Partagez | 
 

 Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dead or alive
PUSS IN BOOTS


→ INSCRIT DEPUIS : 19/01/2013
→ MESSAGES : 153
→ LOGEMENT : petit appartement dans immeuble bon marché du centre
→ JOB(S) : assistant à la clinique vétérinaire et bandit pickpocket hors-la-loi à ses heures perdues, donc souvent
→ HUMEUR : joueuse et narquoise



MessageSujet: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 17:43

SILAS WHAROL
CRÉDIT - TUMBLR

« Don't touch the cat with a glove »
"This is something that everyone knows :"

NOM & PRÉNOM(S) : Silas Wharol. ♦ DATE DE NAISSANCE ET AGE : Le matou est né le 18 janvier 1987 et compte donc à ce jour 26 ans. ♦ ORIGINE(S) : Kansas, Missouri. ♦ EMPLOI ET/OU ETUDE(S) : Silas n’a pas fait d’études, mais il a fait l’armée et travaille aujourd’hui en tant qu’assistant à la clinique vétérinaire de Taleville. ♦ STATUT : Casanova célibataire.

QUELQUES INFORMATIONS ESSENTIELLES SUR TOILa première chose à savoir sur Silas, c’est qu’il raffole de lait. Matin, midi et soir, à tout moment de la journée, il en boit plus qu’il ne boit d’eau et n’est jamais en rupture de stock. Si par malheur il a oublié d’en racheter (ou d’en voler), vous le verrez courir dans son immeuble et frapper à toutes les portes pour demander du lait. Mais s’il est trop impatient, il crochètera les portes et viendra chiper dans les frigos. Si vous vous demandez où sont passées vos bouteilles de lait, soyez sûrs que Silas est passé par là. Et si vous cherchez votre portefeuille, il est probablement chez lui, parmi tous les autres qu’il a volés. Le matou a en effet quelques mauvaises habitudes, la kleptomanie n’est pas la seule. Il est collectionneur de trésors volés, les considérant chacun comme des trophées. Mais s’il n’y avait que ça encore ça irait. Malheureusement on a tous ses démons cachés, et les siens ne s’arrêtent pas au vol. Silas est dépendant d’autres drogues, beaucoup plus néfastes, beaucoup plus dangereuses. Et bien qu’il ait tenté d’arrêter il y a de cela des années, Silas a régulièrement besoin de sa dose. Quand il est en manque, il se ronge les ongles et se gratte frénétiquement l’arrière de la nuque. Il traîne régulièrement dans les bars, à l'affût de nouvelles proies s'il n'est pas déconcentré par de belle paires de jambes. C’est aussi un pantouflard qui aime dormir des heures et faire la sieste à toute heure de la journée. Mais s’il a besoin d’air, il court des kilomètres dans la forêt ne s’arrêtant que lorsqu’il est hors d’haleine et tout suant. Problème lorsqu’on sait qu’il ne prend pas de douche tous les jours, n’affectionnant pas particulièrement l’eau.
TRAITS DE CARACTÈRELe courage et la bravoure ne sont pas une question de taille. Silas a un grand cœur valeureux, malgré tous ses mauvais côtés. L’action est son exutoire, car sa grande nervosité ne le met pas totalement à l’abri de crises émotionnelles. Mais c’est un optimiste, il croit toujours que le lendemain sera un jour meilleur et s’il se laisse un peu aller, il lui suffit de volonté et de plaisirs pour repartir sur pieds. Il est joueur, très joueur, si bien qu’il peut se comporter comme un gamin d’un moment à l’autre, sautant dans tous les sens ou suivant une petite lumière mouvante qui l’intrigue. Curieux et inconscient, vous pourriez attacher un poisson à une ficelle et tirer qu’il la suivrait. Mais il est néanmoins intuitif (plus que logique), vif, agile et ne se laisse pas toujours berner si facilement, sauf si vous êtes une jolie fille aux grands yeux et aux longues jambes. Il ne résistera pas à vos charmes et vous entraînera dans un tango endiablé, avant de vous voler vos bijoux, par compulsions. Energique, dynamique, il ne tient pas en place, excepté si c’est l’heure de sa sieste où dans ce cas-là, il ne faut pas le déranger, au risque de se faire engueuler voire mordre. Dans son coin, il préparera sa terrible revanche, avec une pointe de machiavélisme, ne prenant aucuns risques pour se faire prendre, très perfectionniste. Il est stimulé par la difficulté, attiré par le danger et l’inconnu. Mais il ne se lance pas à l’aveuglette. C’est un jeune homme charismatique, souriant et très expressif qui ne rate jamais une occasion de faire son intéressant ou de sortir des blagues vaseuses, mais il est aussi très arrogant, borné, et fier. C’est un garçon, et comme tout garçon (ou presque), il n’hésitera pas à lever les poings si on s’en prend à lui ou ceux qu’il aime. Il est extrêmement loyal, et même, légèrement possessif. Silas est tout de même un adepte de la paix même s’il lui arrive parfois de déclarer la guerre.


