Partagez | 
 

  “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Dim 13 Mai - 21:25



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

Il regardait le coucher du soleil de la fenêtre de son bureau. Assis dans son fauteuil, il était intrigué par la vu qu'il avait sur la ville. Tous les soirs, c'était la même chose, il oubliait complètement ce qui se passait autour de lui pour se concentrer sur dehors. Il faut croire que Spencer est loin d'apprécier être au même endroit longtemps. C'était devenu une manie chez lui, de bouger. Même si ce n'est que de quelques mètres, c'était déjà assez suffisant. Il se leva alors, la nuit commençait déjà à prendre le contrôle de la ville. Certains rédacteurs étaient encore aux travailles, d'autre étaient rentrés. Spencer prit sa veste et dirigea vers l'ascenseur. Il était presque 21h, mais en été le soleil à tendance à se coucher plus tard. Il ne faisait pas mauvais, mais la nuit, il fait plus frais. En sortant du bâtiment, il s'arrêta, sortant son paquet de cigarette. Le journal lui donnait parfois des coups de stress qu'il ne pouvait régler avec autre chose que la cigarette. Un moyen de décompresser comme un autre, le pauvre fume depuis ses 14 ans. Il avait arrêté pendant 8 ans, mais en sortant de l'hôpital c'est la première chose qu'il avait faite. Fumer. C'était presque désespérant.

Tant pis, la ville n'allait pas lui reprocher d'être un fumeur. Ce n'était pas quelque chose de si grave que ça. Il sortit sa cigarette, ainsi que son briquet et fuma. Il commença à marcher, se dirigeant vers le centre, histoire de se balader en même qu'il fum ait. Rester sur place, devant le bâtiment, c'était un peu pathétique. Il ne fumait jamais à l'intérieur, il trouvait ça irrespectueux pour ce qui ne supportait pas et qui ne voulait pas que le lieu empeste le tabac. Même dans son appartement, il fumait toujours la fenêtre ouverte, pour ne pas déranger les rares invités qui n'avaient pas peur d'entrer dans le dépotoir de monsieur. Cigarette en bouche et main dans les poches, il arriva à la place centrale. Aussi étrange que cela puisse paraitre, la ville était plus vivante la nuit. Les lycéens sortaient, les couples se baladaient et allaient au restaurant. Il s'assit sur un banc, pour faire passer le temps, se laissant légèrement tombé en arrière est fixé le ciel.

Il se rappela que petit, sa mère se moquer de lui parce qu'il avait toujours la tête tournée vers le ciel et il passait des heures comme ça. Il s'était même prit un torticoliune fois à cause de ça. C'était il y a longtemps maintenant. Entre le ciel qui était nuageux, le lampadaire pas loin qui s'alluma et quelque branche d'arbre, maintenant il apercevait la fumée de sa cigarette virevolté dans les airs. C'était des pauses essentielles dans sa vie, des instants comme aucun autre qui lui permettait de souffler. Au bout d'un moment, il remarqua que sa cigarette était finie, il se releva alors, balançant celle-ci par terre et l'écrasant quand il aperçut un visage connu en face de lui. C'était Mei, aller savoir ce qu'elle faisait là, peut-être allait-elle rejoindre des amis ? Qui sait ? Dernièrement ils avaient appris à mieux se connaitre autour d'un repas. Spencer devait l'avouer, Mei était attirante. Elle avait un je-ne-sais-quoi qui faisait toute la différence. Ce jour-là, quand elle prenait des photos, il avait eu l'impression que c'était le destin qui se foutait de sa gueule. Le photographe du journal tombe malade, personne ne sait utiliser son appareil et Mei est apparue.

C'était toujours mieux qu'envoyer karl, le journaliste spécialisé en criminologie.

« - Maintenant, tu connais mon petit secret. » dit-il en abordant un sourire timide. Il n'aimait pas qu'on le voit différemment à cause de ça. Bon, il était certain que Mei ne dirait rien, ce n'était pas une catastrophe. Il fourra ses mains dans les poches de son manteau, élargissant son sourire. Il était tout de même content de la voir. « - Comment vas-tu ? »

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.


Dernière édition par Spencer L. Weber le Dim 8 Juil - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Mar 15 Mai - 18:00

life is beautiful in my world.



Trois semaines environ. Du moins, pour être plus précise ; deux semaines et cinq jours. Soit la durée de mon séjour à Taleville ; ville que je ne connais pas… Du moins que je ne connaissais pas avant que la roue de ma voiture ne crève. Monde pourri, monde injuste. Monde tout bonnement cruel étant donné que j’avais du renoncer à mon envol prévu le même jour de la panne pour Sainte Lucie. Plage à perte de vue, palmiers, mer d’un bleu incroyable, cocktails le soir, piscine à débordement… Bref, ile paradisiaque pour vous décrire le décor. Mais malheureusement, la vie est truffée d’imprévus. Comme par hasard, sur moi et Edmund – mon jumeau. J’avais vu alors ce tableau si magnifique se brisait lorsque le garagiste nous avait annoncé qu’on allait devoir renoncer sérieusement à nos projets : « Ah mais vous ne pourrez pas repartir de suite, mademoiselle… J’en suis navré. ». Mes yeux l’avaient même fusillé du regard - heureusement que ce n’est qu’une métaphore.

Puis finalement, mon énervement s’était estompé progressivement au fil des jours. Car beaucoup de choses s’étant passées, je voulais encore séjourner à Taleville. Je ressentais comme une force – inconnue – qui m’empêchait de repartir. Peut être était ce à cause de ce paysage étrangement beau qui m’attisait ma curiosité et ma créativité de photographe ? Peut être Spencer, ce jeune homme légèrement attirant il fallait bien l’avouer ? Peut être cette jeune femme photogénique, aux cheveux dorés ? Ou encore, cet homme mystérieux qui vivait dans un manoir au milieu de la forêt ? Au final, plus les jours passaient, plus je ne souhaitais plus rentrer à Boston ou prendre un second avion pour Sainte Lucie. Comme si quelqu’un me murmurait qu’il fallait que je reste à Taleville pendant encore un petit moment. Comme si je ressentais un besoin vital d’y rester encore. Je n’en avais pas encore parlé à Edmund, préférant encore y réfléchir. Je pouvais encore changer d’avis, après tout. Mais jusqu’ici, je logeai à l’hôtel de la ville…

La nuit venait de déposer son voile de couleur noir sur toute la ville de Taleville. On pouvait distinguer à présent de petites lucioles étincelantes dans le ciel. Les lampadaires venaient eux aussi de s’allumer, dessinant dans l’obscurité des sortes d’auras régulières. J’aimais bien la nuit. Elle dégageait en moi un sentiment de bien être. J’appréciais les balades nocturnes. A Boston, je flânais souvent dans les rues du quartier ou dans la ville même, jusqu’à une heure très tardive. Les photos prises dans la nuit étaient celles que j’appréciais tout particulièrement. Leur beauté demeurait différente des autres… Tout comme d’ailleurs, celles que j’avais pris d’Iseult ; en passant, ces dernières me semblaient encore plus indescriptibles. La nuit s’étant donc installée, je pris la décision de partir en quête de nouvelles inspirations pour mes futures photos. Je n’avais pas tout perdu en annulant mon vol car Taleville regorgeait d’incroyables petites merveilles, qui m’avaient jusqu’ici portées bonheur concernant le résultat des nombreuses photos que j’avais prises pendant les dernières semaines. « Edmund ? T’as pas vu par hasard mon Canon non ? » demandai-je à mon jumeau, ayant constaté que mon appareil photo avait disparu de sa place habituelle. Etrange. « Non, désolé sœurette. Je sais pas. » me répondit-il du salon, quelques secondes après. Je sentis alors qu’il se foutait de ma gueule, en entendant le timbre de sa voix. Ironie et taquinerie en même temps ; la spécialité de mon frère. Je soupirai, tout en secouant la tête. Mon frère devait avoir le sourire perché sur ses lèvres en ce moment. « Yeah ! Rends moi mon Canon maintenant Ed’ ! » lui dis-je, en me mettant en face de l’écran de télé, tout en lui balançant un coussin sur son visage. « Maiiiiiis euuuh Luna ! La télé ! T’es pas transparente je te signale ! ». Puis, j’éclatai de rire, provoquant notamment celui de mon jumeau. Ca se finissait toujours ainsi entre lui et moi. « Edmuuuuund ! S’il te plait ! Je veux sortir ce soir, donc rends le moi maintenant ! » lui dis-je avec un sourire amusé sur mes lèvres, mais légèrement impatiente. Mon frère se mit à sourire largement, certainement très satisfait par son joli coup. « Tu le trouveras dans ton armoire sous tes vêtements, patate » me répondit-il, lui aussi amusé. Je fonçai alors dans ma chambre afin de récupérer mon appareil photo après avoir tiré la langue à mon frère. « A plus tard ! » dis-je une dernière fois à Ed’ avant de claquer la porte d’entrée pour sortir de l’hôtel.

« Maintenant, tu connais mon petit secret. » Spencer. J’avais donc percé son petit secret. D’ailleurs, sans le vouloir. En faite, je venais de l’apercevoir, assis sur un banc. Je lui adressai donc un sourire, quelque peu gênée ne pouvant m’empêcher de penser que je venais de faire une bêtise. « … Excuses moi… » murmurai-je, avec les joues légèrement rosées. Puis, son sourire s’élargit un peu plus, et il reprit une nouvelle fois la parole. « Comment vas-tu ? ». Remarquant qu’il ne fit pas attention à ma première remarque, je me détendis un peu plus. Mais mon sourire restait planté sur mon visage. Un sourire enfantin, touchant et sincère. « Je vais bien. J’allais chercher de l’inspiration pour de nouvelles photos. J’adore la nuit pour ça. Et toi ? » lui répondis-je. C’était vrai. J’allais bien. J’étais même heureuse, et Spencer pouvait très bien le remarquer. Et puis il fallait bien l’avouer, j’étais contente de le revoir…

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.


Dernière édition par L. Jude-Mei Roseberry le Jeu 17 Mai - 10:50, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Jeu 17 Mai - 9:42



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

La nuit. C'est vrai que c'était magique. Il y avait quelque chose de réellement attirant dans les rues sombres de la ville. Rien de perturbant où qui vous fasse pensez à un film d'horreur ou une future scène de meurtre. Non, Taleville la nuit c'était vraiment beau et en y pensant, pour une photographe ça devait être un petit coin de Paradis. Vu l'appareil qu'elle avait entre les mains, c'était surement ce qu'elle s'apprêtait à faire. Une chose était sûre, elle n'avait pas à être gênée. C'était plutôt lui, de le voir fumer casser sans doute un peu la représentation qu'avait les habitants de lui. Visiblement, Mei était tout gênée ce qui charma davantage Spencer. Assez en adoration devant ce genre de femme. Belle, douce, passionnée. Il était tellement loin dans ses pensées qu'il ne fit même pas attention à la remarque. De toute façon il valait mieux laisser de côté l'histoire du petit secret et de la cigarette et parler d'autre chose.

C'est vrai qu'en y pensant, June n'était pas là depuis longtemps. Elle n'était pas de la ville, ce qui était assez étrange, les étrangers étaient rares. D'un seul coup, l'esprit de Spencer allait très loin. Mais il fut rattrapé pour le sourire de Mei qui lui avoua la raison de sa sortie nocturne. Elle aimait la nuit, elle allait prendre de nouvelles photos.

« - C'est vrai que la ville regorge de lieu sublime la nuit. Je suis sûr que tu trouveras ton bonheur. »

Puis il lâcha enfin la jeune fille du regard pour fixer au loin le bâtiment du journal qui dépassait légèrement des autres.

