Partagez | 
 

 ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Ven 22 Juin - 18:49



« Who is this fucking thief ?! »
♦ Derrière la salle du conseil - TALEVILLE.

Ils étaient tous là, tous ce soir. Rare était ceux qui ne venaient pas assister au conseil de la ville. En même temps, les vendredi soir était fait pour ça. Pour que les habitants de la ville décident par eux-mêmes des changements de Taleville. C'était ce qui était censé se passer ce soir. Ils devaient choisir, mettre en place et répondre aux questions des habitants. Mais rien, non rien de cela n'allait arriver ce soir et Spencer le savait. Il l'avait compris lors de sa discussion avec le maire le soir même du cambriolage. Ce soir où il était obligé de quitter un tendre moment. Qui avait prédit que durant cette nuit quelqu'un dérangerait la tranquillité du rédacteur en chef ?

Il entendit un bruit, on venait de refermer les portes derrières lui. Ce qui le détourna de ses pensées. Là encore, il ne se retourna pas, il n'osait. Ce n'était pas la peur, non, c'était autre chose. Il était plus porté par l'envie d'éviter ses frères et ses soeurs. Non, il avait mieux à faire. Comme assister au conseil et écouter gentiment la suite de l'évènement. Il senti quelque chose effleurer ses jambes et compris que c'était autre que sa chere amie Pandore. A qu'il ne manqua pas de sourire afin de la saluer. Elle était spéciale dans son genre la belle Pandore. Il y avait quelque chose en elle de très attirant et de très dangereux. Mais l'attirance l'emporter à chaque fois parce que c'était toujours un plaisir de la voir et d'être à ses côtés. Le maire se laissa à dire que le coupable se trouvait alors parmi la foule présente ce soir, ce qui força Spencer a détourné son regard de celui de Pandore et a regardé de nouveau le maire droit dans les yeux. Son air sérieux ne le quittant pas. Des bruits se firent entendre. Un peu partout dans la pièce les habitants discuter. Un trop plein de question en tête. En même temps, le maire avait bien fait. Elle était directe, c'était ce qu'il fallait pour faire comprendre le pourquoi du comment aux habitants de cette ville. Il entendit alors une voix plus loin, celle de Rosie. Et là, par réflexe, il se tourna pour poser ses yeux sur la jeune femme non-loin.

Si lui était là en tant que membre du conseil, il pouvait toujours compter sur la rouquine pour ne pas oublier une miette de cette soirée. Mais son professionnalisme le forçait à jouer avec un crayon et un bloc note posait devant lui. Mais avant de faire le moindre mouvement, il laissa son regard se promenait dans la pièce. Et son regard trouva quelque chose. Katherine était là. Elle s'était attaché les cheveux et sans doute était-elle déjà en train d'analyser la situation. Elle avait ce regard, qui vous donnait l'impression qu'elle lisait facilement en vous. Elle était loin de faire peur à Spencer, mais tout de même. Il ne fallait jamais sous-estimer une pauvre petite détective privée. Il n'aimait pas la manière dont elle le fixait d'ailleurs. Oh non. Il la fixa un moment avant de se décider. Elle devait surement être ravie de ce qui se passait sous ses yeux. Une enquête, une vraie enquête était posée devant ses yeux. De quoi vous donnez l'eau à la bouche. Spencer fit signe à Pandore qu'il s'excusait tout en se levant discrètement, posant la main sur l'épaule en guise de « - je reviens ». Il avait pris avec lui son crayon qu'il s'amusait à faire passer entre ses doigts. Comme un jouet. Enfin discrètement, le mot était faible. Il longea ainsi les murs, en direction

Il évitait de regarder la foule. Mais ce qui ne l'empêcha pas de repérer Jude, dans une petite robe. Il aurait aimé lui sourire, mais il n'avait pas envie de perdre son temps. Il entra alors dans une salle annexe, juste derrière là où le Maire s'était posé. L'ancienne école de danse dans laquelle on avait installé le conseil avait une espèce de réserve à l'arrière. Ce n'était pas immense, mais c'était équivalent à une salle de classe pour trente élèves. Et il y avait un robinet. Il s'adossa au mur, à côté de la porte d'entrée, croisant les bras. Il entendait le maire d'ici, en même temps il n'était pas loin. Il savait aussi qu'elle n'allait pas tardé

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Ven 22 Juin - 21:41



La main de Kat restait crispée sur son portable. De son index, elle faisait défiler de droite à gauche les photos qu’elle avait piratées sur l’ordinateur du shérif. Toutes les têtes des habitants de la ville. Habilement, elle sélectionnait ceux qui se démarquaient par leurs cheveux clairs. Iseult, Pandore, Spencer, Andréa, Jude-Mei, avec une grimace, elle appuya sur le joli minois de son cousin, Eliott, et elle continua ainsi. C’était une grande partie de Qui est-ce ? Un Cluedo grandeur nature. Cela faisait longtemps que Kat n’avait pas joué à un de ces jeux de société. Redoutable adversaire, pas modeste pour un sou, ses victoires à répétitions et la fâcheuse manie qu’elle avait de se vanter, finissaient par agacer tous ceux qui avaient encore un peu de cran pour s’opposer à elle. Seule restait Pandore, qui aimait parfois prendre le thé avec la détective, devant un bel échiquier de marbre. Pour l’instant, aucune des deux n’avaient encore réussi à gagner contre l’autre, c’était donc pour Kat un jeu très divertissant et un challenge très intéressant à relever. Presque plus que cette enquête bidon où la maire s’était fait chiper un stupide coffre ! Rah ! Rassembler des preuves, il fallait rassembler des preuves. Kat passa une nouvelle fois sa main dans ses cheveux roux, tripota sa queue de cheval, avant de la détacher et de se faire un chignon. C’était un tic lorsqu’elle était vraiment stressée (cela arrivait relativement peu souvent), elle ne pouvait s’empêcher de toucher à ses cheveux, et de se balancer d’un pied sur l’autre.
Soudain, un mouvement. Infime. Un bruit. Quelqu’un qui se levait. Le cœur de Kat s’accéléra. La jeune femme se força à ne pas relever la tête de son écran d’un seul coup. Pourvu que … c’était Weber. Le sourire mystérieux de Kat se reforma peu à peu. Le journaliste marchait, tous les regards braqués sur lui, en direction d’une petite salle, un peu en retrait de la grande où ils se trouvaient tous. Avec un petit froncement de sourcil, la détective remarqua son regard balayer les habitants, assis et sceptiques, pour s’arrêter le temps d’une seconde sur Jude-Mei. Kat les avait traqués, sans relâche, des nuits durant. Elle avait un peu relâché son attention ces derniers temps. Une erreur, stupide. Elle sentait que leur relation commençait à prendre un tournant, à devenir plus concrète, plus intime. La belle rousse avait été tellement débordée ces derniers temps ! Entre son dossier sur la ville, le retour de membres de sa famille dans sa vie… March le fou, Eliott le pervers, Narcisse… elle n’arrivait plus à tout garder sous contrôle. Il fallait qu’elle se fasse aider, et ça… elle ne le tolérait pas. Mais si quelque chose arrivait à Jude, elle ne se le pardonnerait pas. C’est alors que Rosie entrait en jeu. Complètement sous le charme de son patron, elle était un élément de taille dans le plan de Kat pour faire se séparer Jude et Spencer. Vu le regard que le jeune homme lui avait lancé, ça devenait urgent !
Avant de suivre l’homme de tous ses soupçons. Kat envoya un dernier texto à sa coéquipière du soir.
Code:

Je prends Spencer. Tu t’occupes de Jude ? Je sens que ça va te faire plaisir ! Ne l’abîme pas trop, je l’aime bien, moi. C’est une brave fille.

Envoyer. Vibreur. Veille. Elle rangea le portable dans sa poche, avant de se lancer à la poursuite de Spencer. Etonnement, sur ses talons hauts, elle ne faisait aucun bruit. Furtive comme une ombre, légère comme la brume. Le menton en l’air et à l’affut, aucun habitant ne se retourna comme ils l’avaient fait avec le journaliste. Elle sourit. La discrétion restait une des qualités qu’elle gardait pour elle. Ca et la souplesse. Elle doutait que Spencer sache grimper à un arbre en escarpins ou arrive à se cacher sous un meuble en quatrième vitesse ! Kat se retint de pouffer. La vision de Spencer en Louboutin avait achevé de le décrédibilisé aux yeux de la détective. A moitié hilare, elle poussa la porte avant de se reprendre, lorsqu’elle tomba nez à nez avec le jeune homme, qui, visiblement l’attendait.

« Bonsoir Spencer. » lâcha-t-elle d’une voix rauque, un peu comme un feulement grave de félin. Doucement, elle referma la porte derrière elle. Elle gardait l’oreille ouverte pour distinguer ce que les autres, agglutinés dans la salle disait. Elle ne voulait pas louper une miette de ce qu’il se passait là-bas, mais en même temps… bah ! Rosie lui ferait son petit rapport ! Elle se tourna donc vers Spencer, en un quart de cercle parfait. Son regard perçant planté dans les yeux noisette du jeune homme signifiait qu’il ne s’en sortirait pas comme ça. « Justement je pensais à toi … » soupira-t-elle d’un ton léger, ses lèvres s’amincissant un peu plus en un sourire narquois. « Je sais que tu n’es pas le coupable, tu n’es pas assez idiot pour ça, hein ? Mais ton article… une mèche de cheveux blonds et la porte de derrière ? Tu te fiches de moi ? Un amateur aurait pu écrire un article plus croustillant. Allez Spence, qu’est-ce que tu as découvert d’autre chez madame la maire ? »
Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Ven 22 Juin - 22:33



« Who is this fucking thief ?! »
♦ Derrière la salle du conseil - TALEVILLE.

Il savait qu'elle n'allait pas tardé. Avec ses talons hauts et sa robe noire bien caché sous son manteau. Il savait que c'était trop tentant pour Katherine de laisser passer une occasion comme celle-ci, de pouvoir tirer les verres du nez à Spencer. Il était rare, tellement rare, que Spencer se mette à faire de telles choses. Qu'il se lève alors que les habitants questionnent le maire, qu'il se lève et qu'il joue le rôle de l'appât afin de guider la victime vers la gueule du loup. Il n'avait pas l'intention de l'enfermer où d'être violent. Non, il n'était pas si stupide. Il était parfait. Il était ce que tout être humain devait être alors il devait continuer. Il devait éloigner Katherine de lui, de sa vie. Il savait que c'était impossible qu'elle découvre son passé. Son histoire. Il n'y avait pas de faiblesse dans le plan que son père avait établis pour lui. Il n'y en avait pas et il n'y en aurait pas. Katherine pouvait garder un oeil sur lui, elle pouvait l'espionner, regardait le moindre de ses faits et geste, elle n'y découvrirait rien. Adosser contre le mur, la porte s'ouvrit enfin. Il aperçut alors sa silhouette à ses côtés. L'ombre de la détective apparaissant dans le sol pour s'évanouir dans le noir quand celle-ci referma la porte doucement.

« Bonsoir Spencer. »

Sa voix perça le silence de la pièce malgré le brouhaha plus loin. Il ne bougea pas, de la saluant même pas se contentant de laissait sa tête tomber pour s’appuyait davantage sur le mur. Il la fixait un peu, ne souriant pas. Elle pouvait garder ses formalités. C’était tellement inutile. « Justement je pensais à toi … » Un sourire apparut avant qu’il laisse sa tête se tournait vers elle pour la fixait de nouveau droit dans les yeux.

« - Sans blague ? Je faisais un p’tit strip’ dans tes pensées ? » Il joua avec ses sourcils pour argumenter sa remarque. Il n’avait pas envie de parler sérieusement, d’entrer dans le vif du sujet. Non, pas maintenant. C’était trop facile et puis il n’avait rien à se reprocher. Rien à cacher – en apparence. Après tout, c’était un bon habitant de la ville, fils ainé d’une bonne famille, diplômé et rédacteur en chef. Bref, c’était quelqu’un de bien qui avait juste besoin d’un verre d’eau. Il se dirigea d’ailleurs vers le robinet pour boire un peu.

« Je sais que tu n’es pas le coupable, tu n’es pas assez idiot pour ça, hein ? Mais ton article… une mèche de cheveux blonds et la porte de derrière ? Tu te fiches de moi ? Un amateur aurait pu écrire un article plus croustillant. Allez Spence, qu’est-ce que tu as découvert d’autre chez madame la maire ? »

« - Oh tu sais, l'article dit tout ce que tu as à savoir, Kat. » Il fit couler de l'eau pour en verser sur ses mains afin de s'en servir pour boire. Il n'y avait pas de verre ici, juste des tas de choses inutiles. Rien qu'il pouvait de prendre comme verre quoi que, s'il cherchait bien. « - Et je n'ai rien à dire à une détective privée qui doit surement enregistré cette conversation très inutile. » Il but une gorgée, puis deux et se releva en s'essuyant du revers de sa main, tout en regardant Kat. Il n'était pas dupe, un détective avait toujours un coup d'avance sur un journaliste. Le journaliste se contente d'écrire des faits, posant les questions. Un détective trouve des réponses. Spencer ne savait pas pour le dictaphone, mais elle n'avait pas de quoi prendre des notes. Et son sac devait être remplit de quoi bien travailler ce soir. Spencer était intelligent. Il ne fallait pas l'oublier. Il manquait peut-être d'éducation scolaire, parce qu'il n'était jamais allé à Oxford, mais en revanche, presque 8 ans en hôpital lui on appris des choses. Surtout qu'il était un peu paranoïaque à cause de son psychiatre qui lui avait avoué avoir enregistré chacune de ses séances. Il resta en face de Katherine. De son regard, il l'a défiée Oui, il l'a défiée de lui mentir.


