Partagez | 
 

 SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Mar 24 Juil - 12:13


Dans la noirceur de cette âme impure ce cache le mensonge de sa vie, la vérité de ses cris et dans la chanson qui l’émeut se trouve la clef de son cœur si froid et si glacé. Ce qui est chaleureux chez lui, c’est simplement cette envie d’ignorer ses pleurs et de créer la plus belle des illusions.


Un dernier coup d'oeil sur le miroir pour regarder son reflet et un bruit brisa la sérénité de cette entrevue improvisée. La porte s'était ouvert violement, Katherine s'était relevée prête à laisser son sujet sortir, mais visiblement quelqu'un avait d'autre projet. Quelqu'un que Spencer reconnu dès la première seconde. Chandler, c'était son ami. Cette nuit de boisson et de rire, c'était l'une des nuits qui le terrifiait le plus, mais qui aussi l'avais permis de trouver quelqu'un. Quand le maire lui avait dit que le voleur n'était autre que ce crétin, Spencer s'en était déjà douté. Il n'y avait que lui dans toute la ville qui avait des problèmes d'argent et qui risquait vraiment gros. La preuve cette nuit-là près de la forêt. Chandler referma la porte violement et Spencer comprit. Le maire avait tout dit, elle l'avait pointé de son doigt et maintenant il fuyait. Chandler se précipita, montant sur des meubles pour atteindre une fenêtre, Mais Spencer n'allait pas le laisser faire. Automatiquement, il fonça sur lui et l'attrapa pour la cheville. La tête de Chandler en prit un coup, mais il n'allait pas se laisser faire. Il devait partir, s'enfuir même. Il agita ses jambes alors que Spencer allait l'attraper par son pull. Et hop un coup dans l'abdomen violent qui déstabilisa le rédacteur en chef, suivit d'une droite. Visiblement Chandler était porté par l'adrénaline qui courait dans ses veines. Le sang sur ses doigts réveilla en lui cet instinct qu'il détestait tant. Il fonça tête baissée sur Chandler pour le coller contre le mur, le tout dans une rage folle.

Un coup, puis un autre et Chandler se mit à se défendre une nouvelle fois, bousculant et frappant tellement fort Spencer qu'il se retrouva à écraser Katherine derrière lui. Alors qu'il tentait de reprendre conscience, il entendit Chandler s'enfuir. Cassant la vitre qui était là et se faufilant à toute vitesse. Spencer tenta une derrière fois de le rattraper, mais un coup sur le nez l'arrêta alors que Katherine se dépêcha de suivre Chandler.

« - Katherine ! »

Essuyant le sang qui coulait de son nez, Spencer prit la même direction. En bas, on entendait encore la police tentait de défoncer la porte. Les crétins. Dehors, le vent donna quelque frisson à Spencer qui regardait à droite et à gauche où Katherine était partie. Une forme sur le côté l'interpella et automatiquement il courut. Sa chemise tachait de sang, son épaule le faisait souffrir, mais il ne voulait pas laisser Katherine seuleface à Chandler qui était capable de tout pour partir. Encore une fois, il était seul là, dans les rues. Visiblement derrière lui le mouvement des habitants de la ville se faisait entendre. Puis une fois, Katherine n'était pas là. Il tourna à une rue et l'aperçu plus loin, qui s'apprêtait à tourner, tout en parlant au téléphone. Il n'entendait pas vraiment ce qu'elle disait, mais visiblement elle avait l'air tout aussi perdu. Alors qu'il s'apprêtait à prononcer son nom, ce n'est pas avec colère qu'il allait le dire, mais avec surprise et inquiétude.

« - KATHERINE ! »

Une berline noire venait de fauché la jeune Katherine, sous les yeux de Spencer qui désormais courait comme un malade pour arrivait à temps. La voiture ne s'arrêta pas, non. Elle continua sa route alors que Spencer glissa légèrement sur ses genoux pour tentait d'arriver vite et ensuite relever la tête de Katherine. Sa respiration s'était accélérée à une vitesse hallucinante. Il écarta les cheveux de la jeune fille qui cachait son visage. A un moment, il aurait aimé la laisser là, dans son sang. Il aurait aimé qu'elle meure comme une merde et il aurait été plus tranquille pour son secret, mais non. Peut-être le peu d'humanité qui restait en lui avait agi à sa place. Peut-être, qui sait ? Le sang de la jeune femme coulait désormais sur les genoux de Spencer.

« - Oh non, non non... » il voulait qu'elle se réveille, mais visiblement elle était dans les vapes. Un regard derrière lui, un autre devant, sur les côtés. « - Appelez une ambulance ! » Il n'arrivait pas à respirer correctement. Il avait l'impression d'être de nouveau devant son père, mort sous ses coups. Ce souvenir lui arracha des larmes contre sa volonté. « - s'il te plait, ne meurt pas, s'il te plait... » Il ne se rendait pas compte de ce qu'il disait, ni même pourquoi. C'était plus fort que lui. C'était hors de lui.

♦ ♦ ♦


« - Aie ! » L'infirmière bandait l'épaule de Spencer. Une épaule déboîtée, que demandait de plus. Il tentait déjà d'arrêter le saignement stupide de son nez, la tête en arrière, pressant un mouchoir en coton contre son nez. L'infirmière attacha le bandage et termina enfin son oeuvre. « - Mais aie ! Bon sang, cassez-vous ! » Surprise, elle s'éloigna alors du rédacteur en chef torse-nu qui avait une lèvre enflé un oeil qui n'allait pas tarder à prendre une nouvelle couleur. Elle soupira et sortie de la chambre, laissant la porte ouverte. Dans la chambre en face, celle de Katherine. On ne l'avait pas laissé avec elle, mais c'était mieux ainsi. Il ne supportait vraiment pas la vue du sang, du moins pas autant et il avait bien envie de se changer tant l'odeur du sang de Katherine sur son pantalon l'étouffer. Il se releva légèrement, il était assis sur son lit comme lorsqu'on est assis au bord du vide. Les jambes libres. Il fixa un moment le mouchoir et passa son doigt contre le haut de ses lèvres pour voir si son nez saignez toujours. On dirait que ça c'était arrêté.

Il aperçut alors une forme devant la porte. Il peina a lever la tête vers la personne, mais un fond il senti un énorme soulagement en l'apercevant là. Elle avait donc reçu son message. Ce message qu'il avait écrit qu'il était dans l'ambulance. Il ne s'était pas rendu compte qu'il avait son téléphone sur lui, sur le coup avec Katherine devant lui, il n'y avait pas pensé. Quel crétin.

« - Katherine s'est fait renversé, je suis dans l'ambulance avec elle. Je crois que j'ai le nez cassé, Chandler m'a bien eu... J'ai besoin de toi. Retrouve-moi à l'hôpital, s'il te plait. x. »

Il aurait aimé se lever et la prendre dans ses bras, là tout de suite. Mais la seule chose qu'il put dire c'était, sous une voix brisée qu'il le surprit lui-même.

« - Jude... Je... » Il allait se morde la lèvre, mais la douleur l'en empêcha. Il secoua la tête négativement. Il n'aimait pas ça, de toute façon elle ne pouvait pas l'aider, elle ne comprendrait surement pas pourquoi il était si retourné.

Dans la noirceur de cette âme impure ce cache le mensonge de sa vie, la vérité de ses cris et dans la chanson qui l'émeut se trouve la clef de son coeur si froid et si glacé. Ce qui est chaleureux chez lui, c'est simplement cette envie d'ignorer ses pleurs et de créer la plus belle des illusions.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Mar 24 Juil - 14:07


L'angoisse. La peur. Elles étaient tellement grandes en moi. Mais tu les as apaisées quand je t'ai vu dans cette salle d’hôpital. J'étais tellement soulagée. T'étais là, assis. Surtout, t'étais en vie.J'étais vraiment heureuse de te voir ce soir... car j'ai cru te perdre à tout jamais.


