Partagez | 
 

 ♦ THE THIEF BEHIND YOU.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ | I'M THE QUEEN


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 566
→ LOGEMENT : PARTOUT ET NULLE PART ;
→ JOB(S) : MAIRE DE TALEVILLE
→ HUMEUR : EVILIQUEMENT VOTRE



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mar 19 Juin - 15:58



Elle marchait d’un pas rapide. Les rues de la ville, elle les connaissait par cœur. Faisant attention à ne pas se prendre le talon aiguille dans un trou, le maire de la ville s’arrêta un moment. Elle n’était pas nerveuse, non, elle avait juste cette horrible chose qu’on appelle l’impatience. Elle ne supportait pas ce qui lui était arrivée, ce qu’on avait fait. Elle voulait retrouver le coupable, celui qui avait osé rentrer dans sa demeure sans la moindre permission et ainsi dérobé sa boite à bijoux. En réalité, elle se fichait pas mal de ses colliers, bracelets et autres bagues. Non, ce n’était pas ce qui la préoccupait le plus. Elle nettoya d’un geste habituel sa jupe, faisant voler la poussière et arrangeant les plis qui s’étaient formés. Elle n’était plus très loin de la salle du conseil de ville où ce soir elle allait clairement découvrir qui était le coupable.
Pire encore, elle avait déjà en tête la punition pour un tel affront. Espérons que ce voleur n’ai pas été assez stupide pour s’être griffé avec le peigne qui était dans sa boite à bijoux, sinon c’était une course contre la montre que le maire allait devoir faire. Et elle détestait ne pas avoir le temps de faire les choses correctement. Elle arriva alors dans la salle, personne n’était encore là, c’était trop tôt. Dire qu’à la base s’était une simple question d’égout dont elle devait discuter avec les habitants de la ville. Désormais, c’était tout autre chose. Elle avait une petite idée en tête sur le coupable, mais certaines questions n’avaient pas leurs réponses.
Prenant place, elle attendit alors que les habitants conviés daignent montrer leurs petits visages. Elle savait que le voleur ne ferait pas l’erreur de rester chez lui ce soir. Ce soir, ils allaient tous venir assister au conseil de la ville et il sera là. Le voleur sera là et Regina pouvait attendre avec impatience le moment où le shérif lui passerait les menottes. Posant devant ses yeux le journal de la ville, avec une photo d’elle ; son cher Spencer ayant bien fait son travail.

Citation :
Un cambriolage réussi.

Alors que le mois dernier, on affirmait que Taleville était la ville la plus calme et un lieu sûr, voilà que l’ironie frappe à notre porte avec un cambriolage qui a eu lieu la nuit dernière. Pendant que les habitants de la ville commencent à rentrer chez eux, un individu s’est introduit dans la maison de Regina Mills, le maire de la ville, dans les alentours de 23h15. Heure à laquelle Regina aurait dû être dans son bureau. « - J’avais besoin d’un dossier sur les systèmes des égouts de la ville, nous devons prochainement songer à remettre à neuf certaines parties, mais j’avais oublié le dossier à la Maison. Je pensais faire un aller-retour et tout finir pour le conseil de vendredi. »
Grande demeure non-loin du centre de la ville, les objets volés se comptent sur les doigts d’une main. A croire que le voleur savait ce qu’il avait à voler et qu’une raison particulière se cache derrière tout ça. Il ou elle travaille peut-être pour quelqu’un, mais aller savoir ? Peut-être que si le maire n’était pas rentrée, le voleur aurait pu prendre d’avantage qu’une boite à bijoux. Pour l’instant, la police recherche des suspects parmi des connaissances du maire. Ce qui est inutile, tous les habitants de la ville sont soupçonnés. On sait tous que le maire est une vraie bosseuse, cherchant à faire de son mieux pour la ville et qu’elle rentre toujours très tard chez elle.« - Il n’y a pas beaucoup d’objet de valeur. C’est plus des héritages de la famille, de vieux bijoux qui ont beaucoup d’importance à mes yeux. »
En arrivant chez elle, le maire appelle immédiatement le shérif. Sur les lieux, on tente de trouver des indices et on en trouve un. Le voleur se serait éclipsé par derrière, en passant par la cuisine et abandonnant sans le savoir une mèche de cheveux. Vous êtes brun et vous vous sentez mieux ? Le shérif mène l’enquête, mais en attendant le résultat du laboratoire, nous devrons subir l’impatience du maire. En ce vendredi, le conseil de ville semble être prêt à parler d’autre chose que du système d’égout. « - Je suis persuadé que celui qui est entré chez moi est quelqu’un de la ville. Inutile d’accuser sans preuve, je compte bien démasquer ce voleur ce soir. On ne vole pas sans en payer les conséquences et dans cette ville, je ne permettrais pas qu’un petit voleur – visiblement novice – s’en tire à si bon compte. . » Déterminée, le maire ne lâche pas l’affaire et la sanction risque d’être lourde pour le voleur de la ville. En attendant, il est évident que Regina tient à retrouver les objets qu’on lui a volés
.

Les membres du conseil arrivèrent alors, puis, petit à petit les habitants de la ville. Elle, comme les rares qui étaient au courant pour la malédiction savait que le voleur ne pouvait pas quitter la ville, mais dernièrement des étrangers avaient franchi le pas de la ville. Regina craignait que le voleur soit parmi ces têtes inconnues. Quand on ferma les portes de l’entrée, le maire pourrait commencer. Elle se leva alors, prenant place au centre de la pièce. Les habitants de la ville assis derrière la table du membre du conseil.

« - Bonsoir à tous. Je sais que vous avez tous entendus parler du vol qu’il y a eu chez moi. Si j’ai fait appel à vous ce soir c’est pour vous annoncer une grande nouvelle. » Elle prit une respiration laissant son regard se promener dans la salle. « - Le voleur se trouve parmi nous et nous allons le démasquer devant tous les habitants de cette ville. »

Les habitants se regardent les uns les autres. Qui est-ce donc ? Qui ait donc tombé si bas dans la ville ?


HORS-JEU : Voici le premier topo commun du forum, pour éviter de s'embrouiller voici quelques petites consignes. Vous êtes libres de poster autant que vous le souhaitez, nous vous conseillons des posts cours pour accélérer l'avancée du topic et vous faciliter les choses. Vous pouvez poster dès maintenant. Vous pouvez aussi créer des sujets privés relatifs à l’évènement.

_______________________________


Let's be cruel to those who ask for it.
let's be cruel to those who deserve it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mar 19 Juin - 18:33


« Rumeurs… »

Le murmure de Kat se perdit dans la nuit, comme la volute de fumée qui sortit de sa bouche lorsqu’elle prononça ce mot. Rumeurs. C’était le mot parfait. Taleville avait toujours eu la réputation d’être une de ces bourgades tranquilles, sans aucuns soucis, d’un ennui mortel pour tous ceux avides d’aventures et de mystères. C’était le genre de ville qui organisait mensuellement le loto des quadragénaires célibataires, vous voyez le genre. Depuis sa naissance, Kat a toujours vécu dans ce climat serein et plat, et la jeune femme commençait sérieusement à étouffer. Chacune de ses tentatives pour quitter cet endroit et partir à l’assaut du monde s’étaient révélées vaines. Comme si la jolie rousse était condamnée à passer le reste de sa vie dans le Connecticut. Je suis née ici, je vivrais ici, je mourrais ici … horreur ! Ce devait être le pire cauchemar de Kat, finir ses jours sans n’avoir jamais rien fait d’autre que de traquer des maris infidèles ou des héritiers un peu trop vénaux. Malgré son imperméable qui la protégeait de cette fraiche soirée, elle ne put s’empêcher de réprimer un frisson. Elle trouverait un moyen de s’échapper, un jour.
Cela semblait plutôt bien parti. Depuis quelques temps, même Castiel l’ermite du manoir-au-fond-des-bois, ne pouvait prétendre ne pas avoir remarqué les changements qui avaient lieu à Taleville. L’arrivée de nouvelles têtes étaient peut-être le plus importants d’entre eux, entre les jumeaux Rosebury, Shakespeare qui mettait un peu trop son gros nez dans les affaires de Kat, Harysta la barmaid que la détective n’avait vu que de loin, et plein d’autres illustres inconnus qui commençaient à se tailler une jolie part de la population de la petite ville, ça ne signifiait qu’une chose : le monde s’intéressait à eux. Ainsi, il fallait que les habitants de Taleville s’intéressent au monde à leur tour, et ça, ce n’était pas encore une mince à faire. L’événement le plus attendu était encore la sortie du journal local, le DailyTale, qui rassasiait les esprits simples du commun des mortels avides de potins. Kat n’aimait pas ce journal. La plupart du temps, elle figurait dedans, et les rédacteurs faisaient carburer leur imagination à toute allure pour trouver toutes sortes de rumeurs stupides à son égard. La dernière en date et non des moindres : une pseudo attirance pour William le véto, qui avait été mis au courant pour la soirée bien arrosée qu’ils avaient – Shake, Will, et elle – passé il y a quelques jours chez Denham ? Bref, peu importe, parce que cette édition du Daily qui s’annonçait une fois de plus léger et radotant à souhait, s’était révéler être beaucoup plus intéressant que prévu.

Oui, cette fois-ci, c’était de l’inédit, du croustillant, un évènement qui allait s’annoncer palpitant à souhait. Un vol, à Taleville ! Comme quoi tout arrivait un jour ! Une fois que l’inquiétude pour la petite somme que la jeune détective cachait quelque part dans son appartement, fut passée, Kat relu six fois l’article écrit par les bons soins de Weber. Même si elle ne portait pas le journaliste dans son cœur, si elle sentait qu’elle cachait un truc vraiment louche, Kat ne pouvait réfuter les talents du jeune homme pour l’investigation. L’évènement était encore tout frais, les sources maigres, néanmoins, Kat pouvait déjà se faire une petite idée du profil type du voleur de bijoux. Mais un profil ce n’était pas assez, non, pas pour Katherine Richter, surnommée la fouine, ou l’indiscrète. Il fallait qu’elle fasse honneur à sa réputation ! C’est pourquoi elle était dehors, à cette heure, comme la majorité de la ville pour une fois.
Du haut de ses escarpins, habillée d’une élégante robe noire sous son imperméable, son sac regorgeant de tout son matériel : appareil photo, bloc-notes, dictaphone… elle suivait le flot humain qui s’engouffrait par les portes de la grande salle de la mairie, seule capable d’accueillir autant de monde. Son sourire encore plus large qu’à l’ordinaire, ses yeux pétillants d’excitation, elle se posta dans un coin sombre, au fond de la salle, l’endroit stratégique lorsqu’on voulait épier tout le monde sans être vraiment vu. Quiconque l’avait aperçu savait déjà pourquoi la jolie rousse était en ces lieux : elle n’était pas là pour en savoir plus sur un banal fait divers, elle était là pour démasquer le coupable.

Alors que les portes se fermaient lentement, laissant passer les retardataires, la maire, brune et visiblement de mauvais poil, s’avança sur l’estrade et commença à prendre la parole. Kat plongea la main dans son sac et entendit avec satisfaction ce petit « click » signifiant que le dictaphone avait commencé à enregistrer. C’allait être drôle, ç’allait être intéressant.

Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mar 19 Juin - 19:07



« Who is this fucking thief ?! »
♦ Salle du conseil - TALEVILLE.

Cette histoire n'avait rien de normal. Un voleur dans la ville, quand il avait reçu ce sms la nuit du cambriolage, il n'avait même pas prit la peine de mettre un tee-shirt ou un gilet qu'en débardeur blanc et un jean il sortit, bloc note en main, pour aller parler avec le maire. Il aurait pu attraper froid, mais ce n'était pas vraiment important. Aussitôt sur les lieux, il avait compris. Le maire était sur le point d'égorgée ce petit malin. Mais qui donc avait pu faire une chose aussi stupide que de voler chez le maire ? Sérieusement les gens n'étaient pas très nets dans leurs têtes. Juste après, il avait ainsi préparé les modifications du journal et voilà. Le jour J était arrivé. La mèche de cheveux était en laboratoire, les réponses ne devraient plus tarder. Adieu blabla inutile sur le système des égouts, bonjour véritable histoire et complication dans la ville. Les choses changeaient, c'était évident. Spencer l'avait compris le jour même où il avait vu la nouvelle barmaid près du lac. Lui qui traine dans la forêt un peu trop souvent, il avait remarqué la présence de la jeune femme avec étonnement. Mais passons, ce soir les habitants de la ville étaient conviés comme chaque vendredi pour le conseil de la ville. Avec un bonus ce soir, puisque le maire avait une idée derrière la tête.