« - Je faisais une pause. Le journal doit être fini pour bientôt, du coup c'est un peu la période de stress avant sortie. » Avoua-t-il avec une pointe d'humour tout en posant de nouveau ses yeux sur elle.

Le journal, il avait tout appris au Daily Tale n'ayant fait aucune étude. Mais tout le monde le croyait diplômer d'Oxford, alors qu'il avait juste passéz huit années enfermé à l'hôpital de la ville. Et ce dans le plus grand secret. Après de l'acharnement, Spencer avait tout fait pour arriver au top et désormais il l'était. Il avait tout de même l'impression qu'il restait encore une chose à faire pour pouvoir réellement profiter de la vie comme il se doit. Pour le moment, il laissait ses idées dans un coin de sa tête parce qu'il était assez heureux de croiser Mei. Il pensait qu'elle allait repartir, mais finalement elle était encore dans la ville et c'était peut-être bien mieux comme ça.

« - Tu as décidé de rester dans la ville plus longtemps ? C'est super. Ca te dérange si je m'inscruste à ta soirée photographie nocture ? J'aurais bien besoin de me changer les idées moi. » avoua-t-il curieux et d'un ton légèrement enjoué.

Lui rêver tellement de pouvoir aller prendre le premier avion venu et d'aller voyager. Mais quelque chose lui disait qu'il devait d'abord en terminé une bonne fois pour toute avec sa famille. Là encore, ce n'était pas le moment pour y réfléchir. Soit, il avait une subite envie de faire en sorte que sa pause s'élargisse de cinq minutes à deux heures, soit il voulait vraiment passer un peu plus de temps avec Mei. Il y avait quelque chose chez elle qui lui plaisait. Elle avait attiré Spencer dès leurs premières rencontres. Alors, autant en profiter tant qu'elle était encore là, non ? En plus, elle était loin d'être sans personnalité et horrible à regarder. Bien au contraire.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Jeu 17 Mai - 14:30

life is beautiful in my world.



Oui, j’étais heureuse. Parfaitement heureuse, depuis que je séjournais à Taleville. Comme si le fait d’avoir quitté Boston m’avait soulagé de quelque chose qui m’était jusqu’ici inconnu. Comme si ça m’avait soulagé d’un poids énorme que je portais depuis ma naissance. Tout ceci semblait étrange. Même trop étrange. Je ne m’attendais pas à un tel changement lorsque j’avais décidé de partir ailleurs, histoire de prendre l’air. Pas un changement autant radical. C’était comme si Taleville m’avait apaisé d’un trouble que j’ignorais. Comme si Taleville m’avait apporté quelque chose qui m’avait toujours manqué. La nature ? Aucune idée. Tout semblait mystérieux, étrange… De plus, second phénomène intriguant : mes rêves que je faisais pendant l’enfance étaient revenus depuis mon arrivée à Taleville. La raison ? Aucune idée, encore une fois. Toutes les nuits, j’avais le droit à les revoir. Ces rêves qui demeuraient néanmoins très flous. Le souvenir en restait toujours indescriptible. Mais j’étais heureuse. Et heureuse de revoir Spencer, et pourquoi pas de passer le restant de la soirée en sa compagnie. Bonne idée non ?

« C'est vrai que la ville regorge de lieux sublimes la nuit. Je suis sûr que tu trouveras ton bonheur. » me dit-il, certainement en se rappelant que je lui avais déjà fourni quelques photos pour une des publications de son journal. D’ailleurs, petite note à moi même : lui redire que s’il souhaite encore mes services, qu’il ne se gène pas. Je lui souris largement. Parler de photographie avait cet effet là sur moi : sourire presque nié, regard pétillant. Bref, la réaction que vous avez quand on parle de votre passion. Je hochai la tête : j’avais déjà trouvé quelques merveilles, ce qui avait d’ailleurs retardé mon départ de Taleville. « J’ai déjà trouvé mon bonheur. Mais je suis sûre que Taleville cache un tas de merveilles, qui pourront encore satisfaire une photographe. » lui répondis-je, en laissant échapper un petit rire à la fois chaud et touchant. Taleville m’avait jusqu’ici porté bonheur. Les photos que j’avais pris pendant ces deux semaines avaient été des chefs d’œuvres. Des photos que je trouvais très belles, mais aussi très étranges .

« Je faisais une pause. Le journal doit être fini pour bientôt, du coup c'est un peu la période de stress avant sortie. ». continua t-il, tout en regardant derrière moi. Peut être l’immeuble du Daily Tale. Je lui souris doucement. Je connaissais presque la même chose ; le gros stress avant l’ouverture d’un vernissage, la peur que les photos ne plaisent pas. Déjà que j’avais peu confiance en moi… Un moment obligatoire. Mais jusqu’ici, tous mes vernissages avaient été un succès. J’avais même vendu quelques unes de mes photos à des personnes passionnées et aisées. J’étais rentrée chez moi aux anges, cette fois là. « Je connais ça… Le stress. Tu sais avant mes vernissages. A ce moment là, il faut mieux me laisser tranquille. Sinon, t’en prends plein la gueule. » avouai-je, riant doucement. La compagnie de Spencer était vraiment une des plus agréables que j’avais trouvé depuis que j’étais arrivée à Taleville. D’ailleurs, la soirée que j’avais passé en sa compagnie avait été une merveilleuse soirée. Peut être trop, pour une première à noter. Puis, Spencer reprit une nouvelle fois la parole, brisant mes dernières pensées. Je reposai donc mon regard pétillant sur son visage, et lui adressai un nouveau sourire. Sincère, doux et amical.

« Tu as décidé de rester dans la ville plus longtemps ? C'est super. Ca te dérange si je m'incruste à ta soirée photographie nocturne ? J'aurais bien besoin de me changer les idées moi. ». Lorsque j’entendis ses derniers mots, je ne pus m’empêcher de sourire davantage : j’allais repasser une soirée avec lui à mon plus grand bonheur. Le reste, je m’en foutais royalement. En plus, ça allait être une soirée différente. Enfin, comme ça j’allais profiter du moment pour pouvoir photographier sa petite tête et comme ça j’immortaliserai ce moment. Lors de notre première soirée, malheureusement, j’étais sortie sans mon appareil photo… A mon plus grand désespoir. Pourquoi ? Je ne savais pas. Cependant, sa première question me revint soudainement en tête. J’avais quand même prévu de repartir un jour. Je n’allais pas m’éterniser à Taleville… Alors je me mis à rougir, et je baissai un instant les yeux, mordant légèrement ma lèvre : j'étais gênée. « A vrai dire, je vais repartir bientôt. Quand, je ne sais pas mais… ». Puis, je relevai mon regard le posant sur le visage de Spencer. Mon sourire revint, et je continuai de parler. « …Mais je suis encore là ce soir. Donc, on va passer la soirée ensembles. En plus, cette fois ci j’ai mon appareil photo… Comme ça, on pourra prendre des photos toi et moi. » m’exclamai-je, impatiente comme une gamine qui attendait son cadeau de Noël. Ca pouvait être pathétique, mais Spencer me plaisait. Contre toute attende, d’ailleurs. Alors, non je n’allais pas partir de suite. Du moins, pas ce soir .

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Sam 19 Mai - 11:31



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

C'est que Taleville avait quelque chose d'étrange et d'envoutant. Spencer y est née et y a vécu toute sa vie et rarement il avait ressenti ce besoin en lui de partir. Non, c'était comme si quelque chose l'empêcher de quitter cet endroit. Peut-être le journal qui lui tenait vraiment à coeur ou encore, le fait que son petit-frère soit encore en vie. Sur ce dernier point, rien que de penser à Scott, faisait boullié le sang de Spencer. Cette pensée réveillait en lui ce côté qu'il tentait tant de cacher et de dissimuler sous son sourire charmeur. Il y avait des tas de choses qu'il ignorait sur cette ville et qu'il ne comprenait pas, mais une chose était sur : Il ne quitterait pas Taleville et il n'en avait pas envie. Pour l'instant, son esprit était torturé entre la prochaine parution du journal et Mei. Parce qu'il y avait quelque chose dans son regard qui apaisait sa fureur et qui faisait ressortir d'une manière naturelle son bon côté. Ce n'était pas grave si d'un seul coup, ils se croisent dans le centre de la ville et qu'elle ait découvert qu'il fumait, c'était même mieux comme ça. Parce qu'ainsi, il n'avait pas à lui dire, puisqu'elle l'avait vu. Il ne savait pas pourquoi, mais il appréciait être à ses côtés et plus encore, il avait l'impression d'être complètement attiré par elle.

Il repoussa très loin cette pensée pour se concentrer sur la jeune fille. Elle se baladait, appareil en main, prête à flâner dans les rues et à prendre de nouvelle merveille en photo. Elle était passionnée, tout comme lui l'était par l'écriture. C'était une qualité qu'il appréciait beaucoup chez elle. Finalement, c'était peut-être vraiment un coup de pouce du destin quand il l'avait aperçu la première fois. Qui sait ? En tout cas, il n'avait pas du tout envie de retourner dans son bureau là, tout de suite.

« - Je suis née ici et il arrive encore que la ville me surprend. » lança-t-il d'un coup.

Elle était belle à le regardait le sourire au lèvre, elle lui donnait encore plus envie de rester là, à parler et à rester avec elle plutôt que de retourner derrière son écran pour ensuite manger un plat surgelé vite fait décongeler dans le petit micro-onde minable qui traînait dans la cuisine de son appartement. Il ne connaissait pas beaucoup la jeune femme, mais il avait vraiment envie de la connaitre encore davantage. Le genre de sentiment qu'on ne peut pas laisser de côté. Il avoua, tout en regardant le bâtiment du journal au loin, la raison de cette pause sur le banc. Elle devait le comprendre plus que n'importe qui, étant photographe professionnel. Elle lui répondit d'ailleurs, confirmant cette idée.

« - Okey, je note. Ne pas embêter Mei avant un vernissage. » Dit-il en plaisantant. C'était un peu la même chose avec lui, même s'il préférait aller boxer pour se défouler. Il passait dans le lycée de la ville pour squatter le gymnase et se battre avec un punching-ball.

C'est vrai que depuis sa sortie de l'hôpital, il n'avait jamais rencontré quelqu'un comme Jude-Mei. Douce, amical et toujours souriante. Avec un côté franc et naturel qui lui plaisait. Elle ne se prenait pas la tête, elle ne se cacher pas des autres. Elle était elle-même et c'était bon à savoir. La curiosité de journaliste prit le dessus, dans la conversation. C'est vrai que d'après ce qu'elle lui avait dit lors de repas, c'était qu'elle venait d'ailleurs et qu'elle ne savait pas combien de temps elle allait rester ici. Il en profita même pour sauter sur l'occasion et passer de nouveau une soirée avec elle. Ça le changera vraiment des soirées boxe en solitaire dans le gymnase vide du lycée de Taleville. C'était une bonne chose. Un sourire apparus de nouveau sur le visage de Mei qui, comme une maladie contagieuse, fit sourire de plus belle le rédacteur en chef. D'un coup, elle se mit à réfléchir pour répondre à sa question. Il aurait parié l'avoir vu rougir, mais quand il fait nuit, c'est dur à savoir. Elle ne savait pas encore quand elle allait partir, ce n'était qu'une question de temps. Mais pour l'instant, elle n'y pensait pas.

« - Génial. J'exigerai une copie de la dite photo. » Ils commencèrent donc à marcher, Spencer se plaçant à sa droite. Ils n'allaient pas rester debout devant ce banc toute la nuit. « - Et que tu me prévienne quand tu en prends, je ne crois pas être ultra photogénique. »

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Sam 19 Mai - 17:39

life is beautiful in my world.



