’était pas méchant, c’était de la taquinerie. Je savais plus ou moins qu’elle avait sûrement eu peur d’être seule parmi tous ces gens. Pas que j’étais plus à l’aise. J’étais juste… moi. Un bon moyen de cacher qu’on est pas vraiment à l’aise.

Bon, le masque pour parler, c’était moyen, je l’enlevais et le passais sous un pan de tissu pour le coincer, histoire qu’il ne tombe pas.

« Dis moi où tu as trouvé ce verre et pendant ce temps-là, dis-moi comment tu vas. Je veux tout savoir, comme d’habitude. Je t’épargne ma curiosité à propos d’Ayden si tu évites de me caser ce soir. »

Je la regardais en souriant. C’était vilain, c’était aussi une forme de chantage d’ailleurs. J’assumais parfaitement. Je savais juste que le sujet Ayden était sensible. Avec un peu de chance, ça me filerait un bon joker pour ce soir. Avec tous ces masques et costumes, les corps étaient trompeurs, c’était franchement dommage et surtout assez casse gueule. Non pas que je me serais permis de faire du gringue à un homme sans savoir quelle était son orientation… Non, je n’étais pas… plus masochiste… Mais quand même, c’était dommage de ne pas pouvoir admirer les gens sans leur masque.

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
Admin | I'M THE BOSS
« I wanna see what life is, with you »


→ INSCRIT DEPUIS : 01/06/2012
→ MESSAGES : 753
→ LOGEMENT : En colocation dans une maison du centre-ville avec Ayden (Aladdin) et Jorden (Abu)
→ JOB(S) : Dresseuse de tigres de la réserve du parc municipal
→ HUMEUR : CEY PO UN TEMPS A METTRE UN TIGRE DEHORS ! /BOUM



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Dim 30 Sep - 21:49

Un sourire s’étala sur mon visage pendant que je regardai Wyatt s’approcher de moi avec sa super tenue et son masque qui lui allait à ravir. J’avais d’ailleurs abandonné le mien avant même d’arriver sur place. Il attrapa mon verre pour le poser sur une table voisine avant de me soulever pour me saluer. Une habitude qui me faisait rire. « Ainsi donc, tu es venue. Où sont donc tes deux acolytes ? Ayden et Jorden ? Ils ont décidé de squatter la console de jeu et de bouder la super fête de madame notre maire où il n’y a même pas d’alcool ? D’ailleurs, où t’as déniché ce verre que j’en gratte un moi aussi ? » Je ris et il me reposa à terre. Après quoi il me rendit mon verre, dans lequel je tapai une bonne gorgée de Monaco. Je n’eus pas le temps d’avaler et lui répondre qu’il enchaînait déjà. « Dis donc toi… Depuis quand t’as besoin de courage pour te pointer à une soirée ? Ça te dérange pas d’habitude de sortir avec moi pour tenter de me caser… Hum ? » Je me doutais que j’allais devoir lui fournir une explication. C’était toujours le cas, et il restait mon meilleur ami. Je ne pouvais pas y échapper quoi que je pus en penser.

Alors que je cherchais quoi lui répondre et que je m’emmêlai déjà avec le nombre de questions qu’il m’avait fourni, tout comme l’ordre dans lequel j’allais lui donner mes réponses, il finit par enlever son masque et le faire tenir sous un des pans de tissus qui ornait son corps. Son extravagance m’étonnera toujours, bien que j’en étais tout de même habituée. Je restai muette et il se fit à nouveau entendre. « Dis-moi où tu as trouvé ce verre et pendant ce temps-là, dis-moi comment tu vas. Je veux tout savoir, comme d’habitude. Je t’épargne ma curiosité à propos d’Ayden si tu évites de me caser ce soir. » Bon, au moins, mes idées étaient plus claires. Je lui répondrais petit à petit. Mais pour l’heure, il fallait déjà que je justifie mon Monaco. Je fis un sourire en coin à demi innocent et sorti une petite bouteille en plastique que j’avais planqué dans ma pochette. Je l’agitai devant les yeux de Wyatt mais assez discrètement pour ne pas me donner en spectacle ni me faire repérer. « J’ai mis de la bière là-dedans, j’ai juste eu à rajouter de la grenadine sur l’autre table, là-bas. » Je souris largement, fière de moi. Pour une fois que je pouvais le surprendre à propos d’une chose à laquelle il n’avait lui-même pas pensé, je n’allais pas cracher sur l’occasion de le faire rager.

