Partagez | 
 

 “ – Sometimes is just harder than we think. ”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Dim 13 Mai - 11:28



« Hey, you ! »
♦ Dans les rues - TALEVILLE.

5h23
Il était coincé.

C'était ça ou quelqu'un lui faisait une blague, mais il y avait peu de chance que quelqu'un lui fasse une blague chez lui, dernière étages du bâtiment du journal. Tout le monde savait qu'il s'était installé là, qu'il se prenait trois fois le plafond quand il essayait de rejoindre son lit près de la fenêtre, qu'il lui arrivait de monter dans la journée pour faire une sieste... bref, si quelqu'un lui faisait une blague, ce n'était pas drôle. Il s'écarta alors, fixant la porte comme si son regard allait faire exploser sa porte en bois. Il soupira avant de remonter les manches de sa chemise. Il regarda encore une dernière fois avant de se lancer, épaule en avant, pour défoncer la porte. Il ne l'avait pas fermé à clef, la nuit dernière il était monté assez fatigué et c'était contenté de plonger dans son lit, manquant de peu de tomber à cause d'une paire de chaussure qui traînait à côté. Il était encore bien tôt avant que qui que ce soit ne vienne. Peut-être que ce n'était pas son jour, qu'aujourd'hui il devrait plutôt opter pour s'enfermer toute la journée plutôt que de sortir. Le journal n'allait pas lui en vouloir si aujourd'hui, il prenait sa journée pour regarder la télé ? Si ? Bon. Il retenta une deuxième fois avant de comprendre que son épaule commença à lui faire mal.

"Si la porte s'ouvre, je plonge dans le lac." Il s'arrêta un instant, à chaque fois qu'il était impatient il lançait des choses comme ça, sous prétexte que le destin devait décider pour lui. Il laissa échapper un sourire avant de s'acharner sur le poignet qui céda et brisa sur le coup. Il scruta l'objet, puis la porte, puis l'objet de nouveau avant de la balancer et de carrément fracasser une fenêtre. « - Merde... »

A Taleville, le bâtiment n'était pas très moderne, le Daily tale avait pris place dans un bâtiment construit à la base pour y mettre toute la paperasse de la ville, après une inondation dans la salle d'archivage de la mairie. Depuis, tout trainent dans le sous-sol du bâtiment et personne n'a pensé à remettre tout là-bas. Le Daily Tale existe depuis des lustres, mais ils n'avaient pas pensé à refaire le bâtiment. C'était peut-être quelque chose à faire. Peut-être qu'il pouvait s'effondrer, qui sait ? Spencer se dirigea vers ce qui devait être une table de salon, balança un peu tout ce qu'il y avait dessus, bougeant les objets à ne pas casser comme un bol de céréale qui devait traîner là depuis deux semaines. Il cherchait son téléphone qu'il trouva en dessous d'un roman assez épais et vieux. Il s'assit et composa un numéro. Que quelqu'un vienne le sortir de là, aller.

5h55

Au bout d'une demi-heure, il entendit un bruit. Plusieurs membres du journal avait reçu son message très urgent. La porte s'ouvrit dans un grincement très énervant, dévoilant deux des rédacteurs du Daily Tale.

« - Voilà, vous pouvez venir maintenant, boss. » Spencer réfléchit une minute, avant de poser son téléphone et d'avouer dans un calme très naturel.

« - Merci. » il se leva, main dans les poches et commença à descendre les escaliers. « - Journée libre aujourd'hui, on bossera demain pour la parution de la semaine. Appelez un serrurier et... » Il s'arrêta et se tourna vers les deux journalistes. « -Même si vous en avez envie, ne faites pas le ménage. » un fou rire empara les garçons avant que Spencer continue son chemin, pris l'ascenseur et sorti du bâtiment. Une simple porte fermé avait réussit à lui faire péter un câble. Il fallait qu'il se calme un peu et donc, il décida de prendre sa journée.

Le soleil n'étais pas encore debout, mais il avait ben envie d'aller se coucher quelque part et d'attendre de voir le soleil se lever. Il faut le comprendre, il y avait encore en lui les 8 ans enfermé dans la section psychiatrie de l’hôpital de la ville. Il a l’impression de ne pas avoir eu d’adolescence, 4 ans sont passés depuis, mais il y a toujours cette impression de vide en lui. Les plus belles années de sa vie seraient-elles partie avant même de venir ? A force de penser, il ne remarqua même pas où il allait. Marchant tout droit, il se retrouva dans les rues de la ville, entre des habitations et une épicerie de nuit. De quoi perturbé n’importe qui, mais pas Spencer qui vit ici depuis qu’il sait marcher. Automatiquement, il coupa à travers les ruelles pour retourner vers le centre, quand il aperçut au loin quelqu’un. Une connaissance, c’est Is’ comme il l’appelle. L’une des libraires, c’est vrai qu’il était tôt, peut-être était-elle chargée d’ouvrir la librairie ? Il accéléra le pas pour aller la rejoindre, la rattrapant et arrivant à son niveau. Il marcha à côté d’elle, comme si c’était normal avant de tourner sa tête vers elle et de lui sourire.

« - Salut. » ils s’arrêtèrent alors.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.


Dernière édition par Spencer L. Weber le Lun 14 Mai - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Dim 13 Mai - 19:27


L’aube était, et de loin, le moment préféré de la jeune Iseult. Elle aimait avidement voir le soleil se lever, et gouter au plaisir de sortir dans son jardin tandis que la rosée matinale n’était pas encore envolée. Enfin, ce n’était pas totalement son jardin, mais plutôt celui de Gabriel. Allongée sous la couverture, observant le ciel à travers la fenêtre de sa chambre, elle sentait le souffle de son petit-ami contre sa nuque. Enfin, s’il l’était officiellement, leur relation n’en demeurait pas moins étrange. Elle tentait de se convaincre qu’elle l’aimait, plus que tout, mais elle ne pouvait pas s’empêcher que rien n’était comme elle l’aurait espéré. En le voyant, son cœur ne battait pas la chamade. Elle n’avait pas le rose aux joues lorsqu’il l’effleurait, lorsqu’il lui prenait la main. Elle n’avait pas l’envie éperdue de passer la moindre seconde de sa vie en sa présence. Non, bien au contraire, elle avait même plutôt tendance à vouloir s’en éloigner le plus possible. Ce qu’elle ressentait pour lui était très mitigé, presque flou. Son corps ne l’attirait pas plus que ça, bien qu’il fut doté d’une beauté parfaitement envoutante. Elle ne fondait pas sous son regard azur, elle n’avait pas envie de sentir ses lèvres contre les siennes. L’avait-elle d’ailleurs déjà embrassé ? C’était une drôle de question, à laquelle elle ne pouvait pas répondre. Quand cela touchait à Gabriel, elle semblait comme prise d’une douce amnésie, comme si ses souvenirs étaient altérés. C’est parfaitement idiot, pensa t-elle subitement, se retournant soudain pour lui faire face. Il avait l’air d’un ange lorsqu’il dormait, et pourtant, Iseult ressentait toujours une sorte d’angoisse inexpliquée en sa présence. Ce qui était stupide, puisqu’il était son petit copain ! Décidément, depuis quelques temps, Iseult ne se comprenait plus elle-même.

