Partagez | 
 

 DAELYSIA Ϟ On appelle ça une crise de folie passagère !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


→ INSCRIT DEPUIS : 28/11/2012
→ MESSAGES : 371


MessageSujet: DAELYSIA Ϟ On appelle ça une crise de folie passagère !   Lun 8 Avr - 18:12


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] daelysia et morning



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] Bip. Bip. Biiip. « Mmm… Allo ? » « Morning ? Ne me dis pas que tu dormais encore : il est dix heures passé ! » « On est dimanche, Maman… Qu’est-ce que tu veux ? » « Tes frères sont injoignables et j’ai besoin que quelqu’un aille chez le primeur pour moi. » Je soupire de façon exagérée, histoire de bien faire comprendre à ma mère que j’ai tout sauf envie de faire des courses un dimanche matin. Mais au lieu de l’envoyer bouler, je me lève et attrape à la volée le bloc note et le stylo qui trainent sur ma table de chevet. Que voulez-vous : c’est ma petite maman à moi. « Qu’est-ce qu’il te faut ? » Résignée et à moitié endormie, je note la dizaine d’articles qu’elle me dicte de l’autre bout du téléphone. Mon écriture est brouillonne, comme toujours. Et je suis presque sûre que j’ai mal orthographié topinambour.
« Sois à la maison dans une heure, que j’ai le temps de préparer tout ça. Et ne sois pas en retard ! » C’est sur ces derniers mots pour le moins autoritaires que la conversation se termine. Instinctivement, je me tourne vers le lit de Cobain, histoire de pouvoir échanger avec lui un regard entendu. Mais tout ce que je vois c’est un gros tas de couette sans personne d’emmitouflé à l’intérieur. « Cobain ? » Pas très convaincue, je me lève et traverse notre minuscule appartement pour jeter un œil dans la salle de bain. La poisse, il n’y a personne à l’intérieur. Est-ce que je vais vraiment devoir me farcir la corvée de courses toute seule ? Je reviens sur mes pas pour aller dans la cuisine : mon dernier espoir est un éventuel mot laissé par mon coloc’ pour me dire qu’il rentre bientôt. Malheureusement, il y a bien une note aimantée au frigidaire, mais celle-ci dit que « Je suis parti courir, je te rejoins chez ta mère. Bisous mon Momo’ ». Super…

Je vous parie que vous n’avez jamais vu une fille déjeuner, se laver, et s’habiller en cinq minutes montre en main ? Et ouai, j’ai un super pouvoir. Ou plutôt un côté masculin un peu trop prononcé qui fait que, la plupart du temps, je ne me coiffe pas et je ne me maquille pas avant de sortir de chez moi. Dites bonjour à Morning l’épouvantail !
Je dévale les escaliers à toute vitesse et manque au passage de faire tomber un de mes voisins. Je me retourne sans pour autant m’arrêter, et je m’excuse avec un grand sourire avant de sortir et de faire signe au bus de s’arrêter. Ça c’est du timing. Plutôt étonnant pour quelqu’un qui est toujours à la bourre, nan ?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]« Ça fera cinq dollars. » Je tends l’argent au vendeur de légume et le remercie. Quand je me retourne, il est là. Je me fige, comme tétanisée, et je le dévisage avec insistance sans pouvoir m’en empêcher. Lui, c’est mon père. Ou plutôt le mec qui a engrossé ma mère avant de se tirer. C’est un sale type. Un connard. Une enflure que je me ferais un plaisir d’écraser en voiture si je savais conduire. Je le fixe toujours, sans la moindre discrétion. Mais je ne me fais pas de soucis : il ne va pas le remarquer. Il ne va pas me remarquer. A ses yeux, je n’existe pas. Ça a toujours été comme ça. Pourtant, alors que je recommence à respirer et à reprendre le cours de ma vie comme si de rien n’était, il croise mon regard. Mon cœur fait un bond et c’est comme si mes tripes étaient remontées dans ma gorge. J’ai un mouvement de recul lorsque mon père esquisse un signe de la main vers moi. Je me retourne : ce geste amical doit forcément être destiné à quelqu’un d’autre… Mais personne n’a l’air de lui prêter attention à part moi. « Morning ! » WTF ! Il s’approche et il a dit mon prénom. Je suis au bord de la crise de panique, je crois même que je tremble. Je recule et cherche des yeux une échappatoire. C’est là que je reconnais un visage parmi la foule et, sans réfléchir, je me précipite vers lui. C’est Daelysia, une collègue de boulot sympa avec qui je passe quasiment toutes mes pauses. Je saisie l’occasion et me cramponne à son bras. « Oh putain, Dae ! Ça va ? Tu vois, c’est ça que j’adore dans cette ville : tu peux aller n’importe où, tu tombes toujours sur une tête connue ! » Et sans attendre de réponse, je la traîne dans une petite boutique. Je ne saurais dire si elle résiste ou non.


_______________________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
m o r n i n g Ϟ Life is not a spectator sport. Win, lose, or draw, the game is on. So go ahead, argue with the ref, change the rules, cheat a little, take a break and tend to your wounds. But play. Play. Play hard. Play fast. Play loose and free. Play as if there's no tomorrow.
© gzinserfrance.tumblr + janeporters.tumblr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://your-lips-on-my-lips.forumactif.org/
 

DAELYSIA Ϟ On appelle ça une crise de folie passagère !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je m'présente, je m'appelle Gouniaf...
» [Caduc] 1457 - Décret du plan de mesures de sécurité en cas de crise
» Un enfant qui pique une crise de joie
» Fraternité, subit la crise économique
» salut je m'appelle david

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: Tout s'y joue-