_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Sam 23 Juin - 0:02



Pour avoir été amie et même un peu plus avec Scott, le petit frère de Spencer, Katherine était au courant de beaucoup de choses sur la famille Weber. Même si le benjamin restait très discret sur ce qui concernait sa fratrie, et encore plus de son aîné, Kat avait gardé quelques bribes de conversations en mémoire. Elle avait retenu que, comme les Richter, les Weber étaient d’origine anglaise et que Spencer, lorsqu’il avait quitté la ville, était retourné en Grande-Bretagne, faire ses études dans la prestigieuse école d’Oxford. Il venait de confirmer des soupçons que Kat avait depuis longtemps : il n’avait jamais séjourné en Angleterre comme il le clamait haut et fort.
Premièrement parce qu’étrangement, essayer de quitter Taleville s’avérait impossible. C’était peut-être de simples concours de circonstances, mais à chaque fois que Kat avait tentée de s’enfuir, ne serait-ce que pour des vacances, quelque chose l’avait retenue en ville. Une enquête avec un butin particulièrement alléchant, une catastrophe ferroviaire, un arbre abattu sur la route ou un volcan en éruption. Elle en avait tiré la conclusion que : soit elle était maudite, et que le karma, contrairement à elle, ne prenait jamais de congés. Ou bien que pour une raison d’origine inconnue, tous les habitants étaient prisonniers de la ville, dans un rayon plus ou moins important. Elle ne connaissait personne qui ne soit jamais partit très loin, mais comme le confirmait les arrivées des jeunes étrangers, ces derniers temps, il était possible d’entrer dans Taleville lorsque l’on venait de l’extérieur. Aucun de nouveaux arrivants n’avait encore essayé de repartir. Kat surveillait ça de près.
La deuxième raison qui la forçait à penser ça, c’était le fait qu’il ait snobé délibérément ses politesses d’usage. Si une chose faisait la réputation des anglais, c’était leur sens des bonnes manières. Même chez les plus jeunes, on restait poli, même si cela relevait de l’hypocrisie. Comment prétendre avoir séjourné de nombreuses années en Angleterre et ne même pas rendre un banal salut à son interlocutrice ?
Le sourire de Kat se fit plus soucieux. Elle sentait qu’elle mettait le doigt sur un point troublant de la vie de Spencer Weber. Même si ses maigres preuves pour l’accabler relevaient de la spéculation. Son sixième sens lui soufflait qu’elle était sur la bonne voie. Bien loin, elle en était consciente, mais doucement, elle progressait et gagnait du terrain sur les secrets les plus sombres du jeune homme. Spencer était trop beau, trop parfait. Sa vie était trop rose pour être vraie. Personne ne vivait dans ce genre de comédies sentimentales comme on le voyait sur grand écran. Personne ne devait le prétendre. Il aurait dû se méfier.
Néanmoins, s’il ne l’accueillit pas comme le méritait une descendante de famille fondatrice. Il se permit une pointe d’ironie qui eut pour effet d’arracher un petit gloussement à Kat. Sa rencontre dans les bois avec Castiel l’avait faite oublier que d’autres personnes qu’elle pouvaient aussi être capables d’user du sarcasme. Elle prit plaisir à rentrer dans le jeu du journaliste, tout en gardant à l’esprit ce pourquoi elle était là.

« Si seulement… » ronronna-t-elle en effleurant le torse de Spencer de son doigt fin. Il se dégagea bien vite du léger contact physique en partant à l’autre bout de la pièce, et commença à fouiller dans le monticule de babioles. « Oh tu sais, l'article dit tout ce que tu as à savoir, Kat. » Il se dégota un verre à peu près propre et ouvrit le robinet pour se faire couler un peu d’eau. « Et je n'ai rien à dire à une détective privée qui doit surement enregistrer cette conversation très inutile. » Hum. Décidément, il n’était pas idiot. Ce n’était pas pour arranger les affaires de Kat. Dans son sac, le dictaphone était toujours enclenché. Feindre l’innocence ne marcherait pas, tout le monde à Taleville avait compris depuis belle lurette que sous les airs angéliques de Katherine Richter se cachaient une jeune femme sans scrupules doublée d’une très bonne actrice.
Bien ! S’il ne voulait pas parler, il ne sortirait certainement pas de ce local ! Avec un petit soupir, elle appuya son dos contre la seule porte de cette espèce d’à-côté, et se laissa lentement glisser à terre.

« Je n’en sais jamais assez » répliqua-t-elle placide. « Avec le temps, tu aurais dû finir par le comprendre. Comme tu devrais savoir que c’est moi qui décide de ce qui est utile ou pas. » elle marqua une petite pause pour lui laisser le droit de protester, puis repris : « Ose au moins dire que tu n’as rien à cacher Spence ! Je sais que tu n’as rien à voir dans cette affaire, tu n’es ici que pour faire le bon fils de bonne famille, encore une fois. Mais je m’en fiche un peu à vrai dire. Ce ne sont que des broutilles. Mais regarde-moi dans les yeux, et mens-moi. »
Joignant le geste à la parole. Ses deux pupilles se plantèrent dans les yeux du jeune homme debout devant elle. « Dis-moi que ton sourire n’est pas qu’un masque. Dis-moi que tu n’as pas passé trois heures devant le miroir pour te coiffer pour ce soir ! »

Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Sam 23 Juin - 9:57



« Who is this fucking thief ?! »
♦ Derrière la salle du conseil - TALEVILLE.

Spencer n'était pas au courant que Kat avait rencontré son petit frère. En même temps, il évitait sa famille. Il ne les voyait jamais. N'allait jamais à la maison familiale. Ne parler jamais avec eux, en somme il les ignorait complètement. Ce qui pouvait sans doute être suspect, mais il avait ses excuses. Il avait déjà des arguments tout frais, tout préparé. Il savait ce qu'il devait faire et comment. Comme son psy. Son très cher psychiatre qu'il ne voit officiellement que depuis la mort de son père, mais qui en réalité le suit depuis ses 16 ans. Kat pouvait fouiller, chercher à sous-titrer des informations, elle ne trouverait rien. C'était là toute la beauté de la chose. Son père n'avait rien laissé au hasard. Il avait tout prévu pour que personne ne soupçonne son fils ainé, non il avait tout fait. Mais il était évident qu'il y avait plein de choses auquel Spencer avait dû travailler en sortant de l'hôpital : son histoire.

