Partagez | 
 

 Comme chien et chat (feat Ashton et Chris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
amarok ♡ look through my eyes


→ INSCRIT DEPUIS : 11/01/2013
→ MESSAGES : 220
→ LOGEMENT : Une maison au centre ville
→ JOB(S) : Patron d'un magasin de randonnée
→ HUMEUR : Bonne



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Comme chien et chat (feat Ashton et Chris)   Ven 18 Jan - 21:22

Dehors, la neige avait déposé ses flocons pendant la nuit, recouvrant le paysage et les maisons de Taleville d'un épais tapis blanc, c'est ce beau spectacle qui accueillit le jeune patron du magasin Rando lorsqu'il ouvrit les volets de son habitation, on aurait dit que toute la ville baignait dans du coton.

Amarok ouvrit la porte de son armoire et enlevant son boxer, il s'habilla d'un chaud pull a col roulé et d'un jean bleu Levis puis descendit les escaliers pour aller chercher des croissants pour son petit déjeuner. Le jeune homme s'emmitoufla chaudement dans un manteau, mis des baskets puis ouvrit la porte d'entrée.

On était un samedi matin et il était neuf heures, le magasin était fermé le week-end.

La bise très froide sauta au visage du jeune amérindien qui se dirigeait vers la boulangerie Grandma's Bakery, boulangerie a succès, réputée à Taleville pour l'excellence de ces viennoiseries, gâteaux et ces pâtisseries, en tout cas Amarok aimait beaucoup s'y servir, il rentra dans la boutique et il s'acheta quatre croissants qui promettait, avec le café, un bon déjeuner.

Alors qu'il revenait chez lui, le jeune homme fit un détour devant le garage de Ashton, il faut dire qu'entre eux c'était oeil pour oeil et dent pour dent depuis que le mécanicien avait eue l'idée de lui faire une mauvaise blague, tels des enfants de 10 ans les deux hommes aimaient se faire des crasses, ils étaient tous les deux immatures, après tout c'était pas pour rien qu'Amarok avait un conseiller pour l'épauler dans son travail de patron.

Le jeune amérindien se mit a ricané en contemplant le garage, il y a quelques temps, le garagiste était venu uriner devant son magasin et lui n'allait pas se gêner pour faire pareil..la vengeance est un plat qui se mange froid ! Mais bon avant, il alla quand même déposer les croissants chez lui.

Après donc avoir posé les viennoiseries sur la table de la cuisine, Amarok reparti devant le garage et, ouvrant la fermeture de la braguette de son jean, se mit a copieusement arrosé d'urine les fenêtres et, sitôt la dernière goutte tombant de sa vessie, Amarok referma la fermeture et contempla un moment son "oeuvre" avant de partir en sifflotant d'un air satisfait et satisfait il l'était, tellement qu'il en oubliait le froid qui lui gelait le nez.

Ashton et Amarok c'était le chien et le chat.


_______________________________


Amarok Kenaï Delaka
«y'a tant à voir, tant à savoir, le temps d'une vie. Là-bas quelque part, t'attend l'espoir, si tu veux bien y croire. Ne te cache, ne pars pas, ça ira pour toi, toujours, crois-moi, je serai là, pour guider tes pas. Il y aura dans ton voyage des jours pleins de nuages, mais quelque part brille l'espoir si tu veux bien y croire.- RAIN BIRD »



Dernière édition par Amarok K. Delaka le Sam 19 Jan - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 09/01/2013
→ MESSAGES : 36
→ JOB(S) : Mécanicien garagiste