Elle doutait de tout, de Gabriel, de ses sentiments. Sans doute le manque de sommeil, à cause de rêves bien étranges qu’elle ne cessait de faire. Toujours les mêmes, en boucle, la réveillant, avec une sensation au creux de son ventre, une impression d’une chose inachevée, comme un manque parfaitement incontrôlable qui la consumait. Mais un manque de quoi, voyons ? Tout ce qu’elle voyait, lors de ses songes, n’étaient que de la lumière dans une pièce absolument immense, suivit de flashs. Une musique entrainante retentissant, un rire masculin particulièrement onctueux, qui résonnait magnifiquement, comme s’il était rare, et des yeux bleus très doux, comme ceux d’un nourrisson. Iseult secoua la tête. Derrière elle, son réveil sonna. 4h39. De bonne heure, oui, c’était vrai, mais aujourd’hui, elle devait ouvrir la librairie dans laquelle elle travaillait, faire un peu de paperasse, mettre en rayon les nouveaux arrivages. Le bonheur, quoi ! Sincèrement, bien loin de la majorité des personnes se plaignant de leur travail, Iseult adorait absolument ce qu’elle faisait. Vivre entourée de livres, elle trouvait ça fantastique. Elle balança son bras gauche derrière elle, pour trouver le bouton d’arrêt de son réveil, et lorsque la petite musique cessa, elle passa lentement sa main sur la joue de Gabriel, nullement dérangé dans son sommeil par la sonnerie, avant de se lever.

Elle s’étira longuement, un peu à la manière d’un chat. D’ailleurs, le sien vint ronronner contre ses jambes, quémandant visiblement de la nourriture. S’en suivit une ribambelle d’actions quotidiennes absolument banales, jusqu’à ce qu’Iseult sorte enfin, dans la fraicheur matinale, accompagné de son fidèle sac-à-main, jouant distraitement avec les clés du magasin entre ses mains. Elle regardait partout, marchant d’un pas plutôt lent, toujours impressionnée par la beauté des lieux. Elle avait beau avoir vécu là depuis toujours, elle adorait toujours autant cet endroit, et ne s’en lassait. Taleville était décidément une ville très belle. Tout était normal, cependant elle eut à un certain moment la désagréable impression d’être observée voire même… suivie ? Serrant soudainement ses clés au creux de son poing, elle continua d’avancer, cette fois un peu plus rapidement. Rien à faire, la personne derrière elle marchait visiblement aussi vite qu’elle. Elle pensa soudain qu’elle était parano, que ce n’était rien de grave. Mais elle n’était pas au bout de ses surprises. Cette personnes atteint très vite sa hauteur, puis marcha à ses côtés pendant un moment, avant qu’ils ne s’arrêtent simultanément. Iseult regarda qui était son suiveur, et eut un pas de recul en découvrant Spencer, un journaliste qui se rendait très souvent à la librairie. « Salut » lança t-il alors.

Iseult croisa son regard, et fut parcourue d’un frisson heureusement invisible pour le jeune homme. En sa présence, elle était toujours secouée d’un certain malaise. Ses yeux, voilà ce qui la terrifiait. Elle ne savait pas pourquoi ils la perturbaient autant. Et ce n’était pas de bonnes vibrations qui la prenaient, oh, non, loin de là. Ce n’était bien évidement pas une attirance quelconque pour lui, mais une certaine peur, due à ses prunelles. Elle avait l’étrange impression d’avoir déjà croisé ce regard avant, et qu’il l’avait terrifié. « Oh, bonjour. Spencer c’est bien ça ? » répondit-elle, tentant de cacher sa surprise et surtout son cœur qui battait anormalement vite. «Qu’est-ce que vous- » commença t-elle, avant de se rendre compte qu’il était assez idiot de le vouvoyer. Après tout, ils devaient tous deux avoir presque le même âge. « -tu fais dehors si tôt ? » se reprit-elle, aussitôt. Inconsciemment, elle s’était remise à jouer avec ses clés, signe de sa nervosité.


Dernière édition par Iseult Leroy le Jeu 28 Juin - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Lun 14 Mai - 11:41



« Hey, you ! »
♦ Dans les rues - TALEVILLE.

« - Oui, c'est ça. » dit-il en affichant un gros sourire.

Une fois encore, l'ainé Weber avait frappé. Spencer se plaisait à être la personne la plus sociable de la ville. Toujours le sourire aux lèvres, il discutait facilement avec les habitants, il y avait rarement des étrangers dans la ville, mais même eux il n'hésitait pas à aller les voir pour parler. Sans doute son côté « journaliste » le pousser à aller vers les autres pour savoir qui ils étaient. Il était très bavard le rédacteur en chef du journal de la ville, un peu trop parfois. Il devrait apprendre à garder quelques questions pour lui-même. Mais c'est ce qui faisait son charme après tout. En apercevant Iseult seule il avait été intrigué. Il y avait vraiment une probabilité équivalente à zéro pour qu'elle soit là à cause d'un meurtre où un autre. Il savait qu'elle allait sans doute vers la libraire. Cependant, il craignait d'avoir fait peur à Iseult en la saluant ainsi, mais non. Elle l'avait reconnue, ce qui déjà était une bonne chose. On ne peut pas oublier Spencer Weber, rédacteur en chef de la ville, qui passait pratiquement une fois par semaine à la libraire. C'est vrai qu'à cette heure-ci, on ne doit pas s'attendre à croiser quelqu'un dans les ruelles de la ville, même lui était étonnée de la voir dehors si tôt. Parfois, il y a le boulanger du coin, mais ça c'est normal. C'était leurs boulots de se lever à 4h et ensuite de commencer à préparer le petit pain.