Cette femme était incroyable, il avait de la chance de l'avoir comme maire. Elle était prête à faire de nombreuses choses pour la ville et savait toujours quoi faire dans les situations difficiles. Spencer avait une véritable admiration pour le maire. Accompagné de ses journalistes, Spencer débarqua dans la pièce avec son assurance. En tant que rédacteur en chef, il avait sa place dans la table des membres du conseil de la ville. En même temps, son père y avait sa place et par conséquent, c'était à son tour. Il espérait juste ne pas croiser des membres de sa famille, comme d'habitude quoi. De toute façon, il tourne le dos à tout le monde, alors c'était largement suffisant. En tout cas une chose l'embêtait. Que les paroles du loup s'était jeté sur son histoire avec Jude. Il espérait juste que celle-ci ne ferait pas attention à tout ça. De toute façon, ce n'était pas si dramatique, mais tout de même. Il n'aimait pas cette chronique. La seule erreur du maire selon-lui. Laisser un inconnu lui envoyait par courrier sa rubrique et être obligé de la publier comme si c'était une chose importante que les habitants de la ville aient leurs lot de potin inutile.

Pourquoi ne pas créer un blog tant qu'ils y étaient ? Les lycéens en raffoleraient. Il prit place, Les autres n'allaient pas tarder. Les membres du conseil étaient des personnages importants. Spencer n'était pas là en tant que Journaliste, mais en tant que représentant des Webers. Génial quoi. Un job fait pour lui. Quelle ironie. Les portes se fermèrent alors, Spencer leva la tête. Regina se mit alors à parler. Spencer s'adossa un peu plus sur son siège. Il connaissait le maire, elle avait surement une autre carte en main. Il avait envie de se retourner et de regarder le visage de chaque habitant présent ce soir, mais ne préféra pas être si idiot.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mar 19 Juin - 21:06


L'on pouvait la soupçonner, elle n'en avait cure. Toutes les personnes aux cheveux blonds devaient-elles être pointées du doigt ? Si l'on s'intéressait à elle, tant mieux, cela lui ferait un peu de pub ...

Louchant sur la mèche de cheveux qu'elle entortillait entre ses doigts agiles et fins, Pandore Montgomerry avait pris place à la table du Conseil, arrivant presque en retard comme à son habitude. Elle avait du se faufiler entre les portes de la salle qui se refermaient, menaçant de lui faire manquer la réunion qui se préparait. Réajustant les pans de son tailleur blanc qui allait à merveille avec ses pâles cheveux blonds retombant élégamment sur ses frêles épaules, la jeune femme aux yeux perçants ne manquait pas un seul instant de la scène qui se déroulait devant ses yeux à mesure qu'elle avançait vers la place qui lui était réservée. Le moindre habitant de Taleville fut passé au crible de ses prunelles argentées, analysé par ces deux billes dont les paupières ne battirent pas une seule fois jusqu'à ce qu'elle ait achevé son analyse. Pas un seul ne fut épargné. S'en prendre par des moyens détournés à Lady Mayor avait constitué un réel attentat aux instances supérieures gouvernant la ville car même si, pour la majorité des habitants, il ne s'agissait que d'un simple bijou, la réalité en était toute autre et Pandore le savait très bien. Observant distraitement le Maire arriver en reine et prendre place au centre de la pièce alors qu'elle même s'installait en saluant ses voisins de table, elle s'adossa prestement dans son siège, croisant ses jambes et fixant le vide tapotant silencieusement du bout des doigts la surface de la table se trouvant devant elle, tout en écoutant le discours prononcé par cette voix familière. Le coupable était forcément là ... ils étaient tous là d'ailleurs, pas un seul ne manquait à l'appel pas même les étrangers considérés comme intrus au sein même de cette petite institution ayant été créée de toute pièce par les forces démoniaques qui la composaient. Le calme régnait depuis trop longtemps, cela ne pouvait guère durer mais il faudrait sévir une fois ce malotru démasqué. Laisser l'instabilité prendre le dessus était une mauvaise chose pour leurs affaires. Le coupable avait-il seulement conscience de l'importance que représentait ce qu'il avait volé ? Certainement pas ... Pour Regina mais aussi pour l'avenir du plan mis en place il y a de cela plusieurs mois, cette pièce du puzzle était l'une des plus importantes ...Très peu étaient conscients de ce qui leur arrivait mais Pandore, elle, jouissait d'un avantage certains en tant que Conseillère du Maire et Membre à part entière du Conseil. Ainsi dévisageait-elle même le moindre membre de ce fameux conseil trônant à ses côtés, un léger sourire narquois au coin des lèvres. Cette sensation de supériorité la poussait souvent à lever la tête et sourire de la sorte, prendre le monde entier de haut et se sentir invulnérable. Qu'il était bon d'être la Reine des Glaces ...

Katherine était là, dans son coin, allumant son Dictaphone sans pour autant louper le moindre évènement se déroulant sous ses yeux. Pandore retrouva ses grands yeux écarquillés, brillant de curiosité suivant attentivement le moindre mouvement et analysant la moindre réaction. Un détective était souvent le mieux placé pour découvrir la vérité et elle ne doutait pas un instant de la compétence de son ami le chat. Il y avait aussi Spencer à la même table qu'elle, à ses côtés d'ailleurs et pouvait percevoir son excitation et l'admiration qu'il portait à Lady Mayor alors qu'il la dévisageait. Il avait rédigé l'article que le tout Taleville avait lu avec passion, créant un mouvement de foule et un intérêt total en ce qui concerne l'évènement bouleversant le morne quotidien de la population du village. La paix régnait en maître tout comme le respect jusqu'à ce jour ... Quel diable avait osé pénétré dans les appartements du Maire ? Que l'avait-il poussé à seulement voler le coffret à bijou ? Était-il si inconscient que ça de ce qui se passait réellement ici ?
Mordant l'intérieur de sa joue, Pandore se retournait vers la maîtresse de cérémonie, effleurant du bout de ses escarpins les jambes de Spencer. Qu'allait-il se passer ... Le coupable allait-il immédiatement réagir en entendant qu'il allait être démasqué ? Tout le monde s'observait silencieusement, certains paraissaient être effrayés tandis que d'autres buvaient la moindre parole sortant d'entre les lèvres de Regina.
Revenir en haut Aller en bas
oh baby dynamite
L’HÉRITIÈRE DES ENFERS


→ INSCRIT DEPUIS : 08/06/2012
→ MESSAGES : 669
→ LOGEMENT : appartement dans le quartier chic en colocation avec sa soeur
→ JOB(S) : journaliste au daily tale
→ HUMEUR : meurtrière



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mer 20 Juin - 0:48



Dans tout le Connecticut, Taleville était sans aucun doute la ville la plus paisible et la plus silencieuse. Il n’était pas mystérieux qu’elle n’accueille aucun touriste, étant donné qu’elle n’avait pas grande réputation. Taleville restait dans l’ombre et c’était mieux ainsi. Les habitants choisissaient la routine pour éviter les problèmes, ils préféraient la sécurité de Taleville, aux ennuis des grandes villes. Mais depuis quelques temps on sentait bien qu’il y avait du changement. Madame le Maire semblait tendue. Son nouveau comportement n’était pas passé inaperçu aux yeux des plus curieux. Alors quand Rosie apprit pour le cambriolage chez cette dernière, elle n’en fut que plus troublée. Certaines choses étaient liées, elle ne savait simplement pas encore quoi, mais elle le découvrirait. C’était son métier, mais aussi dans sa nature, de se mêler de ce qui ne la regardait pas.

Depuis que l’article du Daily Tale était paru, la population était agitée. Dans les rues, les magasins ou encore les restaurants, on sentait les gens anxieux. Chacun se regardait de biais, inquiets à l’idée qu’un voleur se mêle sournoisement à la foule. Les têtes blondes étaient irrévocablement les plus tourmentées, sachant pertinemment qu’elles étaient visées. Pour une fois à Taleville, l’atmosphère était des plus tendue, voire même orageuse. Certains n’hésitaient pas à pointer du doigt leurs voisins, Rosie la première. Même si elle savait pertinemment qu’ils n’étaient pas des suspects, et encore moins le voleur, elle se délectait de leurs craintes et doutes. Il n’y avait rien qui l’amusait plus que d’être malsaine et d’enfoncer le couteau dans la plaie de ses pauvres âmes crispées, pendant qu’elle arborait avec orgueil sa chevelure rousse flamboyante. Elle se sentait invincible et s’en réjouissait.

C’était d’ailleurs fièrement qu’elle marchait aux côtés de son sexy patron, Spencer Weber. Le ténébreux ne laissait pas la rouquine insensible depuis qu’il l’avait embauchée. Elle traînait toujours dans ses pattes, utilisait tous ses atouts charme, allant même jusqu’à se rendre au bord du ridicule, mais toujours sans aucun succès. C’était à peine s’il s’en rendait compte. Pourtant, elle l’invitait chez elle de plus en plus souvent pour des soirées en tête à tête, et ne cessait de faire des éloges à son sujet durant les réceptions mondaines, où elle le suivait comme un toutou. Mais depuis peu, Spencer était tombé sous le charme de la photographe Jude-Mei, pour son plus grand désarroi. Rosie ne voyait pas ce qu’il pouvait trouver à la blondinette. Qu’avait-elle de plus qu’elle ? C’était, jusqu’au cambriolage chez le maire, sa seule préoccupation.

Au Daily Tale Departement, ils avaient tous débauché du bureau pour se rendre au conseil de la ville ce soir. Madame le maire avait convoqué les habitants le lendemain même du drame. L’affaire était lancée et tout le monde était aux aguets. Katherine était déjà là, bien à son poste dans le fond de la salle. En passant près d’elle, Rosie lui fit un clin d’œil amical et s’avança dans l’allée pour s’asseoir au premier rang. Une place lui était réservée, et peut-être même y en avait-il une pour Jude aussi et son appareil photo. Elle ne tarderait pas à la narguer après l’article du journal, ce qui ferait bouillonner Rosie de l’intérieur. Elle n’avait absolument aucune envie de la voir. Agacée elle attrapa son bloc-notes dans son sac à main et son dictaphone. D’un rapide coup d’œil elle balaya la salle, apercevant au même moment la grande Montgomerry frôlant dangereusement les jambes de Spencer et Regina scruter les derniers arrivants. En attendant que la chef prenne la parole, Rosie se limait tranquillement les ongles, l’air détaché.

Madame le Maire finit par enfin parler, et Rosie enclencha son dictaphone avant que commence le débat. Apparemment, le voleur se trouvait parmi eux, c’était incontestable. Et il serait démasqué devant tous les habitants de la ville. Rosie ne pouvait que se réjouir d’une telle humiliation publique, d’autant plus que cela ferait la une. Le fou qui s’était cru assez malin en volant chez la personne la plus importante de la ville n’avait pas dû réfléchir bien longtemps. Ou alors, il savait exactement ce qu’il faisait et n’avait pas volé chez elle par hasard. Ce qui expliquerait d’ailleurs le comportement de Mayor, qui préférait en faire un coup d’état plutôt que de rester dans la discrétion. Quelque chose devait avoir énormément de valeur à ses yeux pour en arriver là. Rosie tourna la tête pour lancer un regard à Katherine. La détective devait sûrement en savoir plus et avoir une longueur d’avance par rapport aux autres. Mais ce n’était ni le moment ni l’endroit pour lui parler. En bonne journaliste, Rosie leva presque immédiatement son bras. « Madame le maire s’il vous plait ?! » demanda-t-elle haut et fort pour couper les chuchotements incessants. « Vous êtes donc maintenant certaine de l’identité du voleur ? Quelle sera sa punition ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mer 20 Juin - 9:01