MessageSujet: Re: Comme chien et chat (feat Ashton et Chris)   Sam 19 Jan - 3:32

La journée avait commencé tôt pour Ashton qui ne s’autoriserait de pause que lorsque toutes les voitures de son garage seraient fonctionnelles et qu’il pourrait revoler un jour. Autrement dit à peu près jamais.
Le froid l’avait saisi dès qu’il avait ouvert les portes du garage et il s’était un instant amusé à tracer sa route sur le tapis d’un blanc immaculé qui avait recouvert son perron. Un rare sourire discret et amusé s’était dessiné sur ses lèvres avant qu’il ne s’emploie à déneiger son allée pour permettre aux quelques courageux de venir déposer leurs véhicules. Le jeune homme avait soufflé sur le bout de ses doigts gelés et s’était finalement retiré dans l’arrière-boutique pour s’y servir un café bouillant et retaper les quelques vieux bolides qu’il protégeait jalousement de sa clientèle curieuse.
Exposer ses activités n’avait rien mais il savait qu’à la minute où certains apprendraient qu’il avait les mains dans de vraies pièces de collection, ils seraient prêts à tout pour lui racheter. Et Ashton n’était pas vraiment prêt à en faire commerce.
En parlant de commerce, il en avait souillé une quelques semaines plus tôt… Disons qu’il avait été pris d’une soudaine envie pressante et que oh, quel dommage, la boutique de randonnée s’était trouvée juste sur son chemin. Ca n’était pas complètement faux, à la base, il n’avait pas prévu d’aller allègrement uriner sur la vitrine de son jeune ennemi. Non, il avait prévu bien pire. Il avait même acheté tout un stock de pâtés pour pouvoir en tapisser la porte d’entrée et attirer tous les chiens du quartier pendant deux semaines. C’était puéril, c’était idiot mais si la stupidité d’une action avait déjà arrêté Ashton Wendell Ramsay un jour, ça se serait su. On aurait peut-être même déclaré ce jour fête nationale.
Et comme il n’y avait encore nulle fête en son honneur, Ashton était passé devant la boutique d’Amarok pour y faire quelques repérages. Et l’accident était arrivé. Mais bref. Depuis, le gosse n’était pas encore venu se venger mais nul doute que cela arriverait un jour et l’ancien pilote restait sur ses gardes.
Remontant vers l’entrée du garage en sifflotant, une tasse à la main, Ashton étouffa un grognement lorsqu’il aperçu le jeune Amérindien tourner les talons. Son regard fit le tour du garage pour vérifier que tout était en place et il se précipita à l’extérieur. Un seul coup d’œil à sa vitrine désormais auréolée d’une charmante couleur jaune lui suffit pour déduire que les hostilités étaient ouvertes.
Avalant les quelques mètres qui le séparaient d’Amarok en forçant sur sa jambe, Ashton attrapa l’épaule de l’Amérindien et le força à se retourner avant de le traîner jusqu’à l’entrée du garage sans lui laisser le temps de se défendre, sa main fermement agrippée au col du jeune homme.
▬ Je pense qu’il est temps d’arrêter les conneries. Assena-t-il avec froideur.
Ca n’avait aucun sens, il avait commencé. Mais rien n’avait jamais eu de sens avec Ashton et il avait grandement espéré que l’autre ait la sagesse de s’arrêter avant lui, sachant pertinemment que lui-même en serait incapable. La dynamique du chien et du chat avait toujours fonctionné parce que s’ils connaissaient toujours le coupable, ils ne le prenaient jamais sur le fait. Les circonstances différentes appelaient une réaction différente.
Ses doigts se relâchèrent et il laissa tomber Amarok dans la neige, son regard flamboyant de colère contenue.
▬ Allez relève-toi sale gosse que je te massacre dans les règles.
Les poings serrés, il assena quelques coups sans se soucier d’en recevoir. Le premier à terre nettoierait les dégâts. Et la neige se teinta de rouge.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
amarok ♡ look through my eyes


→ INSCRIT DEPUIS : 11/01/2013
→ MESSAGES : 220
→ LOGEMENT : Une maison au centre ville
→ JOB(S) : Patron d'un magasin de randonnée
→ HUMEUR : Bonne



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Comme chien et chat (feat Ashton et Chris)   Mer 23 Jan - 21:40

Amarok continua de siffloté, tout joyeux après cette petite vengeance mais c'était sans compter le jeune garagiste qui eue tôt fait de le rattraper, de le prendre par l'épaule et de le traîner par le col de son manteau jusqu'à l'entrée de son garage.

▬ Je pense qu'il est temps d'arrêter les conneries.

-Je pense aussi fit l'Amérindien du même ton glacial.

Ashton le poussa par terre et Amarok tomba sur les fesses dans la froideur du tapis blanc qui recouvrait le sol, son regard flamboyait de colère, mais celui du jeune patron de Rando était également plein de colère.

▬ Allez relève-toi sale gosse que je te massacre dans les règles.

-Je vais me faire un plaisir de te massacré également mon cher.

Amarok n'eut cependant pas le temps de se relever, Ashton commençait déjà à le frapper et en un rien de temps la neige devint rouge. Mais l'Amérindien ne se laissa pas faire pour autant et asséna un croche-pied à son ennemi qui tomba sur le sol. C'était pas son genre de se laisser faire, surtout par un petit merdeux comme Ashton.

De toute manière il allait le battre a plate couture ce garagiste, Amarok était arrogant, il avait confiance en lui.

Dès lors, leurs deux corps s'emmêla dans une danse de colère, une sorte d'étrange ballet, leurs forces était à égalité, aucun des deux ne pris le dessus dans la bagarre. Ils se cognaient le visage et le corps, l'oeil droit d'Amarok commençait à virer vers une couleur noire des plus suspectes, sa lèvre saignée et était éclatée, et des plaies rouges commençait a apparaitre sur sa peau halée, sans compter les bleus que le jeune patron allait pouvoir compter sur son torse et son ventre devant son miroir chez lui. Ashton n'était pas dans un meilleur état non plus, mais ils continuaient toujours de se battre devant le garage comme des chiffonniers, comme des gosses dans une cour de récré.