« - Oh, j'étais censé me lever tôt pour le journal, mais j'ai eu un petit incident avec la poignée de ma porte... » Il marqua une pause, faisant mine de réfléchir. « - et maintenant avec l'une des fenêtres du salon... Je ne dois pas être très chanceux dans mon genre. » Un énième sourire s'afficha sur le visage de Spencer.

En apparence, c'était dingue ce qu'il jouait bien le jeu du mec normal, à l'humour assez craquant et au sourire charmeur. Le genre de type qui a des principes, une façon de vivre exemplaire et qui arrive toujours à vous faire sourire. Une espèce d'image de l'homme parfait qui pourrait en rendre jaloux plus d'un. Oui, c'était dingue ce qu'il était devenu. A la base, ceci n'était qu'une couverture, mais à force de jouer la comédie Spencer a fini par devenir une partie de cet homme parfait que tout le monde recherche. Comme dans l'espoir que cela efface ce qu'il a pu être autrefois. Mais rien ne peut effacer les souvenirs. Il senti alors son tatouage à l'épaule le démangé. Mais il laissa cette sensation de côté pour se concentrer sur l'adorable blonde qui était devant lui. C'est vrai qu'il s'était présenté à la caisse un peu à la va vite, pour que chaque futur visite à la librairie devienne plus attractive bien qu'elle le soit déjà amplement. Aller savoir pourquoi, il avait l'impression qu'à chaque fois qu'Iseult posait ses yeux sur lui, elle était timide ou quelque chose comme ça. Du coup, dans la tête sa ressort un peu comme si elle avait le béguin pour lui.

Bon, elle était attirante Iseult, mais elle avait quelqu'un et Spencer respectait ça. Il n'était pas du genre à draguer les filles qui étaient déjà en couple. Il l'avait entendu une fois au téléphone, il en avait donc déduit ça. Ce qui n'empêchait pas le journaliste d'apprécier d'avoir l'impression de lui plaire.

« - Tu vas ouvrir la libraire ? Je t'accompagne. On ne sait jamais, seule dans les rues de Taleville, c'est dangereux. » Dit-il en plaisantant. Taleville était sans doute la ville la plus calme et tranquille de tout le Connecticut.

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Ven 18 Mai - 14:30


« Qu'est-ce que vous-tu- fais dehors si tôt? » Elle s'y était reprise à deux fois pour poser cette question, et pourtant le sens demeurait le même. Que pouvait-il bien faire ici à une heure pareille? Iseult avait sa propre raison, à savoir son travail, mais elle savait parfaitement que Spencer travaillait au journal de Taleville, et qu'il n'avait donc aucune raison professionnelle à sa présence ici. Il était clairement stupide de réagir ainsi, et bien qu'il ait pris cette question comme de la pure et simple courtoisie, grâce au ton de la jeune femme, elle n'en demeurait pas moins très intriguée par son apparition subite. Il lui filait définitivement bien les chocottes. Décidément, elle croyait devenir paranoïaque. Ce jeune homme était en apparence quelqu'un de parfaitement adorable, aussi courtois et amical qu'on pouvait l'être, et elle ne cessait de s'en méfier sans la moindre autre raison qu'un très mauvais pressentiment. Bon, d'accord, son instinct la trompait rarement, mais sur ce coup-là, elle n'en était plus si sure. « Oh, j'étais censé me lever tôt pour le journal, mais j'ai eu un petit incident avec la poignée de ma porte... » commença t-il, s'offrant un léger moment de réflexion. « - et maintenant avec l'une des fenêtres du salon... Je ne dois pas être très chanceux dans mon genre. » Il n'y avait absolument rien de suspect à tout cela. Le visage de Spencer s'illumina d'un sourire à nouveau, et Iseult dû réprimer un léger frisson.

Bon sang, elle ne pouvait pas s'empêcher d'avoir la frousse. Pourtant, reprenant ses esprits, elle lui sourit également. « Je vois. » répondit-elle, souriant toujours, s’accordant même un léger rire, qu'elle aurait voulu décontracté, et pourtant qui parut étrangement nerveux. Ce n'était pas du tout son genre, d'être méfiante, loin de là même. Elle était de nature très naïve, ce qui la rendait généralement inconsciente du danger, alors que d'autres à sa place s'en seraient alarmés. Pourtant elle ne pouvait réprimer sa peur cette fois. Il y avait quelque chose dans son regard, qui la terrifiait. Evidemment, pour tout le monde, ses yeux n'avaient rien d'anormal, et brillaient d'une lueur sympathique, pourtant Iseult frissonnait irrémédiablement à chaque fois qu'elle venait à les croiser. Elle avait l'impression qu'ils sortaient tout droit de l'un de ses cauchemars, dont elle ne parvenait pas à se souvenir. « Tu vas ouvrir la libraire ? Je t'accompagne. On ne sait jamais, seule dans les rues de Taleville, c'est dangereux. » Petite pointe d'humour, qui arracha encore un sourire des lèvres de la jeune femme. Taleville était bel et bien la ville la moindre dangereuse des États-Unis, si ce n'était du monde entier. Le seul danger qu'Iseult y voyait était irrationnel, et provenait du jeune homme qui se trouvait devant elle, pourtant apprécié de tous.

Il proposait donc de l'accompagner. Pourtant effrayée par sa présence, ses bonnes manières l’empêchèrent de refuser. « Aucun soucis. Taleville de si bonne heure, grrr, j'en frissonne rien que d'y penser. » répondit-elle, toujours sur le ton de la plaisanterie. En effet, elle frissonnait réellement, mais pas pour la raison que Spencer aurait pu croire. Car, oui, c'était bel et bien à cause de lui. Presque naturellement, ils se mirent à marcher tout deux, en même temps, entreprenant de se diriger vers la librairie dans laquelle travaillait Iseult. Cette dernière fut soudain prise d'une envie très prononcée d'en savoir plus sur lui. Elle voulait à la fois que son instinct s'évanouisse, pour qu'elle cesse d'être effrayée du jeune homme, et pourtant, elle désirait aussi que ses recherches lui révèlent qu'elle n'était pas folle d'avoir ainsi peur de lui. « Je me rend compte que je ne sais pas grand chose de toi. commença t-elle, du ton le plus innocent possible. Tu as toujours vécu à Taleville?» La conversation était lancée, elle voulait juste en savoir le maximum à son sujet. Où auraient-ils pu se rencontrer auparavant, puisqu'elle avait cette si singulière impression de l'avoir déjà croisé quelque part? Les questions allaient certainement couler, d'une manière des plus naturelles, si bien qu'il ne se douterait de rien. Mais il fallait qu'elle sache.