J’avais déserté l’hôtel cette nuit là. Je n’étais pas dans ma chambre, sous ma couette mais plutôt chez Spencer, dans son appartement et sous sa couette. Il m’avait invité une fois de plus au restaurant, et moi, je n’avais pas pu refuser. De toute façon, Spencer était à présent mon petit ami, donc il était tout à fait normal qu’on s’affichait ensembles dans Taleville. D’ailleurs, ça ne plaisait pas à certains, comme la célèbre Rosie Bennett, la journaliste-toutou de Spencer, qui devait être rongée par la jalousie ou encore cet inconnu, surnommé « le Loup », qui publiait à chaque numéro du journal, sa rubrique et son venin de vipère. « Tu sens tellement bon mon cœur » me souffla-t-il, près de mon oreille, humant mon odeur. Puis, il déposa un baiser sur le coin de mes lèvres, sans lâcher son sourire carrément craquant. J’étais encore en train de rêver. Spencer me faisait rêver. Je mis à rire doucement, me cachant sous la couette, me protégeant de ce charme irrésistible. J’entendis alors le rire de Spencer, certainement amusé par mon comportement enfantin. On n’avait que dormi quelques heures, et depuis notre réveil – donc en pleine nuit – il ne cessait de m’embêter ou de me dire des mots doux. Mais, soudainement, je sentis quelque chose vibrer. J’éclatai de rire à nouveau, sortit ma tête de la couette et lui apprit ma découverte. « Spencer, y a un truc qui vibre. ». Il me regarda alors malicieusement, tout en arquant un sourcil, s’approchant de ma bouche pour l’embrasser pour la énième fois de la nuit. « Ah sii tu savais mon cœur… » me répondit-il, en m’embrassant tendrement et langoureusement. Cependant, on ne l’avait toujours pas fait. Je secouai alors la tête, avec un sourire en coin, amusée et légèrement rougissante. « Mais je te jure que ça vibre ! » répétai-je, insistante. Finalement, Spencer chercha cette chose, parmi les draps, les oreillers et la couette pour sortir quelques secondes plus tard, son portable. « Je viens de recevoir un message. » me renseigna-t-il, tout en se détachant de moi, afin de se mettre sur le dos pour lire son texto. Surprise – il était à peine six heures du matin, dans ses eaux là – je ne pus cacher ma curiosité. « C’est qui qui t’envoie des messages aussi tôt le matin ? » demandai-je, quelque peu inquiète. Il ne me répondit pas tout de suite, et ce fut seulement après une minute environ qu’il me regarda et me donna une réponse. « Désolé mais je dois te laisser. Le Maire s’est faite volée. J’dois me rendre sur les lieux. » finit-il par dire, en quittant le lit. « Rendors-toi mon cœur. Tu es en sécurité ici. » rajouta-t-il se penchant pour m’embrasser une dernière fois, afin de disparaître de son appartement, me laissant seule. Le sommeil vint, mais un long moment après son départ. Je n’étais pas du tout rassurée par tout ça.

(…)

Le jour J était arrivé. J’allais devoir me rendre à ce fichu conseil de la ville, comme tous les vendredis soirs… Mais là, c’était pour une histoire pas commune. C’était carrément différent des fois quotidiennes. Cette fois ci, c’était à propos de ce fameux cambriolage, faisant la une du journal – en même temps que moi et notre couple avec Spencer. Depuis ce fameux événement, pendant lequel on avait retrouvé une mèche blonde, les habitants de Taleville ne me regardaient plus comme avant ; j’étais blonde et interviewée au journal. Juste une drôle de coïncidence. Rien de plus. J’avais déjà entendu plusieurs murmures à mon égard comme par exemple, celui là : « elle a quand même un sacré culot de s’afficher en public, après cet événement. A la fois blonde, petite amie du rédacteur en chef et sous les feu des projecteurs dans le dit journal, moi je me cacherai si j’étais elle. » avait soufflé une sale garce de première – et ce n’était pas Rosie pour une fois. Bref, j’avais mal vécu les jours qui avait séparé l’événement et le conseil de ce soir.

Citation :
heyy blondie (:
je viens de chercher chez toi, à pied, et on va ensembles au conseil de ce soir. Tu n’as pas le choix, si tu n’as toujours pas compris. A toute. Bisous ♥

Je ne pouvais pas m’y rendre toute seule. Et, la seule solution était Andrea, étant donné que Spencer allait s’y rendre beaucoup plus tôt que moi… De plus, je refusais d’y aller en sa compagnie. Certaines personnes allaient encore jaser sur nous. Donc, c’était une très mauvaise idée. Ainsi, je m’étais tournée vers Andrea. Cette dernière était tout bonnement une personne que j’appréciais beaucoup. De plus, c’était ma copine de conseils de la ville, choses horriblement ennuyeuses. Message envoyé, je filai sous la douche histoire d’être quelque peu présentable, comme chaque vendredi soir. Une heure après – j’étais en retard décidément – j’enfilai une petite robe claire et des chaussures beiges, à talons puis ma veste. Un coup de maquillage, et j’étais enfin prête… Andrea n’habitait pas très loin de l’hôtel.

(…)

Nous étions à présent assises dans cette immense salle. Je n’avais pas encore aperçu Spencer, trop mal à l’aise à cause de la couleur de mes cheveux… Andrea en subissait aussi les frais d’ailleurs, mais un peu moins que moi. Elle, elle n’avait pas été interviewée. « Ca va être barbant, comme tous les vendredis soirs… » soupirai-je à Andrea, en apercevant la présence de Rosie – c’était une évidence – et aussi de mon ange gardien – Katherine – mais en plus chiant… J’espérais qu’elle n’allait pas venir me voir, et me faire une leçon à propos de cet événement.


Spoiler:
 

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Andrea ♡ don’t leave me here alone


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 296
→ JOB(S) : travaille au TALEVILLE PUBLIC LIBRARY
→ HUMEUR : Joyeuse



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mer 20 Juin - 14:20



Pour une raison inconnue, Andrea ne reçue aucune visite en ce jour de semaine alors que les vendredis étaient plutôt intensifs. Elle avait pris l’habitude de voir les mêmes personnes venir lui demander conseil sur un roman à lire pendant leur week end ou encore des livres contenant des recettes de cuisines à concocter et à servir lors de repas de famille. Mais rien de rien.
C’est lorsque l’heure de la fin de sa journée de travail arriva et qu’elle partit se promener qu’elle comprit qu’un drame avait touché la ville et que personne n’osait sortir … La maison du Maire avait été cambriolé. C’était un vieil homme dans la rue qui l’avait accosté en lui racontant qu’une période noire allait commencer et qu’il fallait faire attention à tout le monde. En entendant ces paroles, Andrea tenta de ne pas rire et de mettre rapidement un terme à la conversation. C’était drôle de voir comment les habitants de Taleville réagissaient à un vol. N’y en avait-il jamais eu ? Apparemment non, vu que même au Hungry Diner, personne ne s’y trouvait et ce fut Mady qui m’avoua que ce genre de pratique était peu commune à Taleville et que les quelques personnes, qui avaient essayées, étaient très sévèrement punis.
Andrea venait à peine de finir son café et aller payer lorsqu’elle reçut un message de Jude avec qui elle commençait, petit à petit à lier des liens d’amitié. Les deux jeunes femmes s’entendaient de mieux en mieux à chacune de leur rencontre et Andy adorait passer du temps avec elle. Sa nouvelle amie est toujours débordante de joie, souriante et les conversations, avec elle, sont intéressantes.


Citation :
heyy blondie, je viens de chercher chez toi, à pied, et on va ensembles au conseil de ce soir. Tu n’as pas le choix, si tu n’as toujours pas compris. A toute. Bisous.

C’est vrai qu’il y avait le conseil de Taleville le soir même, Andrea l’avait totalement oublié. C’était le genre de réunion où, si on se cache bien, faire une petite sieste ou bavarder des derniers ragots, mais c’est surtout plus qu’ennuyeux. Les deux jeunes femmes avaient donc pris l’habitude d’y aller ensemble pour pouvoir parler et passer le temps.

Citation :
heyy Mimi, notre rendez-vous, tant attendu, est enfin arrivé. Madame le Maire m’avait tellement manqué, tu penses que je pourrais lui faire un bisou ? Cessons de plaisanter ! Aucun problème, j’attends ton appel pour descendre. A+.

Même si elle aurait préféré dormir plus tôt, elle n’avait pas vraiment le choix, et puis au moins elle en serait plus sur cette histoire de vol. Elle rentra donc chez elle se changer et mettre des habits légèrement plus habillé, puis attendit patiemment son amie.

(…)

Lorsqu’elles arrivèrent, les regards se tournèrent vers elles, comme d’habitude. Enormément d’habitant à Taleville avait du mal avec les nouveaux venus et pourtant, s’ils avaient eu le choix, peu d’entre eux seraient restés dans cette ville perdue. « Ca va être barbant, comme tous les vendredis soirs… » Andrea se tourna vers sa nouvelle amie et lui tapota l’épaule « Ne t’inquiètes pas, à deux, nous sommes plus fortes et nous survivrons » Dit-elle, en essayant de détendre l’atmosphère, voyant que Jude n’était pas très à l’aise.
Puis son attention se porta sur le Maire qui se leva et prit place au centre de la pièce avant de prendre la parole. D’après elle, le voleur se trouvait parmi eux. Andrea n’aimait pas son ton accusateur, comme si l’assemblée était composée d’enfants qu’il fallait gronder. « Qu’est-ce qu’elle insinue d’après toi ? »
Des murmures se firent entendre dans la salle. Certains habitants se disant innocents et montrer des voisins du doigt, pensant qu’ils étaient les coupables. Jude et Andrea furent aussi montrer du doigt, ainsi que de nouveaux arrivants, comme si les derniers arrivés étaient les premiers coupables.
Une jeune femme, si sa mémoire ne lui faisait pas défauts, Rosie, prit la parole et la questionna sur qui elle pensait être le voleur et quelle serait la punition. Enfin une réunion qui devenait intéressantes avec des questions réfléchies.

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marineaude.tumblr.com
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Ven 22 Juin - 10:16


Les portes de la mairie s’étaient refermées en un claquement sourd. A présent, tous les habitants susceptibles d’avoir dérobé le coffret étaient prisonniers de l’enceinte de la salle. Kat savait que le coupable était parmi eux, il n’en pouvait être autrement, il ou elle, d’ailleurs, ne pouvait pas risquer de manquer une réunion de cette importance. Toutes les preuves seraient accablantes dans ce cas.
La jeune femme ramena ses cheveux roux en une queue de cheval, et laissa son regard errer tel un oiseau de proie sur les têtes présentes de la salle. D’après les preuves, le voleur était blond. Ca réduisait déjà la liste des suspects. D’office, les pupilles bleues/grises de la détective se tournèrent vers Spencer Weber. Le journaliste n’était pas vraiment blond, mais son comportement était tellement incohérent aux yeux de Katherine qu’il ne pouvait être aussi innocent qu’il ne le prétendait. Néanmoins, s’il cachait vraiment quelque chose comme la jeune femme le soupçonnait, ce n’était pas vraiment dans son intérêt de dérober quelque chose à madame la maire toute-puissante. Non, il fallait chercher ailleurs.
Pendant que la maire d’une voix ferme et d’un regard insistant, « accueillait » ses chers citoyens dans son tribunal privé. L’esprit critique de Kat commençait à s’activer. On pouvait presque distinguer les rouages tournant à toute allure dans le cerveau de la détective. En soit, le délit était mineur, et on en faisait toute une partie de cluedo ? Pourquoi ? Il n’y avait qu’une réponse à cette question : parce que cela s’était passé chez Regina. Tous les jours, la jeune rousse craignait que son ordinateur portable lui soit dérobé. Si une telle chose se passait un jour, le dossier top-secret qu’elle avait commencé à monter sur les mystères de Taleville s’en irait en fumé. Elle gardait l’intime conviction que la maire, elle aussi cachait quelque chose. Secrètement, elle était l’une des seules personnes, et peut-être bien la seule personne au monde, à intimider, ne serait-ce qu’un tout petit peu, Katherine Richter. La jeune femme ressentait une impression de malaise lorsqu’elle posait les yeux sur elle, cette femme avait une aura étonnante, dans la même lignée que celle de Spencer Weber.
Kat se secoua la tête. Ce n’était pas le moment de s’interroger sur la partialité de la maire. Si elle-même possédait un aussi grand pouvoir, pas sûr qu’elle se gênerait pour l’utiliser ! Elle concentra son attention sur les chevelures blondes qui transcendaient la masse brunes. Tout devant, d’abord, Andrea et Jude-Mei, deux nouvelles arrivantes, deux étrangères aux yeux de tous. Kat voyait beaucoup d’yeux indiscrets zyeuté suspicieusement vers les deux jeunes filles. Sans pour autant les écarter des suspects, Kat connaissait plus ou moins les deux filles. Elle était quasiment certaines qu’aucune d’elles n’étaient assez stupide pour attirer un peu plus l’attention. Quoi que Jude faisait déjà l’erreur de fréquenter Spencer, chose que Kat suivait de très près. Elle voyait d’un très mauvais œil se rapprochement et n’attendait plus que le journaliste fasse un faux pas pour le pointer du doigt et faire tomber son masque de faux-jeton. Andrea quant à elle était très sympathique et parfaitement équilibrée. Non, les chances pour que cela soit une des deux étaient très minces, pour ne pas dire inexistantes.
Ensuite, Pandore Montgomery, une des amies de Kat. Enfin, le terme était peut-être un peu grand, mais les deux jeunes femmes s’appréciaient. Se sentant observée, la belle blonde tourna la tête. Elles s’échangèrent un regard entendu. Non, ce n’était pas elle non plus.