_______________________________


Amarok Kenaï Delaka
«y'a tant à voir, tant à savoir, le temps d'une vie. Là-bas quelque part, t'attend l'espoir, si tu veux bien y croire. Ne te cache, ne pars pas, ça ira pour toi, toujours, crois-moi, je serai là, pour guider tes pas. Il y aura dans ton voyage des jours pleins de nuages, mais quelque part brille l'espoir si tu veux bien y croire.- RAIN BIRD »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


→ INSCRIT DEPUIS : 19/12/2012
→ MESSAGES : 80
→ LOGEMENT : Dans un appart' en colocation avec Morning
→ JOB(S) : Educateur à l'orphelinat
→ HUMEUR : Bonne



MY LIVES ARE AWESOME ;
EVERYONE HAS A FRIEND :

MessageSujet: Re: Comme chien et chat (feat Ashton et Chris)   Jeu 24 Jan - 12:31

Ma vie avait pris un tournant assez décisif depuis que j’avais quitté la maison familiale pour emménager avec mon copain. J’avais tout plaqué : ma carrière de mannequinat, mes études et le petit confort que j’avais eu en habitant chez ma maternelle. Mais ce que j'avais fait jusqu'à aujourd'hui ne me ressemblait pas. Néanmoins, même si j’avais tout laissé tomber, je restais dans un certain sens la même. J’étais toujours autant populaire à Taleville même si mes ressources avaient fortement diminué puisque ma mère m’avait bloqué mes cartes de crédit – certainement une manière de me faire revenir à la maison. Ainsi, depuis ce virage, je passais mes journées dans ce petit appartement, de temps en temps seule ou pas. Edwin n’était pas beaucoup présent à la maison étant donné qu’il avait encore des cours et en plus, un petit job à côté pour les payer (et notamment payer le loyer). Sur ce point là (et sur d’autres d’ailleurs), Edwin était très différent de moi et depuis quelques jours, je ressentais de la culpabilité. Je ne faisais rien… Je n’apportais pas ma contribution… Et, je n’aimais pas ça. J'allais devoir retrouver un job, ou pire, peut être reprendre le mannequinat.

Je refermai les pages d’un magazine mode, en soupirant d’exaspération. Encore une fois, j’avais trouvé un article me concernant. Bien évidemment, les journalistes avaient comme d’habitude mis leur touche d’exagération et de tragique dans leurs « belles » paroles. Je secouai la tête, prenant mon café d’une main. Comme ils osaient écrire autant de stupidités sur deux pages… Et en prime, ils avaient retrouvé une ancienne photo de moi. La honte ! Le délire ! « Voulez vous autre chose Mademoiselle Jones ? » me demande-t-on au café. Je relevai mon regard, adressant un vague sourire aimable au serveur. « Non, merci. Sauf si vous trouvez en vrai les auteurs de ce magazine de merde… » lui répondis-je, avec humour. Il se mit à rire pendant quelques secondes, mais il préféra partir dans le but d’aller servir les clients de la table d’à coté. C’était évident… Depuis que j’étais célèbre, et que ma tête figurait dans tous les magazines de mode, les gens n’osaient pas souvent me parler. C’était triste.

Un quart d’heure après, je sortais du café, décidant de flâner pendant un petit moment dans les rues de Taleville. Peut être que je trouverais, en marchant, une annonce dans laquelle on recherchait quelqu’un pour un poste… Ca allait me permettre de réfléchir sur ma vie. Un sourire en coin, je me mis à longer les vitrines, ne sachant pas réellement où j’allais. Edwin ne rentrerait qu’à midi. J’avais du temps devant moi… Du temps que je devais tuer. Je sombrais alors dans mes pensées les plus lointaines.

« Je vais me faire un plaisir de te massacré également mon cher. » entendais-je, soudainement. Je me mis à sursauter relevant immédiatement mon regard. Qui venait de parler ? Mes yeux tombèrent alors sur un couple … d’hommes, trop prêts pour discuter normalement et avec courtoisie. J'arquai un sourcil, essayant de dévisager l'un deux. Je reconnus alors Ashton. Un mec que j’avais pu croiser un jour. Ce fut à ce moment là qu’ils commencèrent à se battre… Mais que se passait-il ? Je me mis alors à courir (je n’aimais pas la violence). Arrivée près d’eux, je les repoussai avec force, puis je me mis entre eux. « Non, mais merde ! C’est quoi ce bazar ? » m’exclamai-je, en posant mes mains sur mes hanches. Je fusillai les deux garçons, furieuse. « Ashton… ?! » rajoutai-je, en le fixant pendant quelques secondes. « Sérieux les mecs, vous avez que ça à faire ? » repris-je, exaspérée.


_______________________________


    LA FAMILLE N'EST PAS NECESSAIREMENT CELLE DU SANG MAIS CELLE DU COEUR .T'es apparue dans ma vie, telle une fleur, alors que je ne trouvais pas ma place parmi ce monde. Grâce à toi, je suis la personne qui te parle aujourd'hui. Grâce à toi, j'ai une famille et de l'amour. (c) sunday.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Comme chien et chat (feat Ashton et Chris)   Aujourd'hui à 10:13

Revenir en haut Aller en bas
 

Comme chien et chat (feat Ashton et Chris)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [b]chien ou chat!!!!!!![/b]
» [Sondage] Chien ou chat? [Terminé]
» Dubstep + chien = WTF ?
» Mais ou est Chien toutou???
» Centre d’Adoption Canin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Believe In Magic :: ♦ Les sujets rps.-