Cependant, je ne devais pas m’arrêter là. Il m’avait posé d’autres questions, et je le connaissais trop bien pour savoir que j’avais intérêt à y répondre si je ne voulais pas qu’il me harcèle toute la soirée. Je pris une grande inspiration. « Si tu veux tout savoir, les garçons sont malades et passent leur soirée au fond du lit. » Je cherchais mes mots. « J’ai hésité à venir puisque j’étais donc seule pour me pointer. Et surtout, je n’avais pas envie de tomber sur mon père. » Ce qui était totalement vrai. Je pris une nouvelle gorgée de Monaco, jetant un regard autour de nous. Je n’avais définitivement pas envie de me mêler au peuple ce soir-là. Je n’étais pas d’un ordinaire discret, mais il y avait des jours sans, comme on disait. Me retournant vers Wyatt, je fis mon possible pour ignorer son rictus qui me disait son envie de m’embêter à propos d’Ayden. « D’ailleurs, si j’ai envie de te caser, je fais bien ce que je veux. » Pour ne pas qu’il réplique à ça, je lui présentai un sourire d’ange et lui tendis mon verre.

_______________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://search-games.forums-actifs.com/
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Mer 3 Oct - 13:14

Alors que j’attendais des réponses en nombres à ma multitude de questions, elle me montra une bouteille tout droit sortie de son sac. Petite maligne… Voilà qui était une bonne idée. Pourquoi n’y avais-je pas pensé moi-même ?! Après tout, je n’étais pas le dernier à trouver des combines. Sauf que cette fois, Dae avait eu la bonne idée et pas moi.

« J’ai mis de la bière là-dedans, j’ai juste eu à rajouter de la grenadine sur l’autre table, là-bas. »

« Brillant ! Tu partages ? »

Je lui fis un sourire. À deux, on irait pas très loin mais après tout, au pire, j’avais entendu quelqu’un réclamer du vin. C’est qu’il y en avait. Et s’il y avait du rosé et du sirop de pamplemousse, l’affaire serait vite réglée également. Il faudrait que je pousse ma recherche.

« Si tu veux tout savoir, les garçons sont malades et passent leur soirée au fond du lit. » Ah… Voilà donc l’explication à leur absence… « J’ai hésité à venir puisque j’étais donc seule pour me pointer. Et surtout, je n’avais pas envie de tomber sur mon père. »

Le papa… Je ne l’avais pas vu. Ce qui me faisait penser à autre chose, je n’avais vu ni mes parents, ni mes frères et sœurs. Tant mieux.

« Ton père n’est pas là ou alors, il est bien planqué sous un masque, pareil pour ma famille. Je n’en ai aperçu aucun et devine quoi… C’est une très bonne chose. » Je regrettais déjà de lui avoir promis que je ne l’embêterais pas à propos d’Ayden… Ces deux là n’en finissaient pas de se tourner autour.

« D’ailleurs, si j’ai envie de te caser, je fais bien ce que je veux. »

Yes ! Règle transgressée, à mon tour… Je l’enlaçais pas l’épaule pour la serrer un peu contre mi de côté.

« Dans ce cas… Si tu comptes me caser, choisis bien parce que je ne passerais pas la nuit avec n’importe qui. » J’allais certainement me prendre une claque derrière l’oreille. Elle détestait me voir passer d’un homme à un autre. « Bon, et toi avec Ayden… Quand allez-vous cesser de vous tourner autour de façon aussi grossière et enfin vous mettre ensemble. Il faut être aveugle pour ne pas voir ce qui se passe entre vous. Je t’assure, ça devient grotesque. Il serait temps que vous arrêtiez ça, vous me donnez le tournis. En plus, ça n’est pas comme si vous n’alliez pas bien ensemble, je suis sûr que vous nous ferez des beaux bébés en plus. » J’allais me reprendre une claque derrière l’oreille juste pour ça, j’en étais convaincu.