Alors que Rosie, toujours professionnelle, prenait la parole et posait quelques questions au maire avant de se rassoir gentiment, sur sa chaise. Kat se mordait la lèvre furieusement. Personne ne se démarquait ! Personne n’avait de mobile ! Se baser sur un article de Weber pour toute une enquête ! C’était du délire ! La détective n’avait aucune piste sérieuse. Il lui fallait de l’aide. Elle composa le numéro de Rosie, et ses doigts volèrent sur le clavier de son portable, tapant rapidement un sms.
Code:

S.O.S. quel que soit la punition pour le voleur, je m’en fiche. Ce n’était pas la bonne question que tu as posé ma petite Rosie. Il fallait demander quelle récompense à celui qui le démasquera. Je suis sûre que ça brillera, et j’aime bien les choses qui brillent. Tu m’aides, et on partage ? Tu traînes avec Weber, non ? Travaille-le un peu. Il n’a pas tout mis dans son article, il sait d’autres choses. Et s’il ne sait rien, ou feint de ne rien savoir, demande à Jude. Tu la traumatises, ce sera chose facile. XO.

D’un doigt frustré, elle appuya sur la touche « envoyer ». Il fallait qu’elle découvre qui se cachait derrière tout ça. Pas forcément pour la récompense, mais pour ne pas faillir à sa réputation.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Ven 22 Juin - 17:42

Iseult était bien contente d'avoir trouvé quelque chose à faire, ce soir-là. Puisque les habitants étaient tous conviés au conseil de la ville, pour traiter cette affaire de vol chez Madame le maire, elle n'aurait pas à passer une soirée barbante à souhait, refusant de regarder un nouveau film stupide en compagnie de Gabriel, et n'ayant plus aucun bon bouquin à se mettre sous la dent. Ce fut donc avec une Iseult soulagée que le jeune couple se dirigea, main dans la main, vers la fameuse Salle du Conseil, où déjà bon nombre d'habitants avaient pris place. Ils prirent place à côté d'une vieille dame, qu'Iseult salua amicalement: tout le monde se connaissait à Taleville.

Pourtant ce soir, l'affaire était grave. Taleville avait beau être paisible, et remplie d'une certaine bonne humeur, cela n'avait pas empêché un crime d'être commis, ce qu'Iseult avait plutôt du mal à accepter. Dès que les portes de la salle furent fermées, le maire prit la parole: « - bonsoir à tous. je sais que vous avez tous entendus parler du vol qu’il y a eu chez moi. si j’ai fait appel à vous ce soir c’est pour vous annoncer une grande nouvelle. » Elle respira un instant, sondant la salle d'un regard absolument perçant, comme si elle espérait découvrir le voleur via une lecture approfondie des pensées de chacun des habitants présent dans cette salle. Soudain, Iseult eut une pensée: elle était blonde. Donc potentiellement suspecte, si on en croyait la rumeur qui circulait, indiquant qu'un cheveux blond avait été retrouvé sur "les lieux du crime". « - le voleur se trouve parmi nous et nous allons le démasquer devant tous les habitants de cette ville. »

Iseult fut surprise, par tant de rapidité. Savait-elle donc déjà de qui il s'agissait? Allaient-ils tous assister à une arrestation digne de ce nom? Et bien, Iseult n'en croyait pas ses oreilles. Assez avide à l'idée de voir comment les évènements allaient tourner, elle s'enfonça dans sa chaise, et lança un regard à Gabriel, qui paraissait tout aussi interloqué qu'elle. Partout, s'élevèrent des murmures. Quelques habitants osèrent même prendre la parole, dont une jeune et jolie rousse, qui demanda ce qu'il allait advenir du voleur. Très intéressée, Iseult regardait partout, se délectant de chaque interaction, trouvant sincèrement la situation passionnante.

Spoiler:
 


Dernière édition par Iseult Leroy le Ven 22 Juin - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Ven 22 Juin - 18:31

Le jeune homme n'avait pu passer à côté de quelque chose comme cela. Enfin un peu d'animation dans cette ville qui était d'un ennui épouvantable ! Toute la journée, il avait attendu cette réunion du conseil à laquelle pouvaient assister les différents villageois. Castiel bouillait d'impatience, ce qui était rare dans Taleville. Il avait toujours trouvé cette bourgade clairement ennuyeuse, comme ses habitants. Parfois, les gens étaient agaçants, et tous étaient sans aucune exception, idiots. Enfin, peut-être avec quelques unes, mais tout de même. A présent, il était temps de montrer à tout le monde que notre cher richard du fin fond de la forêt était intelligent et savait prendre les choses en main. C'était ce matin qu'il avait vu dans le journal cet article parlant de ce qui avait été volé. Une mèche de cheveux blonds ? Castiel n'était pas à l’abri, au contraire. Mais il venait le cœur léger à cette réunion pour trouver qui de ces piètres personnages avait pu commettre un tel crime. Pourquoi accuser le Lockhart ? Il était riche, et possédait tout ce qu'il voulait. Il n'était pas à s'en abaisser aux petits larcins pour gonfler sa bourse.

Le jeune homme s'était préparé et s'était mis sur son trente-et-un. Un costard bien ajusté lui donnait l'air d'un des larges contributeurs de cette ville, ce qui était .. vrai. Son père avait gonflé la bourse de Taleville au fil des années avec de généreuses donations. Maintenant, il continuait à donner de l'argent régulièrement, sans faire attention à la somme. Il faisait ça pour qu'on le laisse tranquille, mais certains journalistes pénétraient quand même dans son havre sacré pour venir le déranger. Ceux là devraient vraiment apprendre à se tenir. Ainsi vêtu, il sortit de sa demeure et marcha jusqu'à ses voitures pour en choisir une qui l'aiderait à se rendre jusqu'à la salle de conseil dans laquelle il n'était jamais allé. Il savait pertinemment qu'ils se réunissaient tous les vendredis, mais n'avait jamais trouvé un intérêt pour ces choses là.

Parti et arrivé bien vite, il se gara et entra dans la salle du conseil. Beaucoup de monde était déjà installé et il put observer la maire avec qui il s'était entretenu de rares fois. « - bonsoir à tous. je sais que vous avez tous entendus parler du vol qu’il y a eu chez moi. si j’ai fait appel à vous ce soir c’est pour vous annoncer une grande nouvelle. » Il s'assit aux côtés d'une jeune femme blonde qui était clairement venue avec son petit ami. Il ne fit pas plus attention que ça à elle, mais elle lui disait quelque chose. Vaguement. Castiel ne s'y intéressa pas plus que ça.  - le voleur se trouve parmi nous et nous allons le démasquer devant tous les habitants de cette ville. »  Castiel ne put s'empêcher de laisser échapper un rire profondément sarcastique. Quelle idiotie ! Pensaient-ils vraiment trouver un coupable ? Allaient-ils mettre en place un huis clôt ? Il murmura pour lui même et les personnes autour « Je vais bien rire ce soir ... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Sam 23 Juin - 16:40




Leïla était dans son salon, un livre à la main. Inutile de préciser qu’il s’agissait d’un livre en braille. Elle avait réussi à s’en procurer un à la librairie de Taleville, à son grand étonnement. Elle était contente puisqu’elle était un peu exaspérée de toujours écouter la radio. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de laisser l’appareil allumé, par habitude surement. Le livre en question qu’elle tenait entre ses mains s’intitulait Notre-Dame de Paris. Elle n’avait jamais entendu parler de cette histoire, du moins, c’est ce que la jeune femme croyait. Elle venait à peine de lire la première phrase qu’une annonce à la radio retint son attention.

« Chers habitants de Taleville, nous vous rappelons la convocation de madame le maire pour le Conseil de ville qui aura lieu ce soir, dans à peine une heure. »

Ah oui. Le Conseil de ville. Leïla n’aimait pas trop s’y rendre, puisque de toutes manières, il était toujours question de problèmes d’égouts, de rue en construction… Des affaires qui ne l’intéressaient guère. Pourtant, elle avait entendu une histoire de vol qui s’était déroulé dans la ville même. Or, Leïla n’avait pas eu la chance de lire le journal pour en connaître le contenu exact. Et donc, pour elle, cette histoire restait tout aussi banale que les problèmes d’égouts. Elle ne savait pas que c’était chez le maire que le vol s’est effectué, ni même qu’une mèche blonde avait été retrouvée. Néanmoins, la jeune femme déposa son livre sur la petite table du salon et se leva pour aller se préparer. Elle ne voulait pas qu’on remarque son absence. Il fallait tout de même être un bon citoyen et se rendre au Conseil de ville. Il ne lui restait plus beaucoup de temps et Dieu seul savait ce qui lui arriverait comme aventure dans le chemin vers l’endroit où se déroulait le Conseil de ville. Elle se dirigea vers sa chambre pour aller enfiler une jupe beige, un haut en col v couleur saumon et des petits souliers de la même couleur. Elle ne savait pas de quoi avait l’air ses cheveux, mais les ayant placé en chignon toute la journée, elle les laissa tomber sur ses épaules. Il fallait bien prendre le risque d’avoir l’air ridicule, mais bon ce qu’elle ne savait pas c’était que ses cheveux étaient tombés parfaitement ondulés sur ses épaules. Elle passa par la cuisine vite fait pour prendre une pomme pour le chemin. Puis, elle prit son sac à main et franchit la porte de son appartement.

Heureusement pour la jeune femme, elle n’habitait qu’à quelques coins de rue du lieu de rencontre. Elle n’avait pas à se perdre dans la ville, bien qu’il fût difficile de se perdre dans cette ville. Leïla avait généralement l’aide des habitants de Taleville, lorsqu’elle ne retrouvait plus son chemin. Il faut dire que son sens de l’orientation n’était pas à la perfection, surtout depuis qu’elle était aveugle, bien que pour la jeune femme cela faisait depuis toujours qu’elle était ainsi. Ce soir-là à sa grande surprise, elle n’entendit aucun son. Les rues étaient quasi désertes. Elle entendit que quelques voitures au loin, mais rien de plus. Les habitants étaient-ils déjà tous arrivé au Conseil de ville? Elle accéléra le pas, histoire de ne pas arriver en retard. Or, il lui restait à peine cinq minutes avant de l’être réellement. Après quelques coins de rues, elle arriva enfin à destination et pénétra dans la salle prévue pour la réunion. Elle avait compris qu’elle était tout juste à l’heure, car les portes de refermèrent dès son entrée. Et puis, elle arriva au moment où une voix familière avait dit : « Vous êtes donc maintenant certaine de l’identité du voleur ? Quelle sera sa punition ? »
Leïla reconnaissait cette voix, mais ne pouvait identifier l’individu qui portait la voix. De part sa question, elle comprit qu’il s’agissait de quelque chose de bien plus grand qu’un simple vol. La jeune femme se décida de longer le mur, histoire de trouver une place libre un peu plus loin sans avoir à attirer l’attention sur elle. Néanmoins, lorsqu’elle arriva pour s’asseoir, elle n’avait pas bien vérifié que la place était libre. Le stress d’être en retard et de retenir l’attention l’avait fait oublier ce petit détail important dans son cas. Ainsi, Leïla s’était assise sur Gabriel, mais aussitôt se releva et tenta de dire d’un chuchotement.