CHAPTER ONE ♦ "Because we all lived in a fairytale."




A L'EPOQUE TU ÉTAIS : Le Chat Botté. ♦ LE CONTE : Le Chat Botté. ♦ TON RÔLE DANS L'HISTOIRE : Le petit malin qui donne amour gloire et fortune à son maître et finit par suivre un ogre dans ses aventures. ♦ DE QUEL COTE ES-TU ? : Du côté du bien, avec ses penchants. ♦ TON DERNIER SOUVENIR : Un bateau sur les flots, un âne, un ogre et une quête qui jamais n’aboutit.

On m’a donné de nombreux noms au cours de mes neuf vies, Diablo Matou, Felin Loveur, Chasanova, le Chat Garou, Bandit de Feu et j’en passe. Mais celui qui me colle à la patte c’est le Chat Botté. Avant d’être un aventurier en cavale, je n’étais que le chat d’un pauvre meunier, sans lait, sans Mama. Lorsqu’il mourut, je fus confié à son troisième fils tandis que les deux autres héritèrent du moulin et de l’âne. Mon maître était bien affligé, et disait que lorsqu’il m’aurait mangé il n’aurait plus rien. Moi, qui n’avais pas très envie de finir dans son gosier, je lui demandai de me faire confiance et de me faire une paire de bottes. Vêtu je m’en suis allé dans les broussailles et me suis laissé pour mort, piégeant lapins, perdrix et tous autres gibiers afin de les offrir au roi tout en vantant les louanges de mon Maître. Je réussis même à piéger le roi grâce à mes ruses et farces et mon Maître hérita donc d’un château (qui appartenait à un ogre avant que j’en fasse mon repas, bougre d’ogre), de la main de la fille du roi, et de toute la tendresse de ce dernier. On me fit grand seigneur, mais je m’enfuis. La belle vie de château ne m’intéressait pas. J’avais besoin d’aventure, d’adrénaline. Je ne pouvais pas rester couché toute la journée à me faire papouiller et finir par devenir gras. Je volai donc une dague à un garde royal, me construit une cape, enfilai bottes, sombrero et ceinture et partit à l’aventure. J’ai erré durant de longues années, libre comme le vent, fier comme le chat que j’étais. J’ai vécu des centaines d’aventures, combattu des milliers d’hommes. Des tas de minettes tombèrent entre mes griffes pour mes beaux yeux, des tas de vauriens goutèrent à ma lame, et je n’arrêtai jamais de vagabonder et de voler comme le fugitif que j’étais. Mais jamais les églises et les orphelins, s’entend. Sans peur, invaincu en combat, acrobate, rien ne pouvait m’arrêter. Chasseur de primes, j’étais moi-même une tête mise à prix. Mais jamais on ne m’attrapait. Jamais. Puis un jour, dans un royaume fort fort lointain, un roi me demanda de tuer un ogre pour une assez belle somme. Pour moi c’était un jeu d’enfant, ce ne serait pas le premier et certainement pas le dernier que je tuerai. Mais quand je rencontrai cet ogre et son âne de compagnie, tout fut différent. L’ogre prit ma défense au lieu de me voir comme son bourreau, et je décidai de toujours couvrir ses arrières. Nous nous prirent d’amitié et je me lançai dans une nouvelle aventure, la leur. J’avais toujours été solitaire et désormais, quelque chose m’empêchait de les abandonner. Nous étions un trio d’alliés inattendus mais inséparables, et avec eux, on ne s’ennuyait jamais. J’avais un nouveau Maître auquel me rattacher et j’étais prêt à risquer ma vie pour lui, son âne et sa dragonette, et sa princesse ogresse.