C’était cousu de fil blanc. Dès que j’évoquais un quelconque futur entre eux, elle me regardait droit dans les yeux avec une moue adorable mais un regard d’acier. Cette fille avait un fichu caractère quand on mentionnait sa vie amoureuse ou qu’on allait à l’encontre de ses principes. J’esquivais ma claque.

« Non, vraiment Dae, fais quelque chose… Tu es dingue de ce garçon et il est dingue de toi. Il faudrait arrêter deux secondes de tourner autour du pot ou un de ces quatre, je vous enferme à double tour pour tester ma théorie. »

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
Cendrillon ♡ Wherever you will go


→ INSCRIT DEPUIS : 11/06/2012
→ MESSAGES : 274


MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Mer 3 Oct - 16:05


Si Nina avait bien horreur d’une chose c’était bien ça … Arriver après tout le monde et ne pas pouvoir passer incognito. En partie, ce retard était voulu, ou non, part l’une de ses patronnes, Rosie Bennett … La jeune femme avait du mal à comprendre comme un petit bout de femme comme Rosie pouvait mettre son appartement en désordre de cette façon. A chaque fois que Nina mettait un pied dans la maison pour y faire le ménage, elle avait l’impression qu’un ouragan s’était engouffré dans chaque pièce de la maison avant d’en ressortir aussi tôt, laissant à Nina la chance de ranger à nouveau. Mais aujourd’hui plus qu’un autre jour, la journée avait été longue et elle avait eu l’impression qu’elle n’en verrait jamais la fin.
En sortant de chez la jeune Bennett, elle s’était rapidement rendu compte qu’il était déjà tard et que le bal avait déjà commencé. Elle avait alors fait le plus vite possible pour retourner chez elle, se préparer, s’habiller avant de repartir aussitôt.
Mais à présent qu’elle se trouvait devant la salle où avait lieu le bal tant attendu de l’année, elle hésitait à y aller. Depuis la mort de ses parents, les habitants de Taleville s’étaient rappelés que les époux Thompson avaient une fille, ils ne cessaient donc de lui parler d’eux comme de vieux amis alors qu’ils s’étaient moqués d’elle depuis son enfance. Il ne faut donc pas être un génie pour comprendre que la jeune femme est loin d’être à l’aise dans ce genre de soirée avec ces personnes et dans ce genre de situation. Mais elle avait repoussé trop longtemps l’échéance, elle devait montrer qu’elle tenait toujours debout et que rien ni personne ne pouvait l’arrêter à présent. Et elle le devait pour ses parents qui avaient souvent donnés beaucoup d’argents pour que ces cérémonies et autres soirées soient réalisées.
C’est donc décidé, qu’elle se mit enfin en marche et qu’elle fit une entrée très peu remarquée, ce qui lui fit plus que plaisir. Après tout, elle pouvait profiter de ce bal tout en faisant attention aux personnes avec qui elle ne voulait pas parler et puis … Elle avait un masque ! Elle avait donc des chances pour passer inaperçue, jeu auquel elle savait très bien jouée, et passer une bonne soirée.
Malheureusement, dès ses premiers pas vers le buffet, elle fut arrêtée par l’un de ses anciens camarades de classe qui s’ennuyait et qui avait besoin de parler à une tête connue. Elle l’écouta donc, ne voulant pas être impolie en lui faussant compagnie, et elle l’avait apprécié à l’époque alors elle espérait qu’il soit toujours autant intéressant.

_______________________________



« Même si ton coeur a l'âme en peine, il faut y croire quand même ...
Car le rêve d'une vie, c'est l'Amour » Encore une histoire pour les enfants ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Mer 3 Oct - 18:37


Quelques larmes noient mes joues, mais je garde la tête haute. Je reste fière, malgré les épreuves que je dois surmonter. Tout le monde s'en fiche, de toute façon, n'est-ce pas? Soit jolie, Iseult, soit gentille, Iseult, mais surtout, tais toi, c'est tout ce dont les autres se préoccupent.