Moi et les mecs, ça n’avait jamais marché. Jusqu’ici, je n’avais jamais eu de petits copains. Ou du moins, aucun mec ne s’était véritablement intéressé à moi. A l’école, au collège ou encore au lycée, on m’avait traité de ‘garçon manqué’. Les garçons n'avaient jamais vraiment voulu m'embrasser. Ils avaient été, au contraire, plus prompt à m'embêter ou à se moquer de moi. Et le prénom Jude était devenu un véritable prétexte pour eux. Heureusement, qu’il y avait mon frère, Edmund, pour éviter une catastrophe. Mais malheureusement, certains étaient même arrivés à dire que je sortais avec lui, certainement à cause de notre proximité. Edmund m’avait souvent dit de ne pas faire attention à ces petits cons car je valais beaucoup plus et parce que selon lui, je méritais beaucoup mieux. Mais je ne l’avais jamais cru. Toutes ces années avaient représenté un tourbillon de problèmes, de douleurs, provoquant un repli sur moi-même… J’étais alors devenue très timide, très solitaire et enfin, psychologiquement parlant, très fragile et mon frère, encore plus protecteur.

Puis, il y a eu Alex. Et là, ce tourbillon qui avait légèrement disparu laissant au plus profond de moi toutes les blessures du passé, s’était remis à tourner violemment à l’intérieur de moi. Alex m’avait voulu. Il avait voulu que je sois sienne. Il avait toujours voulu plus. Alors il m’avait appelé chaque jour, chaque heure… Il n’avait jamais arrêté de me suivre : toujours au même endroit que moi. Comme une ombre. Comme si son ombre était devenue mon ombre. Puis, lorsque j’avais ouvert ma propre entreprise, ses harcèlements étaient devenus de plus en plus quotidiens. De plus en plus récurrents. Je ne pouvais vivre sans. Les coups de téléphone n’avaient jamais cessé. Les textos non plus. Un mois, deux mois… Puis, six, sept… huit… douze mois. Et face à ce harcèlement, je n’avais jamais réussi à le dire à mon frère. Les mots étaient toujours restés collés au fond de ma gorge. Alors j’avais subi, sans dire un mot. Mais plus Alex m’avait harcelé, et plus ma peur envers les hommes avait grandi. Et aujourd’hui, j’étais distante envers ces derniers, et très timide. Mais depuis que j’avais rencontré Spencer, tout s’était inversé. Spencer, c’était un homme différent d’Alex. Etrangement différent des autres hommes. Avec lui, je voulais y croire. Croire à mes rêves dans lequel, je voyais une princesse blonde et un prince…

« Je suis né ici et il arrive encore que la ville me surprend. » me répondit-il, souriant. Sa phrase me fit soudainement penser que Spencer n’avait pas été très bavard sur sa vie privée lors de notre première soirée. Certes, je savais qu’il était le rédacteur en chef du journal de Taleville, mais à part ça, que savais-je d’autres de lui ? Rien. Alors, une sensation étrange vint parcourir tout mon corps : j’étais attirée par lui et pourtant je le connaissais que très peu pour ne pas dire pas du tout. Alors une petite voix se mit à chuchoter à l’intérieur de ma tête. Elle me disait que je n’avais rien à craindre, car Spencer s’était montré jusqu’ici comme un vrai gentleman… Un vrai prince charmant. Je me laissai donc convaincre par cette petite voix angélique. De toute façon, je voulais mon prince charmant… Je voulais tout simplement y croire. Perdue dans mes pensées, je ne fis guère attention aux autres paroles prononcées par Spencer – du moins s’il avait continué à parler.

« Génial. J'exigerai une copie de la dite photo. » me dit-il, éclatant de rire, entrainant par conséquent le mien. Cette soirée se promettait d’être géniale et carrément incroyable. Prendre des photos, c’était ce que j’adorais. J’aimais tellement immortaliser le présent. Immortaliser chaque seconde, chaque minute et chaque heure. Garder le souvenir de chaque chose que la vie nous permettait de faire. Chaque chose qu’on vivait. Un sourire, une fleur, un oiseau, un beau paysage. Je hochai alors la tête : bien sûr que je le lui donnerai les copies des photos. J’étais loin d’être égoïste… Surtout que les photos étaient aussi là pour être partagées. « Et que tu me préviennes quand tu en prends, je ne crois pas être ultra photogénique. » rajouta-t-il, toujours en riant. Je secouai alors la tête, amusée par ses mots. Beaucoup de monde m’avait déjà sorti cette excuse… Même Iseult d’ailleurs, alors que c’était le contraire. Puis, me vint une idée. Juste pour le taquiner, l’embêter. « Tu parles de cette photo ? » lui lancai-je, tout en appuyant sur le bouton de mon appareil photo. Le flash vint alors aveugler les yeux de Spencer, surpris par mon geste. Mon rire redoubla. « Je pense qu’elle va me rapporter des milliers de dollars cette photo ! Elle va devenir célèbre Spencer ! » m’exclamai-je, riant, tout en me retournant, afin de me trouver face à lui – à présent je marchais à reculons. Finalement, un second flash apparut. « Ou peut être celle ci non ? » rajoutai-je, faisant mine de réfléchir. Puis un troisième suivit. Et toujours mon rire. J’étais heureuse. Enfin… Spencer me rendait heureuse.

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Dim 20 Mai - 11:44



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

Draguer, plaire à la fille à qui nous plaid, réussir à faire en sorte qu'elle craque pour vous, c'était des notions inconnues pour Spencer. Au lycée, il était ultra populaire, mais il n'était sorti avec aucune fille. Il faisait croire qu'il en avait eu par centaine et qu'il était en couple quand une fille venait l'aborder, mais en réalité c'était faux. Il ne pensait pas à avoir de copine, à sortir avec elle ou encore à découvrir le véritable sens de l'amour. Non, Spencer était à cette époque bon à rien si ce n'est s'amusait et être naïf. Il passait beaucoup de temps avec ses « potes » et sortir en cachette la nuit était devenue très facile. Mais ce qui était vraiment le centre de ses pensées n'était rien d'autre que son petit frère. Le tout petit Scott, qui était le seul coupable de la mort de sa mère. Il le haïssait tellement que même aujourd'hui, il attendait juste le bon moment pour se venger correctement. A cause de lui, à cause de son père, Spencer s'était retrouvé enfermé pendant presque huit ans dans un hôpital. Sans fenêtre, loin de tout. Enfermée comme un monstre, obligé à prendre de drôle de médicament pour calmer sa rage, parfois attaché et électrocuté. Comme si cela allait effacer ce qu'il y avait au fond de lui.

Même après ça, sortir avec des filles n'était pas sa priorité. Il avait certes eu quelque relation, mais c'était tout. Rien de magique, de différent. Rien qui ne lui fassent vraiment découvrir quelque chose de nouveau. Il s'était entêté à croire que tant qu'il n'en aurait pas fini avec ses problèmes, alors il pourrait être vraiment posé et heureux.

Sauf que Jude était apparu. Etrangère de la ville, elle apportait avec elle un nouveau souffle, un nouvel air. La ville semblait même différente depuis quelque temps. Comme si d'un seul coup les choses ne seraient plus jamais les mêmes. C'était inexplicable. Comme l'attirance de Spencer pour Jude. Elle lui avait tapé dans l'oeil dès le début, mais à aucun moment il n'essayait pas de lui plaire, non. Il se contentait d'être lui-même. Enfin d'être celui que tout le monde voyaient, celui qu'on aime tant. Mais avec elle, c'était plus naturel. Comme instinctive.

Oui, Taleville le surprenait toujours. Comme si cette petite ville avait quelque chose de magique, mais surtout d'incroyable. A chaque fois que Spencer rêver de voyager, de partir au loin, il lui suffisait de regarder la ville pour en être dissuadé. Il lui suffisait de descendre dans son bureau et de travailler le journal pour savoir que sa place était là et nulle part ailleurs. Ils commencèrent donc à marcher, commençant la ballade. Mei était prête à prendre tout un tas de photos et Spencer aimait ça. Mais ne pas vraiment être sur les photos. Il suffisait de voir l'édito du journal, avec sa tête dessus. Il avait l'impression d'être légèrement débile dessus. Alors qu'il lui demanda expressément d'être prévenu, la jeune fille décida de la taquiner.

Un flash l'aveugla un moment, le sourire toujours aux lèvres. Jude annonça que cette photo allait surement le rendre célèbre ! Le sourire du garçon s'élargie alors qu'il tente de regarder ailleurs pour éviter d'être repris en photo de face. Elle marchait à reculons, tout en le prenant une nouvelle fois en photo. « - Oh non ! » dit-il tout en riant et se cachant le visage quelque seconde.

Alors qu'il s'apprêtait à arrêter Jude, il remarqua que le trottoir était fini et que si elle continuait à marcher à reculons elle n'allait pas tarder à se retrouver sur les fesses. « - Attention ! » il l'attrapa par la taille afin qu'elle ne tombe pas. Depuis petit, Spencer avait toujours eu d'excellent réflexe. L'espace d'un moment, ils restèrent là, Spencer penché sur Jude, qu'il venait de rattraper alors qu'elle n'avait pas fait attention au trottoir qui se terminer. Les yeux dans les yeux. Un moment qui n'était jamais arrivé chez Spencer. Il n'avait jamais posé son regard comme ça sur quelqu'un. C'était assez intense et effrayant.

Il se recula alors, permettant à Jude d'être debout. C'est vrai que sur le coup, en riant, ils n'avaient vraiment pas fait attention à où ils allaient.

« - Voilà ce qui arrive quand on prend des photos sans permissions. » dit-il en plaisantant.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Dim 20 Mai - 15:36

life is beautiful in my world.



La vie restait imprévisible. On ne savait jamais ce qu’elle pouvait nous réserver. On avait beau se lever un matin en sachant ce qu’on voulait faire de cette nouvelle journée qui commençait, mais le soir, vous réaliserez forcément que cette journée aura été différente de vos projets du matin même. En faite, ça vous tombe dessus, sans crier garde, sans vous avertir de quoique ce soit. Et donc, vous essayez de vivre quand même. D’écrire votre propre histoire, malgré que votre vie soit autant imprévisible, soit autant ballotée dans tous les sens. Pour ma part, j’avais juste décidé de flâner dans Taleville, sous les étoiles. Juste une promenade en quête d’inspiration pour d’éventuelles photos. Mais je n’avais pas prévu de revoir Spencer, ni de passer une seconde soirée avec lui, et encore moins de marcher à reculons… Certes, je l’avais quand même espéré. Enfin, surtout les deux premiers points : revoir Spencer et passer une soirée en sa compagnie. Ca m’arrivait même de penser à lui… Pas toujours non plus, mais souvent. Il ne monopolisait pas mes pensées. Non plus. J’avais juste espéré ce jour là, cette petite soirée en tête à tête… Du moins presque en tête à tête. J’avais toujours voulu le revoir depuis notre rencontre. De toute façon, ça reste normal non ? Quand un homme vous tape dans l’œil, contre toute attente, vous avez bien le même comportement que moi pas vrai ? Donc, je suis bien une fille normale. Bon peut être un peu trop rêveuse et naïve… Mais une fille normale quand même.

Cela faisait à présent quelques minutes que j’embêtais Spencer en faisant déclencher mon flash toutes les secondes pour à première vue l’éblouir, mais aussi pour avoir des photos de lui. Les photos prises n’importe comment – c’est à dire sans cadrer avant - dégageaient selon moi, une certaine beauté ou du moins, elles reflétaient le vrai, le naturel. J’aimais bien en prendre de temps en temps. Ca changeait des photos habituelles. Tout en taquinant Spencer – oh mais comme j’aimais ça – je riais joyeusement, et drôlement amusée par mon petit jeu. Mon rire redoubla de joie, remarquant que Spencer essayait de se cacher de mes incessantes photos. Prise d’euphorie, de joie et de bonheur, je ne faisais pas attention ni aux alentours, ni à mes pieds. En faite, j’étais ailleurs. Comme si j’étais dans une bulle, coupée du monde. Mais avec Spencer. Prendre des photos me procurait toujours cette sensation : couper du monde, être dans un autre monde, être la plupart du temps seule – sauf ce soir vu qu’il y avait Spencer mais ça ne me gênait pas du tout. Bref, la soirée que j’étais en train de passer était loin de ressembler à celle que j’avais prévu en sortant de l’hôtel. Encore une fois, la vie m’avait joué un de ses tours – certainement un de ses favoris.

