Partagez | 
 

 A Strange Book

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
oh baby dynamite
L’HÉRITIÈRE DES ENFERS


→ INSCRIT DEPUIS : 08/06/2012
→ MESSAGES : 669
→ LOGEMENT : appartement dans le quartier chic en colocation avec sa soeur
→ JOB(S) : journaliste au daily tale
→ HUMEUR : meurtrière



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: A Strange Book   Ven 22 Juin - 16:05



Rosie Bennett roulait fièrement dans sa décapotable, lunettes de soleil sur le nez avec la monture assortie à ses escarpins Louboutin eux-mêmes assortis à son ensemble du jour. Elle devait toujours être parfaite. Sans quitter la route des yeux elle mit une main dans son sac à main sur le siège passager et fouilla à l’intérieur jusqu’à ce qu’elle en sorte son BlackBerry. D’un coup d’œil elle vérifia si elle n’avait pas un nouveau message. Un seul, de Pandore, qui lui racontait les exploits qu’elle avait accompli sur le trône aujourd’hui. Elle ria de bon cœur, assez fort pour qu’on la remarque puis répondit rapidement. La radio allumée, elle gigotait joyeusement sur le rythme de la musique et chantait fort, mais faux.

Elle avait passé une excellente journée. Avant d’aller travailler le matin même elle avait rejoint Katherine et Pandore pour prendre un café et faire les mauvaises en critiquant bon nombre d’habitants de Taleville. Au bureau dans l’après-midi elle avait réussi à énerver Jude quand elle avait apporté une pile d’articles à Spencer, en se penchant pour dévoiler son décolleté plongeant. Même si son sexy patron ne remarquait pas toutes ses tentatives, ça lui plaisait bien d’agacer sa petite amie en tournant autour de lui. C’était déjà assez irritant pour Rosie de savoir qu’il était amoureux de la blondinette. Alors il fallait bien qu’elle s’amuse.

Elle conduisait dans la banlieue, laissant une vague de classe derrière elle pour embellir les rues, quand son attention fut portée sur la façade d’une boutique qu’elle n’avait alors jamais remarquée. Il faut dire qu’elle n’était pas en ville depuis toujours. Elle se gara non loin et s’approcha de la vitrine de la boutique d’Antiquités, ses yeux parcourant les rayons à l’intérieur. Une fois entrée, elle fut accueillie par un homme âgé, plutôt étrange, auquel elle ne porta pas grande attention. Il n’était pas assez séduisant pour en mériter. Elle admirait une petite sculpture faite de bois quand bien vite son regard fut porté vers un livre.

Le bouquin était gros, il ne tiendrait même pas dans son sac à main. La couverture de couleur acajou était épaisse et le titre était écrit dans une teinte dorée, miel. Once Upon A Time. Quand elle l’effleura pour chercher à découvrir les premières pages, elle reçut du courant électrique qui lui parcouru les doigts et qui se glissa le long de son échine puis dans tout son corps. « Aie ! » s’exclama-t-elle, décochant un sourire au gérant de la boutique. Elle lui rendit un regard noir et annonça qu’elle voulait acheter le livre. Elle le regarderait chez elle. L’homme attrapa le bouquin qu’il plaça dans une poche avant de le tendre à la rouquine. Elle paya puis partit.

De retour chez elle, elle s’affala sur le canapé, Lucifer sur ses genoux. Elle prit le livre, qui lui donna un léger coup de jus une nouvelle fois, et l’ouvrit. En tournant les pages et en découvrant les illustrations, elle se rendit compte que le livre comportait plusieurs histoires. C’était les contes de fées, ceux qu’on raconte aux enfants, et qu’elle n’avait jamais vraiment aimé. Mais ces histoires-ci étaient différentes. Leur déroulement n’avait rien à voir avec ce qu’elle avait entendu jadis, excepté qu’elles partaient toutes des mêmes principes. Mais leurs fins, leurs fins étaient aussi différentes.

Bientôt elle en arriva au conte de Cendrillon. Elle n’avait jamais lu ou entendu cette histoire. Curieuse elle en parcouru les pages. Le conte racontait comment, la fille bien-aimée d’un gentilhomme décédé, devenait esclave de sa belle-mère et de ses demi-sœurs. Les personnages de Javotte et Anastasie l’amusait beaucoup. Elles lui ressemblaient au fond, et la rouquine espérait que ces pauvres filles finiraient par être aimées un jour. Mais il n’avait pas l’air d’en être ainsi. Elle continua sa lecture, absorbée par l’intrigue, quand soudain tout disparut. Les pages, le livre, Lucifer, le canapé, les murs. Tout. Elle n’était plus à l’appartement, elle voyait des paysages défiler à une allure folle devant ses yeux. Sa tête en tourna, elle sentait qu’elle ne tarderait pas à vomir. Mais tout s’arrêta, et elle se retrouva face à des images distinctes. Une scène se passa sous ses yeux, sans qu’elle puisse y participer. Mais elle y était, elle voyait tout, elle était dedans.