Ça me dégoûte. Gabriel a tout de suite trouvé l'idée d'un bal stupide. Mais pour qui se prend-il? Je ne veux pas être l'une de ces filles qui fait tout selon son petit-copain. Je décide donc de m'habiller, quand même, et j'affronterai sans ciller le regard hautain que me jettera Gabriel, lorsque je lui annoncerai que j'y vais tout de même, sans lui. Je me prépare donc, faisant quelque chose d'acceptable avec mes cheveux blonds, que je tresse, que je noue, que je relève. Un résultat acceptable. Puis je revêtis une robe longue que j'ai acheté pour l'occasion, d'un bleu nuit, plutôt simple. Armée d'un masque des plus banal, je sais que, ce soir, je passerai inaperçue, bien loin des bombes de Taleville qui se seront mises en valeur. Et c'est ce dont j'ai besoin; d'un nouveau départ, cachée sous un masque, à l'abri du regard des autres.

(...)


Bien décidée à rester dans mon coin, je m'avance sur la place, prend un verre, et observe la foule.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ | SOMEWHERE


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 494
→ LOGEMENT : EN FUITE ;
→ JOB(S) : ANCIEN RECEPTIONNISTE DE L'HOTEL DE VILLE.
→ HUMEUR : MORT.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Sam 6 Oct - 9:23

Les gens de cette ville étaient tous des abrutis. Tous. Personne ne faisait d’exception, pas même le maire. Ah cette salope. Si jamais je pouvais trouver un moyen de lui faire payer ce qu’elle m’avait fait subir, alors je n’hésiterais pas. Je lui sauterais dessus devant cette foule qui fête le bonheur et la joie. Ouais riez, jouez, fêtez. Moi, moi je sens que je suis en train de mourir au fur et à mesure. Mais je ne veux pas que ça arrive maintenant, je veux d’abord faire souffrir certaines personnes. Je veux d’abord voir la tête du maire dans un pique déposé devant le panneau de la ville. Ça, ce serait cool. J’ai mis un temps fou à réaliser mes erreurs, mais comment je pouvais deviner qu’une mèche cheveux était tombée sur le sol de sa superbe cuisine ? Qui pouvait prévoir ou ressentir ce genre de choses ? Je m’étais fait prendre et maintenant je voulais me venger, parce que je n’aurais jamais cherché à la cambrioler si elle m’avait donné un peu de répit… cette salope. La voilà qui ouvre le bal. Bah voyons, amusons nous ! J’ai envie de lui balancer mon verre non-alcoolisé à la figure, mais je me retiens. Je préfère regarder tranquillement le monde qui se trouve là.

J’observe, caché sous mon masque. Je me fonds dans la masse avec mon costume noir et mon masque plumé avec quelques plumes blanches. Je suis élégant et beau. Je reconnais quelques silhouettes dans la foule. Il a Spencer qui m’avait cassé le nez ce soir-là lors du conseil. Connard. J’suis persuadé qu’il m’avait cramé à la minute même où il avait entendu parler d’un cambriolage. J’étais le seul de cette putain de ville à avoir besoin de fric. Vous parlez d’un ami. Friqué et pas foutu de vous balancer quelques centimes ! Il y a sa blondinette pas loin en plus. Et ce n’est pas tout. Je reconnais Elliot Richter, encore un gosse de riche que j’ai bien envie de plumer. Il y aussi la belle Charlotte. Oh oui, Charlotte. J’ai dans l’idée d’aller voler vers sa petite robe. Histoire de participer aux festivités. Mais mon regard se posa sur cette fille. Elizabeth je crois, je ne la connais pas bien. Elle est seule en plus. Je me dis que je vais aller lui proposer une petite danse, histoire de me fondre vraiment dans la masse, mais une rouquine me bouscule suivie par Elliot. Je les fixe. Oh, y’a des soucis d’amour dans l’air. Crétins. Je passe à côté de la belle Iseult, j’hésite maintenant à aller la saluer, mais c’est inutile. Je me contente de lui offrir un sourire.