Dernière édition par Iseult Leroy le Jeu 28 Juin - 19:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Sam 19 Mai - 17:42



« Hey, you ! »
♦ Dans les rues - TALEVILLE.

Saluer quelqu'un dans la rue, à une telle heure, c'était possible qu'on en perdre un peu la tête et qu'on se pose des tonnes de questions. Mais pas une seule fois dans la tête de Spencer cette idée de l'effleura. Non, pas une seule fois. Parce que pour lui, c'était rien de très grave et comme il voyait Iseult comme une libraire qui avait un peu le béguin de lui, il n'imaginait pas une seule seconde ce qui se passait réellement dans sa tête. Non, il était tellement loin de la réalité. Il tenta de lui expliquer la raison de sa présence dans les rues, ce qui était difficile de décrire en une phrase ou deux. Ce n'était pas le moment de lui balançait à la figure un monologue total sur le problème de ce matin. D'un côté, ce n'était pas hyper intéressant, bien que drôle. Il devrait garder cette petite anecdote pour l'édito de prochain journal, ça pourrait être drôle à raconter. Passons, il espérait que cela n'ennuyait pas trop Iseult qui marche à ses côtés et qu'ils discutent un peu. Il était du genre curieux, un peu trop peut-être. Il aimait bien en savoir des choses sur les habitants de la ville, discuté avec eux. Prendre des nouvelles de certains et parfois même passer du temps avec eux.

Oui, Spencer était sans doute l'habitant de la ville le plus apprécié, mais aussi le plus redouté. Il était quand même à la tête du journal local, qui parfois publiée des articles sur les habitants. La rubrique « Les paroles du loup » était sans doute celle le plus craint. Géré par des journalistes anonymes, elle y dévoilait tout ce qui se passait dans la ville et Spencer avait signé un contrat qui l'obligeait à publier la rubrique à chaque fois, même si ça parlait de lui. Elle lui envoya un sourire. Elle était sans doute nerveuse face à Spencer ? Elle ne devrait pas. Cette pensée le fit sourire davantage. Il se dit alors que cela serait bien s'il l'accompagnait. Prétextant que les rues étaient dangereuses. La blague ! Au moins, sa petite blague avait fait sourire davantage Iseult. Il essayait de faire en sorte qu'elle se sente plus à l'aise avec lui. Elle lui répondit alors sur le ton de la plaisanterie et ils se mirent à marcher. Elle avait suivi sa plaisanterie ce qui laissait croire Spencer que ça allait mieux. Du moins, c'est ce qu'il pensait. Il n'était pas doué pour deviner les penser des gens.

Alors qu'ils marchaient tranquillement, Iseult prit de nouveau la parole. C'est vrai qu'il ne savait rien l'un de l'autre. Ils s'étaient parlé qu'une fois à la librairie et c'était toujours Spencer qui allait la voir. La libraire étant son lieu favori.

« [color=#2a8182- Oui, c’est vrai. Je n’en sais pas beaucoup non plus sur toi.[/color] » Argumenta-t-il d’un sourire. Il décida ensuite de répondre à sa question. « - Oui, je suis née ici. J’ai grandi ici et ensuite je suis partie pour études avant de revenir pour m’occuper du journal. Ma famille est là depuis la création de la ville. »

C’est vrai, Spencer était l’ainé de la famille weber et représentant d’une des familles fondatrices de la ville. C’était un peu extraordinaire comme chose. De savoir que son arrière –on ne sait combien- grand père à participer à la construction de la ville et que depuis, les Weber sont toujours là. C’était un grand honneur. C’était certain.

« - Et toi ? »

Si Iseult lui posait des questions, il était naturel pour lui d’en poser également. Il était tout aussi curieux, mais contrairement à elle. Il n’avait pas cette impression de l’avoir déjà vu quelque part. Non, pour lui c’était juste la libraire du coin qui craque un peu sur lui, mais qui ne l’avoue pas. C’était mignon.


_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Dim 24 Juin - 8:45



Une chose était sûre et certaine: jamais elle ne serait allée lui parler de son plein gré. Elle avait beau être agréable et toujours prête à discuter pendant quelques temps avec un habitant de Taleville, pour le cas de Spencer, c'était plutôt... différent. Il était différent de tous ceux qu'elle avait côtoyé auparavant. Comme si il émanait de lui une sorte d'aura offrant une mauvaise augure. Elle ne pouvait pas s'empêcher de penser qu'il était dangereux, et ça, elle parvenait à le lire dans ses yeux. bien sûr, elle n'avait pas les moyens de le prouver, et ça la tuait, mais elle n'en était pas moins persuadée. Si tout le monde fermait les yeux sur Spencer Weber, et bien elle ne ferait pas la même bêtise. Ses airs sympathiques ne la trompaient pas, et elle demeurait plus que certaine qu'il cachait quelque chose, un côté sombre, une face cachée, un secret inavouable. Et tout ça flanquait une terrible frousse à la jolie Iseult. « Oui, c’est vrai. Je n’en sais pas beaucoup non plus sur toi » répondit-il, avec un sourire, auquel Iseult s'empressa de répondre. Il était vrai qu'elle n'était pas totalement prête à lui dévoiler sa vie, s'il ne faisait pas de même. « Oui, je suis né ici. J’ai grandi ici et ensuite je suis partie pour études avant de revenir pour m’occuper du journal. Ma famille est là depuis la création de la ville. » avoua t-il, répondant ainsi à la question qu'Iseult lui avait posé. Rien de louche dans tout cela, évidement.

Mais elle persistait dans cet état de méfiance absolument irrationnelle. Étrangement, elle avait l'impression que Spencer ne remarquait pas totalement qu'elle était tendue à ses côtés, comme stressée, ou alors il le voyait, mais l’interprétait mal. Peut-être pensait-il qu'elle était du genre à être stressée par son boulot à longueur de temps? Ou alors qu'elle avait le béguin pour lui, et qu'elle se comportait donc comme une gamine de quatorze ans? Elle opta pour la dernière proposition. Ça ne la dérangeait pas tellement d'ailleurs, préférant qu'il croit ces sornettes plutôt qu'il se doute de sa méfiance. « Et toi ? » lança t-il, lui retournant la question. Bien sur elle s'y était attendue, et tout ceci n'était qu'une banale conversation. Elle tâcha de ravaler son impression de peur, mais n'y parvint pas. « Et bien, quant à moi, j'ai toujours vécu ici. Je ne m'imaginais pas quitter Taleville, mon père, ou même Gabriel. » répondit-elle, sincèrement. Vraiment, c'était comme si quelque chose en elle l'empêchait de quitter cette ville. Presque également comme si dans une autre vie, elle s'était enfuie, quelque part, et qu'elle en payait aujourd'hui les frais, restant enchaînée à un père et un petit-ami aux côtés desquels la vie n'était pas toujours rose.