SPIN-OFF △ INTRIGUE N°1 △ A L'HÔPITAL

Plus rien n’allait. Et moi qui avais pensé le contraire jusqu’ici. La réunion venait de prendre fin. Le coupable était à présent démasqué. Chandler Banister, le réceptionniste de l’hôtel dans lequel j’avais logé depuis mon arrivée à Talleville … Bien que je ressentis un soulagement lorsque le Maire prononça son nom, je ne perdis pas l’inquiétude vis à vis d’un autre point. Spencer et Katherine. Celui ci avait déserté la salle depuis le début, pour s’enfermer avec Katherine Richter dans une pièce adjacente. En quittant sa place et en longeant le mur, il ne m’avait jeté aucun regard, histoire de me rassurer. Comme si je n’existais pas pour lui. Puis, les choses prirent une nouvelle tournure. Beaucoup plus rapide et dont personne – du moins très peu – ne réussit à saisir dans l’intégralité. Même moi, j’étais perdue. Paumée. Abandonnée. Le maire prononça le nom du coupable, en dévoilant ainsi son identité à la population. Puis un bruit. Quelqu’un qui se leva brusquement, provoquant un brouhaha insupportable parmi les autres habitants. Puis Chandler prit ses jambes à son cou, avec à ses trousses les flics. Il ouvrit la porte pour rentrer dans la pièce où Spencer et Kath s’étaient enfermés au début de la réunion… Mon inquiétude pour lui qui ne cessait de grandir me poussa à courir jusqu’à cette porte, avec l’espoir de voir enfin Spencer.

Mais il n’y avait plus personne. Ni Chandler, ni Spencer, ni Kath. Tout le monde avait disparu. Les policiers avec eux. J’étais au bord de l’évanouissement, et le brouhaha ne faisait qu’aggraver la situation dans laquelle j’étais actuellement. Sentant les vertiges et les ratés de mon cœur, je me retins un instant à la poignée de la porte, le temps de me calmer. Je devais rentrer vite… Pendant ce temps, les autres habitants sortirent de la mairie. Certains semblaient soulagés. D’autres complètement paniqués, sachant le voleur en liberté. Moi, j’étais angoissée : Spencer venait de disparaître. Il devait être certainement aux trousses de Chandler… Avec Kath. Mais qui pouvait bien le prouver ? « Alors Jude, il est où ton prince charmant ? » me dit Rosie, avec un air moqueur. Puis elle se mit à rire, froidement avant de disparaître dans l’obscurité de la ville. Je soupirai doucement, préférant ignorer ce genre de paroles surtout venant d’une personne autant cruelle que Rosie Bennett. Je lachai alors la poignée, et sortis à mon tour dehors. L’air frais du soir me fit frissonner. Ce fut à ce moment là que je m’aperçus que j’avais perdu Andrea à cause de ce rebondissement… Merde.

Cependant, bouleversée et au bord des larmes, je ne pris pas la peine de la chercher des yeux ou de l’attendre si elle n’était pas encore sortie. Demain, je lui enverrai un message lui demandant si tout allait bien pour elle. Pour ma part, ça n’était vraiment pas du tout le cas. Elle comprendra. Ainsi, je pris la direction de l’hôtel, frissonnant une nouvelle fois me rappelant l’identité du voleur. C’était le réceptionniste… Et s’il revenait à l’hôtel ? Et si j’arrivais au mauvais moment ? M’éloignant de la mairie, laissant l’agitation citadine de côté, je m’enfonçais dans les petites ruelles de Taleville, afin de rentrer me coucher. Je semblais au bord de l’évanouissement, tellement j’étais chamboulée par ces récents évènements…

(…)

Mon portable se mit à vibrer. Je venais d’ouvrir la porte de la chambre et m’apprêtais de rentrer définitivement. Cependant, qui pouvait bien m’envoyer un message à cette heure ci ? Andrea qui s’inquiétait ? Peut être. Ainsi, je pris sans attendre mon portable et lut le message. C’était Spencer. Il était vivant… Enfin, assez pour m’envoyer un texto me demandant de le rejoindre à l’hôpital car il avait besoin de moi. L’angoisse devint alors brutalement plus grande, et mon sang ne fit qu’un tour.

« Je te rejoins dans peu de temps. Juste le temps de me changer. Fais gaffe à toi par pitié. Bisous ♥ »

Message envoyé, je lançais mon sac sur mon lit avec mon portable précipitamment. Puis je pris des vêtements un peu plus décontractés dans mon placard, sans faire réellement attention à ce que je prenais. Tanpis. Je devais juste me dépêcher. Je voulais le voir. C’était tout ce que je désirais ce soir. Le voir. Le voir vivant surtout. Finalement, je sortis de ma chambre, au bout d’une quinzaine de minutes à tout casser, changée mais terriblement paniquée.

(…)

« Jude... Je... » me dit-il en me voyant débarquer comme une furie dans sa chambre. Mais je refusais de lui sauter au cou à cause de son état bien que j’étais soulagée de le voir enfin, en vie. Cependant, les mots restèrent pendant un instant – une éternité ? – collés dans ma gorge. Je n’arrivais pas à parler. Le soulagement était trop... grand. Je devais reprendre mes esprits. Trouver les mots. Et surtout, lui crier dessus. Non, oublions la troisième chose. Ce n’était pas encore le moment. Finalement, une perle salée se mit à rouler sur ma joue. Une seule larme, mais tellement lourde. Lourde à cause de cette inquiétude, de cette angoisse et de cette peur. Ce soir, j’avais eu peur de le perdre… Pouvait-il comprendre ? « Spencer… J’ai cru te perdre ce soir. » murmurai-je, faiblement. Les larmes devinrent alors plus abondantes. C’en était pas une, mais des milliers. Alors je me lançai dans ses bras, néanmoins, avec précaution. Ses bras m’avaient manqué. « Ne me refais plus jamais ça… Je t’en supplie » rajoutai-je entre deux sanglots. Mais le principal était qu’il était vivant. Maintenant, j’étais soulagée. Vraiment soulagée, oubliant pendant un instant ce qui venait de se passer. Plus rien ne comptait, sauf lui et moi.

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Mar 24 Juil - 14:43


Dans la noirceur de cette âme impure ce cache le mensonge de sa vie, la vérité de ses cris et dans la chanson qui l’émeut se trouve la clef de son cœur si froid et si glacé. Ce qui est chaleureux chez lui, c’est simplement cette envie d’ignorer ses pleurs et de créer la plus belle des illusions.


Son coeur s'arrêtait un moment. Il était partagé, ne sachant vraiment quoi dire. Il avait envie de fondre en larme comme un gamin de trois ans, mais Jude y verrait sans doute de la tristesse et de l'inquiétude pour Katherine. Ce qui n'était pas le cas, pas du tout. Il avait juste ce souvenir affreux de son père qui revenait encore et toujours réveillait à chaque seconde les douleurs qui s'étaient installés sur son corps. Et puis, il avait envie de la rassurer et de faire comme si tout allait bien. Sauf que face à Elle, là maintenant. Il était juste bouleversé. En une fraction de seconde, Jude avait balayé tout ce qu'ils pensaient depuis quelques minutes pour laissait place à quelque de toute autres. En effet, c'était la première fois qu'il voyait quelqu'un s'inquiéter autant pour lui. La première fois que quelqu'un verser une larme pour lui. Spencer Weber, le monstre aux regards bercé d'illusion venait de ressentir pour la première fois quelque chose. Un sentiment, une émotion. Il ne savait pas trop comment le décrire, mais peut-être qu'il était juste touché par Jude. La manière dont elle posait ses yeux sur lui, de lui parler, d'être là. Finalement, il ressentait vraiment quelque chose d'unique avec elle.

C'était effrayant comme sensation, mais tellement doux à la fois.

Quand les mots de Jude sortirent alors, Spencer releva les yeux sur celle-ci. Choqué, perturbé. Encore plus à chaque seconde. Puis le son de larmes qui arrivèrent encore plus nombreuse les unes que les autres et Jude-mei se décide enfin à se jeter dans ses bras. Il étouffe un sanglot, ne voulant pas laissé échapper ce qui le torturait. De nouveau mot vinrent alors se poser à ses oreilles. Il tenta de serre Jude contre lui avait son bras droit, évitant de bouger le gauche à cause de son épaule. Il voulait la sentir contre lui et rester ainsi un moment. Il ne voulait pensé à rien d'autre.

« - Je... Je suis désolé. Je ne voulais pas... » Une larme se posa sur sa joue, mais il se retenait toujours. C'était plus fort que lui parfois. Il n'avait pas pleuré depuis tellement longtemps. Depuis la mort de son père, cette nuit sur l'autoroute ou son cri avait sans doute effrayé les bêtes qui se cachaient dans la forêt.

Et il le pensait vraiment. Il était vraiment désolé. Il ne voulait pas qu'elle s'inquiète à ce point pour lui. Il se serra encore un peu plus contre elle. Il arrivait à se calmer un peu contre elle. Il avait l'impression que comme ça, ils pouvaient tout supporter, à deux. C'était étrange comme sentiment, mais c'était là. Dans une partie de lui, il y avait cet amour qu'il accordait à Jude-mei qui était toujours aussi parfaite à ses yeux. Il se détacha un peu d'elle, pour pouvoir voir son visage et essayait de la rassurait. Il posa sa main droite sur sa joue, tentant d'enlever les larmes qui s'étaient emparé de la jeune femme.