Où il vivait, chez qui, quel était les noms de ses professeurs. Pendant deux semaines, il avait dû retenir ça comme si c'était vital. C'était long, mais c'était ça ou ridiculiser le nom de sa famille et ça son père ne l'aurait pas supporté. Kat était perspicace. Il devait faire attention à ce qu'il dirait, à ce qu'il ferait. Elle interpréterait le moindre de ses gestes, plus que lui ne le ferait. Après tout, ce n'était qu'un journaliste, il avait tout appris sur le terrain.

« Si seulement… »

Elle effleura de ses longs doigts son torse, un léger frison parcouru Spencer qui se dégagea aussitôt allant plutôt chercher de quoi boire un peu. Il n'aimait pas rester trop longtemps en contact visuel ou physique avec la demoiselle. Il se méfiait d'elle, de ce qu'elle pouvait faire comme de ce qu'elle pouvait dire au point où parfois, ses pensées le rendaient presque paranoïaque. La preuve, il la fixait dans l'espoir qu'elle lui admet qu'il n'est pas si crétin que ça. Elle s'adossa au mur, se laissant tomber doucement par terre. Donc, elle bloquait la seule sortie de cette pièce ? Astucieux.

« Je n’en sais jamais assez, avec le temps, tu aurais dû finir par le comprendre. Comme tu devrais savoir que c’est moi qui décide de ce qui est utile ou pas. »

Il gloussa. Un léger rire qui brisa le silence. Il se baissa alors devant Katherine, les mains dans les poches. Afin d'être plus ou moins à la même hauteur que la demoiselle, bien que la position ne soit guère agréable. Il devrait parfois mettre un jean, plutôt que des costumes, mais il s'était habitué à un style très classe. Il avait de quoi payer du sur-mesure, alors pourquoi pas ? Il secoua alors la tête négativement avant de lui répondre. « - Tu ne décides de rien. »

« Ose au moins dire que tu n’as rien à cacher Spence ! Je sais que tu n’as rien à voir dans cette affaire, tu n’es ici que pour faire le bon fils de bonne famille, encore une fois. Mais je m’en fiche un peu à vrai dire. Ce ne sont que des broutilles. Mais regarde-moi dans les yeux, et mens-moi. »

« - Je te le répète, tout ce que tu as à savoir était dans l'article. » Elle pensait peut-être qu'il allait parler, non. Elle n'avait toujours pas démenti le fait qu'ils étaient sur écoute, ou peut-être son soupir en était la réponse. Même enfermé, elle pouvait toujours compter sur l'impassibilité du rédacteur. Etre enfermé, c'était son truc après tout. Il se laissa à son tour tomber par tomber, pour trouver une position plus confortable. La position du lotus, comme on dit, mais pas dans la manière du yoga non-plus. Il passa sa main dans les cheveux, Kat venait de poser les yeux sur lui et tout en la regardant il avoua :

« Dis-moi que ton sourire n’est pas qu’un masque. Dis-moi que tu n’as pas passé trois heures devant le miroir pour te coiffer pour ce soir ! »

« - Ok j'avoue. J'ai mis 15 min. » Un sourire plus gros s'afficha. Il aimait bien se jouer d'elle. Mais il avait ses propres questions, c'est propre doute sur la demoiselle. Il n'en était certain, mais il avait l'impression qu'elle était constamment sur son dos. Qu'elle se plaisait à vouloir chercher et découvrir des choses qui n'existaient pas. Il laissa son regard voguait plus loin avant de les poser de nouveau vers elle. Son sourire était toujours là.

« - Tu sais, je n'aime vraiment pas la manière dont tu agis. Ce n'est pas très professionnel. » Il secoua de nouveau la tête négativement, mais plus doucement, sans lâcher Kat du regard. « - Et si tu étais si forte que ça, tu aurais vite appris que je ne mens jamais. »

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Mar 26 Juin - 12:25



Elle scrutait, cherchait, détaillait. Son regard agissait comme des millions de flash d’appareils photo, il gardait en mémoire tout ce que le journaliste pouvait dire, ou faire. Chaque froncements de sourcils, chacun de ses rires, l’expression, qui, le temps d’une demi-seconde passait sur son visage lorsqu’il se sentait désarçonné, en proie au doute. Oh, le doute. Ce sinistre doute. La pire sensation du monde selon Kat. Son objectif était là, c’était les bases même de son travail, elle se l’était prouvé à de nombreuses reprises. Insinuer le remord, l’incertitude dans l’esprit de sa cible à force de non-dit et de regards, c’était le meilleur chemin pour obtenir de bons résultats. Mais la jeune femme savait qu’avec Spencer ce travail serait long. Il ne suffisait pas d’une petite entrevue pendant un conseil de ville pour que le rédacteur en chef perde subitement confiance en lui. Non, ça se ferait progressivement, et même si Katherine savait qu’après cette soirée, Spencer l’éviterait soigneusement elle avait d’autres atouts dans sa manche.