Quelle idée stupide, vraiment. Lorsqu'elle eut fini sa phrase, ils étaient arrivés devant la librairie. Iseult sortit ses clés de sa poche, et ouvrit la porte, invitant bien sûr Spencer à pénétrer à l'intérieur. Elle s'empressa l'allumer les lumières, la pénombre étant de mise à cette heure-ci du matin. Elle déposa les clés sur le comptoir où se trouvait la caisse, et entreprit de s'attacher les cheveux, étant censé trier les livres arrivés fraîchement la veille. « Ça ne te fais pas bizarre, à toi, d'imaginer quitter cette ville un jour? » demanda t-elle, désirant savoir si cette impression était partagée, faisant la conversation mais restant toujours aussi méfiante envers lui, tandis qu'elle fourrait le nez dans le premier carton de bouquins, disposé sur une table destinée à la lecture des clients, non loin de la caisse. Commençant à ranger quelques bouquins dans sur les étagères, elle attendait sa réponse.


Spoiler:
 


Dernière édition par Iseult Leroy le Jeu 28 Juin - 19:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Mer 27 Juin - 21:52



« Hey, you ! »
♦ Dans les rues - TALEVILLE.

Il n'hésitait pas à aller vers les gens. C'était sa manière d'être. Sa manière de pensée. Il se devait d'être celui qu'on apprécie, à qui on fait confiance. Celui avec qui on n'a pas peur d'être, parce qu'il est super. Qu'on voit en lui uniquement ce genre de choses, ainsi aller vers Iseult fut un automatisme. Elle était belle, gentille et avait sans doute le béguin pour lui. Il n'avait pas envie de lui de lui donner de faux espoirs, mais juste de lui montrer que l'amitié était possible. Qu'il n'était pas contre l'avoir parmi ses amis. C'était donc avec plaisir que ce matin-là, malgré l'incident dans son appartement, qu'il soit de bonne humeur. Il était toujours ravi de revoir des gens qu'il connait et qu'il apprécie pour leurs simplicités et leurs bontés. Is' était quelqu'un de bien, ça se voyait. Il le savait. Comme il était persuadé des sentiments de la jeune fille. Il en se rendait pas compte que ce qu'il prenait pour de la timidité, était tout simplement de la méfiance. Il était tout simplement naïf, mais il ne pourrait le comprendre de toute façon. Puisque pour lui, c'était impensable que se méfie de l'être qu'il était. Rédacteur en chef, personnage important de la ville avec son nom. Il était le gendre idéal, l'amant parfait et l'ami qu'on rêve d'avoir.

Alors qu'il l'accompagnait, prétextant que les rues n'étaient pas sûres, elle se décida à lui poser des questions. C'est vrai que l'un comme l'autre, ils n'en savaient pas beaucoup. C'était peut-être le moment idéal. Il lui répondit alors en tout franchise. Il espérait avoir assouvi la soif la curiosité d'Iseult. Bien entendu, il ne mentait pas. Du moins par pour l'ensemble, bien qu'il n'ait jamais quitté la ville. Une conversation des plus banales s'était installée, mais il fallait bien commencer par quelque chose. Pour en savoir plus l'un sur l'autre, cette étape était indispensable. Elle avait donc toujours vécu ici. Ce qui étonnait toujours Spencer c'était la magie de cette ville. Il avait beau être partout, il y avait toujours des gens qu'il ne connaissait que de nom. Spencer se rendit compte qu'il était bien plus âgé qu'Iseult. Ce qui expliquait sans doute pourquoi il ne l'avait jamais rencontré avant et pourquoi il n'avait jamais vraiment fait attention à elle, jusqu'à dernièrement.

Alors qu'Iseult venait de lui répondre, la librairie pointa le bout de son nez. Spencer se plaisait à regarder les livres exposés là, marquant un blanc dans la conversation. La ville était petite, ainsi était les ballades. Ils rentrèrent à l'intérieur, le rédacteur en chef regardant déjà ce qu'il pourrait acheter pour parfaire sa bibliothèque personnelle. Un énorme sourire sur son visage, comme un enfant à noël. Iseult lui posa alors une question, Spencer sortant de ses rêveries.

« - Je sais que je partirais le moment voulu. » lança t'il se tournant de nouveau vers Iseult qui attachait ses cheveux. Elle se dirigea alors ensuite vers le carton pour sortir les nouveaux arrivage et Spencer laissait ses yeux lires les titres. « - Je crois que pour le moment, je n'ai pas envie de partir. J'ai parfois l'impression que je dois rester ou que je ne peux tout simplement pas partir. » Il attrapa l'un des livres, parcourant les lignes du résumé. « - Mais parfois, je me dis que ça me ferait du bien de voyager, de faire le tour de monde, de retourner en Angleterre même. »

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Jeu 5 Juil - 0:55



C'était bel et bien une journée comme les autres. Ce matin, et ce jusqu'à l'ouverture de la boutique, Iseult allait ranger et répertorier tous les livres qu'elle venait de recevoir la veille au soir. Puis elle s'occuperait de la caisse, certainement, retournerait manger seule chez elle ce midi, Gabriel travaillant et ne pouvant pas l'accompagner. Puis elle retournerait bosser l'après-midi, avec cette bonne humeur qui ne la quittait jamais. Enfin lorsque sa journée de travail serait terminée, elle irait certainement rendre visite à l'une de ses amies, ou lirait un bouquin dans le parc de Taleville, en attendant l'heure propice pour rentrer et s'affairer à la préparation du dîner. Vraiment, c'était une journée comme une autre, si on ne comptait pas la présence délicieusement troublante de Spencer Weber, ce garçon sans histoires et incroyablement sympathique, qui avait pourtant une drôle d'emprise négative sur Iseult. Il avait juste le don de lui flanquer une frousse inexplicable, dont Iseult ne parvenait pas à trouver l'origine. Ils avaient, en cet instant précis, une sorte de conversation à coeur ouvert, que la jeune femme ne pouvait s'empêcher d'apprécier, bien qu'elle fut surtout à la recherche d'une quelconque zone d'ombre dans l'âme du journaliste, qui lui aurait prouvé qu'elle n'était pas totalement cinglée d'éprouver cette peur irrationnelle envers lui. « Je sais que je partirais le moment voulu. » annonça t-il, répondant à Iseult, qui l'écoutait attentivement, tout en faisant son boulot, et allant et venant énergiquement à travers la pièce.« Je crois que pour le moment, je n'ai pas envie de partir. J'ai parfois l'impression que je dois rester ou que je ne peux tout simplement pas partir. » Iseult connaissait ce sentiment, elle l'éprouvait souvent d'ailleurs, comme si elle était enracinée ici, sans la moindre issue. Cependant, Taleville était loin d'être une ville déplaisante, elle ne s'en plaignait pas.