Puis, je sentis soudainement une main derrière mon dos. Mon rire faiblit alors petit à petit pour mourir dans ma bouche. Et, trou noir. Que s’était-il passé ? Quelle était cette main derrière mon dos ? Et cette chaleur qui m’entourait ? Et pourquoi mon cœur commençait à s’affoler ? Et qui avait crié « attention ! » ? Après quelques secondes seulement, je rouvris mes yeux… Et paf ! le visage de Spencer juste à quelques centimètres du mien. Mon regard plongea instinctivement alors dans le sien. Puis, je compris. Je revis alors la scène ; Spencer m’avait stoppé juste avant une catastrophe - tomber sur les fesses, en n’ayant pas remarqué que le trottoir allait s’arrêter. Il avait mis une main derrière mon dos en criant « attention ! », et j’avais tout simplement fermé les yeux sous l’impulsion de la peur. A présent, mon regard ne bougeait pas. Il fixait celui de Spencer. J’étais incapable de bouger, et même de prononcer un quelconque mot. Mes joues devenaient de plus en plus brulantes – je rougissais ? Et parallèlement à cette brulure, mon cœur continuait toujours à s’emballer tout seul. Si ça continuait comme ça, il allait avoir un raté. Enfin, je ressentais un sale sentiment : gêne ? honte ? Mais malgré tout ceci, je ne voulais pas que Spencer bouge. Je ne voulais pas partir de ses bras. Situation très étrange, mais tellement…

« Voilà ce qui arrive quand on prend des photos sans permission. » La voix de Spencer brisa mes pensées. Mon cœur se calma brutalement. Mais mes joues demeuraient toujours rouges. Il avait bougé. Je n’étais plus dans ses bras. Dommage. Ce fut que quelques secondes après que je réussis à prononcer une phrase. « Euh… Ben… Désolée. » finis-je par dire, en haussant les épaules. Encore sous l’émotion ? Vous dire non serait vous mentir. Car j’étais bizarrement bien malgré la gêne que je ressentais… Finalement, je m’approchai de Spencer. Une fois près de lui, je me mis sur la pointe des pieds – il était à peine plus grand que moi – pour lui déposer un bisou sur la joue. Enfin, je marmonnai un simple mot. « Merci… ». J’avais bien conscience que grâce à lui, j’avais évité le pire : mon frère.

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Dim 20 Mai - 18:02



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

Il l'avait rattrapé d'une manière telle que c'était comme essayer de ne pas casser une poupée de porcelaine. Rapidement, mais délicatement en espérant ne pas lui faire de mal. C'était idiot, mais c'était ainsi. Il n'avait pas pensé que cela arriverait, mais il était intelligent et rapide et avait pu empêcher une catastrophe. Après, il y avait la possibilité qu'il tente de l'aider, mais qu'il tombe avec elle. Ça aussi, ça aurait pu être drôle. Mais non, il n'était pas idiot, il savait comment éviter ce genre de situation. Surtout, il avait pensé à elle. Il ne voulait pas qu'elle se fasse mal ou quoi que ce soit dans le genre. Imaginons une seule seconde qu'elle ait lâché son appareil photo. Elle aurait surement détesté ça et cela aurait gâché la soirée. Oui, cela aurait chamboulé la soirée qui s'annonçait si bien et si drôle. En réalité, bien que n'aimant pas être pris en photo, il trouvait ça tout de même amusant. Personne ne le taquiner, il n'avait pas l'habitude. Bon, peut-être Pandore de temps en temps, mais c'était une amie avant tout.

Là c'était différent, c'était Jude. Et elle riait, elle avait cet éclat dans les yeux qui faisaient craquer Spencer. Et qui le faisait sourire à son tour. Et puis ce moment, ce court moment où il n'y avait qu'eux et rien d'autre, ce moment où il la tenait par la taille, évitant qu'elle tombe. Ce moment était magique. C'était court, mais pourtant dans la tête de Spencer c'était tout aussi long que de pêcher au bord d'un lac sans poisson. Presque éternel. Il savait que ce moment resterait désormais dans sa petite tête, dans un coin sans doute. Il avait ensuite reprit ses esprits, tentant de garder le contrôle de la situation. Mais une question le frappa. Pourquoi était-il si bouleversé ? Pourquoi avait-il l'impression que de s'éloigner d'elle était une chose ignoble ? Comme si au plus profond de lui il n'avait qu'une envie, c'était être auprès d'elle. Il devait mettre cette pensée loin quelque part, parce qu'il savait que ce n'était que de l'attirance et rien d'autre. Comme si le coup de foudre pouvait exister. Bah voyons.

Elle s'excusa alors, haussant les épaules. Elle devait être quelque peu gênée sans doute. En même temps, Spencer était un ami, mais c'était récent. C'était donc normal. Et puis, cette proximité qui s'était installé l'espace d'une fraction de seconde aurait pu perturber n'importe qui. Non ? Elle s'approcha alors de lui, pour se mettre sur la pointe des pieds et lui déposer un baisé sur la joue. Il ne bougea pas, trouvant le geste incroyablement touchant. Le pire était que maintenant, c'était lui qui avait l'impression de rougir. Un peu perdu, mais surtout très gênée par le geste de la jeune fille il lança un tout petit :

« - De rien. » Il n'avait vraiment pas l'habitude de ce genre de choseS. C'était si nouveau pour lui. Il reprit alors ses esprits alors, pour sourire de nouveau, faisant signe de la main à Jude pour qu'elle lui montre l'appareil. « - Montre-moi les horribles photos que tu as prises. » il avait un véritable gros sourire sur le visage, ce qui était rare. « - Et maintenant que je suis ton héros, rassure-moi, tu ne vas pas en imprimer une en géant pour le mettre dans ta chambre ? »

Il la taquinait, il savait qu'elle n'allait pas faire ça. C'était juste pour rire un peu. Oui, Spencer avait une drôle de façon de faire de l'humour. C'était surtout le baiser sur la joue qui lui faisait penser à ces vieux films de super-héros, où la belle victime qui se fait sauver offre un baisé à son sauveur. Sur le coup, c'était exactement ce sentiment qu'il avait.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Jeu 24 Mai - 17:05

life is beautiful in my world.



La scène qui venait de se passer avait ressemblé à celles qu’on pouvait voir dans les grands films hollywoodiens ; celles où le héros de l’histoire sauvait la jeune femme en détresse et celle ci lui offrait à la fin un baiser soit fugitif, soit langoureux – après tout dépendait du moment où le héros la sauvait par rapport à l’histoire. Ainsi, Spencer m’avait sauvé, tel un héros des films hollywoodiens et, peut être sous l’impulsion de cette étrange ressemblance, je m’étais emportée pour lui donner un baiser sur sa joue pour le remercier. Etant donné qu’on était qu’au début, le baiser langoureux aurait été trop… déplacé. Même si Spencer me plaisait, même si j’espérais faire un bout de chemin avec lui, je m’étais retenue. Je ne voulais pas faire le premier pas ; c’était plutôt à lui – ô mon prince charmant – de le faire. Puis, cette scène avait été assez romantique… me donnant du rêve tellement elle avait paru à la fois étrange et magique. Mon cœur s’était emballé, mes joues avaient rougi… Et mes yeux avaient pétillé de joie tellement, ses bras avaient été… un endroit dans lequel, j’aurais aimé y rester un peu plus de deux minutes. Au final, notre étreinte avait été rompue mais rien n’avait disparu en moi ; j’étais encore gênée, avec les joues légèrement rosées sous l’émotion et au fond de moi, mon cœur criait toujours certaines phrases que je refusais d’entendre. Le baiser que j’avais donné à Spencer m’avait aussi laissé une drôle de sensation, comme une brulure sur les lèvres, tellement cet instant avait été… magique.

« De rien. » murmura t-il, quelques secondes après mon baiser. Il me parut gêné, et je remarquai un petit détail attendrissant : ses joues étaient légèrement rouges. Un homme qui rougissait ? C’était loin d’être commun, mais je lui adressai un sourire doux, touchée et attendrie par ce rougissement. Je n’avais jamais vu un homme rougir, sauf peut être mon frère – seulement quand il est en face d’une fille. Puis, Spencer se reprit et me piqua mon appareil photo – qui avait survécu à cette scène – tout en riant, avec un air taquin. « Montre-moi les horribles photos que tu as prises. » reprit-il, en affichant cette fois-ci un énorme sourire. J’éclatai de rire, amusée : il venait de prendre mon appareil photo, donc je ne pouvais plus rien faire pour me défendre. Alors, je hochai mes épaules, et entre deux rires, je lui répondis. « Tu l’as entre les mains et vu que je ne veux pas le casser, je ne vais pas aller le chercher. Donc là, tu crains rien : autrement dit, tu peux regarder ces photos exceptionnelles. ». Je lui fis un clin d’œil. C’était vrai, je n’allais pas reprendre mon appareil de photo, de peur qu’il tombe… En faite, ma plus grande faiblesse c’était bien cet objet. J’étais soumise à lui ; dès que vous l’avez dans les mains, vous pouvez faire tout ce que vous voulez de moi car je n’irais jamais le reprendre entre vos mains. Mon canon était un objet cher à mes yeux, tellement il m’avait déboursé quand je l’avais acheté. « Tu peux me faire en profiter pour faire ce que tu veux de moi. Je suis à tes ordres… » repris-je, quelques secondes plus tard, avec un sourire en coin. « Et maintenant que je suis ton héros, rassure-moi, tu ne vas pas en imprimer une en géant pour le mettre dans ta chambre ? ». A nouveau j’éclatai de rire. Spencer pouvait vraiment faire preuve d’humour à certains moments ! Ainsi, bien que je sentais qu’il avait dit ces paroles pour me taquiner, je décidai de me prendre au jeu. Alors, je pris une mine faussement admiratrice et une petite voix, ressemblant à celle qu’ont les groupies lorsqu’elles sont faces à leur star favorite. « Mais, mais… Tu te trompes Spencer ! T’es devenu mon héros ! Tu mérites un poster dans ma chambre ! Et comme toutes groupies qui se respectent, je rêve de recevoir un baiser de toi et de me marier avec toi ! ». Puis ma déclaration d’amour – presque entièrement fausse – se finit dans un éclat de rire. Une chose était vraie : le souhait d’avoir un jour un baiser de lui. Après, tout le reste relevait du mensonge ou encore de l’exagération. Je ne voulais pas me marier avec lui – du moins pas maintenant – et je n’allais pas afficher un poster de lui dans ma chambre. Mais je voulais le taquiner. Lui renvoyer la balle pour qu’il me la relance à son tour.

« Et sinon, satisfait des photos ? » lancai-je, après m’être calmée de mon fou rire. Mon visage était néanmoins toujours illuminé par un sourire, à la fois enfantin et mignon. J’aimais beaucoup ce début de soirée. Et, je voulais à présent que le temps s’arrête. Pour une fois, je savais que les photos ne pouvaient rien faire de plus que de figer le présent. Elles ne pouvaient pas figer carrément le temps, les minutes qui passaient... Pour une fois, je voulais profiter de sa présence. Être avec lui, le temps d’une soirée… Voire même plus. Je voulais que cette merveilleuse soirée dure un peu plus longtemps qu'une simple soirée...