« Oh mille excuses! J’espère ne pas vous avoir fait mal. Excusez-moi… »

Leïla senti son visage devenir tout chaud. Elle devait être toute rouge. Elle se dépêcha de se placer sur la chaise d’à côté après avoir vérifié qu’elle était bien libre. La jeune femme tourna sa bague sur son doigt, tel un tic qu’elle avait lorsqu’elle était mal à l’aise, et ne put s'empêcher de mordre ses lèvre en attendant la suite de la réunion.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ | I'M THE QUEEN


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 566
→ LOGEMENT : PARTOUT ET NULLE PART ;
→ JOB(S) : MAIRE DE TALEVILLE
→ HUMEUR : EVILIQUEMENT VOTRE



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Dim 24 Juin - 21:51



Le maire scrutait la salle de son regard. Ils étaient nombreux à la regarder, à l’écouter. A voir en elle Regina, le maire. A boire le moindre centilitre de ses paroles et attendre. Oui attendre une explication. Un soir comme celui-ci n’avait rien à voir avec une soirée de danse organisée par on ne sait quelle famille. Non, le conseil de ville était devenu The place. L’endroit où il fallait être ce soir, parce que le journal de la ville en avait soigneusement parlé. Le maire s’était fait voler. Cambriolage anodin qui laissait croire que la ville abritait un voleur. Un voleur, un enfant qui croyait pouvoir rentrer chez elle et lui prendre sa boite à bijoux comme ça. Il aurait pu prendre davantage, il n’y avait pas de doute. Sans doute le temps lui avait manqué à cet insolent.

Le maire venait de saluer la salle, alors que les derniers arrivants venaient de fouler le sol de la grande salle du conseil. Elle prit alors une grande respiration avant d’avouer que le voleur était là, sans aucun doute. Qu’il était devant le maire, le conseil. Qu’il était là et qu’il ne manquait pas d’air pour défier le maire ainsi. Aussitôt, les exclamations commencèrent. Les habitants parlaient entre eux, le maire avait réussi à capter leur attention. Une journaliste se leva alors, Regina lança un regard à celle-ci. Le rôle du conseil était bien entendu de venir en réponse aux habitants. N’importe qui pouvait prendre la parole.

Regina s’avança devant le micro posé devant elle. « - Il n’y a pas de doute. Le laboratoire de la ville à analysé la mèche de cheveux appartenant au voleur. J’ai, en ma possession, les analyses juste ici. » Elle leva alors un dossier à la couverture d’un rouge terne. Afin que les habitants de la ville le regardent bien. Mais alors qu’elle parlait, elle remarqua que Spencer se levait. Que faisait-il ? Visiblement, autre chose l’intéressait.

« - En ce qui concerne la « punition ». Ce n’est pas à moi de décider, mais à la loi. Et au regard de l'article 311-4 du Code pénal 1° le vol est puni de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 $ d'amende, par conséquent celui-ci sera transféré dans la prison la plus proche de la ville. »

_______________________________


Let's be cruel to those who ask for it.
let's be cruel to those who deserve it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
oh baby dynamite
L’HÉRITIÈRE DES ENFERS


→ INSCRIT DEPUIS : 08/06/2012
→ MESSAGES : 669
→ LOGEMENT : appartement dans le quartier chic en colocation avec sa soeur
→ JOB(S) : journaliste au daily tale
→ HUMEUR : meurtrière



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Lun 25 Juin - 1:34



Une moue sur les lèvres, Rosie limait ses ongles manucurés et battait des cils avec légèreté. Elle écoutait les petits pas précipités et les chuchotements agacés des habitants de Taleville qui prenaient place et s’impatientaient. D’un coup d’œil derrière elle, elle vit qu’il y avait de nombreuses nouvelles têtes blondes, dont Jude accompagnée d’une amie, et le rustre du village qui avait rapidement dévisagé une demoiselle près de lui, simplette mais naturellement belle, et aussi casée. Rosie vit également les portes se refermer derrière mademoiselle Ward, l’institutrice qu’elle espionnait de temps à autre, uniquement pour apprendre de son savoir musical. Gênée, elle se remit brusquement droite, face à la table du conseil, avant de se rappeler que la brune était aveugle. Elle se sentit idiote une demi-seconde, puis porta alors son attention sur Regina qui prenait la parole.

Le voleur était parmi eux ce soir. C’était l’une de ces têtes blondes présentes et le coupable devait bien rire intérieurement, ou au contraire, craindre plus que tout le moment où le maire le dénoncerait. Justement, suite aux paroles de Regina, la rouquine entendit un rire rauque derrière elle avant de distinguer qu’il s’agissait de Lockhart, se moquant de la situation. Intriguée, elle nota son nom sur son calepin et entreprit de griffonner ce qu’elle entendait sortir de la bouche des habitants et qu’elle jugeait assez intéressant. Le sauvage du fin fond de sa forêt était assez blond pour être suspect mais trop riche pour dérober quoi que ce soit. Elle qui voulait écrire un article sur lui depuis longtemps, s’il s’avérait qu’il avait quelque chose à voir là-dedans, ce serait un gigantesque scoop. Dans le cas contraire, elle trouverait bien autre chose pour fouiner dans sa vie privée.

En se levant, Rosie la joua professionnelle et entreprit de poser ses premières questions. Madame le maire connaissait-elle vraiment l’identité du voleur ? Quelle punition lui était réservée ? Voler chez un citoyen lambda était bien différent que de voler chez la femme la plus puissante de la ville. Les conséquences en seraient-elles aussi différentes ? La rouquine avait enclenché son dictaphone depuis que Regina avait pris la parole et observait maintenant les réactions des membres du conseil. Spencer avait le visage dur, fermé, tandis que Pandore, qui ne pouvait être qu’innocente, regardait minutieusement les habitants qui semblaient anxieux. Rosie n’avait pas eu le temps de se concerter avec la belle blonde glaciale et Katherine entre le délit et le conseil, mais chacune d’elle avait forcément plus d’informations qu’elle n’en avait elle-même.

Le brouhaha dans la salle n’empêcha pas à Rosie d’entendre le vibreur de son BlackBerry. C’était Katherine qui voulait qu’elle demande à sa place quelle récompense irait à celui qui démasquerait le voleur. Mais surtout, elle voulait que Rosie cuisine Spencer. Mais ça, c’était hors de question. Si Spencer avait voulu se confier à Rosie il l’aurait fait. Pourquoi garderait-il des informations pour lui, si ce n’était pour protéger quelqu’un ? Non. Elle ne lui demanderait rien et resterait à sa place. Elle tenait trop à lui pour faire une telle chose, et puis elle ne le croyait pas capable de mentir. Ce qui avait d’ailleurs tendance à exaspérer son amie rouquine. Cependant, elle n’aurait aucun remord à torturer Jude. Finalement, Regina confirma haut et fort posséder la preuve de la connaissance de l’identité du voleur. Mais quand Rosie releva les yeux, la chaise de Spencer était vide. Elle le vit rentrer dans une pièce annexe, et son téléphone vibra de nouveau. Nouveau sms de Katherine, qu’elle suivit alors du regard. Véritable maître pour rester dans l’ombre, elle rejoignit discrètement Spencer quelques secondes plus tard, se rendant invisible dans le tumulte.

Toute cette suite d’évènements s’était passée très vite, et Regina clamait que la punition serait strictement celle de la loi. Ainsi, elle n’y ajouterait aucune fantaisie personnelle. Rosie se sentit alors déçue, et se douta que Pandore n’y avait pas échappé. Elle ne la connaissait que trop bien. Mais cinq ans d’emprisonnement, c’était déjà pas mal. Elle écrivit rapidement un texto pour Katherine.

Je ne crois pas que tu aies entendu mon chat, mais le maire a les analyses ADN avec elle. Alors à moins qu’elle prêche le faux pour avoir le vrai, elle sait déjà qui est le voleur et va le dénoncer sous peu. Dépêche-toi de faire ce que t’as à faire avec Spencer et ramène ton boule ici ! Je sens que ça va être intéressant.


Après l’avoir envoyé elle s’empressa d’en écrire un à Jude, pour le fun. Elle ne pensait pas Jude coupable, mais elle ne pouvait pas laisser passer une telle opportunité de s’amuser un peu.

Qu’est-ce que tu attends pour te dénoncer ma belle ? Spencer est parti parce qu’il se sent trahi et déçu n’est-ce pas ? Je le consolerai quand tu seras en prison, ne t’en fais pas ! xoxo


Désormais, il fallait que la vérité éclate, et que les habitants sachent qui les trompe et pourquoi. Rosie ne pouvait plus attendre. Elle avait besoin de savoir. Elle avait envie d’écrire un article sur cette personne qui deviendrait la risée de la ville. Qui était-ce ? Pourquoi avait-elle fait cela et dans quel but ? Y avait-il quelque chose chez cette élégante femme de si précieux qu’un simple vol dans une maison quelconque ne pouvait suffire ? Etait-ce simplement pour se faire remarquer ? Il pouvait y avoir tant de raisons. Rosie ne pouvait plus attendre. Dictaphone toujours allumé dans une main, et calepin plein de notes dans l’autre, elle demanda d’une voix forte pour cacher le brouhaha : « Les habitants de Taleville veulent savoir à qui appartient cette mèche de cheveux ! Qui est-ce madame ? Qui est le voleur ? » Le coupable allait-il se rendre ou attendre qu’on vienne le menotter ? Cela devenait vraiment intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Lun 25 Juin - 15:12



Je sentais trop de regards posés sur moi. C’en était presque étouffant. Mais je préférais nettement devoir les supporter que de supporter quelque chose d'autre comme la situation si je n’étais pas venue à cette putain de réunion de merde. Ca aurait pire, même dix fois pire à supporter et à vivre avec. On aurait remarqué mon absence, et qui disait absence, disait aussi que j’avais tord… Or, je n’avais rien à me reprocher. Du moins, je l’espérais. Ainsi, je m’étais rendue à cette réunion coute que coute, malgré toutes les rumeurs étant donné que mes cheveux étaient de la même couleur que la mèche retrouvée chez le maire. Pour moi, ce n’était qu’une coïncidence… Sauf qu’il ne fallait pas oublier un détail dans cette histoire : et si le coupable faussait les pistes ? Et si on allait accuser une personne innocente ce soir ? Cette hypothèse – cette interrogation – ne cessait de virevolter dans mon esprit : et si j’étais accusée alors que j’étais innocente ? Après tout, je pouvais être accusée sans le savoir… Mais, ça serait vraiment étrange. Je sentis alors mon cœur s'accélérer, sous l'impulsion de cette peur et de cette inquiétude qui m'envahissaient de plus en plus.

« Ne t’inquiètes pas, à deux, nous sommes plus fortes et nous survivrons » me répondit Andrea, m’adressant un sourire encourageant qui sous entendait qu’elle comprenait parfaitement le malaise que je ressentais ce soir. Je lui retournai alors son sourire, mais le mien semblait un peu plus gêné que le sien. « Oh oui ! Heureusement ! » dis-je, en lâchant à la fin un petit rire - crispé. Je n’arrivais pas à me détendre. Mais j’étais heureuse qu’Andrea soit présente à coté de moi, ce soir. Je savais que je pouvais compter sur elle et que petit à petit, j’allais réussir à me détendre – ou pas. Finalement, la voix du maire fit taire tous les murmures et les regards se figèrent enfin sur sa personne pendant quelques instants. « Bonsoir à tous. Je sais que vous avez tous entendus parler du vol qu’il y a eu chez moi. Si j’ai fait appel à vous ce soir c’est pour vous annoncer une grande nouvelle. – petite respiration - Le voleur se trouve parmi nous et nous allons le démasquer devant tous les habitants de cette ville. ». A peine les mots tombés au sol, que les habitants de Taleville s’agitèrent à nouveau, se retournant vers leurs voisins pour les dévisager avec méfiance et reproche. Les murmures reprirent, et les regards se reposèrent pour une énième fois sur moi et Andrea – en autre. Je me mis à soupirer doucement, baissant un instant les yeux. C’était vraiment invivable ! « Qu’est-ce qu’elle insinue d’après toi ? » me demanda Andrea, une fois le discours du maire fini. Je posai alors mon regard sur son visage, et je me mis à réfléchir pendant quelques secondes. « Je pense qu’on est dans la merde. » finis-je par conclure, faisant une petite moue.

Puis, je replaçai mon regard sur la table des représentants pour enfin croiser celui de Spencer. Cependant, mon cœur eut un raté lorsque je vis son fauteuil vide. Mais où était-il parti ? Je devins alors pâle comme un linge, inquiète. A vrai dire, je connaissais à peine Spencer bien qu’on était à présent en couple… Depuis quand était-il parti ? Et surtout pourquoi ? Et si c’était lui le coupable ? Chose carrément fausse étant donné que la mèche était blonde… Mais si Spencer voulait me faire accuser à sa place ? Il aurait pu me prendre une mèche pendant mon sommeil… Mais encore une fois, c’était peu probable : j’avais passé la nuit chez lui et avec lui. Mes pensées furent à nouveau rompues quand la voix du maire retentit dans la salle pour la seconde fois de la soirée.