CHAPTER TWO ♦ "now, we are trapped in a curse..."




14 ans, Kansas, Missouri.

Un territoire terne et sans saveurs, où rien ne pousse, où rien n’a de valeur. Je connais la pauvreté, j’ai grandi dans cette ferme délabrée avec mes frères et sœurs, tous plus jeunes que moi, le dernier ne sait pas encore marcher que moi je vole déjà dans les fermes voisines, œufs, lait, blé, tout ce qui me passe sous la main. Notre pauvre mère compte sur moi, elle est trop faible pour s’occuper de nous. La pauvreté et le malheur l’a rendue malade, très malade, trop malade. Elle m’a donné deux sous pour que j’aille chercher un médecin en ville, mais j’ai trouvé mieux. J’ai trouvé un marchand qui m’a vendu trois haricots magiques. Je sais que ça la soignera. Pourtant elle semble furieuse contre moi, elle pleure et me pousse contre sa commode en hurlant que je ne suis qu’un imbécile. Mes petites sœurs crient et pleurent, elles ne comprennent pas plus que moi. Je les serre dans mes bras et leur dit que tout ira bien, mais maman me chasse de la maison. Elle est déçue, elle veut que je ramène les haricots et trouve un médecin. Je suis donc reparti en ville et me suis promis de ne pas rentrer tant que je n’avais pas trouvé ce qu’il lui fallait. Seulement j’ai mendié des jours entiers, volant de la nourriture aux marchés, usant de ruse et sournoiserie pour chiper dans les poches des citadins les plus fortunés. Quand enfin j’eus trouvé un docteur, il était trop tard, maman était allongée dans son lit, paupières closes. Mes frères et sœurs regroupés autour d’elle pleuraient et n’avaient rien mangé depuis des jours. Le monde s’écroule sous mes pieds, le noir m’enveloppe. Je suis sourd, aveugle. Mes sens m’ont abandonnés et pourtant je ne pleure pas. Mon cœur hurle de rage et je ne pleure pas.

19 ans, Kansas, Missouri, prison.

Comme un vulgaire animal en cage je regarde la vie qui continue sans moi derrière les barreaux de ma cellule. Elle me nargue, me crache au visage, puis elle me tend les bras et m’appelle. Je n’ai qu’une envie, courir vers elle et sauter, bondir sur ses cases qui nous séparent. Je n’en peux plus, j’étouffe ici. Déjà deux semaines que je ne respire plus, que j’ai cessé de vivre. On m’a enfermé pour possession de drogues et délits, surtout vols. Mais j’étais déjà enfermé à l’orphelinat. Et je ne cherchais qu’à m’évader. J’ai réussi. Je les ai tous bernés comme de vulgaires souris. Ils n’ont pas compris que tout ce que j’avais fait avait pour but de m’évader. J’ai laissé mes frères et sœurs derrière moi, ils sont mieux comme ça. Je ne suis qu’un poison pour eux, je ne peux rien leur donner. Je ne peux rien donner à personne, pas même à moi. J’ai toujours su que j’étais une erreur. Qu’est-ce que ça peut leur faire que je me détruise, qu’est-ce que ça peut leur faire… Un manque. Je passe ma main dans ma tignasse et me gratte nerveusement l’arrière de la nuque pour enfin descendre jusqu’à mes bras où les marques des seringues demeurent et me rappellent chaque jour pourquoi je suis encore en vie. Plus que quelques jours à tenir ici, juste quelques jours, et on m’enverra à l’armée, où je pourrai enfin courir et sauter sans jamais m’arrêter. Je donnerai des coups, me prendrai des balafres. Ils essaieront de me rendre meilleur. Ils essaieront de me changer. Mais je resterai toujours le même, je sais qui je suis et je n’ai besoin de personne.

23 ans, Kansas, Missouri, base militaire.