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Dim 27 Mai - 11:55



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

Le baiser qu'elle lui avait posé sur la joue, lui avait donné des frissons. Pas dans le mauvais sens de la chose, mais au contraire. Il n'avait jamais fait face à une telle situation et encore moins à ce genre d'émotion. C'était le grand océan de l'inconnue. Il ne pouvait pas plonger la tête baissée, parce qu'il savait qu'il s'y noierait. Mais le plus étonnant, c'était tout de même cette impression qu'il n'y a rien d'autre qu'eux dans la ville. Comme s'ils s'étaient coupés du reste et ça c'était encore plus nouveau. Il avait déjà l'habitude de se retrouver seul, de se couper du monde par lui-même, mais jamais avec quelqu'un d'autre. Comme si sa petite bulle invisible avait laissé entrer quelqu'un pour la première fois de sa vie. C'était ce qu'il y avait de plus magique dans cette situation. Le fait qu'il découvre de nouvelles choses, comme un gamin qui part à l'aventure. Et l'aventure ici était une jolie blonde, aux regards charmeurs et au sourire tendre. Il avait été sous le charme dès le début, mais essayé de le nier parce qu'il était complètement effrayé par cette situation et ses émotions.

En même temps, un garçon de 28 ans, rédacteur en chef, qui devrait avoir « vécu », devrait ne pas avoir peur de tout ça. Devrait savoir comment réagir, comment les choses fonctionnent. Mais Spencer, lui, ne savait pas du tout. Il n'avait aucune idée de comment prendre les choses en mains. Il essayait juste d'être lui-même. Parce qu'il ne voulait pas gâcher cette soirée et surtout, il en voulait pas que les choses prennent une drôle de tournure. Il appréciait beaucoup Jude, il n'avait donc pas envie de précipiter les choses. Il fut gêné un instant, un peu confus et surtout terriblement sous le charme de la jeune fille. Il reprit ensuite ses esprits pour prendre l'appareil photo... Chose qu'il ne sait pas du tout utiliser. Il avait même peur d'appuyer quelque part ou de le casser. Spencer était du genre un peu maladroit, c'était naturel pour lui de caser des choses sans s'en rendre compte. La porte avec la poignée de son appartement. Elle lui répondit alors qu'il pouvait se débrouiller, qu'il avait l'appareil entre les mains. Et qu'ils pouvaient regarder les photos exceptionnelles. Ce qui arracha un autre sourire à Spencer alors qu'elle rajouta alors qu'il pouvait faire ce qu'il voulait d'elle.

« - Oh, vraiment ? » Il passa la bandoulière de l'appareil par-dessus sa tête, comme si c'était un signe de victoire. Et que vraiment, il pouvait faire ce qu'il voulait. C'était aussi un moyen d'être sûr de ne pas faire tomber l'objet. Il appuya sur le bouton qui était le même partout pour allumer les objets technologiques. Maintenant, il se demandait où il devait maintenant appuyer pour faire défiler les photos. Il lâcha alors qu'il était désormais son héros.

Le fait que Jude se prenne au jeu fit rire Spencer. Un vrai rire, comme il était si rare de l'entendre de sa part. Du genre qui sort vraiment de nulle part et qui vous fait plaisir. Il se reprend alors, parce qu'elle était vraiment mignonne en petite groupie trop « in love » de son héros. Héros qui n'étaient autres que Spencer. Ce qui était assez drôle. Un sourire malicieux apparut sur le visage de Spencer. C'était donc un baiser qu'elle voulait ? Il en avait très envie en fait. Il en avait eu envie quand il l'avait pris dans ses bras, mais il avait fait valser cette idée bien loin, parce que ce n'était pas très approprié. Il commença alors à s'avancer vers Jude, doucement. Avant de sortir :

« - Un baiser et un mariage ? Rien que ça ? » Il jeta un coup d'oeil autour de lui, puis fouilla ses poches. «[color#2a8182] - Oh zut ! J'ai pas la bague, mais puisque tu as si gentiment demandé un baiser... faut bien que tu gardes un bon souvenirs de ta venue à Taleville.[/color]» le sourire de Spencer n'avait pas envie de disparaitre. C'était amusant que pour une fois, il se sente bien et surtout, normal. Elle lui demanda alors s'il était satisfait des photos, il lui montra qu'appareil. « - Faut déjà que je sache où appuyer pour les voir. »



_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Dim 3 Juin - 17:30

life is beautiful in my world.



Ce moment était vraiment magique. A la fois magique et merveilleux. Pour une fois, je me sentais affreusement bien et surtout très heureuse. A cet instant précis, plus rien ne comptait. C’était comme si j’avais tout oublié : Boston, mon histoire, mes soucis, Taleville, la photographie… Comme si j’étais vidée de toutes ces questions qui n’avaient jamais cessé de me tourmenter l’esprit. Pour une fois, tout était calme. J’étais sereine. Heureuse. Et puis non, ce n’était pas le vide total… Car il y avait Spencer. En faite, seul lui comptait ce soir. Je n’avais d’yeux que pour lui. Et lui seul avait pu me faire ressentir tous ces sentiments : le calme, le bonheur, la tranquillité… Allant même à me sentir en sécurité à ses côtés. Aurais-je tord de sentir cette dernière émotion ? Peut être car il ne fallait pas oublier que je venais à peine de rencontrer Spencer… Ca restait notre deuxième soirée ensemble, mais c’était ainsi : je me sentais bien avec lui. Un point c’est tout. Et malgré tout.

Je ne cessais de l’observer. Il mit alors la bandoulière de mon appareil photo, ayant certainement peur de le faire tomber. Je lui adressai alors un fin sourire, comme si je voulais le remercier pour le geste qu'il venait de faire. Spencer devait certainement savoir que la photographie était toute ma vie, donc, si je perdais mon appareil photo, c’était comme si je perdais une partie de moi en même temps. Finalement, il chercha comment l’allumer trahissant ainsi son incompétence dans ce domaine là. Mon sourire devint amusé et surtout très taquin. Face à cette situation, je décidai de rester silencieuse, le laissant tout seul dans sa galère. Oui, je pouvais être légèrement méchante quand je voulais… Du moins, chiante. Finalement, il laissa tomber pour s’avancer vers moi tout en me répondant. « Un baiser et un mariage ? Rien que ça ? ». Je me mis à rire doucement pendant un bref instant, amusée par le fait que lui aussi se prenait au jeu. Alors je hochai la tête, me remettant dans la peau d’une groupie. « Ah mais oui ! CARREMENT ! Mais un beauuuuuuuuu mariage comme dans les contes de fées ! Et surtout un baiser avec la langue ! Comme dans les films d’amour ! ». Puis mon rire éclata à nouveau. Il était rempli d’une certaine chaleur, celle qui pouvait réchauffer tous les cœurs subissant tous les malheurs du monde. Cette chaleur qui vous fait frissonner, même si vous avez déjà chaud, tant qu’elle est chaleureuse et enivrante. Puis, mon rire redoubla quand je vis que Spencer tâtonnait ses poches de son pantalon, certainement mimant quelqu’un qui cherchait une bague. Son visage devint soudainement triste et désolé : il n’avait pas de bague. « Oh zut ! J'ai pas la bague, mais puisque tu as si gentiment demandé un baiser... faut bien que tu gardes un bon souvenirs de ta venue à Taleville. ». Toujours prise dans mon jeu, je soupirai profondément et j’écarquillai les yeux. « Et merde ! Pfffiou ! Mon rêve vient de s’écrouler à cause de toi ! » répondis-je, à la fois triste et scandalisée.

Aimant bien m’amuser, et étant donné que ce jeu me plaisait plus que tout, je décidai de continuer et de l’accentuer. Peut être que ça déclenchera le tilt chez Spencer car, même s’il me plaisait beaucoup, je restais trop timide pour faire le premier pas… Et puis, je doutais fortement que Spencer soit intéressé par moi. Pour lui, ce jeu restait un jeu… Alors que moi, une partie de ma petite comédie demeurait vraie : le baiser. « Spencer… T’exagère ! Ma vie est foutue à cause de toi ! Car on ne pourra jamais se marier tous les deux vu que tu as oublié la bague ! Il me reste plus qu’à aller me noyer au lac de Taleville. Telle sera la fin de notre belle histoire… Enfin belle est un bien grand mot vu qu’il n’y aura pas eu de véritable belle histoire d’amour… » finis-je par dire, avec une voix faussement brisée. Des traits de tristesse vinrent alors sur mon visage. Enfin, je baissai la tête puis comme si j’allais pleurer, je me retournai cachant avec mes mains mes yeux. « Tu me déçois Spencer… » murmurai-je doucement, mais toujours avec une fois faussement brisée par la fausse douleur. J’aimais bien jouer et savoir que Spencer s’était aussi pris au jeu me réjouissait davantage. J’étais folle, et surtout folle de lui. Mais chut, ceci restait un secret… Peut être que ce soir, Spencer comprendra. Car je ne pourrais jamais venir vers lui et lui dire un truc du genre ça : « Yeah mec au faite, je craque pour moi. ». Pathétique pas vrai ?!!

Finalement, prise dans mon jeu, j’avais oublié sa dernière réplique. Tanpis pour les photos ! On les regardera plus tard… Alors, je me mis à renifler comme si je pleurais... Comme si Spencer venait de me blesser.

Spoiler:
 

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Mer 6 Juin - 9:59



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

Vous n'avez jamais rêvé de passer une soirée unique, sans problème et qui était magique ? Pas magique comme dans les contes de fée et avec de la vraie magie. Non, magique dans le sens où tout à l'air si parfait qu'on ne peut rien espérer de mieux. C'est vrai que des nuits comme celle-ci, Spencer n'en avait pas eu des tonnes pour ne pas dire aucune. Il était souvent convoqué à la soirée organisée par le maire, tout comme à des retrouvailles avec certaines de ses amis. Mais non, jamais il n'avait passé de soirées en bonne compagnie. Il se sentit bien avec Jude-mei, mieux qu'avec qui que ce soit d'autre. Il se sentait comme si pour une fois, quelqu'un était là pour le vouloir lui. C'était drôle comme sentiment, mais c'était ainsi. Il n'avait pas envie de retourner dans son bureau ou de partir tout simplement, parce qu'il se sentait tellement bien avec Jude qu'il espérait que la soirée dure encore et encore, tant pis si c'était qu'une petite pause. C'était le rédacteur en chef, il avait le droit de se faire plaisir de temps en temps ; non ? Même si cela n'était que leur deuxième rencontre, il ne savait pas pourquoi, il avait l'impression de connaitre Jude depuis toujours. Comme si le fait de ne s'être jamais vu avant n'était pas un obstacle à tout ça.

Jude lui plaisait. C'était une évidence et ça se voyait. Si elle l'avait connu à l'époque, elle aurait surement remarqué qu'il lui portait une certaine attention. Surtout dans son regard, dans sa manière de la taquinait et de lui parler. Il entrait facilement dans le jeu de Jude parce qu'au fond, il avait envie de lui plaire plus qu'autre chose. Il avait envie d'être celui qu'elle attendrait parce qu'il sentait que Jude avec quelque chose de plus par rapport aux autres femmes de cette ville. Elle avait une beauté et un regard qui envoûtait Spencer, un rire qui le forçait à sourire à son tour et ce sans le moindre problème et surtout, elle était intelligente. Passionnée, rieuse. Il se doutait que plus il en savait sur elle, plus il serait sous son charme. Au fond, il remerciait le destin que ce soir, il l'ait croisé au centre de la ville. Quand Jude reprit le rôle de la groupie, Spencer ne put s'empêcher de rire de nouveau accompagné de Jude. Elle n'avait jamais envisagé de faire du théâtre, parce qu'en groupie elle était très convaincante. Et puis, étrangement, il ressentait quelque chose qui alors lui était pour le moins inconnu. Il était heureux. Il souriait, plaisantait et cela, sans la moindre difficulté. Avec le temps, il s'était habitué à jouer la comédie et à faire comme si c'était un garçon gentil, compréhensif, mais étrangement avec Jude. C'était naturel. Presque trop naturel. Au fond, peut-être qu'il avait un bon côté qu'il ignorait ?