« Il n’y a pas de doute. Le laboratoire de la ville à analysé la mèche de cheveux appartenant au voleur. J’ai, en ma possession, les analyses juste ici. » Ce fut là qu’elle leva un dossier couleur rouge brun vers nous. Bien que les murmures s’étaient à nouveau arrêtés, on pouvait encore sentir cette aura de méfiance et de malaise au dessus de nous. La soirée promettait vraiment d’être… « En ce qui concerne la punition... Ce n’est pas à moi de décider, mais à la loi. Et au regard de l'article 311-4 du Code pénal 1° le vol est puni de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 $ d'amende, par conséquent celui-ci sera transféré dans la prison la plus proche de la ville. ». Jusqu’ici c’était logique. Un vol devait être puni par la loi. Cependant, mon cœur continuait toujours de battre rapidement, mais cette fois ci à la limite d’une crise cardiaque à cause de toute cette histoire. Je voulais sortir de cette salle. Je voulais m’y échapper. Je n’aimais pas du tout cette atmosphère, et surtout j'étais inquiète et angoissée au sujet de l'absence de Spencer… Où était-il ? Pourquoi il n’était pas venu m’embrasser sur la joue avant le début de la réunion ? Pensait-il que j’étais la coupable ? Finalement, je retombai à nouveau sur Terre en sentant mon iphone vibrer.

Qui pouvait bien m’envoyer un message à cette heure ci ? C’était peut être Spencer qui voulait me voir pour me parler ? Voulait-il rompre ? Les larmes aux yeux, et carrément perdue, je pris mon iphone de mon sac et je lis, la boule au ventre, ce message.

Citation :
Qu’est-ce que tu attends pour te dénoncer ma belle ? Spencer est parti parce qu’il se sent trahi et déçu n’est-ce pas ? Je le consolerai quand tu seras en prison, ne t’en fais pas ! xoxo

Bien entendu, c’était Rosie… Vous savez, la rouquine qui bave devant son patron... Pourquoi je n’y avais pas pensé plus tôt ? Cependant, je sentis la nausée venir. Son message pouvait très bien être la réponse à mes questions. Mais comment je pouvais lui faire confiance ? Depuis que c’était officiel avec Spencer, les stratagèmes de Rosie étaient devenus encore plus pervers, monstrueux et blessants. Qu’allait-elle encore inventer ce soir ? Néanmoins, je refusais de croire à cette éventuelle hypothèse.

Sentant son regard sur ma personne, je ne me retournai pas. Je ne voulais pas trahir ni mes sentiments, ni mes pensées. Je ne voulais pas lui faire autant plaisir. Visage caché – elle était assise derrière moi séparée de quelques rangs – elle ne pouvait que très peu m’observer.

Citation :
Vérifie tes sources, chérie. T’es loin de la réalité. Xoxo

Message fini, j’appuyai alors sur la touche « envoyer » avec aucune hésitation, et je reçus rapidement l’accusé de réception m'indiquant qu'elle allait bientôt lire ma réponse. Je ne pouvais pas la croire. Tout ceci semblait illogique. Inquiète et déboussolée, je tournai la tête vers Andrea. « Dis, est ce que tu penses que je suis la coupable ? ». Ce n’était qu’un murmure, rien de plus… Et même si j’étais sûre de mon innocence, je voulais me rassurer.

Cette réunion me broyait le ventre. J’étais au bord de la nausée, des larmes et de l’évanouissement. Et nom de dieu, où était Spencer ?... Ses bras et son odeur commençaient sérieusement à me manquer...

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ | SOMEWHERE


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 494
→ LOGEMENT : EN FUITE ;
→ JOB(S) : ANCIEN RECEPTIONNISTE DE L'HOTEL DE VILLE.
→ HUMEUR : MORT.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Lun 25 Juin - 17:06

Un vol avait eu lieu à Taleville. Durant la nuit. Cette nuit où Chandler s'était autorisé à quitter l'hôtel pour faire une ballade en ville. Il avait quitté son lit en douce. Il avait laissé Norah seule. Parce qu'il avait simplement besoin d'air. Alors, une promenade durant une nuit fraîche d'été ne pouvait qu'être bénéfique. Il avait entendu l'alarme de la maison du maire. Cette même alarme qui avait retenti dans toute la ville. Même à cinq rues plus loin de la demeure du maire, on l'entendait vivement. Le voleur était un fou. Il fallait être complètement cinglé pour s'introduire dans la maison du maire. Elle devait être sûrement hyper-protégée, possédant un système de sécurité haut-de-gamme. Et aujourd'hui, par la faute de ce crétin, ils étaient tous conviés ce vendredi soir pour en parler. Conseil de la ville. Une réunion complètement débile, qui ne servait à rien. Comme tous les vendredis. Oh, parfois, ils parlaient de rénover des maisons, ou de construire des commerces, d'élire des conseillers municipaux. Et parfois, c'était les égouts. Et en inédit, c'était l'histoire du vol. Fermant la porte de l'hôtel à clé, Chandler fut un des premiers à arriver à la salle du conseil. Il respectait Madame Le Maire. Sans plus. Il ne lui vouait pas une adoration particulière ; le temps qu'elle exécutait son travail de maire, tout allait bien. Cependant, Regina Mills avait la réputation d'être une femme forte, entreprenante, dominatrice. Et surtout qui ne se laissait pas faire comme ça. En écoutant le discours, le réceptionniste d l'hôtel laissait échapper quelques sourires. Elle en pensait plus que ce qu'elle disait. Bien sûr que Regina passait souvent au dessus des lois. Le coupable n'allait pas payer une vulgaire amende et aller en prison. Elle allait s'en occuper personnellement, elle allait lui faire la peau. Le punir beaucoup violemment.

Il écoutait les échanges, le discours de madame le maire. Il n'avait rien à dire sur le sujet. Cependant, il s'intéressait à ce qui allait être dit ou fait. Comment Madame le Maire allait elle procéder pour arrêter le malfaiteur ? En jouant à plouf-plouf ? Ce qui est sûr, c'est que ce soir, une tête blonde présente dans l'assemblée sauterait.

_______________________________



    I'M NOT DEAD. YOU ARE
    and those you love too, don't worry.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Lun 25 Juin - 17:21

Tâtant fièrement son insigne de policier -malheureusement, seulement stagiaire-, Eliott se tenait droit, derrière madame le maire, accompagné d'un autre policier. Il avait, avec son collègue, la responsabilité de toutes les personnes dans la salle. Il devait apprendre tous les risques du métier. Et si le voleur s'enfuyait, après avoir été découvert ? Ou s'il braquait une arme sur un autre habitant. Et bien, c'était bibi qui n avait la responsabilité de l'arrêter. De sortir son arme et de lui tirer une balle dans la tronche. Comme dans ses jeux vidéos. Avec Mortal Attack 3, où son personnage devait tirer sur tout ce qui bougeait. Et bien, là, le jeu vidéo s'appliquait dans la réalité, non ? S'en fichant clairement que la maire se fasse voler un bijou ou une connerie du genre, à deux francs six sous, le jeune homme avait beaucoup plus l'air de se préoccuper de la sublime Katherine. Oh, que sa cousine était resplendissante. Il lui faisait des yeux doux, essayant de capter son attention. Ou des clins d’œils grossièrement discrets jusqu'à ce que la rouquine parte. .Okay, il était clairement un gros clown, pas du tout crédible dans le rôle du beau policier protecteur. Il était plus comme un certain Jason Stackhouse -le policier qui baise avec toutes ses victimes-.

Mais il s'en fichait de ça, il était fier de ce qu'il était. Un policier. (Stagiaire, ça casse l'image).
Revenir en haut Aller en bas
Andrea ♡ don’t leave me here alone


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 296
→ JOB(S) : travaille au TALEVILLE PUBLIC LIBRARY
→ HUMEUR : Joyeuse



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mar 26 Juin - 17:45



Les chuchotements autours de deux têtes blondes commençaient à énerver Andrea, doucement mais surement. Elle tourna alors la tête va certains habitants de la ville, trop insistants, et les regarda droit dans les yeux. Elle ne comptait pas baisser le regard devant des inconnus, et encore moins quand ces inconnus la montre du doigt. Après quelques secondes, ils finirent par baisser les yeux, et elle tourna la tête, contente de cette petite victoire.

Elle regarda ensuite autour d’elle, cherchant des têtes qu’elle connaissait. Elle croisa le regard de Kat, qui la fixait au moment même et lui sourit, tout en faisant un signe de la main. Katherine était surement la seule habitante de Taleville à ne pas voir la venue de cette troupe de jeune d’un mauvais œil. Elles s’étaient beaucoup rapprochées depuis quelques jours, et elle commençait à se faire confiance. Andrea était rassurée. S’il lui arrivait quoi que ce soit, elle savait que Kat serait présente pour le défendre … Du moins, elle l’espérait.

Son attention fut ensuite dirigée vers une jeune femme qui venait d’entrer et essaya de se faire remarquer le moins possible, avant que madame le Maire ne reprenne à nouveau la parole. Elle possédait les résultats provenant de la mèche de cheveux, le criminel était donc déjà connu … Elle attendait quoi alors ?
« Je pense qu’on est dans la merde. » Sa nouvelle amie n’avait pas trop et l’intuition d’Andrea lui fit rapidement comprendre que cette histoire allait leur tomber sur les épaules, à elles, comme à tous les nouveaux venus.

En un seul regard, Andrea inspecta la pièce, cherchant les différents sentiments que l’on pouvait lire sur les regards des habitants. On voyait bien que certains se disaient innocents, et se demandaient déjà si une récompense serait donnée à ceux qui trouveraient le voleur. D’autres rigolaient à cette nouvelle, il y avait enfin un peu d’animation dans leur petit ville. Et il y a ceux qui commencent à stresser et à avoir peur.
A mes côtés, je sentais Jude se contracter. Toute cette pression et cette histoire avaient l’air de la chambouler, et je suivis son regard vers une chaise vide, occupée plus tôt par son copain actuel. La jeune blonde plongea son regard dans celui de sa camarade, tentant de chercher le vrai ou le faux puis répondit à sa question, murmurée, de sorte que seule Andrea puisse l’entendre.
« Je pense que tu n’es en rien concernée dans cette histoire. Par contre, si tu veux parler d’un autre point, je suis là » Elle parlait de sa relation avec Spencer. Elle en avait eu vent grâce ou à cause aux ragots tournant autour des nouveaux amoureux. Les gens n’avaient-ils que ça à faire de leurs journées ? « Par contre, j’en ai marre qu’elle tourne autour du pot ! Si elle sait qui est le vilain de l’histoire, qu’elle nous le dise ».

Andrea prit donc son courage à deux mains, souffla un bon coup, puis se mit debout, face au Maire de la ville. Elle s’éclaircit la gorge, tentant d’attirer l’attention vers elle, et lorsqu’elle se sentit enfin prête, elle prit la parole. « Madame le Maire, je m’excuse de couper court à toutes ses interrogations. Je m’appelle Andrea Anderson, comme beaucoup le savent, je suis nouvelle à Taleville. Mais je ne suis pas ici pour parler de moi, mais de vous, sans être impolie. Vous dites connaitre le voleur … Vous en avez la preuve. Alors qu’attendez-vous pour l’arrêter ? Je me fiche de savoir comment cette personne sera punie, je veux juste pouvoir rentrer dans mon appartement sans avoir peur. »

_______________________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marineaude.tumblr.com
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mer 27 Juin - 14:54

Taleville, un endroit assez tranquille à première vue. Et pourtant, aujourd'hui, la population était en effervescence! Plus tôt dans la journée, tout le monde avait eu la surprise de découvrir dans le journal la nouvelle suivante: la maison du Maire avait été cambriolée. Bah tiens, en voilà une drôle de chose!! Et comme il s'agissait bien d'un événement grave, la population de la ville était joyeusement invité à un charment conseil dans la soirée. Mm... Voilà qui sentait les réjouissances à plein nez! Harmony n'aimait pas beaucoup ce genre de situation. Mais elle se sentait quelque part obligée de venir.
Pas encore partie au travail, elle se trouvait dans son salon et posa le journal sur la table basse qui trônait dans la pièce, tout ça pour attraper sa tasse de thé.