« Voulez-vous danser ? » Laissais-je sortir, tendant ma main gantée à une écrivaine pour contes. Ouais, je suis plutôt bien renseigné sur la plupart des habitants de la ville. Voilà l’avantage quand on peut accéder à quelques dossiers. J’avais une idée en tête ce soir, je savais déjà quel dégât j'allais causer. Mais avant. J’allai faire danser ses jeunes femmes qui m’ignoraient pleinement quand j’étais simple réceptionniste. Désormais, j’avais beau être un voleur en fuite, je n’en avais rien à foutre. Personne ne pouvait me reconnaître.
Quel bande de cons, un bal masqué. Mais vraiment. Cons, Cons et encore Cons.

Ils vont me le payer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | I'M THE BOSS
« I wanna see what life is, with you »


→ INSCRIT DEPUIS : 01/06/2012
→ MESSAGES : 753
→ LOGEMENT : En colocation dans une maison du centre-ville avec Ayden (Aladdin) et Jorden (Abu)
→ JOB(S) : Dresseuse de tigres de la réserve du parc municipal
→ HUMEUR : CEY PO UN TEMPS A METTRE UN TIGRE DEHORS ! /BOUM



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Sam 6 Oct - 17:13

Mon père n’était donc apparemment pas présent. Ça ne m’étonnait guère mais ça me soulageait tout de même. Evidemment que Wyatt le connaissait, je lui étais donc reconnaissante pour m’avoir donné cette information. Son expression changea lorsque je lui parlai du fait que je pouvais bien vouloir le caser quand je le souhaitais ; ça ne présageait rien de bon. Il passa son bras autour de mes épaules et me serra contre lui. Je pinçai mes lèvres et lui lançai un regard méfiant. « Dans ce cas… Si tu comptes me caser, choisis bien parce que je ne passerais pas la nuit avec n’importe qui. » Je le fusillai du regard ; il méritait des baffes. Il passait son temps à ramener de nouveaux hommes dans son lit, je ne supportais pas ça. Certes ça lui plaisait, mais il n’allait pas passer toute sa vie à faire ça. Je n’allais pas le forcer à se caser, même si je plaisantais sur le sujet, mais il fallait qu’il arrête d’être si… frivole.

« Bon, et toi avec Ayden… Quand allez-vous cesser de vous tourner autour de façon aussi grossière et enfin vous mettre ensemble. Il faut être aveugle pour ne pas voir ce qui se passe entre vous. Je t’assure, ça devient grotesque. Il serait temps que vous arrêtiez ça, vous me donnez le tournis. » Je me détachai de lui et plantai mes poings sur mes hanches. Il avait osé. J’ouvris la bouche sans savoir quoi dire ; aucun son n’en sorti. La baffe allait réellement partir. « En plus, ça n’est pas comme si vous n’alliez pas bien ensemble, je suis sûr que vous nous ferez des beaux bébés en plus. » Je levai un sourcil. Il méritait que je l’étrangle ! Finalement, mon bras fit un mouvement que Wyatt esquiva pour ne pas se payer la baffe que je lui avais réservée. Je lui lançai un regard qui voulait clairement dire tu veux mourir. Mais il se jouait de moi, comme d’habitude. J’étais une petite teigne quand je le voulais, mais il savait très bien qu’il n’avait pas grand-chose à craindre de moi.

« Non, vraiment Dae, fais quelque chose… Tu es dingue de ce garçon et il est dingue de toi. Il faudrait arrêter deux secondes de tourner autour du pot ou un de ces quatre, je vous enferme à double tour pour tester ma théorie. » Je refermai ma bouche, incapable de sortir une phrase construite. Je ne le supportais pas lorsqu’il me parlait d’Ayden, et il le savait très bien. Il faisait seulement ça pour m’embêter. Ayden était un ami très important à mes yeux, je ne pouvais pas me permettre de gâcher ça en lui sortant qu’il y avait plus que ça, de mon côté. Ça n’était pas correct. Même si, je devais l’admettre, j’en mourrai d’envie… J’attrapai le verre des mains de Wyatt et le portai à mes lèvres. Après quoi, je bougonnai. « Pas d’alcool pour toi. Tu l’auras cherché. » Et afin d’éviter toute prolongation sur le sujet – lesquelles j’étais certaine que Wyatt n’allait pas le gêner de faire – je me tournai vers une table sur laquelle étaient exposés des hors-d’œuvre, et je commençai à m’en enfiler un bon nombre. Autant compenser l’absence d’Ayden et la connerie de Wyatt.