Avachi sur le carrelage du vestiaire, vêtu d’un simple short et d’un tee-shirt, le froid s’insinue sur chacun de mes pores et pourtant je ne frissonne pas. Je combats le froid à mains nues, je fais un doigt à ce vent hivernal qui s’engouffre par les fenêtres. Adossé contre un casier, j’inspire la fumée par le nez et l’expire par la bouche avant qu’elle ne se dissout dans l’air. Chaque bouffée est une délivrance, mes lèvres s’accrochent à la cigarette comme si c’était à chaque fois la dernière. Je sens mes blessures hurler de douleur, tirer sur ma chair. J’entends mon sang ricaner à mon oreille. Mais je n’ai pas mal, ni froid. Jaeden s’approche de moi et se laisse tomber sur le carrelage. Lui aussi a une vieille gueule, un œil au beurre-noir et une lèvre fendue. Il tente pourtant de me sourire dans une grimace de douleur et s’allume à son tour une cigarette. « Mec, il va falloir que tu arrêtes tes conneries. » me dit-il alors sans ménagements. « Je vois pas de quoi tu parles. » Ma voix est grave, rauque. Je sais pertinemment où il veut en venir. « Faut que tu arrêtes de voler aux gars, je serai pas toujours derrière toi pour couvrir tes arrières. » Et voilà qu’il remet encore ça sur le tapis. Je souffle la fumée face à moi et regarde le plafond, restant silencieux un moment. « J’ai besoin de personne. » Et je sais que je ne pourrai jamais m’arrêter de voler. Je sens alors une boule de poils se frotter à ma jambe. Je souris. C’est le chat de la fille du lieutenant, la belle Lula qui ne résiste jamais à mes charmes et m’invite finalement presque tous les soirs dans son lit. Si son matou est là, c’est qu’elle n’est pas loin et vient chercher mon réconfort. Je me redresse et gratifie Jaeden d’une tape dans le dos comme remerciement. « Tu m’en veux pas, j’ai à faire. Adios amigos. » Je souris gaiement, la clope coincée entre mes lèvres et rejoint la douce dans le couloir. Je la plaque contre le mur et l’embrasse tout en laissant mes mains aller et venir. Nous restons là un instant, nos respirations se faisant de plus en plus fortes, et je la porte comme une princesse et m’éloigne en direction de son lit.

26 ans, Taleville, Connecticut.

Putain de lieutenant avec sa moustache à la Colonel Moutarde. Il n’a pas apprécié que je fréquente sa chère enfant, pourtant elle prenait bien du plaisir avec moi, il aurait dû être reconnaissant que je sache m’en occuper comme elle le méritait. C’est lui qui m’a flanqué ici, ça fait trois ans maintenant. Cette fois plus de barreaux, plus de grille, mais une ville si minuscule, si confinée, que je me sens comme prisonnier. J’ai déjà pensé à partir, mais à quoi bon… Je n’en ressens même pas l’envie. Etrange, pour un vagabond comme moi. Pourtant les jours s’écoulent lentement et je les laisse défiler tristement. Il m’arrive toujours de temps en temps de me laisser aller et chercher un peu d’adrénaline. L’autre jour j’ai effrayée une dame qui sortait de chez l’antiquaire. Un petit couteau en main je lui ai ordonné de me filer son sac à main. Ce genre de mésaventures me vaut parfois quelques séjours au commissariat, dans la cage du shérif. Mais il me laisse toujours ressortir, et tout recommence encore et encore. Ça m’étonne que mon patron ne trouve pas la force de me virer. Je suis l’ennemi public numéro un de Taleville, mais peu de gens savent qui je suis et ce que je fais. En plus je ne suis même pas compétent dans mon boulot. Mon boss pense que j’ai un bon feeling avec les bêtes, surtout avec les chats. Je ne vois pas comment il a pu se fourrer une telle idée dans la tête mais au moins j’ai une situation et je gagne honnêtement ma vie. Si on oublie le fait que j’ai un nombre incalculable et portefeuille et cartes bancaires chez moi. Le dernier piqué en date appartient d’ailleurs à Ruben, mon voisin. Ça doit faire la sixième fois, et sûrement pas la dernière, que je lui chipe. Une sorte de revanche pour m’avoir eu la première fois que j’ai voulu le voler. C’est drôle, maintenant, il sait toujours vers qui se tourner quand il remarque qu’il a été volé. J’avoue que je pourrai arrêter de faire le con avec lui et le laisser tranquille, mais c’est trop tentant à chaque fois. Sa tête d’ahuri quand il comprend et ses yeux qui me lancent des éclairs quand il vient récupérer son bien, c’est juste le meilleur moment de ma journée. Le voilà justement qui entre dans le cabinet, comme je l’avais espéré. « Hey mais c’est ce cher Ruben. C’est sympa de venir nous rendre visite ! Pourquoi cette tête de constipé mon pote, t’as perdu quelque chose ? » Un immense sourire pend à mes lèvres pendant que je mâche un jouet pour chat, les jambes croisées sur le bureau face à moi. « Rends-le moi. » grogne-t-il, derrière son rideau noir qui lui sert de touffe de cheveux. J’étouffe un rire et me redresse sur ma chaise roulante que je fais tourner sur elle-même, les mains tendant un portefeuille. « Tu parles de ça ? » Je le vois s’avancer vers moi avec toute la délicatesse d’une brute épaisse et esquive agilement son bras en me reculant. « Faut payer ! » Les clients qui attendent avec leurs animaux nous regardent de travers et je gratifie une jolie fille d’un clin d’œil avant de jongler avec le portefeuille de Ruben. Mon attention étant toute rivée sur la demoiselle, je ne le remarque pas s’approcher et me le prendre lorsqu’il est en l’air. Mais je ne bronche pas, et ricane simplement en retournant derrière mon bureau. « Merci d’être passé ! » hurle-je à l’égard de Ruben qui passe le seuil de la porte et s’en va sans se retourner. Je ris et replace mes jambes sur le bureau, retournant à ce silence ennuyeux. Au moins, quand Ruben est là, il me divertit et me fait un peu oublier qu’on est tous morts, dans cette ville.