Elle vit Nina, dans une robe de mariée, sur une estrade et sous une arche, qui était en train de sourire à Carl. Il lui mit une bague au doigt et l’embrassa de pleine bouche, amoureusement, quand le prête l’y autorisa. Tout d’un coup, elle sentit son cœur se déchirer, sans même comprendre pourquoi. Une vague d’émotions douloureuses l’envahit. Elle agonisait de l’intérieur. Elle ressentait des picotements dans ses poumons, et des larmes lui brouiller la vue. Rosie ne comprenait pas ce qu’il se passait. C’était comme si elle était folle amoureuse de Carl, et qu’elle était détruite à jamais, en le voyant prêter serment pour Nina. Cela n’avait pas de sens. Elle avait mal, si mal. De nouveau des images défilèrent, si vite qu’elle n’en distinguait aucune. Ses nausées la reprirent, elle était comme compressée. Elle voulait sortir, elle n’en pouvait plus. Mais encore, la farandole cessa pour laisser place à une nouvelle scène.

Rosie était dans une chambre sombre. Les épais rideaux noirs étaient clos et dans un coin de la pièce, une petite fille aux cheveux d’un noir de jais pleurait à chaudes larmes. Mais Rosie se rendit soudainement compte qu’elle pleurait elle aussi, recroquevillée dans un autre coin de la chambre. Ses mains vinrent d’elles-mêmes se plaquer contre son visage humide, et elle se rendit alors compte en les voyant, qu’elle était une fillette également. Elle pleurait de tout son corps et toute son âme, sans savoir pourquoi elle avait autant mal. Rosie n’en pouvait plus, elle voulait s’échapper de cet horrible cauchemar mais il ne s’arrêtait pas. Une main attrapa son poignet et la força à lever la tête. Elle vit alors une dame, qui avait l’âge d’être mère, lui faire face. Son regard était froid, dur et on voyait qu’elle ne ressentait aucune pitié. Elle gifla Rosie avec hargne et lui hurla qu’elle n’était qu’une imbécile, et une incompétente. Rosie sentie de manière très nette la douleur sur sa joue, et entendit la fillette brune pleurer de plus belle, comme si voir Rosie souffrir à ce point la blessait elle aussi.

Le tourbillon recommença, et finalement Rosie se retrouva de nouveau dans son appartement. Lucifer n'avait pas bougé, et elle non plus. Mais des gouttes de sueur perlaient sur son front et ses mains tremblantes tenaient fébrilement le gros livre. Elle se leva en sursaut, faisant tomber son chat qui dévala en vitesse, conscient du danger qu’il risquait en restant près de Rosie. D’un geste brusque elle jeta le livre en face d’elle avec force. Elle était paniquée, apeurée, terrifiée. Ce livre n’avait rien de normal. Il s’était passé quelque chose d’étrange, à cause de ce livre. Il ne pouvait en être autrement. Elle se laissa tomber au sol et mit sa tête entre ses bras, en se recroquevillant sur ses genoux. Elle ne comprenait pas. Elle venait de revivre des souvenirs, elle en était sûre. Mais cela n’avait aucun sens. Nina n’avait jamais épousé Carl. Et elle n’avait jamais vu la fillette brune et la dame froide. Elle ne les connaissait pas. Comment était-ce possible qu’elle ait ses étranges souvenirs ?

Elle resta de longues minutes dans cette position, terrifiée, à réfléchir à ce qu’elle venait de vivre. Elle ne se leva que lorsqu’elle fut calmée et ramassa le livre. Encore déboussolée, elle l’enferma dans son coffre-fort, où elle rangeait ses précieux bijoux et objets qui avaient le plus de valeur. Elle réactiva le code qu’elle était la seule à connaître et s’allongea sur son lit, le regard perdu au plafond, se demandant si elle n’avait pas une double vie, ou si on ne lui avait pas fait un lavage de cerveau. Elle n’était pas folle et savait bien que tout ce qui s’était passé était bien réel. Elle venait de revivre des souvenirs, ses propres souvenirs. Et il lui avait suffi d’effleurer cet étrange livre.


Dernière édition par Rosie A. Bennett le Ven 4 Jan - 1:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oh baby dynamite
L’HÉRITIÈRE DES ENFERS


→ INSCRIT DEPUIS : 08/06/2012
→ MESSAGES : 669
→ LOGEMENT : appartement dans le quartier chic en colocation avec sa soeur
→ JOB(S) : journaliste au daily tale
→ HUMEUR : meurtrière



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: A Strange Book   Ven 22 Juin - 17:51

RP SOLO TERMINE.

Livre ONCE UPON A TIME ajouté dans l'inventaire.
Deux souvenirs retrouvés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

A Strange Book

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» strange aeons, les règles
» Problème avec les Book:z
» [RESOLU] Mac book pro avec Aiport Extreme ... problème
» The Chateauneuf-du-Pape Wine Book
» STRANGE AEONS gallerie à Riri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-