Une fois terminée, elle quitta son appartement pour ouvrir son commerce; même là, les clients ne parlaient que de ce qui s'était, le cambriolage... Elle soupira et leva les yeux au ciel: vivement qu'il se termine, ce conseil.
L'heure fatidique arriva enfin. Alors qu'elle avait fermé son salon de thé il n'y avait pas longtemps de cela, Harmony arriva à la salle du conseil. Elle balaya la pièce de son regard bleuté rapidement. Oui, il y avait des têtes connues. Pandore, Jude-Mei, Spencer, entre autre. Il restait à se choisir une place stratégique. Au milieu, c'était bien... Ni trop près du Maire, ni trop loin de la sortie, pour pas que cela ne semble louche. Harmony, en général, n'était pas du genre à faire des vagues, mais les gens pouvaient bien cacher leur jeux quelques fois. On pouvait soupçonner tout le monde, et surtout les personnes les plus discrètes en temps normal.

« Bonsoir à tous. Je sais que vous avez tous entendus parler du vol qu’il y a eu chez moi. Si j’ai fait appel à vous ce soir c’est pour vous annoncer une grande nouvelle. Le voleur se trouve parmi nous et nous allons le démasquer devant tous les habitants de cette ville. »

Au moment où le Maire prit la parole, Harmony venait de s'asseoir. Lorsqu'elle entendit que le voleur était dans la salle, une boule vint nouer son estomac. Vraiment, ici? Le premier reflex qu'elle eut fut de regarder à sa droite et à sa gauche. Oui, on soupçonnait toujours ses voisins les plus proches. Comment pouvait-elle en être aussi certaine? Après tout, elle n'avait jusque là, pas de preuve!!
La preuve, allait bien vite arriver cependant, du moins on le croyait. Car Madame le Maire continua par:

« Il n’y a pas de doute. Le laboratoire de la ville à analysé la mèche de cheveux appartenant au voleur. J’ai, en ma possession, les analyses juste ici. »

Et bah voilà! La boule qu'Harmony avait se renforça. Si elle avait les analyses, qu'attendait-elle pour rendre le nom public? Que cette histoire se termine, bon sang!

« En ce qui concerne la punition... Ce n’est pas à moi de décider, mais à la loi. Et au regard de l'article 311-4 du Code pénal 1° le vol est puni de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 $ d'amende, par conséquent celui-ci sera transféré dans la prison la plus proche de la ville. ».

Une punition, bah tiens! De l'intimidation oui! Car pour l'instant, le Maire ne prouvait rien du tout! C'est vrai, pourquoi ne pas arrêter le coupable tout de suite? Cela n'avait aucun sens! Harmony pensait qu'elle cherchait plus à gagner du temps... Maintenant, restait à savoir si elle avait raison. De toutes les façons, il semblait qu'elle n'était pas la seule à trouver ça étrange. Andrea, une jeune femme fraîchement arrivée à Taleville, prit la parole faisant clairement comprendre qu'il ne servait à rien de tourner autour du pot. Harmony signala qu'elle était d'accord par un vigoureux hochement de tête, qui passa certainement inaperçu.
A présent, Harmony était comme captivée par les lèvre de Madame le Maire, car elle savait que bientôt elles allaient se remettre à bouger, pour annoncer une réponse quelconque et, elle espérait que ce qu'ils attendaient -presque- tous serait révélé au grand jour...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mer 27 Juin - 17:37

« the thief behind you »

TOUS ♦ conseil de la ville


Plein d'énergie, je saluais mon hôte qui ne perdit pas de temps pour me servir un café, ce qui me fit sourire. Je commençais à m’habituer à Taleville et certaines personnes s’habituaient à moi. Elle avait parfaitement compris que j’avais besoin d’un café le matin pour pouvoir avancer, que c’était une sorte de drogue, même si je continue à le nier. J’allais me chercher un journal, me tenant au courant de ce qui se passe en ville comme tout bon détective. L’événement du moment semblait être un vol, mais pas n’importe lequel… Une personne se serait introduite dans la maison de Madame le Maire et aurait dérobé une boîte à bijoux. Il aurait probablement volé plus si elle n’était pas arrivée à temps ! Je devais l’admettre… Bien joué, autant d’un camp que dans l’autre : s’introduire dans une des demeures les plus importantes de la ville et réussir à s’enfuir, tout comme être la personne la plus chanceuse du monde et se pointer chez soi quand il faut. Comme tous les jours, je me brûlais en portant ma tasse à mes lèvres tout en lisant le journal. Et comme tous les jours, je jurais contre moi-même. Ce que je pouvais être idiot parfois (« parfois » étant ici synonyme de « tous les matins »). Je fus étonné de voir que mon nom apparaissait dans la rubrique qui était équivalente à la rubrique potins… Cette ville était bien surveillée, et au vu du vol, plus par les journalistes que par les forces de sécurité comme le sheriff. Je soupirais, voyant que ma soirée avec Katherine et William n’était pas passée inaperçue. J’allais devoir faire plus attention désormais, même si ce genre d’événement ne pouvait que me faire passer pour quelqu’un de « normal ». Terminé, je reposais le journal sur la table avec la ferme volonté de terminer mon café. « Monsieur Blackrain, vous avez lu cette horrible nouvelle ? » Je sursautais légèrement et souris gentiment à mon interlocutrice. « Le vol chez Madame le Maire ? C’est en effet une surprise, je pensais que Taleville était une ville calme. » « En ce moment, tout est en mouvement vous savez. Nous n’avons jamais eu d’étrangers ici et voilà qu’il y en a plusieurs » « Accuseriez-vous des personnes dans mon cas ? » « Oh non, pas vous. Je vous fais confiance ! Vous ne feriez pas de mal à une mouche avec votre café » Je ris même si j’étais conscient qu’elle avait totalement tort. Je n’étais pas un saint, au contraire, j’étais plutôt une sorte de monstre. Cela faisait quelques années que j’avais ôté la vie à quelqu’un, et j’avais toujours la possibilité de me balader un peu partout dans le monde. On ne me suspectait de rien, on me demandait d’enquêter sur certains crimes, alors que j’étais moi-même un criminel. Quel genre d’honnête homme suis-je alors ? « Vous viendrez au conseil ? » « Le conseil ? Oh oui… Ce soir c’est bien cela ? Je me ferai un plaisir de vous accompagner si vous le voulez » Elle sembla ravie mais déclina l’offre, et je m’occupais toute la journée, patient, jusqu’à l’heure qu’elle m’avait indiquée. Mais j’aurais peut-être du mieux surveiller l’heure ou mettre une alarme, parce que j’ai quitté ma chambre un petit peu en retard… J’allais rater le début… Même si j’en étais extrêmement déçu, je pouvais arriver pour la suite et comprendre la situation en cours de route. Je poussais les portes discrètement et me faufilais dans la salle en essayant de me faire voir par le moins de personne possible. « Il n’y a pas de doute. Le laboratoire de la ville a analysé la mèche de cheveux appartenant au voleur. J’ai en ma possession les analyses, juste ici. » Madame la Maire, sans aucun doute, mais je le savais déjà. Je remarquais Katherine et allais m’asseoir derrière elle. « En ce qui concerne la punition... Ce n’est pas à moi de décider, mais à la loi. Et au regard de l'article 311-4 du Code pénal 1° le vol est puni de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 $ d'amende, par conséquent celui-ci sera transféré dans la prison la plus proche de la ville. » Certaines questions avaient peut-être déjà été lancées… Je ne comptais pas m’impliquer pleinement dans cette affaire, mais j’étais curieux. Je savais que je devais rester un peu éloigné, mais pas trop, de toutes ces histoires si je ne voulais pas mal finir : ce n’est pas comme si j’étais un étranger restant à Taleville sans raison vraiment valable.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ | I'M THE QUEEN


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 566
→ LOGEMENT : PARTOUT ET NULLE PART ;
→ JOB(S) : MAIRE DE TALEVILLE
→ HUMEUR : EVILIQUEMENT VOTRE



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Mer 4 Juil - 17:52


Debout devant toute la salle, Regina avait une vue parfaite. Une vue sur tous les visages, tous les habitants. Elle pouvait voir chaque expression, chaque émotion dans le regard de ses pauvres personnes qui la scrutaient attendant un semblant de réponse. Elle adorait ça. Elle adorait avoir ce pouvoir, rien qu’avec des mots ils étaient là. A ses pieds. Patientant et curieux. Regina voulait profitait de ce moment, mais surtout elle voulait montrer que c’était bien elle la chef et qu’on ne pouvait pas voler quelque chose chez elle sans en payer le prix. C’était rêver. Les yeux ouverts en plus. Elle s’avança légèrement pour répondre aux questions de Rosie, l’une des journalistes. Elle avoua, sans le moindre problème ce qu’elle avait sous la manche de sa chemise. Comme un jeu de poker, le jeu de la reine était parfait. Personne ne pouvait la battre. Même pire, elle avait alors avoué la punition, puisqu’on lui avait posé la question.

Elle admit alors qu’elle n’aurait en aucun le droit du décider de la punition. Il ne fallait pas abuser du pouvoir et qui conque qu’une reine pour le savoir ? A peine terminé, Rosie s’empressa de reprendre la parole. Regina savait qu’une multitude de questions allait se poser. Elle savait, puisqu’elle avait déjà des centaines de réponses. Se distinguant parmi le brouhaha qui s’était de nouveau installé, Rosie lança la question ultime. A qui était la mèche de cheveux blonds. Regina fit un signe aux policiers qui étaient là. Ils devaient se tenir prêt. Si jamais la personne décidait à prendre la fuite, Regina voulait que tout soit prêt pour qu’on l’attrape. Alors qu’elle allait répondre, ouvrant d’ailleurs le dossier devant elle qui contenait toute les informations nécessaires, une jeune fille prit la parole plus loin.

Andréa Anderson. Regina lui offrit un sourire, puisque c’est ainsi qu’un maire doit être devant toute personne. C’était une de ses nouvelles arrivantes. Dans le genre je débarque. Et surtout dans le genre : rien qu’en débarquant je rentre dans la liste noir du maire. Elle avait du culot d’oser poser ce genre de question tout en insinuant que le maire disait des choses inutiles.

« - Mademoiselle Anderson, j’apprécie votre honnêteté.» Le maire brisa son contact visuel avec la demoiselle pour poser ses yeux sur tous les habitants de la ville. « - Ce n’est pas pour rien que j’ai attendu ce moment précis pour divulguer le nom du coupable. Ici a Taleville on a toujours mit un point d’honneur à la sécurité de nos habitants. Sachez, Miss Anderson que la ville aurait arrêté le coupable plus tôt si nous avions eu les résultats plus tôt. J’ai reçu les papiers seulement 5 minutes avant le début du conseil, mais quoi de mieux que le conseil de la ville pour faire comprendre à tout autre individu qui souhaite mettre un pas dans ce genre de secteur hors-la-loi ce qui risque de lui arriver ?» Le maire s’écarta un peu, laissant ses yeux défilait sur les visages des habitants.

« - Nous ne sommes pas dans une grande ville ici, où nous n’avons pas assez de temps à consacrer à nos habitants et où on prend des décisions sans les avertir. Les choses doivent se faire correctement et ce, pour le bien de tous alors peut-être que vous vous fichez pas mal de la punition du voleur, mais sachez qu’ici, on ne laisse rien au hasard.»

Le maire s’avança alors une dernière fois devant le micro. Prenant l’une des feuilles posées devant elle. Le nom de la personne à qui appartenait la mèche de cheveux était écrite en gras.

« - Je crois qu’il est temps de passer aux choses sérieuses, vous ne croyez pas ? »

_______________________________


Let's be cruel to those who ask for it.
let's be cruel to those who deserve it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Jeu 5 Juil - 1:52

« Je vais bien rire ce soir... » Elle décida de tourner la tête vers la personne ayant prononcé ceci, dont elle n'avait jusqu'alors senti que la présence juste à côté d'elle, mais aussi une odeur enivrante qu'elle semblait avoir déjà rencontrée. Il s'agissait d'un homme, qu'elle n'avait jamais vu auparavant, à Taleville, mais elle garda cette impression assez troublante de le connaitre dans un temps très lointain. Face à sa remarque, Iseult ne put s'empêcher d'afficher un sourire hilare, montrant qu'elle partageait visiblement l'avis de l'homme à ses côtés. Pourtant, elle n'osa pas réellement lui adresser la parole, quelque peu intimidée par sa prestance, et surtout cette aura d'inconnu qu'il dégageait. Son sourire ne fit que s'emplifier lorsque, quelques secondes plus tard, Leïla Ward, une jeune femme aveugle qu'Iseult appréciait tout particulièrement, s'assit par mégarde sur les genoux de Gabriel. Laissant échapper un rire léger, elle fut amusée par cette situation, et surtout par la gêne visible de Gabriel et Leïla. « Oh mille excuses! J’espère ne pas vous avoir fait mal. Excusez-moi… » se répandit-elle en excuses, toute troublée. « Ce n'est rien Leïla. » la rassura Iseult. Elle déposa sa main sur celle de la jeune femme, indiquant ainsi sa présence, en se penchant quelque peu pour l'atteindre. « Ce n'était que Gabriel. » expliqua t-elle, certaine qu'elle ferait le rapprochement et en déduirait qu'il s'agissait de son petit-ami. Elle se replaça enfin normalement, ne pouvant s'empêcher d'être troublée soudainement par une impression de déjà vu. Comme si... se trouver entre Gabriel et cet homme inconnu était une habitude, une routine passée, dans des temps révolus.