D'une voix triste, presque déçu, mais tout en continuant le petit jeu, Jude avoua qu'elle n'avait plus qu'à aller se jeter dans le lac de la ville. Puis elle se cacha sous ses mains, faisant mine d'être vraiment déçu par spencer. Et Spencer qui, toujours très amusé par la situation se met rapidement à genoux devant la demoiselle.

« - Oh non, mon aimé, ne vous tuez pas. Je vais de ce pas chez le bijoutier vous achetez la plus grossssse bague que vous n'alliez jamais vu de votre vie. » il se releva alors, toujours en prêtant attention à l'appareil photo parce qu'il n'avait vraiment pas envie de le caser. Il s'approcha alors de Jude, pour sortir un mouchoir de sa poche et le tendre à la demoiselle. « - En attendant, si un baiser peut satisfaire l'attente de Madame...» Il disait ça très lentement, parce qu'en vrai il n'était pas contre l'embrasser, il en avait aussi très envie. Mais il avait peur d'abuser un peu de la situation, parce que pour Jude, c'était peut-être qu'un jeu pour rire un peu, mais pour Spencer. Au fond, c'était un moyen très subtile de se rapprocher d'elle un peu plus. Il s'était rapproché d'elle de manière à ce que son visage soit désormais très près de Jude. Il avait posé les yeux sur les siens, en espérant y voir le même désir.

Ses lèvres n'étaient plus qu'à quelques millimètres de Jude. Spencer avait posé ses mains le long de ses bras, comme pour ne pas qu'elle s'en aille. Il les fit glisser jusqu'à ce que ses mains joignent celle de Jude. Il n'avait jamais fait ça avant, se rapprocher d'une fille pour l'embrasser. Il n'avait jamais été très doué pour la drague alors là, il ne faisait rien que suivre ses émotions. Une dernière seconde à la fixait droit dans les yeux et il posa ses lèvres sur celle de la jeune femme.

Spoiler:
 

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Mer 13 Juin - 15:30

life is beautiful in my world.



« Oh non, mon aimé, ne vous tuez pas. Je vais de ce pas chez le bijoutier vous achetez la plus grossssse bague que vous n'alliez jamais vu de votre vie. » me dit-il, tout en exagérant la situation. Alors je me retournai, reniflant comme si j’avais pleuré tout en essuyant mes fausses larmes. Finalement, en le voyant dans cette posture, je me mis à rire, beaucoup amusée. Comme j’aimais ce petit jeu qui s’était installé entre nous ! Et voire Spencer qui se prenait de plus en plus au jeu me réjouissait davantage. Cependant, mon jeu commençait à prendre une tournure différente : je me trahissais de plus en plus, en dévoilant – presque inconsciemment – mes sentiments que j’avais à l’égard de Spencer, à travers ce petit sketche. Je profitais aussi de ce petit jeu, afin de me rapprocher de Spencer… Il m’avait charmé depuis le début, donc c’était normal que j’agissais ainsi. « Je l’espère bien mon cher et tendre amour… Car sinon, j’ai peur pour votre conscience lorsque le soleil se levera demain matin. » lui répondis-je, avec cependant, un large sourire figé sur mes lèvres, montrant que rien de tout ceci était sérieux… Et en d’autres termes : que je n’irais pas me suicider dans le lac, cette nuit.

« En attendant, si un baiser peut satisfaire l'attente de Madame...» rajoutai-t-il, après ma réponse, tout s’approchant de plus en plus de moi. Puis, soudainement, tout me sembla plus rapide, dépassant le temps réel. J’en perdis à la fois ma réponse et la notion du temps tellement, les images qui défilaient sous mes yeux dansaient sur un rythme infernal. Ainsi, au fur et à mesure que les minutes – secondes ? heures ? – s’écroulaient, Spencer se tenait de plus en plus près de moi… Je sentis alors sa chaleur et son odeur, me donnant ainsi une drôle de nausée et un certain évanouissement. Puis, ce fut au tour de son visage de se rapprocher du mien. Je vis alors les prunelles de Spencer dans les moindres détails… Trop submergée, je crus me noyer dans ce regard ténébreux. Enfin, je sentis ses mains contre ma peau, celles ci descendant doucement pour entremêler ses doigts avec les miens, ce qui me provoqua un tas de frissons ressemblant presque à des tremblements. Que m’arrivait-il ? Je rêvais ? Je devenais folle ? Je délirais complètement ? Je laissais mes passions trop m’envahir ? Ou bien, étais-je au paradis pour avoir la chance de contempler un si bel ange ? Non, je délirais. C’était certain. Mais, trop intriguée par ce visage – son visage tellement parfait – je ne pouvais me résoudre à fermer mes yeux, pour me prouver que j'étais bien dans le monde réel.

Et ce fut un tourbillon de sentiments qui m’envahit au contact de ses lèvres contre les miennes. Je n’avais jamais ressenti ce genre de trucs auparavant. C’était nouveau. Et tellement c’était nouveau, que j’en frissonnais légèrement. Ainsi, ce tourbillon de sentiments virevoltait à l’intérieur de moi, me laissant goûter au bonheur, à l’amour et un bien fou simultanément. Il ne cessait pas. Il continuait d’exister, au contact de mes lèvres prises par celles de Spencer. Spencer, ce prénom raisonnait dans ma tête. Mais ça ne ressemblait pas au son d’une grosse cloche d’une église. C’était au contraire, beaucoup plus mélodieux et harmonieux comme la mélodie d’une harpe ou d’une flûte traversière. Puis, plus nos lèvres dansaient ensembles dans cette danse à la fois tendre et timide, plus je m’envolais ailleurs. Oui, ailleurs… Mais je ne savais pas exactement où. Mais c’était dans un endroit paisible, sereine et surtout magique dans lequel seuls Spencer et moi comptaient : les autres filles qui bavaient sur Spencer avaient comme disparu me laissant enfin croire que je valais beaucoup mieux qu’elles, car Spencer venait de m’embrasser, car je me tenais dans les bras de ce dernier. Ainsi, au contact de nos lèvres, je ne pensais plus à rien. Un vide s’était installé en moi. Un silence immense, mais non terrifiant et stressant. J’étais juste bien. Heureuse. Et j’aurais tout donné pour que ce baiser soit éternel. Que le temps cesse pendant un instant. Je voulais encore rêver ; partir dans ce paradis que Spencer m’avait offert, ou bien, que Spencer m’avait fait découvrir au contact de ses lèvres contre les miennes. Ne voulant pas briser ce contact si précieux et tellement magique, je me mis à prolonger ce baiser fermant mes yeux, laissant me bercer par cette valse de sentiments.

Etait-ce un rêve ? A cette interrogation, jje me mis alors à penser à une phrase que mon père me disait quand j’étais encore une enfant : « pinces toi si tu crois rêver et si tu as mal, ça voudra dire tout simplement que c’était la réalité et que tu ne rêvais pas. ». Devais-je alors me pincer pour vérifier que tout ceci était bel et bien la réalité ? Que je ne devenais pas folle ? Que je ne délirais pas ?

Finalement, de peur que ça soit qu’un simple rêve, je fermai mes yeux fortement, mettant toute ma force pour croire que tout ceci appartenait au vrai monde, et non pas à un de mes rêves. Ou encore, était-ce simplement la réalisation d'un de mes rêves ?...

Spoiler:
 

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Ven 15 Juin - 10:00



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

Il s'était approché d'elle et avait posé ses lèvres sans se rendre compte de ce qu'il faisait. Spencer n'était pas un dragueur. Ce n'était pas un homme qui allait voir les femmes et qui les faisait craquer pour s'envoyer ensuite en l'air avec elle. L'amour, l'attirance était des choses qu'il n'arrivait toujours pas à comprendre totalement. Au lycée, il avait bien eu une copine, mais il n'était pas aller plus loin que le baiser et après, c'était plus compliqué. C'était sans doute la seule chose sur laquelle Spencer ne pouvait mentir. Il était sans doute mignon avec ses airs vieux jeu, sans doute même plus attirant même que ce qu'il le croyait. Mais ce qui était sûr, c'était que Jude lui plaisait. Pire encore, il lui suffisait de la regardait et il avait alors l'envie de la prendre dans ses bras. Elle était tellement. Tellement unique. Il n'avait donc pas pu se résister à s'approcher d'elle et à l'embrasser. Comme si c'était une chose irrésistible. Non, Jude était irrésistible.

Il ne voulait pas la brusquer et l'embrasser par surprise alors il y était allé doucement. Il l'a désiré. Plus que du désire, c'était comme si tout son être ne voulait qu'une chose : être à ses côtés. C'était une sensation tellement nouvelle et tellement étrange. Il avait peur et en même temps, il était tellement excité par l'idée de ce premier baiser entre eux. Il ne connaissait pas Jude depuis longtemps. Mais ce qu'il savait d'elle était largement suffisant. Il savait qu'elle était honnête avec lui, qu'elle était sincère et c'était suffisant. Que quelqu'un puisse lui faire confiance sans lui mentir, c'était tout ce dont il avait besoin. Et rien d'autre. Peut-être allait-elle le giflé ou pire, partir, mais Spencer n'avait pas pu s'empêcher d'être prit par ce jeu qui s'était installé entre eux. Ses lèvres avaient prisent celle de Jude et emporté par ses sentiments naissant il se cola davantage à elle, faisant glisser sa main jusqu'à la taille de guêpe de la belle Jude. Il voulait faire durer cette sensation parce qu'il se sentait bien et si chaque baiser avec Jude avait ce pouvoir, alors il les ferait durer. Les yeux fermés, ils étaient ailleurs, loin d'Arrowsic surement. Dans un endroit plus calme, plus beaux, plus doux. Un endroit où ils n'y avaient qu'eux et personne d'autre. Une bulle qu'ils avaient créé et dont le pouvoir été immense.

Il s'arrêta alors, ses lèvres se détachant doucement de celle de Jude. Son visage resta toujours prêt et ses yeux étaient toujours fermés. Il ne voulait pas partir ni s'arrêter. Il avait collé son front à celui de Jude, sa respiration était petite, mais son coeur battait très vite. Trop vite même, mais cela était dû à l'émotion du moment et à cette si belle sensation qu'il avait proche de Jude. Il ouvrit alors les yeux et il fut surprit. Jude avait fermé les yeux aussi.

« Je n'aurais peut-être pas dû... » Il était trop bien près de Jude pour s'éloigner, même ses mots étaient sortis tel un léger murmure. Maintenant qu'il avait fait ce qu'il le tentait tant, il se rendit compte que Jude était une nouvelle dans la ville qu'il n'avait vu qu'une fois. Une seule fois et il l'avait complètement craqué pour elle. Ce n'était pas le genre de choses qu'on pouvait expliquer et encore moins qu'on pouvait comprendre. Une partie de lui voulu alors s'éloigner, parce que c'était peut-être trop rapide pour elle et une autre ne pouvait s'éloigner tant il était bien là.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Sam 16 Juin - 10:38

life is beautiful in my world.