« Tu ne décides de rien. » dit-il en riant doucement. Qu’il se moque ! Il comprendrait bientôt que tout a un juste retour des choses. Mais au grand regret de Kat, malgré tous les dires du journaliste pour la ramener plus bas que terre, il n’était pas encore assez idiot pour la sous-estimer. Il se rapprocha, et, comme elle, s’assit. Ils étaient maintenant face à face, par terre. Avantage Kat, qui, du côté de la porte, avait pour elle le contrôle du temps. Ils ne sortiraient d’ici que quand elle le déciderait, et même s’ils loupaient tout le dénouement de cette affaire, tant que la jeune femme n’obtenait pas ce qu’elle voulait, aucun d’eux ne mettraient un pied dehors. Sauf si Spencer décidait d’user de la force, bien entendu. « Je te le répète, tout ce que tu as à savoir était dans l'article. » soupira-t-il. Il était têtu ce bougre ! Savait-il au moins que sa phrase voulait tout et ne rien dire à la fois ? « Spencer, je ne pense pas que tu ais à décider ce que je dois savoir ou pas. Il y a une différence entre ce que tu sais mais que tu ne veux pas me dire parce que tu estimes que je dois l’ignorer, et toute la vérité. Peu importe au final, ce n’est qu’un petit vol après tout… » Elle avait joué cartes sur table. Il savait qu’elle savait qu’il savait mais qu’il ne voulait pas qu’elle sache. Pour confirmer ses propos, il partit un tout autre sujet. Encore.
« - Ok j'avoue. J'ai mis 15 min. » Il sourit et passa une main dans ses cheveux parfaitement coiffés. La fugace envie de jouer avec les cheveux de Spencer, traversa l’esprit de Katherine. Ce garçon avait au moins ça pour lui. Une masse capillaire imposante, qu’il domptait avec maestria. Depuis les longues années qu’elle le connaissait, même de vue, à Taleville, elle n’avait jamais eu l’occasion de voir Spencer Weber avec une mèche rebelle. C’était frustrant ! Oh et puis zut ! On n’avait pas l’occasion tous les jours de réaliser un vieux fantasme. Elle entortilla une petite mèche du journaliste autour de son doigt, et constata avec émerveillement que… c’était doux. « Oooowh ! » le petit bruit sorti de sa bouche était assez proche de celui du feulement d’un chaton jouant avec une pelote de laine. Bon. Ca l’avait juste complètement décrédibilisé et ça n’avait pas eu le mérite d’arranger les rumeurs qui courraient à son sujet à propos d’une supposée folie qu’elle prenait soin de cacher derrière ses grands airs. Non ! Kat n’était pas folle ! Elle était… en proie à quelques pulsions assez dérangeantes à qui elle était forcée de céder. « Tu utilises quel shampou… »
« - Tu sais, je n'aime vraiment pas la manière dont tu agis. Ce n'est pas très professionnel. » … C’était mesquin ça ! « Et si tu étais si forte que ça, tu aurais vite appris que je ne mens jamais. » Elle se reconcentra, les yeux de Spencer plantés dans les siens. Mensonge. C’était donc ça la tête qu’il faisait quand il mentait. Lorsqu’il essayait de persuader. Lorsqu’il sentait que sa vie entière en dépendait. Kat rangea cette image dans un coin de son esprit. Elle pourrait lui être très utile.

Soudain, elle sentit son portable vibrer, dans sa poche. Ce ne pouvait être que Rosie ! Elle rompit le contact visuel établit avec Spencer, ignorant sa dernière remarque qui, dans sa bouche, sonnait comme la plus ridicule des déclarations. D’un geste de pouce dont sentait l’entrainement, elle ouvrit le slide de son smartphone coulissant.
Code:
Je ne crois pas que tu aies entendu mon chat, mais le maire a les analyses ADN avec elle. Alors à moins qu’elle prêche le faux pour avoir le vrai, elle sait déjà qui est le voleur et va le dénoncer sous peu. Dépêche-toi de faire ce que t’as à faire avec Spencer et ramène ton boule ici ! Je sens que ça va être intéressant.
Kat se mordit la lèvre, si ce n’était pas elle qui découvrait l’identité du coupable, elle se maudirait jusqu’à la fin de ses jours d’être passé à côté juste pour avoir eu la chance de toucher les cheveux aussi doux soient-ils, de Weber. Elle tapa rapidement une réponse à la jeune rousse dont on sentait l’excitation, rien qu’à travers le texto.
Code:
J’ai pas fini. Si elle a des analyse ADN, pourquoi nous avoir tous ramenés ici ? Elle ne pouvait pas simplement descendre avec le shérif au domicile du suspect et l’arrêter ? Il fallait vraiment faire tout ce boucan ? C’est louche ma petite roussette, c’est louche.
D’un claquement sec elle referma le portable et le rangea avec minutie. Voilà qui changeait la donne, dur dilemme, elle qui avait prévu une grande mise en scène ! Elle allait devoir un peu écourter ses plans.
« Oh ! Spencer ! Et Jude ? Comment va-t-elle ? J’ai appris que vous vous étiez mis ensemble ! Félicitations ! Mais tu sais que tu la briseras, pas vrai ? Elle n’est pas assez forte pour arriver la pression de sortir avec le grand frère Weber le magnifique ! Que se passera-t-il après ça ? » asséna Katherine, son sourire toujours planté sur ses lèvres carmins et ses pupilles fixant intensément le jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Mer 27 Juin - 12:40



« Who is this fucking thief ?! »
♦ Derrière la salle du conseil - TALEVILLE.

Non, elle ne décidait de rien dans cette ville. De rien sur les informations et ce qu'elle détenait elle se plaisait sans doute à faire du chantage par ci, par là. Non, cette fille n'était rien. Un vulgaire pion qu'on sacrifiait pour le plaisir de jouer. Il savait qu'elle l'aurait suivi. Qu'elle se serait faufilée dans la grande salle, du haut de ses talons, qu'elle serait venue le rejoindre. Parce qu'elle brulait. Là, dans tout son être des dizaines de questions la rongeaient attendant tranquillement que les réponses viennent enfin. Des réponses qu'elle n'aurait pas. Non, elle pouvait attendre. Le jour où Spencer pourrait lui faire confiance, ce n'était pas encore aujourd'hui. Il n'avait aucune confiance en elle. Katherine était son doute la personne dont Spencer se méfiait le plus. Parce qu'elle pouvait, il se savait, découvrir son secret. Ses secrets pour être exacte. Ruiné la famille Weber. Les mètres plus bas que terre eux qui avaient fondé cette ville. D'ailleurs, en y pensant, les Richter n'étaient-ils pas une grande famille de la ville ? Ils auraient dû ses marier tiens. Ça aurait fait plaisir à tout le monde. Et Katherine est loin d'être moche dans son genre.

Elle a juste un caractère qui irrite le journaliste qui a des envies de meurtre en sa présence. Rien de bien grave et de méchant. Il se laissa alors emporté, riant légèrement répondant à Katherine. Parce qu'il savait qu'il avait raison. Katherine n'était rien. Il s'installa alors par terre, afin d'être l'un face à l'autre puisque visiblement, il n'allait pas sortir de sitôt. Pour le moment, il n'en avait pas besoin. Il savait qui était le voleur, les analyses et tout le blabla. Il savait tout puisque le maire s'était fait un plaisir de le contacter dans la journée pour que Spencer face en sorte que tout le monde soit là.Oh les analyses étaient venus en retard, mais une heure avant que le conseil de soit ouvert. Largement suffisant pour Spencer de faire son possible. Bien entendu, il était tenu par le secret. Il ne voulait pas empêcher le maire d'avoir son petit moment de plaisir. Et les flics étaient prêts à agir.