Mais tu arrêtes avec tes impressions à la noix? se violenta Iseult, tentant de reprendre le fil des évènement. Elle avait passer plusieurs minutes dans son petit monde, et avait loupé une certaine partie de la conversation qui se jouait devant elle. La tension était à son comble, et Andréa, une nouvelle venue à Taleville, avait prit la parole, en demandant poliment au Maire quand elle comptait dévoiler la véritable identité du coupable, au lieu de nous faire mijoter. Iseult apprécia son intervention mais se garda bien de le montrer, gardant un air impassible, les bras croisés sur sa poitrine, observant silencieusement l'échange. « Ce n’est pas pour rien que j’ai attendu ce moment précis pour divulguer le nom du coupable. Ici a taleville on a toujours mit un point d’honneur à la sécurité de nos habitants. Sachez, miss anderson que la ville aurait arrêté le coupable plus tôt si nous avions eu les résultats plus tôt. J’ai reçu les papiers seulement 5 minutes avant le début du conseil, mais quoi de mieux que le conseil de la ville pour faire comprendre à tout autre individu qui souhaite mettre un pas dans ce genre de secteur hors-la-loi ce qui risque de lui arriver ? » Cette femme avait décidément un charisme indéniable. Debout, là, face à cette assemblée d'habitant, elle les tenait tous en haleine, avec un certain air plein d'autorité, qui faisait un certain effet. Iseult admirait cette femme, et nourrissait tout de même pour elle une certaine frousse, inexplicable. « Nous ne sommes pas dans une grande ville ici, où nous n’avons pas assez de temps à consacrer à nos habitants et où on prend des décisions sans les avertir. Les choses doivent se faire correctement et ce, pour le bien de tous alors peut-être que vous vous fichez pas mal de la punition du voleur, mais sachez qu’ici, on ne laisse rien au hasard. » Elle marquait un point. Iseult attendait, piquée par la curiosité, comme tous les habitants présents, à ce qu'elle pouvait observer. « Je crois qu’il est temps de passer aux choses sérieuses, vous ne croyez pas ? » proposa Madame le Maire. « En voilà, une bonne idée! » chuchota Iseult, ironiquement, faisant référence à ce suspens assez agaçant que madame le Maire semblait vouloir faire régner dans l'Assemblée, les seules personnes pouvant l'entendre étant Gabriel et l'homme à côté d'elle. Elle savait bien que son petit-ami se contreficherait de sa remarque, si bien qu'elle aurait pu la garder pour elle même. Mais peut-être n'avait-elle tout simplement par pu résister à établir une once de contact avec cet inconnu si proche d'elle, qui l'intriguait follement.

Elle ne pouvait pas le nier, elle était tendue, et avait vraiment hâte de connaitre l'identité du voleur, mais surtout, elle désirait voir comment la ville allait surmonter une histoire aussi inhabituelle que surprenante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Lun 9 Juil - 16:55

Cette histoire de voleur l'amusait plus que tout. Il avait bien envie de savoir qui allait être accusé, si accusation il y avait, et voir comment cet individu allait se défendre. Bien entendu que le voleur n'était pas Castiel, c'était tout à fait absurde ! Il avait tout ce qu'il voulait à portée de main dans son manoir et avait assez d'argent pour acheter tout ce qui lui manquait. Et alors qu'il était en train de réfléchir, il vit une jeune femme s'asseoir sur l'homme à côté de sa voisine .. Ce qui le surprit un peu. Ce n'est qu'en voyant son regard qu'il comprit qu'elle était aveugle et avait juste fait une mégarde. Il l'observa s'asseoir à côté du petit ami présumé de cette blonde qu'il n'avait pas encore pris le temps d'admirer. La maire reprit enfin la parole.

« - il n’y a pas de doute. le laboratoire de la ville à analysé la mèche de cheveux appartenant au voleur. j’ai, en ma possession, les analyses juste ici. »

Le sourire de Castiel s'agrandit. Ainsi, ils allaient savoir tout ! Cette mèche de cheveux blonde qui bien sûr ne lui appartenait pas .. Il observa la jeune femme à côté de lui. Elle était blonde. Était-ce celle qui avait volé tout cela ? Non. En la regardant un peu plus, il vit qu'elle avait l'air de la parfaite innocente. C'était absurde de s'en tenir aux apparences mais elle avait cette aura qui lui semblait familière, et qui lui assurait qu'elle n'avait rien à faire dans tout cette histoire. Elle était jolie. Trop jolie pour son propre bien, ne put-il s'empêcher de penser. Finalement, il reporta son attention sur le maire qui tenait en ses mains un dossier à la couverture rouge.

« - en ce qui concerne la « punition ». ce n’est pas à moi de décider, mais à la loi. et au regard de l'article 311-4 du code pénal 1° le vol est puni de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000 $ d'amende, par conséquent celui-ci sera transféré dans la prison la plus proche de la ville. »

La prison. Castiel ne put s'empêcher de penser que c'était un peu strict pour de tels larcins de bas étage, mais c'était la loi, et il ne pouvait rien faire pour empêcher la justice de donner une quelconque peine à la personne coupable d'un tel crime. Il était juste heureux de ne pas être concerné par cette annonce, même si de nombreux regards en sa direction lui indiquèrent que ce n'était pas l'avis de tout le monde. Oui, avec son air sarcastique et sa réputation de grand méchant loup, il était sûrement un des suspects dans cette affaire. Les commérages allaient de bon train. Quand une rouquine posa une question d'une voix forte, Castiel ne put s'empêcher d'écouter.

« Les habitants de Taleville veulent savoir à qui appartient cette mèche de cheveux ! Qui est-ce madame ? Qui est le voleur ? »

En tout cas, celle-ci n'était sûrement pas responsable du crime. Elle était bien trop curieuse et avide de réponses. EN plus, sa couleur de cheveux n'allait pas. Par contre, celle qui prit la parole ensuite était assez intéressante pour Castiel, avec sa chevelure de blé ..

« Vous dites connaitre le voleur … Vous en avez la preuve. Alors qu’attendez-vous pour l’arrêter ? Je me fiche de savoir comment cette personne sera punie, je veux juste pouvoir rentrer dans mon appartement sans avoir peur. »

Un petit rire sortit de la bouche de Castiel. Une idiote, encore une. Avoir peur de rentrer dans son appartement à cause d'un vulgaire voleur ? Mais les gens étaient tellement craintifs ! Bientôt, ils auraient peur en croisant un hérisson sur le trottoir ! Il continua à rigoler silencieusement en attendant la réponse à cette question étrange. Et heureusement, madame le maire commença à lui répondre et à révéler que oui, elle savait le nom du coupable. Et qu'en plus de ça, elle allait le révéler. Se relevant sur son siège, Castiel observa la scène avec un sourire. Allez ! Il n'attendait plus que ça, pour pouvoir éclater d'un grand rire !

« Ce serait presque à se demander si elle ne s'amuse pas de la situation .. » murmura-t-il pour lui et ses voisins. Elle faisait tirer cette réunion en longueur alors qu'elle avait les résultats depuis le début. Alors pourquoi ne pas les révéler maintenant et procéder à l'arrestation ? Et si toute cette histoire n'était qu'une supercherie ? Finalement, Castiel leva le doigt avec un petit sourire, et dit d'une voix forte : « Allez, passons aux choses sérieuses. »
Revenir en haut Aller en bas
PNJ | I'M THE QUEEN


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 566
→ LOGEMENT : PARTOUT ET NULLE PART ;
→ JOB(S) : MAIRE DE TALEVILLE
→ HUMEUR : EVILIQUEMENT VOTRE



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Ven 20 Juil - 12:07


La tension était palpable. Le maire venait de réussir avec brio. Elle avait réussi à faire naitre le suspense, le doute et le tout en une fraction de seconde. Le voleur, son nom était écrit sur l’une des feuilles que le maire tenait entre les mains. Elle chercha parmi la foule le visage de ce voleur dont le nom résonnait dans sa tête. Jusqu’à ce qu’elle le trouve. Là, parmi les autres habitants, attendant avec les autres que le maire prononce enfin le nom. C’était un suspect potentiel que la police avait mis parmi la liste, bien avant que la mèche de cheveux ne soit trouvée. Elle avait envie de savoir, oui. Elle avait envie de savoir si ce crétin savait ce qu’il avait volé où s’il était aussi stupide que maudit. Il y avait peu de chance qu’il sache que dans la boite ce trouvait un objet que Regina convoitait. Le silence s’installa un moment. Deux policiers surveillaient l’entrée de la salle et d’autres étaient posés un peu plus loin. Ils étaient prêts à attraper le voleur.

« - Monsieur Chandler Banister, au nom de la loi, vous êtes en état d’arrestation pour vol avec – Chandler entend alors son nom et immédiatement se met à se lever et à chercher une issue. – Attrapez-le ! »

Descendant de la petite scène, perchée sur ses talons hauts, Regina regardait la scène. Les habitants s’étaient levés et cela n’aidait pas du tout les policiers qui étaient là. Certaines personnes se firent même bousculer violement ! Mais Chandler n’avait pas donné son dernier mot. Il avait repéré une salle derrière la salle du conseil. Une salle où plus tôt son ami Spencer était rentré pour y faire on ne sait quoi. Après avoir sauté et foncé sur la porte il referma celle-ci. Il se trouva ensuite nez à nez avec Spencer debout et Katherine qui venait de se lever. Mais pas de temps à perdre, il poursuivit sa route se dirigeant vers l’une des fenêtres. Katherine n’avait sans doute pas entendu le maire dire son nom, allez savoir de quoi ils parlaient tous les deux, là. Seuls. Mais Spencer savait qu’il était le voleur, parce que le maire lui disait tout. Suivant son instinct il attrapa la cheville de Chandler qui se retrouva à terre. Il voulut le frapper pour le garder à terre, mais Chandler lui envoya un coup puissant dans l’abdomen avant de lui offrir une belle droite. Spencer se retrouva dans les bras de Katherine et alors qu’il se releva un nouveau coup le propulsa en arrière, écrasant la demoiselle contre le mur. Alors que les coups contre la porte se firent entendre, Chandler cassa la vitre, monta sur un carton et se faufila alors que Spencer tenta une dernière fois de l’attraper. En vain. Même la course poursuite dans la ville n’amena à rien.

Chandler Banister venait de s’enfuir et Regina était trop calme. Se tournant vers Pandore qui était là, Regina avoua :

« - Il ne peut pas se cacher, il ne peut pas s’enfuir. » elle lui lança un sourire avant de rajouter : « - On décidera de son sort ce soir ? Autour d’un thé ? »

La plupart des habitants commençaient déjà à sortir de la salle du conseil. C’était une catastrophe et Regina adorait ça. Elle n’avait qu’à aller chez Chandler et y retrouverait peut-être sa boite. En attendant, elle allait devoir jouer le rôle du maire furax pendant un moment. Elle se dirigea d’ailleurs vers la salle derrière le conseil lançant un coup à la pièce.


_______________________________


Let's be cruel to those who ask for it.
let's be cruel to those who deserve it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ♦ THE THIEF BEHIND YOU.   Aujourd'hui à 10:15

Revenir en haut Aller en bas
 

♦ THE THIEF BEHIND YOU.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Livre]Book Thief - Markus Zusak
» Thief the Dark Project Better than Minecraft
» Thief 4 pourra être terminé sans tuer le moindre ennemi.
» TOPIC DE THIEF 4 OU THI4F OU NUTHIEFF OU TOUT SIMPLEMENT "WHATS YOURS IS MINE"
» Thief

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-