"You and no one else."


QUI ES-TU ? : Quelqu'un.. que vous ne connaissez pas.. qui vous a volé.. quelque chose.. Accessoirement je suis aussi le double-compte de Rosie A. Bennett, la méchante rousse demie soeur de Cendrillon. ♦ CÉLÉBRITÉ SUR L'AVATAR : Richard Madden I love you ♦ AVEZ-VOUS PRIS UN SCÉNARIO ? : Voui ! ♦ COMMENT TU ES TOMBÉ(E) SUR LE FORUM ? : Je crois que c'était de partenariats en partenariats, il y a un moment déjà. ♦ UN MOT EN PLUS ? : Je suis un vilain chat. Miaw. ♦ UN DEUXIÈME MOT ? : Winter is coming...



Dernière édition par Silas Wharol le Sam 19 Jan - 21:33, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amarok ♡ look through my eyes


→ INSCRIT DEPUIS : 11/01/2013
→ MESSAGES : 220
→ LOGEMENT : Une maison au centre ville
→ JOB(S) : Patron d'un magasin de randonnée
→ HUMEUR : Bonne



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 17:48

Bienvenue ^^

_______________________________


Amarok Kenaï Delaka
«y'a tant à voir, tant à savoir, le temps d'une vie. Là-bas quelque part, t'attend l'espoir, si tu veux bien y croire. Ne te cache, ne pars pas, ça ira pour toi, toujours, crois-moi, je serai là, pour guider tes pas. Il y aura dans ton voyage des jours pleins de nuages, mais quelque part brille l'espoir si tu veux bien y croire.- RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Do you think i'm impressed ?


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 2866
→ LOGEMENT : DERNIÈRE ÉTAGES DU DAILY TALE DEPARTEMENT.
→ JOB(S) : RÉDACTEUR EN CHEF DU DAILY TALE ;
→ HUMEUR : MAUVAISE - J'AI PERDUE UNE AMIE ET JE VAIS PEUT-ETRE DEVENIR PAPA... PUTAIN...



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 17:49

BIENVENUUUUUUUUUUUUUUUUUUUE !!!! Super choix !

_______________________________




    DEEP INSIDE MY HEART;
    a simple,real, true love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 18:03

Bienvenuue !
Revenir en haut Aller en bas
Modo | OH YEAH
toothless. i could've sworn you had teeth.