« Spencer, je ne pense pas que tu ais à décider ce que je dois savoir ou pas. Il y a une différence entre ce que tu sais mais que tu ne veux pas me dire parce que tu estimes que je dois l’ignorer, et toute la vérité. Peu importe au final, ce n’est qu’un petit vol après tout… »

« - Oui, comme tu le dis, ce n'est qu'un petit vol après tout. » Il laissa échapper un sourire. Au fond, c'était aussi la première que quelque chose d'étrange et d'inhabituel se passait dans la ville. Mais ce qui poussait Spencer à en savoir plus, c'était les raisons. Oh il avait hâte de parler en tête à tête avec ce voleur. Et il adorait faire tourner Katherine en rond. Un vrai plaisir. Il se demandait si un jour il l'a verré autrement qu'en p'tite chieuse de service. Il répondit alors à sa question alors. Ses cheveux. Il ne s'attendait vraiment pas à ce qu'elle fasse ce qu'elle fit. Lui toucher les cheveux. Quel blasphème ! Bon sans exagération, il se demandait si c'était normal comme situation. Il se posait cette question alors qu'elle s'amusait avec une mèche de cheveux et qu'il la fixait de telles manières qu'elle pouvait comprendre qu'il la trouvait complètement barge à ce moment-là. Surtout lorsqu'elle laissa échapper un soupire. Il lança alors, très calmement : « Si tu me veux dans ton lit, tu n'as qu'à le dire, hein. J'te couperais même une mèche de cheveux pour que tu le garde dans ton journal intime, promis. »

Mais avant qu'elle ne rajoute quoi que ce soit, il lui coupa la parole. Non mais, il avait raison. Katherine avait un côté assez perturbant et n'agissait pas du tout de manière très professionnelle. Il se demandait si parfois, elle faisait son boulot d'une manière simple. Il l'imaginait bien sur un arbre, lunette en main. Il lui avoua alors qu'il ne mentait jamais. En réalité, il mentait comme il respirait. Il mentait à chaque fois, parce que sa vie entière était un mensonge. Il le sentait, il le comprenait, mais il n'arrivait pas à changer les choses. Parce que ça lui plaisait. Les yeux dans les yeux, Katherine pouvait retenir qu'il y avait une belle fausse sincérité dans son regard. De quoi troublait n'importe qui. Elle pouvait photographier ce moment et ensuite se rendre compte que ses yeux disaient toujours la même chose. Qu'ils changeaient rarement. Et alors un téléphone se fit entendre. Le son d'un vibreur. Spencer s'éloigna un peu, fixant le plafond un moment avant de retomber sur Katherine qui se mordit alors la lèvre. Quelque chose n'allait pas visiblement. La maire avait donc fini par révéler quelque chose. Les analyses sans doute. Il avait entendu quelque mot, notamment Andréa qui se plaignait plus loin. La porte n'était pas très épaisse, mais c'était dur de suivre deux choses en même temps.

« Oh ! Spencer ! Et Jude ? Comment va-t-elle ? J’ai appris que vous vous étiez mis ensemble ! Félicitations ! Mais tu sais que tu la briseras, pas vrai ? Elle n’est pas assez forte pour arriver la pression de sortir avec le grand frère Weber le magnifique ! Que se passera-t-il après ça ? »

Jude. Pas étonnant que Katherine en parle. Elle avait lu le journal, l'avait surement suivi aussi. Il la fixa de nouveau quand elle lui dit qu'il la brisera. Il haussa alors les épaules. Katherine avait un don. Un don pour avoir toujours quelque chose à dire et à redire. Un don pour savoir ce qui pouvait toucher quelqu'un et ce qui serait inutile. Elle avait surement compris qu'elle n'aurait rien de Spencer alors autant continuer son enquête personnel sur lu et non sur le voleur. Astucieux.

« - Ne soit pas jalouse. » dit-il pour poser son regard ailleurs. C'est vrai, il aimait bien Jude. Il était complètement attiré par elle, il se sentait incroyablement bien avec elle. Il se sentait vrai, honnête, sincère. Comme s'il était vraiment quelqu'un de bien et cette sensation lui plaisait. Lorsque ses yeux se posaient sur celle de Jude, quand il voyait ce qu'elle ressentait pour lui, c'était magique. Et tellement bon. « - Il ne faut pas la sous-estimer, elle est forte. Et on est bien ensemble. Je ne voie pas pourquoi il y aura un problème, je crois que tu as dû le remarquer d'ailleurs. » Il reposa de nouveau ses yeux sur elle.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Lun 9 Juil - 1:12



Une conversation. Une seule conversation avec Weber et elle avait réussi à récolter de précieuses informations, cela pouvait sembler dérisoire, aux yeux du jeune homme qui n’en avait pas du tout conscience, aux yeux de tous les habitants qui étaient à ses pieds, prêts à lui lécher les bottes vingt-quatre heures sur vingt-quatre, mais pour Katherine, ça voulait déjà dire beaucoup. En bonus elle en avait le cœur net : les cheveux de Spencer étaient doux et non pas graisseux comme Scott se bornait à lui dire. Pari gagné ! Mais elle s’était laisser aller, ça allait à l’encontre de son professionnalisme habituel. Les cheveux c’était vraiment son point faible… elle devait se reconcentrer, ne plus se laisser distraire par quelques mèches soyeuses. Allez Kat, n’oublie pas pourquoi tu bloques cette porte.


« Si tu me veux dans ton lit, tu n'as qu'à le dire, hein. J'te couperais même une mèche de cheveux pour que tu le garde dans ton journal intime, promis. » lui dit-il. Une promesse de Spencer était comme une île flottante sans crème anglaise, de un ça ne disait jamais rien de bon, mais en plus… ça n’existait pas. Néanmoins Kat ne put empêcher son sourire de s’affiner encore un peu. Elle ne tenait pas de journal intime, elle en avait eu un, lorsqu’elle était chez les Richter. Constamment rabrouée, oppressée, martyrisée, elle avait trouvé en l’écriture un certain réconfort. Aujourd’hui elle était libre, elle avait rangé ses vieux cahiers au placard, mais elle se faisait un compte rendu de chacune de ses journées par ordinateur. « On ne sait jamais ce qu’il peut se passer » se disait-elle. Alors, le moindre détail elle le notait, ces dossiers étant bien sûr protégés par de multiples mots de passe et le PC en question quasiment caché dans une malle. A clé. D’ailleurs quand le nom du coupable tomberait, qu’elle le prononcerait distinctement devant l’assemblée, elle se dépêcherait de rentrer chez elle pour écrire mot pour mot la proposition de Spencer.

« Je retiens ta proposition ! » répondit-elle en riant. « Mais… te couper une mèche risquerait de faire un trou dans ta somptueuse choucroute, je ne préfère pas prendre le risque. Ça serait du gâchis. » Sur ces bons mots, la jeune femme entreprit de tourner l’interrogatoire sur Spencer. Juste au bon moment, un mot de plus et le journaliste aurait commencé à parler d’elle. Ça n’aurait pas duré bien longtemps, Kat était très adroite pour couper court toutes les conversations qui la concernait, mais elle considérait que chaque mot sortit de sa bouche, la concernant, était une parole de trop. Les rumeurs, en revanche, cela ne la gênait pas plus que ça. Ces dernières n’étaient jamais fondées, c’était même le propre de leur existence. Amuser la galerie, donner des sujets de conversations, débattre entre commères. Et bien que Kat sache parfaitement que tout cela n’était qu’inepties, elle devait avouer qu’elle était plutôt douée à cet exercice, notamment avec sa copine Rosie. Les deux rousses blablataient parfois pendant des heures durant à propos de coucheries, tromperies et compagnie. C’était un des avantages distrayant de vivre dans une petite ville, peut-être même le seul.