« - J'te le promet mon coeur, je ferais plus attention la prochaine fois. » Il tenta de sourire, parce qu'il voulait que l'atmosphère soit moins désagréable et pesante. Mais sa lèvre lui fit légèrement mal, ce qui le fit sourire d'une autre manière.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Mar 24 Juil - 19:32


L'angoisse. La peur. Elles étaient tellement grandes en moi. Mais tu les as apaisées quand je t'ai vu dans cette salle d’hôpital. J'étais tellement soulagée. T'étais là, assis. Surtout, t'étais en vie.J'étais vraiment heureuse de te voir ce soir... car j'ai cru te perdre à tout jamais.


SPIN-OFF △ INTRIGUE N°1 △ A L'HÔPITAL

Pendant toute la soirée, j’avais voulu le voir. Le voir. Mon unique but, mon unique désir. Malheureusement, il avait eu une place à la table officielle et s’était même éclipsé avec Kath, dans un but que j’ignorais encore à cette heure ci. A présent, j’étais enfin avec lui. Dans ses bras. Et mon dieu, comme ça faisait du bien. Un bien fou. Comme quand vous vous enroulez dans une serviette chaude en sortant de votre douche. La même sensation. J’avais eu tellement froid ce soir, qu’en sentant l’emprise de Spencer, celle ci me réchauffait progressivement. Mes frissons disparurent peu à peu. J’étais bien. Tout simplement. Alors mes sanglots commencèrent à s’estomper. Je me calmais. Puis, la peur disparut petit à petit. Spencer était à présent là. Vivant bien qu’en mauvais état. Mais comment cela était arrivé ? Que s’était-il passé dans la rue ? Et dans cette pièce ? Soudainement, mes questions et mon inquiétude refirent surface. Sans crier garder. Pendant ce temps, Spencer me répondit. « Je... Je suis désolé. Je ne voulais pas... ». Sa voix ressemblait à un murmure. Puis, je vis cette larme. Cette dernière roulait sur sa joue. Mais pourquoi pleurait-il ? Cependant, je crus défaillir en observant cette larme tombée progressivement. Je n’aimais pas voir les gens pleurer, et surtout pas Spencer. D’ailleurs, je ne pensais pas voir un jour Spencer pleurer. Alors je me blottis encore plus dans ses bras, un bref instant car je savais que j’allais finir par lui faire mal. « Chut… Ce n’est pas grave mon amour » lui répondis-je, doucement, en essayant de sourire – mais en vain. Puis, je me desserrai de son étreinte. Il semblait tellement moins en point…

Il se mit à caresser ma joue, essuyant les dernières larmes qui roulaient sur mes joues rougies. Je ne pleurais plus. J’étais à moitié calmée. Car je restais encore soucieuse, inquiète et terrifiée. Les larmes, elles avaient été le contre coup. Le bonheur de le revoir, de pouvoir le toucher et de le retrouver vivant. J’avais eu tellement peur de le perdre. J’étais rien sans lui. Puis, il se remit à parler. Il tentait de me rassurer. Mais, il réussissait qu’à moitié. Je sentais encore mon cœur, celui ci battant la chamade, au bord de la crise cardiaque. « J'te le promets mon coeur, je ferais plus attention la prochaine fois. ». Il tenta de sourire, mais en vain. Il sourit d’ailleurs bizarrement. Cependant, j’en aurais ri dans d’autres occasions, mais je me remis à pleurer… Il fallait peut être que ça sorte pour de bon. C’était peut être cette angoisse qui commençait à partir. « Je ne suis plus rien sans toi, mon amour. Tu comprends ? Si je te perds, je vais me perdre. » répondis-je, entre deux sanglots, faiblement. J’étais sincère, et il pouvait nettement le voir dans mon regard rempli de larmes. Je me mis à hoqueter. J’en avais marre de pleurer. Ce n’était jamais cool. Mais je tenais vraiment à Spencer. La preuve. Je n’avais jamais ressenti ce genre de sentiments avant. Je ne m’étais jamais souciée d’une personne, avant lui – hormis mon frère. Tout ceci était bien trop nouveau pour moi. J’aimais Spencer, d’une manière qui m'était encore inconnue à mes yeux. J’étais amoureuse de Spencer. Ces larmes le prouvaient en toute sincérité. « Je t’aime mon amour, tu le sais hein ? Alors, promets moi qu’on n’ira plus jamais dans cet hôpital… » rajoutai-je, dans un murmure tout en cherchant comment me blottir dans ses bras, sans lui faire mal. Je voulais tellement être rassurée.

Puis, les sanglots s’arrêtèrent une nouvelle fois. De mes mains, je me frottai mes yeux pour essuyer mes joues trempées. Mes prunelles autrefois jolies étaient rouges tellement, j'avais pleuré. Elles me brûlaient terriblement. Enfin, je soupirai doucement. « Mais que s’est-il passé ? » finis-je par demander. La question m’enflammait les lèvres depuis tout à l'heure... Mais je n'avais trouvé aucune force pour la prononcer. Mais, elle venait de sortir. Brutalement. Brusquement. Toute seule. Après tout, je ne pouvais plus attendre. Je le fixais, cherchant une quelconque émotion dans son regard.

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Mer 25 Juil - 16:53


Dans la noirceur de cette âme impure ce cache le mensonge de sa vie, la vérité de ses cris et dans la chanson qui l’émeut se trouve la clef de son cœur si froid et si glacé. Ce qui est chaleureux chez lui, c’est simplement cette envie d’ignorer ses pleurs et de créer la plus belle des illusions.



Il profitait de ce moment parce qu'il avait l'impression que dans ce monde il n'y avait qu'eux. Comme si plus rien d'autre ne compter, juste eux. Spencer et Jude. Et c'était d'un réconfort énorme. Il n'avait pas une seule fois imaginé ce qui c'était passé cette nuit-là. Chandler, le combat improvisé, Katherine. Oh non, pas une seconde. Et le fait que Katherine l'ai vu, dans sa rage, dans cette facette qu'il tente tant de dissimuler le perturbé également, mais c'était une chose à régler plus tard. Ce n'était pas si grave pour le moment puisqu'aux yeux de tous il avait agi en héros. Il ne s'était pas non plus attendu à ce qu'avec Jude, ça soit si fort. C'était une émotion dont il ignorait tout. L'amour, il avait l'impression que le destin le poussait à ignorer ce sentiment et le peu de relation qu'il avait eu l'avait prouvé. Aujourd'hui, il avait commencé quelque chose avec Jude et pour le moment, tout allait bien. Pas de prise de tête, pas de problème à l'horizon. Il n'avait qu'eux et la vie qu'ils avaient. Il était désolé de voir une telle inquiétude dans les yeux de Jude. Sans pouvoir se contenir il verra une larme, une seule parmi toute celle qui attendaient. Elle lui répondit alors que ce n'était pas grave, mais au fond. Si. C'était horrible, il était horrible et maintenant il était coincé, il suivait ses sentiments et il était coincé dans tous ses mensonges. Est-ce qu'un jour il allait pouvoir être honnête, être lui-même sans cette arrière-gout de mensonge constant ?

Il fixait Jude, qui s'était calmée maintenant. Une étreinte pouvait être magique, c'était prouvé. Il pouvait voir dans ses yeux à quel point elle l'aimait, à quel point elle était encore terrifiée par l'idée de le perdre et ça, c'était terrifiant pour lui. Au fur et à mesure d'autre souvenir hanter Spencer. Alors qu'il tenta de nouveau de la rassurer, elle éclata en sanglot. Ce qui surpris Spencer qu'il lutta contre lui-même. Si jamais il n'était plus là, elle-même allait se perdre. Spencer senti son coeur se serrait. Est-ce que quelqu'un pouvait réellement sentir ça ? S'être tellement attaché à quelqu'un que ne plus voir cette personne pouvait carrément vous tuer vous aussi ? Il tenta de reprendre une respiration normale, mais face à ça il ne savait quoi dire. Les larmes, le regard. Jude était plus sincère que ne le lui était. C'était oppressant.

« - Ne dit pas ça... » Dit-il fuyant alors son regard. C'était insoutenable, il avait l'impression de la trahir et pourtant il aurait aimé lui dire les mêmes mots. Il voulait que sa voix soit calme, mais elle était tout de même assez grave, presque brisée. Trop de sentiment se mélangeait et Spencer était incapable de contrôler tout ce qui se passait dans sa tête et dans son coeur. « - Tu sais que je n'aime pas les hôpitaux de toute façon. »

Il forma un point de sa main gauche, main que Jude ne pouvait voir. Il jeta un oeil à la porte derrière. Celle de la chambre de Katherine. Jude se calma alors, essuyant ses larmes et tentant d'en savoir plus sur ce qui s'était passé. Il baissa alors les yeux vers Jude, pour lui répondre. La question était inévitable, il ne pouvait pas la fuir.