→ INSCRIT DEPUIS : 07/01/2013
→ MESSAGES : 248
→ LOGEMENT : dans une vieille grotte - non j'déconne, plus sérieusement, dans un appartement, dernier étage.
→ JOB(S) : fut un temps j'étais étudiant en histoire nordique, maintenant, simple assisant à la bibliothèque - de quoi payer le loyer.
→ HUMEUR : explosivement curieuse.



MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 18:05

HJUZIAHZUAHYZA. - ouais c'est tout sauf constructif. :huhu:
Ce début de fiche, mon dieu, mais il va envoyer du lourd le matou roux. :fuh:
Bref, je t'aime, merci, merci, merci.

_______________________________

J'avais toujours entendu dire qu'à l'instant de votre mort, votre vie entière se déroule devant vos yeux en une fraction de seconde. Tout d'abord cet instant dure beaucoup plus longtemps qu'une fraction de seconde, il s'étend jusqu'à l'infini comme un océan de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dead or alive
PUSS IN BOOTS


→ INSCRIT DEPUIS : 19/01/2013
→ MESSAGES : 153
→ LOGEMENT : petit appartement dans immeuble bon marché du centre
→ JOB(S) : assistant à la clinique vétérinaire et bandit pickpocket hors-la-loi à ses heures perdues, donc souvent
→ HUMEUR : joueuse et narquoise



MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 18:10

Merciii Ruben jeteyme déjà Et merci tout le mooonnde ! Spencoco, la rousse en moi te fait plein de mamours et te signale qu'elle clôturera bien vite notre sujet :huhu:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | OH YEAH
toothless. i could've sworn you had teeth.


→ INSCRIT DEPUIS : 07/01/2013
→ MESSAGES : 248
→ LOGEMENT : dans une vieille grotte - non j'déconne, plus sérieusement, dans un appartement, dernier étage.
→ JOB(S) : fut un temps j'étais étudiant en histoire nordique, maintenant, simple assisant à la bibliothèque - de quoi payer le loyer.
→ HUMEUR : explosivement curieuse.



MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 18:21

MAIS C'EST ROSIE. - ouais j'ai un temps de réaction lent, j'le vis bien. Arrow
MAIS JE T'AIME ENCORE PLUS. :huhu: :fuh:

_______________________________

J'avais toujours entendu dire qu'à l'instant de votre mort, votre vie entière se déroule devant vos yeux en une fraction de seconde. Tout d'abord cet instant dure beaucoup plus longtemps qu'une fraction de seconde, il s'étend jusqu'à l'infini comme un océan de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin | I'M THE BOSS
« I know it's a forbidden friendship »


→ INSCRIT DEPUIS : 10/01/2013
→ MESSAGES : 133
→ LOGEMENT : Dans l'immense maison familiale non loin du centre de la ville.
→ JOB(S) : A mi-temps dans l'atelier de couteaux du tonton. Sinon, école d'art, spécialisé dans le dessin et la peinture.
→ HUMEUR : Comme si elle était constante...



MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 18:53

OH MY, un DC avec lui, je dis encore plus oui IL NOUS FAUT FORCEMENT UN LIEN ! Bon courage pour le reste de la fiche itou itou :huhu:

_______________________________


❝ FORBIDDEN FRIENDSHIP ❞
I drift back to you in my sleep, where the fields are green and the air is sweet, where the tide falls softly at my feet, where colors dance and paint, a wild romantic masterpiece ; It knows every secret, dream and fear, it unlocks memories of younger years, no future sewn, no soil just sand ; Take me back my beloved homeland. GRIM & RUBEN IT'S ALL THAT MATTERS.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dead or alive
PUSS IN BOOTS


→ INSCRIT DEPUIS : 19/01/2013
→ MESSAGES : 153
→ LOGEMENT : petit appartement dans immeuble bon marché du centre
→ JOB(S) : assistant à la clinique vétérinaire et bandit pickpocket hors-la-loi à ses heures perdues, donc souvent
→ HUMEUR : joueuse et narquoise



MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 18:57

HAAAANNN *se roule en boule dans ses écailles et poupoute*
Vous êtes adorables et Grim CEY OBLIGEY Merci ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 19:18

rebienvenuuuuuuuuuue excellent choix d'avatar
Revenir en haut Aller en bas
PNJ | I'M THE QUEEN


→ INSCRIT DEPUIS : 30/04/2012
→ MESSAGES : 566
→ LOGEMENT : PARTOUT ET NULLE PART ;
→ JOB(S) : MAIRE DE TALEVILLE
→ HUMEUR : EVILIQUEMENT VOTRE



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 19:28

JE TAIME *sort*
(Spencer qui parle, derrière le maire, mais le maire veut bien de lui dans son lit...)