« Ne soit pas jalouse. » dit Spencer, en le regard fuyant. Ce pourrait-il qu’il tienne vraiment à elle ? C’était ridicule ! Pourtant, certains signes ne mentaient pas, la brièveté de sa réponse, ses prunelles errantes, qui se posait un peu partout dans la pièce sauf sur la jeune femme.
« Il ne faut pas la sous-estimer, elle est forte. Et on est bien ensemble. Je ne vois pas pourquoi il y aura un problème, je crois que tu as dû le remarquer d'ailleurs. » Tout le temps où il avait évoqué sa relation avec blondie, il avait évité son regard. Maintenant, il recommençait à la fixer. C’était agaçant, cette façon de la tester, comme s’il pensait que Kat était du genre à se démonter et à s’incliner devant l’ennemi !
La détective connaissait les Roseberry, Jude-Mei et son frère Edmund. Ce dernier semblait même avoir un petit béguin pour la jolie rousse, et celle-ci s’en amusait beaucoup. Leur ressemblance était frappante, autant physiquement qu’au niveau de leurs caractères. Les mêmes cheveux blonds, la même façon de sourire, et cette même… naïveté ? Cette façon quelque peu enfantine de regarder le monde. Kat avait déjà parlé à Jude une paire de fois, et tout ce que disait Spencer à son sujet, c’était presque effrayant. Dès leurs premiers rendez-vous elle avait entreprit de protéger Jude de Spencer, pas par gentillesse, ce n’était pas son genre, mais plutôt par égoïsme. Parce qu’elle voulait que Spencer naisse, vive et meurt seul. Elle en était certaine, il cachait quelque chose d’horrible, et ce n’était pas d’avoir volé des sucettes à la boulangerie quand elle avait sept ans.
« Tu profites de sa naïveté Spence, ce n’est pas parce que tu penses qu’elle te bonifie qu’il en va de même pour elle. Elle n’est pas aussi forte que tu sembles le penser pour soulager ta pauvre… tes débris… ce qui te sert de conscience. Bah ! Tu as peut-être raison. Elle pleurera toutes les larmes de son petit corps, son cœur tout mou sera en lambeaux, et puis basta ! Ce n’est pas vraiment mon problème, à vrai dire je m’en fiche. Ce que je crains c’est bien pire… » Elle marqua une pause assez théâtrale. Des blessures physiques, un corps lacéré d’une violence trop longtemps contenue. A force d’encaisser Spencer, on finit par exploser, tu es une bombe mon petit, une véritable bombe, une bombe qui fait… « Boom. » Soupira Kat à voix haute, en mimant le geste d’une explosion avec ses mains. Puis elle fut emportée dans une crise de fou-rire. Son rire cristallin résonna dans la pièce et sonna fou.

Soudain, aussi brusquement qu’elle était venue. La crise se stoppa. Kat reprit son sérieux, sans pour autant laisser tomber sa mine réjouie. « Ah, et… je ne suis pas jalouse. Jamais. »
Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Mar 10 Juil - 10:44



« Who is this fucking thief ?! »
♦ Derrière la salle du conseil - TALEVILLE.

Il était là, enfermé dans une salle annexe à la salle de conseil et Spencer tendit l'oreille un instant pour voir si le maire s'était fait un plaisir à enfin avouer qui était le voleur, mais vu le calme c'était probablement non. Spencer voulait être là quand elle prononcerait le nom. Il voulait voir quand la personne serait arrêtée, parce que Spencer lui avait fait confiance. Il avait fait confiance en cette personne et maintenant, voilà comment on découvre le vrai visage des gens. Assis en face de Katherine, il espérait juste ne pas perdre trop de temps. Il n'aimait pas rester là à ne rien faire et en plus, il y avait derrière cette porte des évènements bien intéressants. Un maire, un voleur. Des flics et des journalistes qui scrutaient le visage de chaque habitant présent. Mais ce qui le dérangea complètement et le coupa dans ses pensées, reste la main de Katherine qui touchait ses cheveux. Qui tortillait entre ses doigts l'une des mèches de Spencer. Un fantasme inavoué, sans doute. Il décida de continuer dans son petit jeu. Il n'avait aucunement l'intention d'être sérieux avec la jeune femme. Il se moqua ainsi joliment de la petite minette qu'elle était et lui promis même une mèche de cheveux qu'il était sûr, elle adorerait.

« Je retiens ta proposition ! » répondit-elle en riant. « Mais… te couper une mèche risquerait de faire un trou dans ta somptueuse choucroute, je ne préfère pas prendre le risque. Ça serait du gâchis. »

Spencer laissa échapper un léger rire. Un trou dans sa somptueuse choucroute. Il n'y avait que Katherine pour dire des choses pareilles. Sérieusement, il y avait parfois chez cette fille un léger problème. On avait l'impression qu'elle ne savait pas faire la différence entre la réalité et les fantasmes étranges de son esprit complètement barge. Spencer espérait juste qu'elle allait bientôt finir son petit jeu et qu'il sortirai bientôt d'ici. Oui oui, sinon il allait devoir soulever la p'tite Katherine qui y verrait là sans doute des avances mal placé. Le sujet Jude frappa alors. Katherine était douée pour changer de conversation et Spencer pour dire des choses inutiles. Parler de Jude, pourquoi pas. Il n'avait rien à cacher. Non, rien du tout. Jude était la meilleure chose qui lui soit arrivée depuis des lustres. Il essayait d'être l'homme qu'elle méritait d'avoir. C'était un fait. Il la défia avec un dernier regard. Le « tu as dû le remarquer d'ailleurs » en disant long.