« - Chandler s'est enfui et elle a cru qu'elle pourrait le rattraper. Quelle idiote. Vu le regard qu'il m'a lancé, j'ai compris qu'il était capable de se montrer violent, peu importe la personne. Je l'ai suivi et alors qu'elle le cherchait, une voiture lui a foncé dedans. »

Il tentait d'être le plus neutre, mais en réalité, là maintenant tout de suite, il avait l'impression qu'il montrait son véritable visage à Jude. Il n'était pas calme. Il jurait. Ses paroles étaient rapides, d'un ton sec. Il n'avait pas l'air énervé ou même inquiet. Il avait l'air blazé et il y avait dans sa voix un léger je-m'en-foutisme qu'il n'arrivait pas à dissimuler malgré toutes ses années de parfait jeu. Comme s'il se foutait pas mal de la fuite de Chandler. Par contre, quand il traitait Katherine D'idiote. C'était comme s'il l'avait connue toute sa vie. Etrange. Il posa ses yeux sur Jude, il se rendait compte que là tout de suite, il n'avait rien du gentil Spencer que Jude aimait tant, il tenta alors de retrouver celui qui avait pris sa place durant tant d'année.

« - Pardon, Je suis un peu bouleversée par tout ça. Merci d'être là. » et voilà, en une phrase il avait retrouvé ce prince charmant qui se cachait en lui. Il caressait de nouveau la joue de Jude avant de l'embrasser. Un léger baiser qui l'arrêta a cause de sa lèvre. Il ria bêtement. « aie. »

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Jeu 26 Juil - 13:51


L'angoisse. La peur. Elles étaient tellement grandes en moi. Mais tu les as apaisées quand je t'ai vu dans cette salle d’hôpital. J'étais tellement soulagée. T'étais là, assis. Surtout, t'étais en vie.J'étais vraiment heureuse de te voir ce soir... car j'ai cru te perdre à tout jamais.


SPIN-OFF △ INTRIGUE N°1 △ A L'HÔPITAL

Non, tout n’allait pas bien. Je m’étais créée une putain d’illusion de merde. Ca n’allait pas. Et ça n’ira plus jamais. Le voleur en liberté, Spencer à l’hôpital, la nuit interminable… J’étais fatiguée. Tout ce que je souhaitais, c’était d'aller me coucher ou bien de me réveiller de ce putain de cauchemar. Comment avais-je pu passer du rêve au cauchemar en si peu de temps ? Je fermai alors rapidement les yeux afin de me prouver à moi-même que c’était bien la réalité… Malheureusement, je ne me trompai pas. Aucun rêve, aucun cauchemar. Je soupirai doucement, discrètement. « Ne dit pas ça... » me dit-il, en fuyant mon regard. J’hallucinais. J’en restais même bouchée bée en remarquant qu’il ne voulait plus croiser mon regard. Spencer semblait bizarre. Trop bizarre… « Spencer… Je… » marmonnai-je, dépitée par les évènements de la soirée. Je voulais rentrer à présent. Un nouveau soupir sortit alors de ma bouche. Je ne savais plus quoi dire face à lui… Je sentis les larmes revenir. Non, je ne pleurerais pas. Pas cette fois ci. « Tu sais que je n'aime pas les hôpitaux de toute façon. » ajouta-t-il. Sa voix semblait différente de d’habitude. Quelque chose clochait, mais je ne savais pas quoi. Je restais alors muette, le fixant droitement…

« Chandler s'est enfui et elle a cru qu'elle pourrait le rattraper. Quelle idiote. Vu le regard qu'il m'a lancé, j'ai compris qu'il était capable de se montrer violent, peu importe la personne. Je l'ai suivi et alors qu'elle le cherchait, une voiture lui a foncé dedans. ». Puis, la réponse tomba. Lourdement. Brutalement. Et je fus sous le choc. Pendant un bref instant, je crus voir un nouveau Spencer. Encore plus différent de celui que je venais d’apercevoir… de celui qui avait fuit mon regard, quelques secondes auparavant. Je ne comprenais vraiment rien. Comment je pouvais tomber d’aussi haut ? Je me mis à reculer. De trois pas, en bousculant le fauteuil. D’ailleurs, je me retrouvai rapidement assise dans ce dernier suite à cette bousculade. « Spencer… » murmurai-je, bouchée bée, drôlement bouleversée. Que s’était-il passé pour que la situation soit autant renversée. Je ravalai alors les larmes. Je ne voulais plus pleurer devant lui. C’était fini. Choquée, les mots restèrent collés à ma gorge. J’avalai ma salive, avec difficulté. C’était tout ce que j’arrivais à faire. Là, tout de suite.

Puis, ce fut comme un éclair. Rapide et terrifiant. Il redevint celui que j’avais toujours connu. Mon amoureux. Néanmoins, je restais sur le cul. « Pardon, Je suis un peu bouleversée par tout ça. Merci d'être là. » me dit-il, en s’approchant de moi – je n’avais pas quitté mon fauteuil – puis m’adressa un petit sourire, tout en me caressant la joue. A quoi jouait-il ? Comment avait-il pu changer en si peu de temps et redevenir en même temps mon Spencer ? Par conséquent, mon mutisme ne disparut pas. Finalement, je sentis ses lèvres contre les miennes. Il m’embrassait tendrement. Mais le baiser fut rapidement rompu. Il marmonna un « aie » du certainement à sa blessure suite à l’incident de ce soir. Normalement, j’aurais ri mais je n’avais pas le cœur à rire. Au contraire, sur mon visage, on pouvait nettement voir des traits de froideur – en plus de ceux tracés par la fatigue. Je ne souriais plus. J’avais l’impression d’avoir perdu mon Spencer… Je sentis alors mon cœur qui fit un raté. Puis, un second. Alors je me mis à respirer bizarrement… Que se passait-il bon sang ? Je fixai alors Spencer, avec un regard angoissé… Surement le contrecoup de tous ces évènements. « Mon am-amo-amour… » essayai-je de prononcer mais en vain. Ma respiration ne me le permettait pas. J’avais mal de partout, surtout au cœur. Tout ce que je voulais, c’était de mourir. Drôle d’idée quand même…


_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Sam 28 Juil - 12:57

Dans la noirceur de cette âme impure ce cache le mensonge de sa vie, la vérité de ses cris et dans la chanson qui l’émeut se trouve la clef de son cœur si froid et si glacé. Ce qui est chaleureux chez lui, c’est simplement cette envie d’ignorer ses pleurs et de créer la plus belle des illusions.


Tout était passé si vite et maintenant. Maintenant il était face à la seule personne qui pour lui pourrait l'aider, sans savoir comment lui dire les choses. C'était une issue de secours bloqués auquel Spencer s'était accroché. Parce que Jude l'aimait, mais si on fond elle n'aimait que ce qui était faux en lui ? Non, ce n'était pas à ça dont il devait réfléchir. Katherine. Oui, finalement quand il fermait ses yeux c'était elle qu'il voyait. C'était peut-être étrange d'avoir le coeur serré en pensant à ce détective privé qui pouvait un jour percé le coffre qui maintenait ses secrets. Alors qu'il fuyait un moment le regard de Jude, celle-ci laissé échapper un nouveau soupire. Non, pas maintenant. Il ne devait pas craquer, il devait rester fort. Il devait penser à Spencer Weber le rédacteur en chef, l'homme le plus apprécié de la ville et non à Spencer tout court. Il devait se ressaisir, mais ses mots s'étaient envolés. Contre sa volonté, il s'était montré plus honnête que jamais expliquant la situation à la belle Jude. Il leva alors les yeux face à la conclusion de ses mots. Jude s'était reculé tombant sur un fauteuil, les yeux rivaient sur lui.

Il était foutu.