Deux choses étaient sûres. La première, c’était bien évidemment, que j’étais folle amoureuse du mec qui venait de m’embrasser. Oui, j’étais amoureuse de Spencer. Chose complètement invraisemblable étant donné que je le connaissais à peine : ça ne faisait que la deuxième fois que je le voyais. Mais j’étais tombée sous le charme – voire même plus d’ailleurs – dès la première seconde ; lorsque nos regards s’étaient croisés. Typique des films hollywoodiens mais n’empêche, tellement vrai. Néanmoins, j’étais tombée amoureuse plusieurs fois dans mon passé, mais jamais – ô grand jamais – ça n’avait fini ainsi. Alors, pour moi, tout ceci était très nouveau… J’en tremblais même de peur, rien qu’à y penser. Mais tanpis, car cette fois ci, ça en valait vraiment le coup. Spencer était l’homme parfait. Celui que cherchent toutes les filles. Aussi, je sentais un je-ne-sais-quoi qui me disait que je ne craignais rien à m’embarquant dans ce tourbillon de sentiments. J’étais bien et heureuse, alors pourquoi devrais-je faire attention ? L’amour n’était-il pas inoffensif ?

La deuxième chose dont j’étais sure, c’était que je rêvais depuis le début. Ca ne pouvait en être autrement. Pourquoi ? Car je ne réalisais pas encore que Spencer venait de m’embrasser ; moi, petite fille aux cheveux blonds, aux grands airs naïfs, innocents et timides. Comment pouvait-il s’intéresser à ce genre de filles ? Surtout qu’il devait en avoir des dizaines, dont la plupart dix fois mieux que moi. Par conséquent, cet intérêt que Spencer me portait était tout bonnement invraisemblable tout comme son baiser. Ainsi, je n’y croyais pas une seule seconde. Ce n’était pas la réalité, mais plutôt ma réalité ; celle qui me faisait rêver, celle que je vois dans mes rêves les plus doux. C’était tout simplement, une illusion. Un rêve. Oui, j’étais en train de dormir… Et j’allais bientôt me réveiller ; principale caractéristique d’un rêve. Mais, ne disons nous pas qu’il faut croire en nos rêves ?

Lorsque ses lèvres se détachèrent des miennes, le tourbillon d’émotions et de sentiments s’envolèrent en même temps, laissant juste une douce et agréable sensation à l’intérieur de moi ; une sensation chaleureuse, de bonheur et de sérénité. Mais très vite, je ressentis aussi une terrible angoisse. Si tout ceci était un rêve, alors tout allait disparaître... J’allais ainsi revenir à la vraie réalité, autrement dit, dans le monde réel. Ainsi, j’allais voir mes rêves partir, sans pouvoir les retenir. Je me sentis impuissante, vidée à la limite de l’évanouissement. Finalement, un bruit vint rompre mes pensées. Une sorte de mélodie. Un son harmonieux et agréable à entendre.

« Je n'aurais peut-être pas dû... » murmura-t-il. Je sentis alors son souffle chaud sur ma peau gelée. J’en frissonnai doucement, et sous ces drôles de frissons, je rouvris mes yeux. Mon regard tomba alors sur le visage de Spencer, qui n’avait pas bougé. Il était toujours aussi près, et je pouvais encore le contempler dans les moindres détails. Je mis quelques secondes à comprendre ses paroles.

Puis, soudainement, comme si je le faisais par réflexe, je me pinçai, me rappelant pour la deuxième fois, les paroles de mon père, que je n’avais plus revenu depuis mes cinq ans. « AIIIEU ! » criai-je doucement, éclatant de rire. « SPENCER ! Ce n'était pas UN REVEEEEEEE ! C'était BIEN la REALITE ! Comme je suis CONTENTE ! » ajoutai-je, bouillante de joie, sautillant comme une tarée ou encore pire, comme une gamine de cinq ans. Oui, je venais de rajeunir, mais quel soulagement de savoir que j’étais bel et bien dans la réalité, et que je n’avais pas rêvé ! Rien n’allait disparaître. Spencer m’avait vraiment embrassé !

Sous l’impulsion de cette gaieté incroyable et surtout surdimensionnée, je déposai à mon tour un baiser sur les lèvres de Spencer, me hissant sur la pointe de pieds. J’en oubliai ses paroles, mais tanpis car le principal était que je ne rêvais pas.

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.


Dernière édition par L. Jude-Mei Roseberry le Sam 16 Juin - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Sam 16 Juin - 11:56



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

Il ne voulait pas s'arrêter, mais il avait pris conscience qu'il s'était laissé emporter. Que ses émotions avaient pris le pas sur son corps, prenant possession de chaque partiel de son être. Ils l'avaient guidé ainsi à se laisser fondre près de la belle Jude, mais la peur fit alors surface. Comme un mur, puissant et solide. Apportant avec elle tout ce dont un homme a besoin pour reculer. Le doute, l'inquiétude. Et si Jude ne voulait pas de lui ? Et si Jude trouvait ce geste mal placé. Après tout, ce n'était qu'un jeu à la base, un jeu qui avait tourné en réalité pour Spencer. Non, il n'allait pas lui demandait sa main et lui offrir un grand mariage, mais c'était plutôt autre chose qu'il voulait lui offrir. Son temps, ses jours. Son coeur peut-être. L'amour était un sentiment inconnu pour Spencer, il ne savait pas ce que c'était, ce que cela représentait. Mais si désiré quelqu'un de tout son être était de l'amour, alors oui. Pourquoi pas. Il était évident qu'il était attiré par Jude parce qu'elle avait su être elle-même. Elle avait su être honnête avec lui et même cette fois où il l'avait aperçu avec son appareil photo en main il savait. Il savait que c'était ce genre de fille qui pouvait le faire craquer, le faire complètement délirer. Il le savait, il l'avait toujours su. C'était ce qui l'avait poussé à aller vers elle. A lui demander son aide, à lui proposer de diner ensemble pour discuter et faire connaissance. Il avait l'impression d'être un de ses héros de littérature, qui commence à découvrir ce que la vie peut réellement offrir.

Il pouvait laisser de côté tout son passé, tous ses problèmes tellement à l'instant il n'avait que Jude en tête. Mais maintenant, il avait juste un peu peur que ce rêve si beau s'écroule en un instant. Il était resté donc près d'elle, incapable de reculer plus que ça. Avoir détaché ses lèvres de la jeune fille avait déjà été très difficile.

Puis soudain, Jude pinça. Ce que Spencer ne compris pas dans un premier temps, avant de sourire bêtement face à la réaction de Jude. Comment ne pouvait-on pas craqué pour elle ? Elle était particulière et surtout imprévisible. C'était donc un vrai sourire qu'il lui offrait face à la joie dans sa réponse. Visiblement, elle avait cru à un rêve. Alors, Spencer compris. Oui, tout était clair désormais dans sa tête. Et si, depuis le début, elle ressentait elle aussi cette même attirance pour lui ? Etait-ce possible ? Que quelqu'un le voit autrement que le gentil rédacteur en chef qu'il était ? Que quelqu'un le voit comme un amant ? Lui ? Spencer savoura alors chaque seconde le mur de peur s'écroulant lamentablement devant lui, brique par brique. Le sourire que Jude lui offrait était si réconfortant qu'il n'avait pas les mots pour répondre. Il n'en avait pas besoin en réalité et Jude ne tarda pas à l'embrassait à son tour. Il sentait alors tant de choses en lui. Il passa ses bras autour de Jude, ne voulant pas qu'elle s'éloigne de lui, savourant ses baisers comme si c'était les choses les plus belles aux mondes.

Pour une fois, il était comme libre. Libre de pouvoir la prendre dans ses bras et répondre à ses baisers. Libre de pouvoir partager ses sentiments avec quelqu'un. Une liberté qui le rendait léger et sans doute insouciant, mais qui le rendait si heureux. Oui, voilà ce dont Spencer n'avait jamais entendu parler dans son esprit. Ce que son corps n'avait jamais ressenti. La sensation d'être heureux.

« - L'espace d'un instant, j'ai cru que tu allais me pincer aussi. » dit-il restant toujours très proche de Jude, proche de ses lèvres, de son regard. Oh il allait avoir beaucoup de mal à s'écarter d'elle et à reprendre leurs ballades. Il savait que s'il avait le choix il pourrait rester là, durant des heures. Juste à contempler son visage, à la regardait.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Sam 16 Juin - 18:42

life is beautiful in my world.



« L'espace d'un instant, j'ai cru que tu allais me pincer aussi. » me dit-il, alors que je continuais toujours à sautiller comme une attardée mentale ou pire, une gamine de cinq ans qui venait de recevoir son cadeau de Noël, riant aux éclats. J’étais à la fois soulagée et heureuse. Je sentais le bonheur dans mon être, celui ci n’oubliant aucune passerelle de mon corps. Ainsi, je ne voulais rien perdre ; ni Spencer, ni cette sensation tellement agréable. Pour une fois, je ressentais une différence que pouvait avoir l’amour. C’était loin d’être la première fois où je tombais amoureuse, mais cette fois-ci, tout me semblait étrangement différent. Car jamais je n’avais eu cette sensation surdimensionnée du Bonheur, du Bien être et de la Joie. Tout me paraissait parfait. Peut être un peu trop d’ailleurs, mais ça m’était égal. Un de mes rêves s’était tout simplement réalisé. Et comme dans mes rêves, tout demeurait parfait et incroyablement magique.

Finalement, quand j’entendis Spencer me parlait, mon rire s’arrêta ainsi que mes petits sauts de gamine. Mais, je lui adressai un grand sourire, amusée. « HAHA ! Pourquoi ? Tu voulais être pincé ? » lui demandai-je en haussant les sourcils, tout en lui montrant mes doigts prêts à le pincer. Mon sourire s’élargit alors un peu plus. « Car, sinon dis le moi… Moi ou plutôt eux, sont prêts à te pincer. » rajoutai-je, tout en faisant avancer mes doigts vers la peau de Spencer, mimant une fausse bouche qui allait manger la peau de Spencer. « Mouhahhahaaaaaa ! » m’exclamai-je, riant aux éclats pour la énième fois de la soirée. Mais la trajectoire de mes doigts dériva légèrement, allant plutôt à la rencontre des hanches de Spencer histoire de rire un peu plus. « Guiliguiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Guiliguiliii ! » finis-je par rajouter, en chatouillant Spencer. Mon rire s’intensifia sous l’effet de surprise que j’avais provoqué chez Spencer. Ce dernier du alors rompre tout contact avec moi, pour faire face à mon attaque.

Une bonne vingtaine de minutes passèrent, et je commençai à fatiguer, entre rires et la riposte de Spencer contrant mon attaque. Alors mes chatouilles cessèrent, suivis quelques secondes plus tard, par l’affaiblissement de mes éclats de rire. J’en étais d’ailleurs toute essoufflée et légèrement rouge au niveau de mes joues. On était devenu de véritables gosses Spencer et moi. Mais ça faisait énormément de bien de retomber en enfance de temps en temps. Pour ma part, ce grain de folie ne m’avait jamais abandonné… Ce qui expliquait d’ailleurs mon côté chiante, peste et drôle.

Remarquant un banc à seulement quelques mètres de nous – on a du se déplacer pendant nos chatouilles – je décidai d’aller le rejoindre, histoire de m’affaler comme un vieux sac à patate sur ce dernier. « Fiouuuuuuuuuuuuuuuuuuuu » m’exclamai-je, tout en m’asseyant sur le banc, posant mon regard sur Spencer, toujours debout, secouant la tête, comme s’il était désespéré par mon comportement. « T’en as déjà marre de moi ? » lui demandai-je, en arquant un sourcil, tout en penchant ma tête d’un côté, un sourire doux au coin des lèvres. S’il me répondait oui, je le comprendrais parfaitement. Mon frère jumeau en faisait déjà les frais, et j’avais déjà remarqué à plusieurs reprises, que ça pouvait être lourd. Mais j’étais comme ça : une jeune fille qui gardera à jamais ce côté gamin. Je refusais tout bonnement de le lâcher. Je ne voulais pas devenir une adulte. Du moins pas tout de suite. « Si tu me dis oui, je comprendrais hein ?! Mon frère en a déjà marre de moi mais je pense que depuis le temps il a du être sevré. » Pas faux. Ce qui pouvait les différencier. Ce n’était que la deuxième fois que je voyais Spencer… On se connaissait à peine ou plutôt, je le connaissais sans vraiment le connaître. Etrange non ? Après tout, peut être que c’était un effet de l’Amour… Car oui, j’étais amoureuse de Spencer.