_______________________________


Let's be cruel to those who ask for it.
let's be cruel to those who deserve it.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dead or alive
PUSS IN BOOTS


→ INSCRIT DEPUIS : 19/01/2013
→ MESSAGES : 153
→ LOGEMENT : petit appartement dans immeuble bon marché du centre
→ JOB(S) : assistant à la clinique vétérinaire et bandit pickpocket hors-la-loi à ses heures perdues, donc souvent
→ HUMEUR : joueuse et narquoise



MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 19:37

Merci belle Merilyn I love you
Madame le maire *tire son chapeau* (MOI AUSSI JETEYME & sans problèmes pour le lit Laughing)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Modo | OH YEAH
toothless. i could've sworn you had teeth.


→ INSCRIT DEPUIS : 07/01/2013
→ MESSAGES : 248
→ LOGEMENT : dans une vieille grotte - non j'déconne, plus sérieusement, dans un appartement, dernier étage.
→ JOB(S) : fut un temps j'étais étudiant en histoire nordique, maintenant, simple assisant à la bibliothèque - de quoi payer le loyer.
→ HUMEUR : explosivement curieuse.



MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 21:40

HBAZJBHZNAJZH. OMGAAAAAAAY. :fuh: :huhu:
Non mais ta fiche, mais je suis amoureuse mais genre ijezaiuzhauzhauh. SA VIE EST TROP COOL. J'adore ce que tu en as fais, aaaah. Viens on s'marie, toplé ? - sinon je pleure, et j'mords. BRAIFE. Tu es parfaite Rosinette, génialissime même, ça va envoyer du lourd en rp - et d'ailleurs ta plume est géniale. J'approuve, j'adore, j'adhère, jeune matou roux.



TU ES OFFICIELLEMENT ACCEPTE A TALEVILLE ♦ "tu peux passer ton chemin cher ami."


Votre fiche a été validée et nous vous félicitons. Vous pouvez donc commencer le jeu, car les portes de la ville vous sont désormais ouvertes. A partir de maintenant, vous pouvez vous promener où bon vous semble. N'hésitez pas à aller faire un tour dans votre répertoire et ainsi trouver ce dont vous avez besoin pour faire des rencontres surprenantes et vivre à Taleville sans problème.

Si vous avez un problème, madame le maire sera ravie de vous recevoir.



_______________________________

J'avais toujours entendu dire qu'à l'instant de votre mort, votre vie entière se déroule devant vos yeux en une fraction de seconde. Tout d'abord cet instant dure beaucoup plus longtemps qu'une fraction de seconde, il s'étend jusqu'à l'infini comme un océan de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dead or alive
PUSS IN BOOTS


→ INSCRIT DEPUIS : 19/01/2013
→ MESSAGES : 153
→ LOGEMENT : petit appartement dans immeuble bon marché du centre
→ JOB(S) : assistant à la clinique vétérinaire et bandit pickpocket hors-la-loi à ses heures perdues, donc souvent
→ HUMEUR : joueuse et narquoise



MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Sam 19 Jan - 21:48

ALORS TOUA.. DKNDNHJANDA
Merci beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup On s'marie et on fait des bébés chragonnets mais d'abord j'veux des rps de fifous entre ces deux là :fuh: J'avais adoré ta fiche aussi et je suis contente que ça te plaise :huhu: ON VA TOUT DECHIREY

Merci pour la validacionne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.   Aujourd'hui à 10:31

Revenir en haut Aller en bas
 

Silas ▲ être rebelle, c'est refuser l'idée que le monde est figé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mon lapin est un rebelle, il refuse de se connecter ! Help
» histoire pour une armée rebelle
» Mon lapin se rebelle
» L'equipe Rebelle face à tout les équipes du pays
» Ewen Legoff un capitaine rebelle....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: "Tu peux passer l'ami !"-