Son nom sorti de la bouche de Jude visiblement surprise par la manière dont il avait sorti sa réponse. Elle avait déjà été perturbée par ce regard fuyant, voilà que maintenant elle entendait une voix grave et dénudé de sensibilité. Elle qui avait vu en Spencer un prince charmant venait d'apercevoir quelque chose de nouveau et de terrifiant. Elle devait sans doute croire que quelque chose cloché et que son monde s'était retourné. Que sa vie venait de basculer. Une erreur, c'était ça. Une stupide erreur. D'avoir décidé de suivre ce petit morceau de muscle dans sa poitrine. Reprenant alors, il s'excusa rajoutant tout sur l'accident. Il ne voulait pas voir Jude le fuir. Non, pas lui. Les conséquences en seraient encore bien plus désastreuses, c'était un fait. Il s'était levé, s'approchant de Jude sur le fauteuil. Il pensait que des mots plus doux et qu'un baiser suivit d'un sourire aurait effacé ce léger moment d'absence, mais non. Il vit la froideur dans le visage de Jude. Il vit sa respiration changée. Visiblement, elle n'allait pas oublier. Non, elle n'allait pas oublier ce petit écart de sa conduite. Spencer, un doigt sur sa lèvre pour regarder que ça ne saignait pas, regardait alors Jude droit dans les yeux. L'incompréhension face à l'angoisse de la jeune ville. Elle tenta alors de parler, mais elle butta sur le surnom affectueux qu'elle donnait à Spencer. Celui-ci lui prit la main, chaleureusement.

« - Jude, mon cœur, ça va ? » Il était désormais inquiet pour elle. Il ne comprenait pas. Mais ce qui l’avait touché au début venait maintenant de faire remonter en lui quelque chose de nouveau. Si Katherine lui avait rappelé la mort de son père, Jude désormais lui rappelait son regard. Ce regard qui voulait dire à quel point il était déçu, mais plus encore. Qui disait qu’il avait peur de lui, de ce qu’il avait fait et de ce qu’il pouvait faire. Feignant d’une beauté sans nom le petit-ami inquiet, Spencer envoya un regard doux avant de se lever.

« - Tu veux que j’appelle un infirmière ? Jude, qu’est-ce qui ne va pas ? » Il alla se rassoir sur son lit, sentant la douleur dans son abdomen refaisant surface. C’est vrai qu’il n’était pas censé bouger avec ses blessures. Mais quand même. Il posa sa main droite sur hanche, tenta de reprendre une respiration normale. Une grimace avait pris place sur son visage avant qu’il ne repose ses yeux sur Jude. Sa respiration était lente et son regard était curieux, empreint d’une légère inquiétude. Il attendait une réponse. Il voulait une réponse. Il baissa alors les yeux pour ensuite les poser sur la chambre de Katherine, en face.

« - Jude, j'ai encore du mal avec le fait d'avoir vu cette voiture foncer sur Katherine. Voir quelque frôlé la mort, comme ça sous mes yeux. C'est... » Il passa sa main sur le visage. Le pire la dedan, c'était cette pointe de sincérité touchante qui vous donnait envie de le prendre dans ses bras. Quand il releva la tête pour regarder Jude, ses yeux étaient rouges. Il avait besoin d'elle, mais il ne savait pas comment lui faire comprendre que là tout de suite, ça n'allait pas. Peut-être en lui faisant croire qu'il était vraiment sous le choc ? Qu'il aurait pu imaginer la scène avec Jude sur la route et non avec Katherine ? Il ne savait pas. C'était la première fois qu'il rencontrait ce problème bien que depuis la mort de son père il essayait vraiment d'être quelqu'un de bien. Et si Jude croyait qu'il aimait Katherine ? Ou que c'était un beau salopard qui en réalité se fichait pas mal de tout ça ? Et si elle voyait un ce léger écart de sa part le fait que ses sentiments ne soient pas vrais ? Tellement de possibilité. Alors qu'il voulut lui faire croire qu'un instant, il avait pensé au cas où Jude se saurait fait écraser, il eut l'impression que quelque chose l'empêcha. Les yeux posaient sur Jude, l'espace d'une seconde son regard devint tout autre. Cette tristesse et inquiétude se changea en peur. Il revivait la scene dans la rue. Il fixait Jude et pourtant, il voyait Katherine. Il voyait Katherine, le téléphone contre l'oreille, se tournant... et puis le fixant avant que la voiture la prenne. L'avait-elle vraiment vu ? L'avait-elle vraiment regardait ? Il voulut sortir un mot de sa bouche, mais des larmes filèrent sur ses joues.

Pourquoi ?

Quand il reprit conscience, il était face à Jude et sans doute pour la première fois ce soir, il lança une phrase. Une phrase qui était de lui. Du vrai lui. Une phrase qui allait sans doute mettre Jude dans l'erreur, une phrase qu'il ne contrôla pas. Il était bloqué, des larmes sur les joues et la voix brisée. Complètement bouleversé. Il était anéanti. Il était vraiment sous le choque. Il s'inquiétait beaucoup plus pour Katherine que ce qu'il aurait imaginé. Pourquoi ?

« - Cette image me tue, je ne supporte pas de voir les gens mourir. »

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Sam 28 Juil - 15:01


L'angoisse. La peur. Elles étaient tellement grandes en moi. Mais tu les as apaisées quand je t'ai vu dans cette salle d’hôpital. J'étais tellement soulagée. T'étais là, assis. Surtout, t'étais en vie.J'étais vraiment heureuse de te voir ce soir... car j'ai cru te perdre à tout jamais.


SPIN-OFF △ INTRIGUE N°1 △ A L'HÔPITAL

Ma respiration ne semblait pas se calmer. Je respirais toujours autant difficilement. Comme si j’avais le souffle coupé. Mon visage vira brutalement de couleur. Il devint étrangement pâle. Mon cœur se serrait de plus en plus, comme s’il s’écrasait contre lui-même. J’étouffais. J’étais en train d’étouffer. Des perles de sueur commencèrent même à faire leur apparition sur mon front. Mes lèvres se desséchèrent. Ma gorge me brulait. C’était affreux et insupportable. Je n’arrêtais pas de cligner des yeux, sentant les larmes au bord des yeux. J’avais mal. Terriblement mal. Pourquoi je n’arrivais plus à respirer normalement et calmement ? Pourquoi je réagissais ainsi ? Je ne comprenais rien. Alors, je me mis à fixer le regard de Spencer, celui ci se trouvant juste en face de moi. Il me regardait, assez inquiet. Je ne comprenais pas toutes ses paroles, mais je sentais qu’il n’aimait pas cette situation. Je le lisais dans ses deux prunelles. Elle était là. L’angoisse. Il était angoissé, comme moi. « Tu veux que j’appelle un infirmière ? Jude, qu’est-ce qui ne va pas ? » me demanda-t-il, toujours inquiet. Je secouai la tête. Non, je ne voulais qu’il appelle une infirmière. Et de toute façon, ça n’en valait pas la peine. Ce n’était rien. Je respirais difficilement, car c’était le contrecoup de tout ce qui venait de se passer. C’était rien de grave… Du moins, c’était ce que je croyais.

Puis, Spencer partit rejoignant son lit. Il avait mal. Ces douleurs le reprirent. Je ne l’avais toujours pas quitté du regard. Je le regardais encore. Mon regard trahissait mes pensées. Je ne comprenais rien. Mon comportement, son comportement, tous ces évènements… Alors j’essayais de me calmer. Finalement, ce fut après quelques minutes, que ma respiration devint plus lente, et moins saccadée. Je devins alors plus calme, reprenant peu à peu mes esprits. Je vivais un véritable cauchemar ce soir. Je fermai alors les yeux les ouvrant, une seconde plus tard, me prouvant ainsi que j’étais bel et bien dans la réalité. La réalité qui était devenue un véritable cauchemar. Il fallait que tout cela cesse à présent. Cependant, j’étais toujours immobile, plantée dans mon fauteuil, les yeux encore rivés sur le visage de Spencer. Puis, j’entendis à nouveau la voix masculine de Spencer. Son regard venait de se fixer sur la porte d’en face. Probablement celle de Kath. « Jude, j'ai encore du mal avec le fait d'avoir vu cette voiture foncer sur Katherine. Voir quelque frôlé la mort, comme ça sous mes yeux. C'est... » me raconta-t-il, comme s’il voulait se confesser. Terrifiant. Je n'en doutais pas. Mais je restais encore muette, ne trouvant aucun mot à dire. J’étais bizarre, ne trouvant aucun autre mot pour qualifier mon état. Je me contentais juste d’observer Spencer, laissant mes interrogations de coté, celles ci dansant comme des dingues dans mon esprit. Il passa alors une main sur son visage, puis soupira. Il semblait vraiment perturbé par cet accident. Je pouvais le comprendre. Voir quelqu’un frôler la mort n’était pas une image plaisante à regarder. Loin de là. Ca pouvait vous marquer à jamais. Ca devait être le cas pour Spencer. Après tout, il n’était qu’un homme, un humain. Je me levai donc, me dirigeant vers Spencer tout en me rappelant la raison de ma venue dans cet hôpital : il avait besoin de moi.