Spencer attrapa un livre qu'Iseult venait tout juste de déballer du carton de bouquin, et entreprit visiblement d'en lire le résumé. « Mais parfois, je me dis que ça me ferait du bien de voyager, de faire le tour de monde, de retourner en Angleterre même. » acheva t-il. Iseult acquiesça d'un mouvement affirmatif de la tête, lui faisant voir qu'elle comprenait tout à fait ce qu'il voulait dire. Cependant, elle était trop occupée à porter une montagne de livre dans ses bras pour trouver quoi que ce soit à répondre. Elle était bien trop concentrée à ne rien faire tomb-... trop tard. Un mouvement trop brusque, le pied qui se cogne dans un coin de carton, et Iseult laissa chuter tous les livres qu'elle portait contre le sol, certains s'ouvrant, au passage. Confuse, et faisant encore preuve de la maladresse légendaire, elle s'agenouilla immédiatement, entreprenant de refermer les livres et de les remettre en pile ordonnée. Mais un bouquin ouvert à une certaine page attira son regard, et glaça totalement son sang.

Elle ne put s'empêcher d'être comme hypnotisée, ne pouvant cesser de fixer cette page, illustrée d'une photographie. Il s'agissait de deux grands yeux jaunes, ressortant dans une nuit noire et particulièrement effrayante. Iseult ne se sentit pas pâlir, au point de se faire jalouser son teint soudainement diaphane par tous les morts de Taleville, mais elle sentit en revanche son pouls augmenter considérablement, comme si elle était en proie à une prise de panique. Elle pouvait comprendre ses tremblements, oui, mais d'où venait cette impression si subite d'entendre tout autour d'elle le bruit flippant de feuilles bercées par un vent glaciale, et d'où venait cette odeur de terre, de bois, qu'on ne sentait que dans une forêt épaisse? Elle se sentait prise dans une sorte de transe, rythmée par cette photographie de deux yeux de loup. Pourquoi cela lui paraissait-il si familier?

Reprenant un tant soit peu ses esprits, elle s'empressa de fermer ce livre si troublant, le faisant rejoindre la pile de livre déjà remis en place. Puis elle se releva, sentant sa tête tourner un peu. Faisant mine de rien, oubliant ces quelques secondes d'absence, elle plongea ses yeux dans ceux de Spencer, et fut prise d'un léger sursaut. Elle avait cru, l'espace d'un instant, voir les yeux bruns du jeune homme s'animer d'une flamme jaune, tel un loup en pleine forêt. « Quelle maladresse! » s'excusa t-elle, l'air de rien, ne pouvant s'empêcher de fixer les yeux du jeune homme comme elle avait quelques secondes avant fixé la page de l'ouvrage ouvert sur le sol. « En Angleterre? Là où tu as fait tes études, n'est-ce pas? » reprit-elle, essayant d'ignorer ce tremblement très distinct dans sa voix, et tâchant de cacher cette certitude qu'elle venait d'acquérir, qui lui hurlait que Spencer était dangereux. C'était stupide, il était monsieur tout le monde, pas un effroyable psychopathe. Mais surtout, elle essaya d'ignorer le fait qu'il avait bien sur remarquer sa perte de couleur soudaine, sa poitrine qui se soulevait à une rythme si rapide qu'elle semblait vouloir exploser, ce tremblement auquel elle était sujette, mais aussi l'indéniable fait qu'il avait dû lui aussi voir ses deux yeux jaunes, sur ce livre, qu'elle avait observé à la manière d'une morte-vivante.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Ven 20 Juil - 12:03



« Hey, you ! »
♦ Dans les rues - TALEVILLE.

Une journée simple, sans conflit, sans problème. C'était trop demandé et le poignet de la porte de son appartement le prouver amplement. Rien que ce matin le destin lui jouait des tours. Comme si c'était évident qu'il devait sortir, si tôt. La vie de Spencer était toujours pleine de surprise. Il ne manquait jamais d'avoir quelque chose à faire, bien que rarement il n'ait rien à faire. Et c'était drôle, parce que parfois il avait l'impression que la vie le guider plus qu'autre chose. Comme si sa vie ne lui appartenait pas et qu'il n'était qu'un pantin qui acceptait chaque chose qu'on lui offrait. C'était étrange comme sensation. Et comme si la vie continuait à lui jouer des tours il avait croisé Iseult dans les rues ce matin. Il s'était toujours demandé pourquoi il ne s'était pas rapproché d'elle plus tôt. Il allait à la librairie depuis des années et il n'y a que depuis quelque temps qu'il commence à discuter avec elle. C'était bête, parce qu'elle est adorable. Mignonne et qu'il était persuadé qu'au fond, elle le trouvait très attirant. Etant un homme, parfois, c'est assez flatteur. Il espérait juste ne pas lui donner de faux espoirs. Ça serait cruel. La conversation était encore là dans la librairie où Spencer avait accompagné Iseult.

Quitter Taleville, c'était un drôle d'idée et une drôle d'envie. Spencer n'avait pas hésité à parler ouvertement sur ce simple sujet. Attrapant un livre, il avoua même que ça ne ferait de mal à personne de voyager, de faire le tour de monde. De rentrer en Angleterre. Comme s'il y était déjà allé. Les mensonges de sa vie étaient devenus des vérités encrés dans ses mots. Et alors qu'il se laisse emporter par ses pensées, pensant à ses murs blancs dans l'hôpital un bruit le réveilla. Iseult venait de faire tomber la montagne de livre qu'elle portait et automatiquement Spencer posa son livre pour l'aider. Mais Iseult avait l'air de gérer sans problème, mais alors qu'il la regardait il senti quelque chose. Il posa ses yeux sur la jeune femme et il aperçut alors dans son regard quelque chose de différent. Elle ne bougeait plus, elle fixait une page. Spencer baissa les yeux pour voir que c'était une photo qu'elle regardait sans vraiment saisir ce que c'était. Il croyait que c'était des yeux, deux gros yeux dans la pénombre. Il fut fasciné un moment, mais c'était à l' envers pour lui. Visiblement elle avait l'air fasciné par la photo. Ou alors elle était effrayée... Le coeur qui bat vite, sa respiration. Peut-être aussi le fait qu'elle se retrouve seule avec Spencer ? Elle referma alors le livre et Spencer la fixait toujours. Elle se releva et quand elle le regarda de nouveau, elle sursauta. Spencer laissa échapper un sourire.