« Tu profites de sa naïveté Spence, ce n’est pas parce que tu penses qu’elle te bonifie qu’il en va de même pour elle. Elle n’est pas aussi forte que tu sembles le penser pour soulager ta pauvre… tes débris… ce qui te sert de conscience. Bah ! Tu as peut-être raison. Elle pleurera toutes les larmes de son petit corps, son cœur tout mou sera en lambeaux, et puis basta ! Ce n’est pas vraiment mon problème, à vrai dire je m’en fiche. Ce que je crains c’est bien pire… »

« - Si tu t’en fiche, pourquoi tu en parles ? » lança-t-il alors à Katherine qui venait de laisser échapper un « boom » assez évoquant. Il gardait son sourire, mais au fond il commençait à se dire que Katherine pourrait être un véritable gros problème. Les dernières paroles de Kat auraient donné des frissons à Spencer s’il n’avait pas appris avec le temps à cacher la moindre émotion. Pire. Il n’y avait pas de risque pour Jude. Il n’oserait pas lever la main sur elle, non jamais. Elle ne pourrait pas lui faire du mal comme les autres et il n’y avait aucune chance que Spencer lui brise le cœur. Non aucune. Il ne se voyait pas ruiné la vie de la douce Jude. Non, jamais. Le rire de Katherine perturba Spencer. Pendant un moment son sourire disparus pour laisser place à une mine bien plus froide. Il fixait Katherine qui ne cessait de rire et quand d’un seul coup elle s’arrêta pour reprendre la conversation.

« Ah, et… je ne suis pas jalouse. Jamais. »

« - Tu en es sur ? » Il n’allait pas reparler de Jude et retourner sur un terrain dangereux. Non. Il allait plutôt retourner sur un terrain inutile et complétement amusant. Il hausa les épaules et se releva. Réajustant ainsi le col de sa chemise en se regardant de l’un des miroirs posait là. « - Tu as d’autre question où tu attends vraiment que je te sautes dessus ? » Il se tourna vers elle, jouant de ses sourcils comme s’il l’invitait à faire quelque chose. Bien entendu, c’était juste un moyen de la taquinais, il ne tromperait jamais Jude et surtout pas avec une rouquine à problème.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Ven 20 Juil - 18:16



« - Si tu t’en fiche, pourquoi tu en parles ? » lança le jeune homme sur la défensive. Kat se mordit la lèvre, c’était une excellente question. Peut-être parce que sa conscience ne cesserait de la harceler une fois que Jude serait six pieds sous terre, une hache plantée dans le crâne ? Tu le savais, tu le savais et tu n’as rien faiiiit … Katherine détestait cette petite voix irritante, qui surgissait sans prévenir et qui lui reprochait tous les péchés qu’elle avait commis dans sa vie. Du vol de gouter d’Eliott en primaire, aux odieux mensonges qu’elle avait raconté à sa voisine pour qu’elle n’appelle pas la police alors que Kat écoutait du hard rock plein tubes. Sa conscience, décidément, c’était une vraie plaie.

« A cause d’elle. J’aime pas le ton qu’elle emploie ! » ronchonna la détective en se tapotant la tête avec son indexe. Dans ce geste, son poignet se rapprocha de son oreille, elle put entendre le délicieux tic-tac de la grosse montre qui l’ornait. Ce petit bruit délicieux lui arracha un frisson. Ça lui faisait toujours le même effet ! Savoir que le temps passe, qu’il s’écoule, inlassablement. Kat pris conscience qu’elle n’avait pas forcément envie de relâcher Spencer. Qu’elle le garderait bien pour elle, dans ce local exigu. A force de patience, enfin, surtout de force, la jeune femme savait que le journaliste lâcherait ses secrets un à un. Seulement, c’était un exercice de patience, et là, elle était à court de temps. Elle sentait que derrière elle, la salle était agitée. Comme si l’esprit de tous ces gens ne faisait plus qu’un grondant, avides de connaître la vérité.

Kat s’était résignée. Ce ne serait pas elle, qui, triomphante pointerait le coupable du doigt. Les textos de Rosie étaient trop imprécis. Les conversations provenant de la salle trop ténues. Quant à Spencer… on ne pouvait pas dire qu’il était très coopératif. Le rédacteur en chef l’avait bien embobinée. Il fallait reconnaitre que le mensonge devait être pour lui une seconde nature, Kat avait presque finit par croire qu’il ne savait rien sur le Voleur de Taleville. Mais la jeune femme n’était pas dupe, elle savait très bien qu’il était le petit toutou de la Maire, et qu’il en tirait certains privilèges, certaines informations. Kat aurait pu, elle aussi, se mettre sous la coupe de Regina. Mais contrairement à Spencer, il lui restait sa fierté.

« - Tu en es sure ? » demanda Spencer, avant de se relever pour s’admirer dans un des miroirs à quelques pas de là. La jeune femme ne prit même pas la peine de répondre. Elle secoua la tête et droite à gauche avec son petit rire moqueur. Il l’éloignait du sujet brûlant. Alors comme cela Jude était une corde sensible ? Bien. Elle s’en servirait à l’occasion. « - Tu as d’autre question où tu attends vraiment que je te sautes dessus ? » poursuivit-il en se rapprochant d’elle.
« C’est une invitation ? » répondit Kat en se levant à son tour. Même avec ses talons il restait plus grand qu’elle, c’était insupportable ce petit air supérieur qu’il affichait. La jeune femme alla se planter devant lui, rapprochant dangereusement son visage du sien. Les yeux dans les yeux, leurs prunelles brûlantes s’affrontant silencieusement, elle allait le mettre au défi quand soudain le ciel lui tomba sur la tête, littéralement.

Un cri qui provenait de la grande salle, le bruit empressé d’une course, la porte qui s’ouvre à la volée. Tout se passa alors très vite. Kat n’y compris pas grand-chose. Chandler Bannister venait de surgir dans la petite pièce. Spencer et lui se fixèrent, une seconde, sans bougé. C’est presque un éclat que Katherine vit passer dans les yeux du journaliste. Sans prévenir, il se jeta sur Bannister. S’ensuivit une lutte violente, tous deux se démenant comme des beaux diables. Mais le réceptionniste avait de la ressource, il asséna à Spencer un violent coup de poing qui le fit tomber sur Kat. Celui-ci ce releva bien vite, ne prenant aucune considération pour la jeune femme qu’il venait d’assommer à moitié.
Mais même avec les réflexes les plus vifs du monde, rien ne semblait pouvoir arrêter Chandler qui venait de briser la vitre de la fenêtre, et s’y était glissé. Kat ne réfléchit pas une seconde. Elle se releva d’un bon, et, de sa souplesse féline prit son élan et d’un bond, elle sauta à la poursuite du réceptionniste. Au même moment la porte s’ouvrait, laissant apparaitre le visage de la maire, furieuse.

Mais Kat était déjà bien loin, poursuivant à toutes jambes le voleur de bijoux…

SPIN-OFF TERMINÉ



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.    Aujourd'hui à 10:30

Revenir en haut Aller en bas
 

♦ Spin-off ; Intrigue #1 ; Katherine & Spencer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» TALE SPIN / Super Baloo (Playmates) 1991
» Top Spin 3
» L'origine des Spin
» [MULTI] Top Spin 4
» Top Spin 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-