Je passai alors mes bras autour de son cou. Puis, je fis même une tentative pour sourire, mais en vain. « Cette image me tue, je ne supporte pas de voir les gens mourir. » rajouta-t-il, en plantant son regard dans le mien. Il était vraiment perturbé, mais après tout, c’était normal non ? Je lui déposai alors, tendrement, un bisou sur sa joue au détriment de ses lèvres blessées. Il fallait juste oublier tout ça bien que ça allait être difficile. « Mon amour… » murmurai-je dans un premier temps, au creux de son oreille tout en me serrant contre lui, faisant attention à ne pas accentuer ses blessures. « Je serais toujours là pour toi. On va passer cette épreuve ensembles à présent. Tout est fini… » rajoutai-je, avec douceur, fixant pendant un instant le mur, situé derrière le dos de Spencer. Et si tout n’était pas fini ? Et si c’était juste le début de la fin ? Et si Spencer m'avait trompé avec Kath lorsqu'ils étaient dans cette pièce adjacente ? Et si Spencer m'avait prise pour une conne ? Et si Spencer ne m'aimait pas autant que moi je l'aimais ? Après tout, depuis tout à l'heure, il n'arrêtait pas de parler de Kath et il avait fuit mon regard...

Je sentis alors un terrible frisson me parcourir. C’était idiot…



_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.


Dernière édition par L. Jude-Mei Roseberry le Dim 29 Juil - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Dim 29 Juil - 12:05

Dans la noirceur de cette âme impure ce cache le mensonge de sa vie, la vérité de ses cris et dans la chanson qui l’émeut se trouve la clef de son cœur si froid et si glacé. Ce qui est chaleureux chez lui, c’est simplement cette envie d’ignorer ses pleurs et de créer la plus belle des illusions.



C'était dur. Dur de savoir qu'on s'inquiétait pour quelqu'un d'aussi inutile. Katherine, qu'avait-elle pour que Spencer en soit si chamboulé ? Qu'avait-elle pour qu'il ne souhaite plus sa mort comme à l'accoutumé. Elle savait, cette idiote, elle savait que Spencer n'était jamais lui-même face à l'autre et cherchait à le découvrir. D'une certaine manière, elle l'avait trouvé une preuve dans cette salle de remise derrière le conseil de la ville. Le bâtiment était un ancien centre de danse et Spencer c'était levé pour y pénétrer, comme pour jouer à un jeu. Voir si elle viendrait, voir si elle tenait à ce point à le découvrir sous son vrai visage. Et Chandler avait franchi les portes et Spencer lui avait foncé dessus avec une rage que Katherine avait surprise. Une rage qu'il tentait de cacher. Il y a des choses qu'on ne veut pas montrer. Des choses qu'on ne peut pas dévoiler. Peut-être le fait de pouvoir être soi en face de la détective l'amusait plus qu'être le mec idéal. Peut-être au fond, il avait trouvé un certain refuge à jouer à ce jeu stupide avec Katherine, comme une échappatoire. Pour garder le contrôle total sur ses actes, il fallait bien qu'il y ai quelqu'un avec qui il ne fasse pas semblant pour ne pas craquer face aux autres ? Qui sait ? Mais peut-être aussi qu'au fond, c'était tout simplement de l'attirance physique ? Un besoin d'être près d'elle parce qu'avec elle, il se sent lui, le vrai lui, totalement libre et que de la voir froler la mort était comme voir les clefs d'une cage fondre sous ses yeux ?

Une chose était sûre. Il ne pouvait pas se laisser aller face à Jude. C’était la première fois qu’il avait été attiré par une fille et qu’il essayait d’être véritablement quelqu’un de bien et parfois, avec Jude c’était naturel. Comme si tout ceci n’était plus un mensonge. C’était réconfortant de savoir qu’il pouvait être réellement quelqu’un de bien aux yeux de quelqu’un. C’était presque miraculeux. Mais la situation avait chamboulé leurs relations l’espèce de quelques minutes. Le regard de Jude face à la voix de Spencer et à sa manière de parler. Il ne pouvait pas se résoudre au fait que ça prouvait qu’elle ne pourrait jamais accepter ce qu’il était vraiment. Qu’il ne pourrait jamais lui révéler quoi que ce soit sur sa famille. Il ne pouvait pas être honnête avec elle et au fond, ça le tuer petit à petit. Il finira sans doute par craquer un jour, mais Spencer voulait continuer à avoir ce petit espoir en lui, qu’avec le temps les choses changeront et que ce n’était pas le moment de pensée à l’instant de vérité. Il tenta donc de cacher ce qu’il était sous l’angoisse et la peur pour Katherine. Sous le fait de s’être battu avec celui qui était un très bon ami et d’avoir vu une personne comme Katherine se faire écraser sous ses yeux. Jude s’était levé pour le rejoindre. Ça marchait, elle y croyait. Elle avait repris une respiration et tentait de comprendre Spencer et sa douleur.

Tout en lui déposant un baiser sur la joue, elle lui envoya quelque mot rassurant. De quoi vous donnez envie d’avancer et non de rester sans bouger. Oui, tout était fini. Mais L’image était encore là.

« - Merci. » Il laissa sa tête tomber sur l'épaule de Jude, tenta de reprendre le contrôle sur sa conscience qui lui jouait des tours. Sans doute la fatigue. Il ne savait pas. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi Katherine avait tant pris d'importance dans sa vie, saleté de petite détective. Ni même pourquoi il pleurait sur l'épaule de Jude, là tout de suite, s'accrochant à elle de la main droite comme pour éviter qu'elle ne l'abandonne. Putain, il l'aimait c'était horrible. Il aimait cette blonde aux regards attendrissant, au caractère parfois enfantin, à la passion de la photo. Il aimait cette demoiselle à la fragilité d'une poupée de verre, à la douceur d'une brise d'été. Il aimait cet ange qui accepté sans savoir un monstre pleurant sur son épaule. Laissant son angoisse, sa peur et sa rage partir dans ses larmes, Spencer se fit la promesse de ne jamais lui dire. De toujours la laissé à l'écart de son passé et de ce côté qui le tourmente. De ne jamais lui dire aux périls de lui faire du mal. Non, il était incapable de lui faire du mal. Il se fit la promesse de toujours rester celui qu'elle a rencontré pour son propre-bien.

Il savait que c'était la seule chose à faire. Qu'ainsi, il pourrait toujours compter sur elle. « - Je... Je t'aime, tu le sais ça ? N'est-ce pas ? » Il ne l'avait jamais dit à personne. Il avait relevé la tête pour les poser ses yeux dans ceux de Jude. Elle était la seule qui sera toujours là pour lui. Elle était là seule a avoir était là dans sa vie. Et de savoir, pour la première fois de sa vie, Qu'il y avait quelqu'un pour vous rattraper si vous tombez, même si ce vous n'êtes pas totalement honnête avec elle, c'était réconfortant.


_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Lun 30 Juil - 12:48


L'angoisse. La peur. Elles étaient tellement grandes en moi. Mais tu les as apaisées quand je t'ai vu dans cette salle d’hôpital. J'étais tellement soulagée. T'étais là, assis. Surtout, t'étais en vie.J'étais vraiment heureuse de te voir ce soir... car j'ai cru te perdre à tout jamais.


SPIN-OFF △ INTRIGUE N°1 △ A L'HÔPITAL

Je fixais encore le mur, pensive. Je laissais défiler à l’intérieur de moi le tas de questions, qui virevoltait dans mon esprit. Après, je ne savais rien de ce qui s’était passé entre Katherine et Spencer, lorsqu’ils se trouvaient tous les deux enfermés dans cette pièce adjacente. Et puis, pourquoi était-il parti avec elle au lieu de venir me voir et de passer du temps avec moi ? Il avait mis, étrangement, toute son attention sur elle et non sur moi pendant la réunion. Il ne m’avait jeté aucun coup d’œil. Il avait juste longé le mur, d’un pas pressé pour voir Katherine dans cette maudite pièce adjacente. Il m’avait mis de côté. Pourquoi ? Je soupirai doucement, fermant pendant un instant mes yeux. Je refusais de lui poser toutes ces questions. Il était trop perturbé par l’accident de Katherine. Je n’allais pas en rajouter une couche. C’était purement égoïste. Tanpis, ça allait devoir attendre… Et puis, peut être que je délirais après tout. Spencer était sincère avec moi. Alors pourquoi j’imaginais ce genre de situations ?