« - Bienvenue au club ! » dit-il se rappelant la catastrophe de ce matin. Comme gênée de le fixer si longtemps, elle tenta de reprendre la conversation là où ils l'avaient laissé. Parlons de l'Angleterre.

« - Oui, c'est ça. Mes longues études de journalistes. De bons souvenirs. » il se mordit un moment la lèvre avant de poser sa main sur l'épaule d'Iseult. « - Est-ce que ça va ? »

Spoiler:
 

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Ven 20 Juil - 13:23



« Bienvenue au club! » annonça t-il, faisant visiblement référence à sa propre maladresse. Iseult aurait dû rire, ou esquisser un petit sourire amusé. Vraiment, elle aurait dû apprécier Spencer, lui vouer une sorte de culte pour son incroyable aisance à parler aux autres, elle aurait même dû être troublée et attirée par le beau jeune homme qu'il était. Mais c'était plus fort qu'elle, à sa vue, elle réprimait une envie de se ronger les ongles, elle avait la tremblote, et une sensation dans son estomac qui s’apparentait à de la peur. En apparence, elle n'était qu'une personne craquant pour une autre du sexe opposé, mais il n'en était rien; il l'effrayait, plus que quiconque dans cette ville. Et elle en avait honte, car c'était tout à fait irrationnel, et parfaitement stupide, d'avoir une peur aussi idiote pour un homme tel que lui. Était-ce un mauvais rêve à propos de lui, qui l'avait troublée? Elle en avait la vague impression, mais peu importe le contenu exact de ce cauchemar, la sensation de crainte qui en découlait était si intense qu'on pourrait la penser fondée. Pourtant non! Spencer Weber était l'ami parfait, le gendre idéal, le stéréotype même du type que tout le monde ne peut qu'adorer! Ah, que n'aurait-elle pas donné pour troquer cette trouille infondée pour des papillons dans le ventre?! Elle aurait mille fois préféré être tombée sous le charme du jeune homme que d'être aussi effrayée par lui.

Le sujet changea, oubliant la maladresse, oubliant ce stupide bouquin et cette fascination étrange pour l'image de ces yeux dans le noir. Adroitement, elle tenta de se calmer, en retrouvant une conversation banale, axée sur les études à l'étranger du jeune homme. « Oui, c'est ça. Mes longues études de journalistes. De bons souvenirs. » Il jouait le jeu. N'avait-il donc pas vu de ses propres yeux le corps tout entier de la blonde être prise d'une tremblote inexpliquée? Ne sentait-il donc pas les sueurs froides qui parcouraient sa peau? Avait-il seulement remarqué le sursaut d'Iseult lorsqu'elle avait croisé son regard, à nouveau, après qu'il eut tenté de l'aider à ramasser les bouquins qu'elle avait fait tomber, en parfait gentleman? Visiblement, si. « Est-ce que ça va? » Une main sur l'épaule, elle se mit encore à frissonner. Puis son cerveau s'en alla, à mille à l'heure. Il faut fuir, courir aussi vite que tes jambes te porteront. La forêt est dangereuse? Tant pis, tu n'as pas le choix. Tu es coincée si tu restes (...) Tu t'arrêtes un instant, parce que tu as chuté. Tu te relèveras plus forte, gamine. Tu scrutes les environs. Tu vois ces deux globes qui brillent, là-bas, derrière les arbres? Ces deux yeux qui te glacent le sang? Ce sont ceux d'un- « -loup. » finit-elle, cette fois à haute voix.

Cette espèce d'hallucination terminée, elle est de retour dans la librairie, une fraction de seconde plus tard. Mais qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez elle? Elle s'était considérablement raidi au contact de la main de Spencer sur son épaule, et elle tenta ensuite de retrouver son calme. « J-Je suis d-désolée. Je ne sais ce qui me prend. Il est tôt, ça doit être ça. » tenta t-elle de se défendre, sachant pertinemment que le manque de sommeil n'avait rien à voir dans tout ça. Avec un peu de chance, il la prendrait juste pour une sorte de groupie totalement folle de lui, et perdant tous ses moyens autour de lui, et encore plus à son contact. Mais n'allait-il pas finir par la croire dérangée? Elle-même pensait l'être. A quoi rimait ce qui venait tout juste de se passer? Pourquoi était-elle subitement effrayée par un loup, à cause d'une chose se produisant uniquement dans sa tête? Cela avait-il le moindre lien avec Spencer? C'était impossible. Elle devenait réellement folle...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Mer 1 Aoû - 13:50



« Hey, you ! »
♦ Dans les rues - TALEVILLE.

Il trouva ça étrange, qu'elle n'ait pas réagi à sa petite remarque. Peut-être était-elle songeuse, ailleurs ou autre chose. Enfin, n'importe qui aurait répondu quelque chose ou sourit tout simplement ce qui maintenant faisait douter Spencer sur la situation. M'enfin, il laissa ce petit doute de côté, ce n'était pas si grave que ça après tout. Peut-être était-ce dur pour Iseult d'être dans la même pièce que lui si tôt le matin. Ce n'était pas prévu, c'est sûr. Elle aurait sans doute passé sa mâtiné seule, sans problème, mais il était là. Il l'avait arrêté dans la rue et l'avait accompagné, curieux de voir de nouveaux livres et curieux d'en savoir plus sa la jeune femme. Il était un peu obligé d'être ultra sociable avec tout le monde, c'était son image, sa manière d'être. Il ne pouvait pas faire autre chose et échappé à cette étiquette qui le collait depuis presque quatre ans. La conversation se changea alors, retournons sur le sujet de Spencer et de ses études. Visiblement, Iseult était tout aussi curieuse que lui. Sans doute voulait-elle en savoir plus sur le rédacteur en chef du journal local.