« Viens t’asseoir à coté de moi – je tapotai le bois du banc à coté de moi avec toujours le même sourire – et rends moi mon appareil photo. Je veux prendre des photos… ». Ca marchait toujours comme ça. Un événement marquant se passait, et j’étais obligée de le photographier. J’avais tout simplement le besoin d’immortaliser le moment présent. Une maladie ? Non, pas à ce point là voyons…

_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Dim 17 Juin - 11:14



« You, irrestible flower »
♦ La place centrale - TALEVILLE.

Elle était belle, avec se sourire, cette joie. C'était incroyable parce qu'au fond si Spencer laissait ses émotions prendre le dessus sans doute serait-il dans le même état. Elle lui demanda alors, pourquoi voulait-il être pincé. Il haussa les épaules. Au fond lui aussi avait cru à un rêve, à une illusion. Un moment où l'esprit prend le dessus de la réalité et il se serait réveillé quelque part, sans doute devant son bureau. Et tout ce bonheur se serait écroulé en une fraction de seconde, mais non. Ce n'était pas un rêve et tout ceci était bien réel. Très réel même. Chose dont il était certain. Et puis le calme, la sérénité que leurs baisés avaient procurés s'était envolé laissant place à la joie et au rire. Et quel rire, Jude était heureuse. Ça se voyait, Spencer lui n'exprimait pas aussi facilement ses sentiments, mais étrangement il espérait qu'avec Jude ça se ferait tout seul.

« - Oh non... Non.... » Elle se mit à le chatouiller, lui ne riait guère souvent jouait désormais avec Jude, essayant de s'éloigner de la jeune-femme, tout en ayant un sourire plus gros que jamais Au final, la riposte fut très simple, Spencer souleva Jude pour quel cesse toute activité avant de la poser un peu plus loin calmement pour qu'ils reprennent une respiration normal. Elle avait trouvé son point faible, c'était un fait. Spencer leva les yeux au ciel, tellement il se sentait bien et que là, il n'avait besoin de rien d'autre. Ce genre de moment où quand la nuit est tombée, on fixe le ciel et on se met à comprendre des choses. Des tas de choses. Et surtout on se pose, on reprend une respiration normale et on profite du moment. On savoure cet instant. Ils s'étaient éloignés du centre se trouvant maintenant dans les alentours de la ville et Jude remarqua un banc qui n'était pas loin. Ce qui était bien avec cette petite ville c'était la beauté des lieux. La magie de l'endroit où peut importer dans quel partie de la ville on se trouve, il y avait toujours un endroit où se poser et discuter. Taleville était une petite ville charmante que Spencer n'avait pas envie de quitter. Pas avant d'avoir fait ce qu'il avait à faire. Jude se posa alors sur le banc alors que Spencer fixait toujours le ciel. Pensait à Scott maintenant n'était pas une très bonne idée. Il posa alors ses yeux sur Jude, toujours debout devant elle.

« - Non. » Elle lui envoya un sourire doux, la tête légèrement sur le côté. Non, il n'en avait pas marre, au contraire. Elle lui plaisait davantage avec ce côté enfantin. Lui avait secoué la tête négativement, se mordant la lèvre n'arrivant pas à détacher ses yeux de ceux de Jude. Il s'assit alors à côté de Jude, retirant la bandoulière de son appareil photo et lui rendant l'Objet. Il avait toujours les mains dans les poches de son long manteau et il fixait Jude. Qu'avait-elle en tête ? Le prendre en photo ? Peut-être. Il détourna alors les yeux pour fixait le sol. Une question arriva, une petite question. Une question chiante quand même parce qu'elle était sans réponses. Il était clair que Spencer avait des sentiments pour Jude. De vraies sentiments et il voulait être honnête avec elle. Tout en continuant à fixer le sol, il avoua alors calmement.

« - Tu sais, c'est peut-être idiot, mais c'est la première fois que je me rapproche autant de quelqu'un et... » Il se tourna alors vers elle, posant ses yeux dans ceux de Jude espérant qu'elle y voit vraiment la sincérité de ses paroles. « - Je n'ai pas envie que tu repartes à Boston. » Il se mordit de nouveau la lèvre. Elle et son frère n'était pas à Taleville depuis longtemps et à vrai dire il ne vivait pas ici. Elle allait surement repartir et il ne voulait pas commencer une relation sérieuse sachant qu'ils ne se reverraient peut-être plus. Surtout, il voulait continué à la voire et à en apprendre plus sur elle.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JUDE-MEI Ϟ to believe in an another world


→ INSCRIT DEPUIS : 11/05/2012
→ MESSAGES : 1418
→ LOGEMENT : elle habite à présent dans une petite maison de quartier
→ JOB(S) : photographe professionnel travaillant pour le Daily Tale
→ HUMEUR : Très mauvaise, au plus bas.



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Mar 26 Juin - 9:17

life is beautiful in my world.



Avec du recul, je n’avais pas du tout prévu de passer une soirée comme celle ci. Mais après tout, je n’avais rien programmé. J’étais sortie pour flâner dans les rues de Taleville, tout simplement, en quête d’inspiration pour de nouvelles photos. Mais mes vagues projets s’étaient envolés lorsque j’avais croisé le regard de Spencer, celui ci assis sur un banc, une cigarette dans la main. Ce fut à partir de ce moment là que tout s’était mis à changer. Mes pensées, mon avenir, ma vie, mes sentiments, mes émotions et ma soirée. Finalement, je l’avais passée avec lui – et je ne regrettais rien. Et mon dieu, quelle soirée ! Mise à part celle que j’avais déjà passée en sa compagnie, je n’en avais jamais connu d’aussi incroyablement belles et magiques ; tout droit tirée d’un conte pour enfants, mais pourtant, elle avait été bien réelle.

A présent, la soirée touchait presque à sa fin. On allait devoir se séparer. Ou bien, peut être que Spencer avait d’autres projets ? Peut être allons nous finir cette soirée chez lui ? Non, loin de là de finir dans son lit… Je n’étais même pas en train d’y penser en faite. Mais je ne voulais pas le quitter. Je ne voulais pas partir tout de suite. Je voulais encore pouvoir le regarder, l’embrasser, ou encore le toucher. Spencer m’était devenu vital, en si peu de temps alors que je le connaissais à peine… Tout ce que je voulais, c’était que le temps s’arrête pour faire encore durer cette soirée, cet instant magique. J’étais prête à tout faire pour reporter le moment où on allait devoir se séparer pour la nuit. Putain, ça allait être dur…

Les chatouilles s’arrêtèrent dans un éclat de rire. Je n’en pouvais plus. J’étais crevée, mais tellement heureuse. Je m’assis alors sur un banc me laissant tomber comme un vieux sac à patates, tout en soupirant de joie. Spencer me rejoignit quelques minutes plus tard – le temps de décrocher ses yeux de mon visage. Il me donna mon appareil photo, et ce fut à ce moment là, que je le sentis bizarre, étrange. Pourquoi se mordait-il la lèvre ? Pourquoi paraissait-il soucieux de quelque chose ? Etait-ce de ma faute ? Tout en réfléchissant, je pris l’appareil photo qu’il me tendait. Finalement, il tourna son regard vers moi et sa bouche s’ouvrit pour laisser sortir quelques mots, ces derniers constituant alors une phrase. « Tu sais, c'est peut-être idiot, mais c'est la première fois que je me rapproche autant de quelqu'un et... ». Je distinguais dans ses mots une sincérité à l’état pur. Je lui adressai alors un doux sourire tout en imaginant mon cas : pour moi, c’était pareil : habituellement j’aurais repoussé son baiser j’aurais fui tout rapprochement entre lui et moi. Mais tout ceci s’était fait si naturellement, que j’avais décidé en fin de compte de lâcher toute prise… Tanpis si je me cassais la gueule à l’arrivée. Mais c’était tellement agréable de se sentir autant heureuse. « Spencer, je … » marmonnai-je pendant trois secondes, mais il ne m’écouta et préféra continuer son discours. « Je n'ai pas envie que tu repartes à Boston. ». Un aveu. Des sentiments. Les mots étaient tombés lourdement sur le sol. J’aurais du m’attendre à ce genre de phrases, à ce genre de scénario. J’en perdis les mots pendant quelques minutes, le temps de reprendre mes esprits. Soudainement, tout me parut plus clair : si je n’étais pas encore partie de Taleville, c’était uniquement à cause de lui ; j’étais restée pour Spencer car j’étais en train de tomber amoureuse de lui… C’était aussi simple que ça. Il ne fallait pas chercher midi à quatorze heures. « Spencer je… » marmonnai-je pour la seconde fois, ne sachant vraiment pas quoi dire, ou plutôt ne sachant pas par où commencer. Que devais-je dire en faite ? « Spencer… Je… Je dois t’avouer un truc. Si je suis restée à Taleville, c’était uniquement pour… toi. Oui, je suis restée à Taleville pour toi. Depuis cette fameuse soirée pendant laquelle tu m’as invité au resto, je voulais te revoir. Je refusais de partir sans t’avoir revu. A présent, les choses ont tellement changé… Et tellement vite, que je ne veux TOUJOURS pas partir de Taleville. ». Mes mots étaient sincères. J’aimais beaucoup Spencer… Et donc, je ne pouvais pas partir comme ça, du jour au lendemain. Pas après ce qu’il s’était passé ce soir. J’allumai alors mon appareil photo, réfléchissant à la suite de ma petite déclaration - qui n’en était pas une non plus. « En faite, je ne vais pas partir de Taleville. Je refuse de te quitter. » avouai-je, doucement. Mes yeux n’avaient pas bougé : ils fixaient le regard de Spencer…

Puis, un silence. Plus aucun mot. Ils restaient collés dans ma gorge. Je manquais cruellement de mots pour exprimer tout ce que je pouvais ressentir en ce moment. Alors, je m’approchai de lui, me décalant d’abord sur le banc pour pouvoir approcher ensuite mon visage du sien. Finalement, mes lèvres touchèrent les siennes pour commencer une nouvelle danse, mais cette fois ci, remplie d’amour et de sincérité. Non, je ne partirais pas. Je voulais rester encore avec lui. Tout en l’embrassant – ne voulant pas rompre ce contact si magique – je pris mon appareil photo d’une main pour le planter devant nos deux visages rapprochés. Un flash apparut. La photo était prise. La plus belle de tout ce séjour. Je me mis alors à rire, sentant la surprise de Spencer. « Ne t’inquiète pas, elle est cadrée et personne ne la verra. » le rassurais-je, entre deux rires.Taleville possédait vraiment de beaux trésors…


_______________________________


    L'AMOUR EST LE PLUS PUISSANT DES POUVOIRS.On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Mar 26 Juin - 21:30

- FIN DU TOPO -
la suite bientôt, Oh yeah.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: “ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”   Aujourd'hui à 10:27

Revenir en haut Aller en bas
 

“ – you have to look, but also to discover. Life is a beautiful lie”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faire un rond point - Faire un pano
» Construire une autoroute aérienne
» Question sur cities xl 2011
» [Aide] Débloquer tous les bâtiments .
» Astuce pour démarrer le jeu rapidement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-