_______________________________




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://search-games.forums-actifs.com/
La tête...
À l'est ! À l'ouest !
Comme une vraie girouette !


→ INSCRIT DEPUIS : 14/09/2012
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Un p'tit appart' tranquille avec une salle de bain mojito et blanc nacré...
→ JOB(S) : Employé au vidéoclub et webmaster freelance
→ HUMEUR : Préoccupé



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Sam 6 Oct - 18:41


Comme je m’y attendais, Dae me lança un regard peu amène. Je savais qu’elle détestait que je me comporte ainsi. Elle savait aussi pourquoi j’agissais ainsi mais ça ne l’empêchait quand même pas de ne pas apprécier. Oui, je croyais encore au prince charmant mais oui… s’il débarquait dans ma vie, je me tirerais vite fait.

Ensuite, après le regard qui tue, j’eus droit à la posture de contre attaque. C’était ainsi que je l’appelais car généralement, elle tentait de me coller une gifle juste derrière. J’aurais souris et ris si je ne l’aimais pas autant et que je n’avais pas peur de la froisser. La fameuse gifle partit d’ailleurs très vite et je l’esquivais avec facilité, comme toujours. Je ne pus quand même pas m’empêcher de sourire. Elle ferma la bouche et continua de me bouder comme elle savait si bien le faire.
Par vengeance, sans aucun doute, elle me retira le verre des mains et me priva d’alcool. C’était vil mais juste, j’avais appuyé sur la corde sensible. J’en étais conscient bien sûr mais ça crevait tellement les yeux que je commençais à trouver ça parfaitement et totalement ridicule.

« Pas d’alcool pour toi. Tu l’auras cherché. »

« Je l’ai cherché, c’est vrai. Mea culpa. » Mais voilà qu’elle se jetait sur les petits fours. Je soupirais et l’écartais de là. « Te venger sur les petits fours n’arrangera rien à la situation ma chérie. Je te promets de ne pas m’avancer sur le sujet plus avant… Pour… disons cette semaine. » Gros effort de ma part s’il en est, je ne tenais jamais plus de quelques jours. « Donc arrête de t’envoyer la nourriture exquise et vient danser avec moi. »

Je l’écartais donc du buffet et je l’entraînais sur la piste de danse. Pas un instant je ne pouvais me douter que Chandler traînait dans les parages. D’ailleurs… personne ne pouvait le deviner. J’étais convaincu, comme la plupart des gens, qu’il était loin, très loin… Tellement convaincu que je passais à côté de lui sans même m’en rendre compte.

« Cesse donc de faire la tête Dae… Puisque je te promets que je laisse tomber. » Je la vis cesser de faire la tête. Il y avait du progrès. Je tendis même la joue. « Allez, si tu veux m’en coller une, fais le après on pourra danser. »

Non, je n’étais pas masochiste. Je savais juste qu’elle ne le ferait pas. Comment ? Tout simplement parce que Dae était incapable de rester très longtemps en colère contre moi. Je ne savais pas pourquoi mais apparemment, ma frivolité ou mon instabilité, appelez ça comme vous voulez, faisait qu’elle se sentait sans doute obligée de veiller sur moi… Et ça, malgré mes vingt-huit ans. J’avais l’impression d’être un gamin quand elle me regardait de travers. C’était troublant.

_______________________________

I don't really need
what happened...

Placebo - Running up that hill
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-antrim-duality.forums-gratuits.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ☞ Le bal masqué | Topo commun   Aujourd'hui à 8:00

Revenir en haut Aller en bas
 

☞ Le bal masqué | Topo commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Front commun contre le fléau
» Un nouveau projet de jeu commun
» Recharger son titre de transport en commun avec son lapin !
» [Événement] Le bal masqué de l'Ambassade
» [HS] Logiciel permettant de créer un plan de ligne de transport en commun .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-