Un frisson. Il le senti quand il avait posé sa main sur l'épaule de la jeune femme. Automatiquement, il cessa de la toucher, parce qu'il avait l'impression d'être maintenant la cause de sa peur. Peur de quoi ? De lui ? Il ne savait plus trop à vrai dire. Il pensait vraiment qu'elle avait le béguin pour lui, mais dans ce genre de cas c'est de la timidité et c'est mignon. Là c'était comme si Iseult pouvait s'enfuir en courant à la moindre seconde. Et puis un blanc. Elle a le regard ailleurs, elle n'est pas là. Son corps si, mais pas sa tête. Spencer regarda alors un moment autour d'eux, peut-être il y avait-il quelque chose dans la pièce ? Peut-être Iseult faisait-elle une crise quelque conque ? Non, ce n'était pas ça, c'était autre chose. C'était surement comme un rêve éveillé. Etrangement, il se rappela ce rêve, fait il y a peu de temps. Et alors qu'il se laissa une fraction de seconde à disparaitre dans ses pensées à son tour, il entendu une voix. Un mot.

Spencer regarda Iseult, visiblement de retour. Elle s'excusa, parce que quelque chose n'allait pas et c'était surement dû au fait qu'il était tôt. Il ne savait pas comment réagir à ça, surement un gentil « ce n'est pas grave » aurait fait l'affaire. Un beau sourire aussi, mais c'est autre chose qui s'empara de Spencer alors que le mot « loup » résonnait encore dans sa tête. Son regard était posé sur Iseult comme si quelque chose avait pris le contrôle sur lui.

« - Tu devrais avoir peur du loup. » sa voix était calme, presque trop posé et effrayante. On aurait juré que le tout sera suivi d'un rire, d'un petit rictus sadique, mais Spencer secoua sa tête puis se passa la main dans les cheveux rajoutant très rapidement : « - Enfin, non tu ne devrais pas, y'a pas eu de loup depuis des siècles ! » et un sourire pour rassurer Iseult. Spencer se releva, l'espace d'un moment il aurait juré que quelque chose d'autre avait parlé à sa place. Ou quelqu'un d'autre. Bon, c'était peut-être son imagination. C'est tout.

« - Mais je pense que tu as raison, c'est sans doute parce qu'il est tôt. Une bonne tasse de thé, et ça devrait aller mieux. Enfin je crois. » Une autre sourire. Il est enchainés avec une telle douceur et une telle facilité. La situation devenant légèrement étrange, Spencer se dit que le mieux serait de repasser plus tard, dans la journée. « - Bon, je vais te laisser tranquille je pense. Sinon, avec nous deux on risque de mettre la librairie sans dessous-dessus. »




Spoiler:
 

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Lun 6 Aoû - 14:36



« Tu devrais avoir peur du loup. » Une voix trop calme, bien trop calme. Iseult écarquilla les yeux, se demandant ce que tout cela pouvait bien signifier. A nouveau, elle se figea, comme si c'était devenu une stupide habitude, ne parvenant plus à arrêter d'être effrayée par cette vision des yeux du loup dans ce bouquin, mais aussi par Spencer. Ces deux choses, étrangement, semblaient se réunir dans son esprit. Et ce qu'il venait de dire ne faisait que confirmer ses peurs. Qu'est-ce qu'il lui prenait, à la fin? La fatigue n'y était pour rien, et la vision qu'elle avait eut n'était pas anodine. Semblant se reprendre, Spencer secoua la tête, et passa la main dans ses cheveux, en ajoutant quelque chose en vitesse. « Enfin, non tu ne devrais pas, y'a pas eu de loup depuis des siècles ! » lança t-il, en se relevant, le tout agrémenté d'un sourire certainement censé rassurer la jeune libraire. Si elle lui sourit à son tour, elle dut faire preuve se toute sa persuasion pour ne pas le rendre faux. Elle devenait de plus en plus suspicieuse envers l'attitude du rédacteur en chef, envers ce monsieur tout le monde que la totalité de Taleville appréciait. Tout était tellement confus. Mais après ce qu'il venait de dire, Iseult refusait de penser qu'elle était folle! Son intuition était-elle légitime? Y avait-il un rapport censé entre sa peur du loup et la peur irrationnelle qu'elle nourrissait pour ce beau garçon?

Tant de questions. Si peu de réponses. « Mais je pense que tu as raison, c'est sans doute parce qu'il est tôt. Une bonne tasse de thé, et ça devrait aller mieux. Enfin je crois. » Il sourit à nouveau, en ayant parlé avec douceur. Vraiment, l'atmosphère se voulait chaleureuse, bonne enfant, mais elle était lourde et pénible. Spencer sembla ressentir ça aussi, car il tenta de couper court à cette rencontre. « Bon, je vais te laisser tranquille je pense. Sinon, avec nous deux on risque de mettre la librairie sans dessous-dessus. » Il faisait allusion à sa mésaventure matinale, et à la maladresse d'Iseult. Bon prétexte pour filer, mais ils ne se trompaient ni l'un ni l'autre. Chacun sentait l'autre mal à l'aise. Mieux valait arrêter ça tout de suite, avant que ça ne devienne de plus en plus étrange. Iseult s'autorisa un nouveau sourire, qui sonnait vrai, mais qui était purement faux. Elle était toujours terrifiée, comme si elle faisait face à un agresseur. « Je pense que c'est une bonne idée, en effet. » lui répondit-elle, aussi chaleureusement que possible, se grattant l'arrière de la nuque pour masquer sa gêne. « Passe une bonne journée, Spencer. » ajouta t-elle, tâchant de rendre les choses le moins gênant possible. Dès qu'il serait sorti, elle allait faire tout son possible pour oublier cette satanée rencontre. Mais y parviendrait-elle? Surement pas.

Ce qu'elle venait de vivre resterai gravé dans sa mémoire, et son cerveau, qui semblaient tout deux lui jouer des tours. Ce que tout ça signifiait, elle n'en avait pas la moindre idée, mais à sa manière, elle comptait bien essayer dans savoir plus. Éplucher le passé de Spencer, s'il le fallait. On allait la prendre pour une folle, mais la seule chose qui la rendait folle, c'était de ne pas savoir d'où cette intuition venait. C'était comme si tout cela venait d'un autre monde, comme si elle avait été, dans une autre vie, une autre personne, qui aurait eu peur de Spencer. Mais penser cela était la chose la plus stupide de la planète, n'est-ce pas? C'était idiot, et Iseult riait intérieurement de sa bêtise. En tout cas, ce sentiment d'insécurité en présence de cet homme, elle ne parvenait pas à s'en débarrasser. La seule chose qu'elle demandait, c'était d'en connaitre l'origine. Juste ça.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: “ – Sometimes is just harder than we think. ”   Aujourd'hui à 6:48

Revenir en haut Aller en bas
 

“ – Sometimes is just harder than we think. ”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-