« Merci. » me dit-il, doucement tout en laissant tomber sa tête sur mon épaule. Je ne bougeai pas. Je restais pendant un moment, silencieuse, cherchant mes mots, pensive. J’avais fait un choix. Celui d’oublier mes tracas pour m’occuper de lui. Celui de lui faire confiance. Celui d’être toujours là pour lui, quoiqu’il arrive. Après tout, j’aimais énormément Spencer. Je ne voulais que son bonheur. Alors, je préférais oublier mes questions, les mettre de côté pendant un petit moment. Juste le temps que tous ces évènements s’apaisent. Voir quelqu’un frôler la mort devait être un choc. Et je me devais d’aider Spencer à surmonter ça. On devait tous les deux oublier cette soirée et cette nuit. Puis, je sentis l’angoisse de Spencer et ses larmes. Alors, mon cœur se serra à nouveau, me provoquant un haut le cœur à l’intérieur de moi, tellement ses larmes me faisaient de la peine. Je me blottis alors un peu plus dans ses bras, en le berçant doucement, priant Dieu que tout cela cesse maintenant.

« Je... Je t'aime, tu le sais ça ? N'est-ce pas ? » me dit-il, une fois calmé, plongeant son regard ténébreux dans le mien, triste. J’y vis de la sincérité et de l’amour. Il ne me mentait pas. Alors pourquoi j’en doutais ? Pourquoi j’avais imaginé, l’instant d’une seconde, que Spencer m’avait trompé avec Katherine dans cette pièce adjacente ? Il m’aimait. Alors, je lui fis un sourire doux. Puis, je déposai sur sa joue un bisou rempli d’amour. « Oui, je le sais. Ne t’inquiète pas. Et je t’aime aussi. » lui répondis-je, en fixant ses deux prunelles. J’étais sincère et amoureuse. Je ne voulais pas l’abandonner. Je serais toujours présente auprès de lui, quoiqu’il arrive. Je n’allais pas le lâcher. Finalement, je posai mes lèvres sur les siennes, lui donnant ainsi un baiser rempli d’une incroyable douceur. On devait oublier ce qu’il venait de se passer.

« Tu sais quoi ? Après que tu sois sorti de cet putain d’hôpital de merde, on devrait se retrouver tous les deux. Passer un moment ensembles, en tête à tête… » rajoutai-je, pensive. Passer du temps ensembles semblait être pour moi une des meilleures solutions pour oublier ce qui venait de se passer. Je lui souriais tendrement, tout en l’observant. Il était toujours craquant, malgré ses blessures. « J’ai tellement eu peur de te perdre tu sais… Que je donnerais tout pour passer un moment intime avec toi. » dis-je à nouveau, faiblement.

Je ne voulais plus vivre ce genre de situations à présent. Je tenais trop à lui...




_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Mer 1 Aoû - 11:46

Dans la noirceur de cette âme impure ce cache le mensonge de sa vie, la vérité de ses cris et dans la chanson qui l’émeut se trouve la clef de son cœur si froid et si glacé. Ce qui est chaleureux chez lui, c’est simplement cette envie d’ignorer ses pleurs et de créer la plus belle des illusions.



Il espérait juste une chose au fond. Une minuscule petite chose. Que Jude, malgré ses soupçons, ses craintes, finissent par rester la même avec lui. Qu'elle continue d'être ce petit être angélique qui illuminait ses journées. Un sourire et Spencer en était tout retourné. Il y avait des choses qu'on ne pouvait expliquer et comprendre et cette attirance et amour pour Jude en était une. Au fond, c'était aussi le fait d'avoir quelqu'un qui vous aime et qui s'inquiète pour vous à chaque instant de la journée. Quelqu'un qui ne peut pas vivre un moment sans vous savoir à ses côtés. Quelqu'un qui a besoin de lire dans vos yeux que tout vas bien pour pouvoir croquer la vie à pleine dent. Jude était la personne la plus douce et la plus aimable que Spencer n'ait rencontré. Elle est cette version féminine de la perfection qui vous rend meilleur en un mot. Et d'ailleurs, au fond il espérait aussi qu'avec elle il devienne cette personne. Cet être si sensible et compréhensif. Cet homme si bon et gentil qui masquait les cris d'un loup en Furi. Il espérait que Jude efface en lui cette partie sombre, ce côté profondément enfoui qui tentait de reprendre surface. Spencer espérait et voulait que Jude soit la clef de ce coffre, qu'elle l'enveloppe de sa douceur et qu'elle fasse de lui l'homme qu'elle aimait. Et ils vivraient ce bonheur que Spencer attendait tant. Sa tête sur les épaules de la belle Jude, il la remercia. Elle était là pour lui. Il avait l'impression que quoi qu'il arrive, elle serait toujours là. Il laissa alors sortir tout ce qu'il avait au fond, pour se calmer un peu plus tard. Il lui avoua alors, qu'il l'aimait et qu'il espérait qu'elle le savait. Il avait peur que son faux pas casse tout et avait donc tenté de rattraper tout ça. De reprendre ses erreurs et de les cacher par autres choses.

Elle lui fit alors un doux sourire et lui déposa un baiser sur la joue. Il était évident que vue la lèvre enflé, les baisers langoureux n'était pas pour tout de suite. Il répondit alors à son sourire. Là tout de suite, il aurait aimé que ce moment dure un temps. Qu'il s'éternise et qu'il reste là, yeux dans les yeux avec Jude sans aucune interruption. Juste eux. Et rien d'autre. Elle finit tout de même par déposer un baiser sur ses lèvres. Jude avait donc décidé de faire avancer les choses et de ne pas tenir compte de ce moment d'angoisse face aux paroles étrange de son aimé. Il avait réussi, du moins il le pensait. Il se sentait plus léger. Jude avoua alors qu'après tout ça, ils devraient passer un moment à eux. Rien qu'eux et loin de tout ça. Sans doute pour penser à autre chose.

« - Oui, tu as raison. Je dois rester ce soir. Normalement je pourrais sortir d'ici demain ou après-demain. » Il se passa une main dans les cheveux réfléchissant à ou et quoi faire à deux. Jude n'avait pas tort, tous ces évènements étaient bien trop perturbants et quand il serait dans leurs mondes, c'était plus magique. Il n'y avait qu'eux et le reste du monde pouvaient faire ce qu'il voulait, ça leurs importé peu. « - On pourrait aller dans le chalet que j'ai près du lac. Il n'y aura que nous, le calme de la forêt, le lac, la lune... » Il caressa la joue de Jude, lui envoya un regard tendre. « - C'est pas une destination de luxe, mais c'est déjà pas mal pour se sentir loin d'ici, sans partir. »

De toute manière il n'avait pas envie de partir ailleurs. L'étranger ne lui disait rien. Il devait rester à Taleville parce que le Journal était là et sans Spencer, ça pourrait mal se passer. En plus, le petit chalet appartenait à son père. Enfant, ils y allaient en hiver, quand la neige prenait le dessus sur la ville. Ils faisaient du patin à glace sur le lac. D'ailleurs, une fois il était tombé dans l'eau glacée. Un horrible souvenir.

« - On y resterais un petit week-end et... je ferais la cuisine ! » Il fit une petite moue. Il ne savait pas cuisiner. « - Avec toi, parce que si j'arrive à bruler une omelette, j'ai peur de bruler tout autre aliment voir même de nous empoisonner. »

HORSJEU:
 

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Mer 1 Aoû - 14:09


L'angoisse. La peur. Elles étaient tellement grandes en moi. Mais tu les as apaisées quand je t'ai vu dans cette salle d’hôpital. J'étais tellement soulagée. T'étais là, assis. Surtout, t'étais en vie.J'étais vraiment heureuse de te voir ce soir... car j'ai cru te perdre à tout jamais.


SPIN-OFF △ INTRIGUE N°1 △ A L'HÔPITAL

« Oui, tu as raison. Je dois rester ce soir. Normalement je pourrais sortir d'ici demain ou après-demain. » me répondit-il, tout en passant une de ses mains dans ses cheveux. Il semblait réfléchir. Cependant, de mon côté, je fis une petite moue, déçue. Je pensais qu’il allait au moins sortir demain. Et puis, je ne voulais pas partir de cet hôpital sans lui. Pire, je ne voulais pas partir d’ici car après tout, je désirais rester avec lui. En faite, je préférais rester ici, à ses côtés. A l’hôtel, je ne trouverai pas forcément le réveil, étant actuellement très inquiète, soucieuse et pas dans mon état normal. Je n’étais pas du tout rassurée, et tout ce que je voulais, c’était être avec lui. A ses côtés, tout allait beaucoup mieux. Je soupirai doucement, baissant les yeux pendant un instant. « Je ne te quitte plus mon amour. Je resterai ici, le temps que tu sortiras de ce maudit hôpital. De toute façon, je ne veux pas rentrer toute seule et je ne trouverai pas forcément le sommeil. » expliquai-je, dans un murmure brisé. Je lui déposai ensuite un énième bisou sur sa joue, évitant le plus sa lèvre blessée.

Puis, il revint sur mon idée. Partir quelque part, seulement tous les deux. Aller ailleurs, histoire d’oublier cet épisode. Se retrouver tous les deux, coupés du monde. J’avais dit cette idée, sans vraiment y réfléchir. D’une façon impulsive. Mais après tout, cette idée était la seule solution si nous voulions oublier cet épisode traumatisant et passer un moment rien qu'à deux. Car on avait besoin de se retrouver pendant quelques jours, ailleurs, coupés du monde. On avait besoin de passer quelques moments intimes, juste lui et moi. J’en avais besoin. J’avais besoin de me retrouver avec lui, toute seule, éloignée du monde réel pour aller juste mieux. J’avais besoin de tout ça pour prendre confiance, pour croire que Spencer m’aimait vraiment. « On pourrait aller dans le chalet que j'ai près du lac. Il n'y aura que nous, le calme de la forêt, le lac, la lune... » me dit-il, avec douceur, plantant son regard dans le mien et en caressant ma joue avec tendresse. Je hochai alors la tête, satisfaisante du lieu. Je lui adressai par la suite un sourire doux, déjà conquise. Je ne pouvais pas rêver mieux, m’en foutant royalement du lieu tant que j’étais à ses côtés. « C'est pas une destination de luxe, mais c'est déjà pas mal pour se sentir loin d'ici, sans partir. » rajouta-t-il, d’un air désolé. Je secouai la tête, tout en ne quittant pas mon sourire. « C’est parfait Spencer ! Et de toute façon, je m’en fiche de l’endroit tant qu’on est ensembles ! Mais ton chalet sera le meilleur endroit pour nous retrouver intimement !... » lui répondis-je, en souriant de plus belle. Cette fois ci, Spencer pouvait enfin retrouver mon regard d’autrefois. Celui qui pétillait de bonheur et de joie. Je recommençais même à reprendre mes couleurs, et mes sourires semblaient plus francs et plus merveilleux.

« On y resterais un petit week-end et... je ferais la cuisine ! » dit-il, en rajoutant une petite moue. Je me mis alors à rire doucement, amusée, me rappelant que Spencer avait des « dons inavoués » dans le domaine culinaire. « Avec toi, parce que si j'arrive à bruler une omelette, j'ai peur de bruler tout autre aliment voir même de nous empoisonner. » renchérit-il, en riant avec moi. Je déposai alors un baiser sur sa joue. « On fera tout ensembles alors ! Mais qu’importe si je ne mange pas, le plus important étant que je sois avec toi pendant ce petit week end. Ca me nourrira assez ! » lui répondis-je, recommençant à rire doucement. Ca faisait du bien de rire. Finalement, je resserrai mon étreinte avec Spencer, faisant toujours attention à ses nombreuses blessures. Au creux de son oreille, je lui dis alors quelques petits mots. « J’ai hâte mon amour ! Un week end en amoureux ! Tout ce que j’ai besoin pour aller mieux… et toi aussi, d’ailleurs. ». Mon visage rayonnait, enfin, de bonheur. Je sentis un grand soulagement à l'intérieur de moi ainsi que mon coeur qui se calmait progressivement. Calme et heureuse, je posai mes lèvres sur celles de Spencer, pour l’embrasser avec douceur et amour. Je devais pour l’instant, me limiter à ça malheureusement… Tout en l’embrassant, je me surpris à maudire autant cette blessure et le responsable.



_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Mar 7 Aoû - 18:56

Dans la noirceur de cette âme impure ce cache le mensonge de sa vie, la vérité de ses cris et dans la chanson qui l’émeut se trouve la clef de son cœur si froid et si glacé. Ce qui est chaleureux chez lui, c’est simplement cette envie d’ignorer ses pleurs et de créer la plus belle des illusions.


Un mauvais moment à passer. C'était tout. Il ne fallait pas voir les choses autrement, c'était une situation difficile pour Spencer Weber. Une situation dur, poignante et triste et désormais Jude devait tenter de le réconforter, du mieux qu'elle le pouvait. Quitte à laisser de côté ses doutes et ses peurs pour faire face à celle de Spencer. Lui, il savait. Il savait que sur cette terre il n'y avait que Jude qui pouvait être si compréhensif. Si douce et si aimante. Il n'y avait qu'elle pour être ainsi. Elle avoua alors qu'elle voulait rester ici, que seule elle ne trouverait pas le sommeil. Spencer chercha dans les poches de son jean les clefs, mais ils étaient posés sur une table basse près du lit. Il savait que la présence de Jude lui aurait plus que bénéfique ce soir. A ses côtés, il aurait pu respirer et reprendre le contrôle sur lui-même et sur ce qu'il était. Mais cette volonté ne suffisait pas. Il avait beau rédacteur en chef et membre du conseil, il ne pouvait pas changer les règles de l'hôpital.

« - J'aimerais tellement t'avoir à mes côtés ce soir, mais c'est interdit. L'hôpital ne laisse pas les visiteurs ici là nuit. Et je ne suis pas à deux doigts de mourir, alors c'est encore plus dur pour trouver une excuse. » Il ria, cherchant des idées pour permettre à Jude de rester, mais comme il était dans une chambre à plusieurs, il n'y avait là pas de place pour Jude ce soir. « - Ne t'inquiète pas, tu peux toujours dormir chez moi si l'hôtel ne te fait pas envie. Et puis avec tout ça, ton frère doit surement s'inquiéter pour toi aussi. »

Il se voyait bien, sortir d'ici à la première heure du matin et aller la réveiller, tranquillement. Ça aurait pu être très romantique et pensé à ça lui changaitcomplètement les idées. Jude lança d'ailleurs une idée, sans se rendre compte que c'était une excellente idée. Eux et rien d'autre. Ils étaient ensembles depuis quelques temps, mais il n'avait jamais vraiment passé de week-end entre eux. Spencer était pris par le travail et son poste de rédacteur en chef lui prenait pas mal de temps. De temps en temps, Jude venait chez lui, au dernier étage du bâtiment du journal. Il lui faisait découvrir Taleville et les choses étaient... très naturelles entre eux. Et l'idée semblait plaire. Le chalet près du lac. C'était très simple, mais c'était l'idéal.

« - Va pour le chalet alors. Dès que je vais mieux, on y fonce. » Oui, là il était quand avec un côtte cassé et quelques autres petits détails qui ne lui permettaient pas d'avoir l'entière pouvoir sur chacun de ses muscles. Il fallait donc être réaliste, ce n'était pas demain qu'ils allaient partir. Il n'était pas suicidaire quand même. Il tenta alors par la suite d'essayer d'imaginer ce qui se passerait là-bas. « - On ira aussi aux toilettes ensemble ? » Et gros fou rire. Il lui arrivait de rire, de vraiment de rire. Comme maintenant, parce que c'était idiot. Il avait un humour particulier Spencer, mais c'était son humour et quand il lança un truc pareil, Jude ne pouvait que rire. Contaminée par la folie. Il se calma alors, écoutant Jude qui avoua que c'était tout ce dont elle avait besoin, mais lui aussi. Elle n'avait pas tort. C'était ce dont ils avaient besoin, tous les deux. Il profita de cet instant, de cette étreinte. Puis du baiser, auquel il répondit avec autant de sentiment et de douceur que possible. Savourant ce petit moment. Peu importe ce qui c'était passé, Jude ne voyait désormais qu'eux et l'avenir. Ne pas regardait en arrière, c'était sans doute ce que Spencer devrait faire. Il avait beaucoup de mal pour ça. Ce n'était pas une chose facile. Il se détacha de Jude, pour la fixait longuement avant de laisser échapper.

« - On se retrouve chez moi alors ? Je sortirais de l'hôpital, tel un super-héros en slip sortant d'une prison pour retrouver mon amour.»

HORSJEU:
 

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Jeu 9 Aoû - 11:07

Sujet terminé

Je posterai dans le topic commun de Kat' pour vraiment clôturer.

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]   Aujourd'hui à 6:45

Revenir en haut Aller en bas
 

SPIN-OFF | The end begins for the cat [Jude/Spencer]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Sangokushi Taisen 3 - War Begins
» TALE SPIN / Super Baloo (Playmates) 1991
» "Batman Begins" et "The dark knight"
» Top Spin 3
» L'origine des Spin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-